trombinoscope sociale


Unirse al foro, es rápido y fácil

trombinoscope sociale
trombinoscope sociale
¿Quieres reaccionar a este mensaje? Regístrate en el foro con unos pocos clics o inicia sesión para continuar.
Le Deal du moment : -33%
Moustiquaires ajustable pour fenêtre avec toile ...
Voir le deal
11.99 €
-27%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
130 € 179 €
Voir le deal

Détruire la misère: VICTOR HUGO

Ir abajo

Détruire la misère: VICTOR HUGO Empty Détruire la misère: VICTOR HUGO

Mensaje  Cogito ergo sum Jue 19 Abr - 9:45

Détruire la misère

Discours à l'Assemblée nationale législative


Victor Hugo

source Assemblée National:

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/VictorHugo_09071849.asp

source, wikipedia:

http://fr.wikisource.org/wiki/D%C3%A9truire_la_mis%C3%A8re,_Discours_%C3%A0_l%27Assembl%C3%A9e_nationale_l%C3%A9gislative_9_juillet_1849



9 juillet 1849


Je ne suis pas, messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde ; la souffrance est une loi divine ; mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère.

Remarquez-le bien, messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible ! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli.

La misère, messieurs, j’aborde ici le vif de la question, voulez-vous savoir jusqu’où elle est, la misère ? Voulez-vous savoir jusqu’où elle peut aller, jusqu’où elle va, je ne dis pas en Irlande, je ne dis pas au Moyen Âge, je dis en France, je dis à Paris, et au temps où nous vivons ? Voulez-vous des faits ?

Mon Dieu, je n'hésite pas à les citer, ces faits. Ils sont tristes, mais nécessaires à révéler ; et tenez, s'il faut dire toute ma pensée, je voudrais qu'il sortît de cette assemblée, et au besoin j'en ferai la proposition formelle, une grande et solennelle enquête sur le situation vraie des classes laborieuses et souffrantes en France. Je voudrais que tous les faits éclatassent au grand jour. Comment veut-on guérir le mal si l'on ne sonde pas les plaies ?

Voici donc ces faits :

Il y a dans Paris, dans ces faubourgs de Paris que le vent de l’émeute soulevait naguère si aisément, il y a des rues, des maisons, des cloaques, où des familles, des familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, n’ayant pour lits, n’ayant pour couvertures, j’ai presque dit pour vêtement, que des monceaux infects de chiffons en fermentation, ramassés dans la fange du coin des bornes, espèce de fumier des villes, où des créatures s’enfouissent toutes vivantes pour échapper au froid de l’hiver.

Voilà un fait. En voulez-vous d’autres ? Ces jours-ci, un homme, mon Dieu, un malheureux homme de lettres, car la misère n’épargne pas plus les professions libérales que les professions manuelles, un malheureux homme est mort de faim, mort de faim à la lettre, et l’on a constaté, après sa mort, qu’il n’avait pas mangé depuis six jours.

Voulez-vous quelque chose de plus douloureux encore ? Le mois passé, pendant la recrudescence du choléra, on a trouvé une mère et ses quatre enfants qui cherchaient leur nourriture dans les débris immondes et pestilentiels des charniers de Montfaucon !

Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit dépenser toute sa force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société tout entière ; que je m’en sens, moi qui parle, complice et solidaire, et que de tels faits ne sont pas seulement des torts envers l’homme, que ce sont des crimes envers Dieu !

Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoute de la haute importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi de majorité et de minorité en de telles questions ; je voudrais que cette assemblée n'eût qu'une seule âme pour marcher à ce grand but, à ce but magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère !

Et, messieurs, je ne m'adresse pas seulement à votre générosité, je m'adresse à ce qu'il y a de plus sérieux dans le sentiment politique d'une assemblée de législateurs ! Et à ce sujet, un dernier mot : je terminerais là.

Messieurs, comme je vous le disais tout à l'heure, vous venez avec le concours de la garde nationale, de l'armée et de toute les forces vives du pays, vous venez de raffermir l'État ébranlé encore une fois. Vous n'avez reculé devant aucun péril, vous n'avez hésité devant aucun devoir. Vous avez sauvé la société régulière, le gouvernement légal, les institutions, la paix publique, la civilisation même. Vous avez fait une chose considérable... Eh bien ! Vous n'avez rien fait !

Vous n’avez rien fait, j’insiste sur ce point, tant que l’ordre matériel raffermi n’a point pour base l’ordre moral consolidé ! Vous n'avez rien fait, tant que le peuple souffre ! Vous n'avez rien fait, tant qu'il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n'avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! Tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! Tant que l'usure dévore nos campagnes, tant qu'on meurent de faim dans nos villes, tant qu'il n'y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n'avez rien fait, tant que l'esprit de la révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n'avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l'homme méchant a pour collaborateur fatal l'homme malheureux !
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1397
Age : 60
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

Détruire la misère: VICTOR HUGO Empty Chômage & xénophobie

Mensaje  Cogito ergo sum Lun 23 Abr - 8:32

Chômage et xénophobie

Vu des résultats des dernières élections. Et en particulier la montée du front national avec deux électeurs sur 10. Il s'impose aux sociologues et philosophes la nécessité de trouver une explication valable, à la montée des intégrismes, de l' extrême droite.

Il se dégagent des enseignements, très importants

Les régions où le taux de chômage est plus élevé, coïncide avec le taux de montée de l'extrême-droite.

Il devient indispensable d'aller aux causes du chômage qui est à l'origine de la xénophobie, pour démonter d’emblée la propagande sectaire, de division imposée par certains!

Car les faits sont là, la désertification industrielle est le fruit de la mondialisation.

L'immigration vu les chiffres et les faits divers, sont liées par la coïncidence logique entre misère et absence de réussite des minorités des ghettos ou parcs d'HLMs.

Un analyse de catégories socioprofessionnels par ethnies étant interdit; nous verrions que ce sont la deuxième voir troisième génération d'immigrés qui se trouve la plus touché par le chômage et qui fini par se trouver pour certains d'entre eux, hors la loi.

Du fait l'incivilité, les larcins et la délinquance, ne sont pas très loin derrière.
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1397
Age : 60
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

Détruire la misère: VICTOR HUGO Empty CULTURE & HAINE

Mensaje  Cogito ergo sum Sáb 16 Jun - 13:34

Qui suis-je pour avoir la haine?

(le 16 juin 2012 à 11:41)


Un être humain peut-t-il haire autrui ?

LA CULTURE

Les connaissances sur la société dans le plus large sens, société au-delà de ma lorgnette, avec aussi et surtout une vision de l’histoire autant ou plus large que possible.

CONNAISSANCE

En toute impartialité; culture, connaissance, sans être des synonymes sont des mots étroitement liées, au point que tout erreur d'appréciation de ma part sur un événement, un fait divers nuirait mon image: ma culture e mes connaissances.

LA HAINE: trois Césars

En tant que film: est un succès à la fois français et international qui remporte trois Césars.

César du meilleur montage,

César du meilleur film,

César du meilleur producteur)

et le prix de la mise en scène au festival de Cannes

Moi en béotien du domaine du cinéma, je suis en mesure de ne pas aimer le film? Oui!

Le béotien que je reste peut-t-il émettre une critique acerbe du réalisateur ?

Oui

Cela signifié connaître mieux le cinéma que ceux et celles qu'auraient plébiscite dans le monde le réalisateur et son œuvre; nous parlons de cinéma car le réalisateur est juste cela non pas un historien

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1397
Age : 60
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

Détruire la misère: VICTOR HUGO Empty Re: Détruire la misère: VICTOR HUGO

Mensaje  Admin Vie 22 Abr - 2:01

ACTUALITÉ ET TEMPS DE TRAVAIL

Détruire la misère: VICTOR HUGO Chiffr12

Même s'il y a des lois contre l'esclavage, nous devons admettre que ce genre de pratiques perdurent encore de nous jours, d'ailleurs le proxénétisme reste assimilé à une forme d'esclavage. L'Organisation International du Travail (OIT) nous informe que pas moins de vingt-cinq millions de personnes subissent des conditions proches voir carrément de l'esclavage de nous jours.

Environs deux-cent mille enfants sont esclaves en Afrique, d'après les études de l'UNICEF. Malgré la proclamation de Victor Hughes de 1794. Malgré le décret d'abolition de Napoléon 1er.  En 1815 le 29 mars ou encore la volonté du député Victor Schoelcher en 1848, nous avons du atteindre le 10 mai 2001 pour que le parlement français vote la loi Taubira qui reconnaît l'esclavage comme un crime contre l'humanité.

En 1848 un décret fixe le temps de travail à douze (12) heures par jour. Après que des rapports médicaux révèlent les dommages causés. La loi de 10 heures en 1848 ne dure que quelques mois.

Déjà en 1841 d'abord une loi preuve que l'état doit intervenir face à aux employeurs, car le 22 mars 1841, ici des simples mots, dans la réalité des débat vif, puisque à l'époque la bourgeoisie d’opposé vivement à une loi déposé en janvier 1840 contre le travail des enfants de moins de huit (Cool ans!  En fin fut adopté une loi interdisant le travail des enfants de moins de 8 ans, dans des entreprises de plus de 20 salariés.

Attention !  Pour les enfants de huit à douze ans une journée de 8 heures,  et de 12 heures pour les enfants jusqu'à 16 ans. Travailler entre 21 heures et 5 heures sera alors interdit pour les moins de 13 ans.

Il faut atteindre l'arrivée ou pouvoir du Front Populaire, avec l'impulsion de l'internationale ouvrière et le parti communiste pour obtenir la semaine de 40 heures.

Merci à Pierre Mauroy qui pendant le gouvernement Mitterrand réussi à passer la loi des 39 heures en février 1982

Merci à Lionel Jospin et Martine Aubry en janvier 2000 nous obtiendrons la loi des 35 heures.

La bourgeoisie et Sarkozy d'abord puis un autre bourgeois nommé Macron, donc des néo-malthusiens, cherchent maintenant à revenir sur des lois de progrès : D'abord François Fillion en 2002 qui passe le contingent de 130 a 180 par salarié et par an. En fait cele revienne à travailler 39 par semaine. Puis ar décret en décembre 2004 la droite impose un contingent de 220 heures.
Du point de vue logique

L’avènement des machines, des automates, impose des connaissances, de la maîtrise des technologies, comment l’électronique, la programmation, sauf que dans les années, 60s des gens quittaient l'éducation avec niveau collège, pour devenir ouvriers. La génération suivante, se trouve avec des parents presque analphabètes qui leur affirment L'ÉDUCATION N'EST PAS NÉCESSAIRE POUR VIVRE, c''est ainsi que nous jeunes de 15 a 35 ans fils et filles d'ouvriers, s'accumulent par millions sans vouloir même pas penser qu'il faut une bonne éducation pour s'en  sortir dans la vie. Donc la France se permet en tant que NATION le développement d'au moins 30 % à 40 % d'une masse des parasites construits de tout point de vue par le système dans le but de faire gripper la machine de la répartition sociale des charges et services publiques.

Nous serions trop naïfs sans voir que c'est un procès sournois très violent, sauvage qui est mise en place contre l'harmonie sociale, à plus de machines, nous avons besoin de plus de gens formés, mais la France fait le contraire, elle met en marche tout pour que la jeunesse sèche les cours, pour que les nouvelles génération tombent dans la paupérisation !

Augmenter le temps de travail, n'est pas un but mais une pierre de plus à l'édifice de la transformation des êtres humains en animaux. Augmenter le temps de travail est de la régression pour que les banques puissent recouper d'avantage
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

Détruire la misère: VICTOR HUGO Empty QUI EST COUPABLE DU CRIME

Mensaje  Admin Sáb 13 Mar - 8:59

Álvaro Uribe Vélez est innocent?


Le comportement humain n'est pas un sujet facile à définir ou qu'un auteur peut expliquer dans un livre.

La liste des auteurs qui ont consacré des années à l'étude du comportement, de la criminalité et de la violence est longue. J'ai pas la pretention et la vanité d'un découvreur en sciences, juste la modeste lecture de quelques uns ees  geands hommes.

Il serait curieux d'étudier la méthodologie pour réduire les crimes ou les crimes et toutes les infractions qui peuvent être commises contre l'éthique et la morale.

Chaque société forme un ensemble ou un recueil de lois censées corriger le comportement des individus responsables de comportements légalement répréhensibles.
Lorsqu'un individu est impliqué dans un crime, il faut admettre que son comportement en tant qu'individu n'est rien de plus qu'une réponse à une situation globale.

Pour cette raison, une faute ou un crime ne dépend pas du hasard ou d'une réaction dans laquelle il n'y a pas de passé ou il n'y aura pas d'avenir.

Chaque acte humain a une cause et une conséquence telles que décrites par divers auteurs en sciences sociales.

La seule chose que nous pouvons conclure c'est que dans la fonction de justice il y a un rôle fondamental qui permet finalement l'harmonie et la paix dans un conglomérat social.

Permettre l’impunité aurait un effet négatif sur la société.

C'est précisément l'impunité qui permet le développement, le progrès, l'évolution de toutes les formes de criminalité et des erreurs dans une société.

Quand l'irrationnel devient la norme.

L'une des caractéristiques intrinsèques de l'être humain c'est d'être grégaire, c'est-à-dire qu'il fonctionne plus efficacement lorsqu'il est en groupe.  Ce que l'individu ne fait pas lorsqu'il est seul peut être normal si le groupe le fait.  (Bovenkerk 2011)
… "Le crime organisé concerne des groupes qui travaillent ensemble pour se livrer systématiquement à des infractions économiques graves à des fins de gain monétaire, en particulier l'extorsion et le commerce de biens et services illégaux.  Des groupes comme celui-ci se protègent des autorités par la dissimulation, l'intimidation, le chantage et la corruption.  L'organisation archétypique expose la pyramide hiérarchique de la mafia, comme dans le film Le Parrain.  En substance, une structure de ce type n'est pas si courante dans le crime organisé international, sauf dans le sud de l'Italie, en Chine (Triades) et au Japon (Yakuza).  Paoli [47] met en garde contre le fait de prendre la mafia comme exemple mondial lors de l'analyse du crime organisé.  Les chercheurs rencontrent plus fréquemment des structures de réseaux transnationaux [45].  Le crime organisé est puni par la loi et, en soi, le simple fait d'appartenir à ces organisations est également punissable.  Les gangs de jeunes ont été décrits pour la première fois aux États-Unis comme des groupes de jeunes avec une sous-culture glorifiant la violence [62].  Ils sont actifs dans leurs propres territoires circonscrits et en opposition agressive constante avec des groupes similaires dans les quartiers adjacents.  Chaque groupe a son propre nom, son style vestimentaire, sa langue et sa préférence pour un certain type de musique.  Selon certains chercheurs comme Sánchez Jankowski [57], ils constituent des organisations très unies et gérées de manière rationnelle, mais il n'y a pas de consensus dans la littérature sur ce point [20].  Leur style a exercé une influence considérable sur la culture populaire des jeunes (West Side Story, rap).  Dans la mesure où ils recourent à la violence ou commettent d’autres actes criminels, ces groupes sont punis par la loi »…

On pourrait arbitrairement tenter un parallèle entre l'utilisation par Durkheim des notions de droit, de société, de solidarité et de morale, et sa double interprétation de la définition de la fonction pour se demander: quelle est la fonction de la corruption dans une société?

Mais il faut d'abord remarquer que l'atavisme menaçant du pouvoir illimité de l'État est le contrepoint de la théorie pure du droit (Hans Kelsen)

Selon les théories, nous ne pourrons pas blâmer un individu pour les crimes ou crimes qu'il commet seul.  Selon les théories, nous devons blâmer la société tout entière pour la responsabilité individuelle.

Ce qui rendrait l'innocence d'Álvaro Uribe Vélez irréfutable dans les crimes contre l'humanité serait la théorie des structures sociales »(Wellman et Berkowitz, 1988).  Ce qui nous conduit irréfutablement à la figure criminelle du complot en vue de commettre un crime.  


Là où chacun des membres de la communauté, où les actes répréhensibles ont été commis, aura «nécessairement» une part de responsabilité.

À ce stade, rien qu'en réfléchissant, le moraliste acquiert une responsabilité.  Ce qui prend tout son sens, quand par individualisme et indifférence, il s'abstient de rejeter avec véhémence la conduite punissable.  

Puisque le devoir (Kant) émané de la conscience collective incombe à tous les individus.  (Nestor Elias Ramirez Jimenez 03/12/2021)
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

Détruire la misère: VICTOR HUGO Empty Notas de Estado Poder y Justicia

Mensaje  Admin Sáb 13 Mar - 16:57

Estado Poder y Justicia


  La noción de justicia hace objeto de numerosos trabajos, por lo que debemos mirar el sujeto con una gran modestia.

En cuanto a la impunidad, que podría ser el tema de este sujeto, debemos aceptar que no es endémica de una región departamento o país.

Sugerir el hecho no es hacer apología, al contrario, usar un discurso “cáustico” intenta con la facultad de usar el lenguaje; de hacer mover así sea poco las conciencias.

No podremos pretender en dos parágrafos, el extremo de la pedantería, pero si deberíamos, solo recordar, nuestras lecciones de cuarto primaria (fui honrado por un excelente tutor de la educación pública y me instruyó sobre las épocas o periodos de la tierra; una genuflexión a usted señor Buenaventura,  1974 Cartago Valle Colombia) la cultura, es influenciada por los cambios de los sistemas de gobierno, sin duda a la época de la inquisición la gestión de las leyes funcionaria de manera diferente?  Cuando aún la filosófica atreves de la ética y la moral influirá el iusnaturalista escolástico y a Santo Tomas de Aquino.

Lo que podríamos admitir es la supresión paulatina, de la influencia de la religión sobre el derecho, que termina por la aniquilación pura y simple de la influencia de la filosofía y de sus bases éticas morales de toda consideración legislativa y jurídica.

En efecto la evolución cultural de la mano de la evolución de los imperios (sistemas de producción) lleva las leyes divinas (religiosas, filosóficas) a solo recuerdos visibles en el museo de la historia humana. Cuando el ser humano recupera el poder (Norberto Bobbio 1985) llegamos a una encrucijada donde es peligroso que poder y derecho sean concentrados en manos de muy pocas personas. Donde Max Weber y Hans Kelsen por caminos diferentes nos hacen pensar al poder legítimo diferente de aquel poder que hoy se impone, par el miedo, por la doctrina que hace el común de los ciudadanos amnésicos ante la realidad de una enfermedad o cáncer de las naciones como es la corrupción en un poder de hecho.

Lo que está generación de engreídos parásitos imponen par fuerza es un poder ilegítimo. Donde solo se triunfa por prácticas tradicionales de captación de asalto a la democracia.

Lo que se trata en ese texto, es de llevar al votante incauto a medir la importancia del sufragio. Desde luego, que dar una consigna política, jamás podría ser intensión de un texto de filosofía, ni de sociología, que perderían de hecho su posición imparcial para adquirir el vulgar valor de panfleto tan barato como una publicidad para papel higiénico.

Perfecto para la transición, que permite señalar sin temor a equivocación, un error preponderante de élites engreídas que brillan por la ignorancia del origen de la arrogante salud económica por ejemplo de Alemania que incluso, dispone de una balanza financiera envidiada por Francia.

Hay hechos que hace años he descrito sobre el funcionamiento, del tejido industrial alemán donde las grandes empresas, colaboran con las pequeñas sobre todo en el mercado internacional, hablando de ello, debemos traer o citar Lorenz Von Stein que sin ser el solo a aportar las ideas a la política de gobierno, pues es contemporáneo de Karl Marx entre otros, coincide en que el centro de atención no es el estado sino la sociedad.

Dudo que el funcionamiento del poder de hecho, cambie porque escriba unas líneas, que la mayoría ni siquiera leerán y pocas personas podrían interpretar el sentido que deseo dar al mensaje.

Dudo que estas líneas logren cambiar la mayoría de votantes que solo lo hacen por “aprovechar” el precio del voto para pagar una libra de arroz.  Como dudo que una clase media, estaría dispuesta a asumir su complicidad, con ese poder soez, responsable de más de seis mil asesinatos, ese poder del cual seríamos cómplices, pues admitimos a pesar de todo que se sigan asesinando lideres, sociales en perfecta impunidad. Si deberíamos mirar lo bueno en otras regiones y soñar  con la utopía de que llegaremos a ese nivel.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

Détruire la misère: VICTOR HUGO Empty Re: Détruire la misère: VICTOR HUGO

Mensaje  Contenido patrocinado


Contenido patrocinado


Volver arriba Ir abajo

Volver arriba


 
Permisos de este foro:
No puedes responder a temas en este foro.