trombinoscope sociale


Unirse al foro, es rápido y fácil

trombinoscope sociale
trombinoscope sociale
¿Quieres reaccionar a este mensaje? Regístrate en el foro con unos pocos clics o inicia sesión para continuar.
-16%
Le deal à ne pas rater :
Promotion sur le kit d’entretien K&N pour filtre à air voiture et ...
15.37 € 18.40 €
Voir le deal

LES CHAPITRES D'UN LIVRE

Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty LES CHAPITRES D'UN LIVRE

Mensaje  Admin Mar 9 Feb - 14:18

UNA BOTELLA LANZADA AL MAR

 
LES CHAPITRES D'UN LIVRE  20180210
Siento por vanidad absurda o por egoísmo torpe, que debo callar que me haces falta.

Me ven por lo que aparento, capaz de prescindir de ti.

Aquí muy dentro, admito que he fallado, que aunque desearía darte todo, solo puedo ofrecerte mi alma.

Decir que te quiero? No sería sincero, pues quererte es muy poco comparado con lo que por ti siento.

Decir que me haces falta? Es insignificante, si pudiera medir ese sentimiento el infinito es poco.

Podrías más fácilmente contar las estrellas, que contar cada noche las veces en que en ti he pensado.

Ahora, ayer, hace una semana, hace un mes, una vida siento que he escapado a la muerte pero tú ausencia es morir en vida.

Trato de no pensaste, por momentos, incluso, la ebriedad de esa libertad se apodera del escudo de mi fragilidad, y he sucumbido en mortal.

Por más que intentaras, con indiferencia o silencio, no borrarías jamás, de mis sueños tu presencia y te sueño despierto; pues siempre duermo a tu lado.

Quizá mil voces acudirán a tu oído para intentar que de mi desdeñes; quizá temporalmente te dejes convencer, solo que cada, palabra que yo escribo, cada pincelada que pinte, va a contener de ti la inspiración.

Incluso podrás encontrar que voy bien por un sendero, solo que ninguna senda que tome en mi vida tendrá otro rumbo que el de tus brazos.

 No se amar en silencio, no se ocultar que solo a tu lado seria muy feliz, no se fingir pasión así otros brazos esperen que me rinda. Otras camas soporten la violencia de la pasión que desahoga, y otros corazones confíen que abandone esta búsqueda desesperada de tu corazón.


Última edición por Admin el Vie 26 Feb - 0:03, editado 4 veces
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty Sur la neige en 2021 à Joigny en France.

Mensaje  Admin Miér 10 Feb - 9:31

[size=33]Paysage enneigé de Joigny France[/size]


LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Img-2010

En Espagnol et Francais

(Spanish)
En esta hermosa imagen, queda adherida sazonada, en mi alma una poderosa carga, de sus recuerdos, que para siempre, habran quedado impresos, e imborrables, los de los momentos más preciosos, que un hombre, hubiera logrado vivir, no , solo por los lugares, aquí pintorescos, no por la edad, que corresponde a la primavera de nuestras vidas, no por la suavidad de una piel de lo más precioso, no por el placer infinito que trae lo mas intimo que se puede vivir con la mujer de sus sueños , no, es todo eso junto sumando los recuerdos, las incontables visiones del pasado, cuando la brisa refrescante producida por la agitación de sus alas angelicales, me llegó haciéndome parecer improbable de otra manera respirar, su fragancia fue, la sola opcion posible para empujarme a vivir.

(French)

Dans cette belle image, subsiste aguerris accrochée, a mon âme une puissante charge, de ses souvenirs, qu'à jamais, on été imprimés, et indélébiles, ceux des plus precieux, moments qu'un home, aurait réussi a vivre, non pas, juste pour les lieux, ici pittoresque, non pas pour l'âge, celle correspondant au printemps de nous vies, non pas par la douceur d'une peau des plus precieuses, non pas par l'infini plaisir qui procure la jouissance avec la femme de ses reves, non,  c'est tout ça ensemble en ajoutant les souvenirs,  les innombrables visions  du passé, quand la brise réfréchissante produit par l'agitation de ses ailes angéliques, venaient a moi, me donner l'air improbable d'autre manière, pour me pousser a vivre.


Última edición por Admin el Jue 25 Feb - 23:58, editado 1 vez
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty ILUSIÓN SUEÑOS Y REALIDAD

Mensaje  Admin Sáb 20 Feb - 16:27

Ilusión sueño y realidad.
Samedi 20 février 2021 par Anonymous

Write in English Spanish and French
Escrito por un anónimo 20/02/2021

(SPANISH VERSION)
Tres y veinticinco de la madrugada, despertar agitado, la piel brilla por el sudor, el corazón late acelerado, pero en esta habitación sobre esa cama y a 18°C  en una noche de diciembre en una población al norte de Londres, no, no, no es un problema de salud, no, no, no es una fiebre, es aquel despertar que se hizo costumbre, despertar de un sueño; solo hay una persona, entre la persona y los muros de la habitación solo hay vacío como lo hay entre el cielorraso y el suelo  ¡Vacío! ¡Nada! ¡Ausencia! ¡Silencio!

 
Por tanto en esa misma habitación no se podrían contar las ocasiones en que risas, alegría y pasión se confundían, en que se consumaría el amor hasta el cansancio, en ese mismo lecho solo los calambres en el vientre o en una pierna o en otra parte detuvieron una pareja que se amaba con toda la pasión que sea posible imaginar.

 
No es posible contar las noches; contar las alegrías, no, imposible recordar sin sentir un gran vacío en el fondo del alma.

El dolor es tanto, el dolor es tan fuerte, que la respiración se hace más fuerte, se acelera, se transforma en sollozos, que se terminan en llanto.

Muy a menudo en las noches varias veces, se enciende la luz en esa alcoba, donde una persona se encuentra sola, el vacío es tan grande que se siente muy adentro del corazón, el vacío es tan grande que se desea morir en ese instante.

 
Nos preguntamos, qué es el amor; sino entregarse sin pensar en el mañana, qué es el amor sino darse entero sin pensar que un día vamos a sufrir por la ausencia de esa persona que hoy nos llena enteramente, qué es el amor realmente nadie puede definirlo sin agregarle, el amor es igualmente sufrir.


Llega el día, con el la mañana con sus cantos de tantas aves, pero en lo más profundo del alma, sigue latente la ausencia de esa persona que se quiso tanto. Se vuelve cada mañana, al cotidiano con su carga de actividades diversas las cuales llenan de manera incipiente y temporal nuestro vacío solo porque ocupa nuestra mente.

 
Tal vez, se encuentre en lo más lejano del infinito entre tantas estrellas, tal vez desde el infinito nos mirará y entonces comprenderá que de verdad le  hemos amado con todas nuestras fuerzas, con todas las ganas que se puede amar un ser humano.

Pero cada día llega a su fin cada día es seguido de una noche y cada noche vuelve el silencio vuelve el vacío y vuelve el dolor inmenso.

Los sueños se componen de recuerdos, de aquellas épocas de locura cuando se salía en el auto y se detenían en algún lugar en medio del bosque, cuántas veces se pasaron tardes enteras, con un paquete de pan en tajadas, acompañado de un paquete de mortadela, y una o dos botellas de bebida gaseosa. En esos sueños revive la felicidad, revive la alegría, revive la pasión, revive el alma, llena de colores cómo son los colores del otoño de esos bosques, o por momentos son recuerdos en sueños donde se vive entre un ambiente de flotamiento etéreo, de dulzura, de caricias tan suaves como lo es la niebla de los inviernos cuando las temperaturas incluso bajan de cero afuera, al interior del auto el amor y la pasión les ofrecen la temperatura del verano, los vidrios transpiran haciendo aún más discreto, más íntimo el momento de locura y lujuria desmedida. Lo más inconfortable es el despertar y ver que al lado del lecho esa persona de los sueños ya no está. Incluso el llanto no logra calmar la pena.

Cuántas vacaciones pasas en la playa, luego de una noche y una mañana de carretera, dos o 3 semanas pasadas a tomar el sol, a comer en aquellos puestos donde se vendía comida española pollo asado y vinos de la región, son muy lindos los recuerdos, son preciosos los recuerdos, pero hoy en ese lecho tan grande duelen tanto que se desea morir, duelen demasiado para desear la vida.

Cuando pasan muchos años y que dos personas comparten el cotidiano entonces los lazos de esta unión son cada vez más fuertes. Y esa fuerza tan grande de una unión se debe fundamentalmente a tantos momentos vividos compartidos disfrutados.   Con el paso de los años, las frases se vuelven cortas, los diálogos desaparecen, y solo son suficientes los gestos y solo son suficientes las miradas.

 
Pero hay un peligro. En muchos casos se cae en el tenebroso delito contra el sentimiento qué es la monotonía; porque en verdad es difícil que al cabo de diez o veinte años una pareja tenga algo nuevo para descubrir entre sí.

 
El enemigo más grande de una relación, siempre ha sido el mismo, la monotonía y la falta de imaginación. Cuando ya no queda nada por descubrir entre dos personas, sí aumenta, sí crece, si se hace gigante el riesgo de la separación. Solo un sentimiento muy fuerte puede compensar la falta de imaginación entre dos personas, cuando éstas se quieren de verdad.

 
De otra parte siempre habrán las tentaciones, siempre habrá aquella tercera persona, que solo tiene de diferencia con la persona que se supone que se ama de qué es una novedad. Pero la novedad es simplemente hechos acciones vivencias que nunca duran para siempre. Entonces el riesgo es grande y asumir significa por lo general perder a alguien a quién se quiere de verdad.

 
El espíritu de aventura no es compatible con el espíritu romántico, cómo no es compatible con la vida de pareja; además en la aventura no solo hay el riesgo de perder lo que se quiere de verdad sino también el riesgo de perder la salud y hacérsela perder al ser querido, porque la salud es algo indispensable para ser feliz, y no vale la pena arriesgar la vida por unos momentos de felicidad. Es lo más estúpido que se pueda hacer.

 
Una de las primeras salidas de enamorados, de esta pareja, consistió en salir de Royton por la A1198 para visitar a una hermana, que vivía no lejos de Nottinghan en Belper, hubo un descanso en Sawtry, se llenó de combustible el tanque del auto  se consumió papas fritas, chotis  salchichas y bebidas gaseosas algo así se consumía a cada escapada, siendo un amor prohibido.

En Leicester, suponiendo que la pareja pasaría desapercibida, dejaron el auto para caminar como lo hace toda pareja de enamorados, el uno contra el otro, tratando de sincronizar el paso de manera instintiva.

 
Cuando una pareja, visita sin destino preciso, se habla del futuro, de disponer de una casa, de poder vivir juntos, ventanas como las de esa casa, o aquella, los muebles como aquellos de esa vitrina, se habla del tono de pintura de la alcoba, el jardín a la entrada seria como el de esa casa, siempre caminando estrechado cuerpo contra cuerpo, es una escena banal pero la pareja del amor prohibido  la vive con una intensidad donde se pierde hasta la noción del tiempo.

 Luego durante toda la semana, en diferentes momentos del día los enamorados, se pierden, largos ratos, soñando despiertos, en esas horas pasadas en pareja el último fin de semana, como si tienen derecho, quienes no necesitan esconder su amor.

(ENGLISH VERSION)

Illusion dream and reality.
Written by an anonymous 02/20/2021
Three twenty-five in the morning, waking up agitated, the skin glistening with sweat, the heart beats racing, but in this room on that bed and at 18 ° C on a December night in a town north of London, no, no, It is not a health problem, no, no, it is not a fever, it is that awakening that became a habit, waking up from a dream; there is only one person, between the person and the walls of the room there is only emptiness as there is between the ceiling and the floor. Empty! Nothing! Absence! Be quiet!

Therefore, in that same room, it would not be possible to count the occasions when laughter, joy and passion were confused, when love would be consumed until exhaustion, in that same bed only cramps in the belly or in one leg or elsewhere. they stopped a couple who loved each other with all the passion imaginable.

It is not possible to count the nights; count the joys, no, impossible to remember without feeling a great emptiness in the depths of the soul.
The pain is so great, the pain is so strong, that breathing becomes stronger, accelerates, turns into sobs, which end in tears.
Very often at night several times, the light is turned on in that bedroom, where a person is alone, the emptiness is so great that one feels deep inside the heart, the emptiness is so great that you want to die at that moment.

We wonder what love is; but to surrender without thinking about tomorrow, what is love but to give ourselves whole without thinking that one day we will suffer for the absence of that person who today fills us entirely, what is love really no one can define it without adding it, love is equally suffer.

The day arrives, with the morning with its songs of so many birds, but in the depths of the soul, the absence of that person who loved each other remains latent. Every morning, he returns to the everyday with its load of diverse activities which fill in an incipient and temporary way our emptiness just because it occupies our mind.

Perhaps, he is in the farthest reaches of infinity among so many stars, perhaps from infinity he will look at us and then he will understand that we have truly loved him with all our strength, with all the desire that a human being can love.
But each day comes to an end each day is followed by one night and each night the silence returns, the emptiness returns and the immense pain returns.
Dreams are made up of memories, of those crazy times when you would get out in the car and stop somewhere in the middle of the forest, how many times you spent whole afternoons, with a packet of sliced ​​bread, accompanied by a packet of mortadella , and a bottle or two of soda. In those dreams happiness revives, joy revives, passion revives, revives the soul, full of colors like the autumn colors of those forests, or at times they are memories in dreams where you live in an atmosphere of ethereal floating, of sweetness, with caresses as soft as the winter fog when temperatures even drop below zero outside, inside the car love and passion offer them the temperature of summer, the windows perspire making even more discreet, more intimate the moment of madness and excessive lust. The most uncomfortable thing is to wake up and see that next to the bed that person of the dreams is no longer there. Even crying cannot calm the pain.
How many vacations do you spend on the beach, after a night and a morning on the road, two or 3 weeks spent sunbathing, eating at those stalls where Spanish food was sold, roast chicken and wines from the region, the memories are very nice Memories are precious, but today in that big bed they hurt so much that you want to die, they hurt too much to want life.
When many years go by and two people share their daily lives, then the ties of this union become stronger and stronger. And that great strength of a union is fundamentally due to so many moments lived shared enjoyed. Over the years, the sentences become short, the dialogues disappear, and only the gestures are enough and only the looks are enough.

But there is a danger. In many cases one falls into the dark crime against the feeling which is monotony; because in truth it is difficult that after ten or twenty years a couple will have something new to discover among themselves.

The greatest enemy in a relationship has always been the same, monotony and lack of imagination. When there is nothing left to discover between two people, it does increase, it does grow, if the risk of separation becomes gigantic. Only a very strong feeling can compensate for the lack of imagination between two people, when they really love each other.

On the other hand, there will always be temptations, there will always be that third person, who only has a difference with the person who is supposed to love what is new. But the novelty is simply action-based experiences that never last forever. So the risk is great and assuming usually means losing someone you really love.

The spirit of adventure is not compatible with the romantic spirit, how it is not compatible with the life of a couple; In addition, in adventure there is not only the risk of losing what you really want, but also the risk of losing your health and making your loved one lose it, because health is essential to be happy, and it is not worth risking your life for a few moments of happiness. It's the stupidest thing to do.

One of the first love outings for this couple consisted of leaving Royton on the A1198 to visit a sister, who lived not far from Nottinghan in Belper, there was a break in Sawtry, the car's tank was filled with fuel. He consumed french fries, chotis, sausages and soft drinks, something like that was consumed at every escape, being a forbidden love.
In Leicester, assuming that the couple would go unnoticed, they left the car to walk like every couple in love does, one against the other, instinctively trying to synchronize the step.

When a couple visits without a precise destination, they talk about the future, having a house, being able to live together, windows like the ones in that house, or that one, the furniture like those in that showcase, they talk about the paint tone of the bedroom, the garden at the entrance would be like that of that house, always walking close body to body, it is a banal scene but the forbidden love couple lives it with an intensity where even the notion of time is lost.

Then throughout the week, at different times of the day, lovers get lost, long periods of time, daydreaming, in those hours spent as a couple last weekend, as if they have the right, who do not need to hide their love.

(Version en français)

Rêve d'illusion et réalité.
Écrit par un anonyme 20/02/2021
Trois heures etvingt-cinq du matin, encore un réveil agité, la peau luisante de sueur, le cœur bat à toute allure, mais dans cette chambre sur ce lit et à 18 ° C un soir de décembre dans une ville au nord de Londres, non, non, Ce n'est pas un problème de santé, non, non, ce n'est pas une fièvre, c'est ce réveil qui est devenu une habitude, se réveiller d'un rêve; il n'y a qu'une seule personne dans cette chambre, entre la personne et les murs de la pièce il n'y a que du vide comme entre le plafond et le sol. Rien! Absence! Seul silence!

Par conséquent, dans cette même pièce, il ne serait pas possible de compter les occasions où le rire, la joie et la passion étaient confondus, où l'amour serait consommé jusqu'à l'épuisement, dans ce même lit seulement des crampes dans le ventre ou dans une jambe ou ailleurs. arrêté un couple qui s'aimait avec toute la passion imaginable.

Il n'est pas possible de compter les nuits; comptez les joies, non, impossible à retenir sans ressentir un grand vide au plus profond de l'âme.

La douleur est si grande, la douleur est si forte, que la respiration devient plus forte, s'accélère, se transforme en sanglots qui se terminent en larmes.

Très souvent la nuit à plusieurs reprises, la lumière est allumée dans cette chambre, où une personne est seule, le vide est si grand qu'on le sent au plus profond du cœur, le vide est si grand qu'on a envie de mourir à ce moment-là.

Nous nous demandons ce qu'est l'amour; mais s'abandonner sans penser à demain, qu'est-ce que l'amour mais se donner tout sans penser qu'un jour on souffrira de l'absence de cette personne qui aujourd'hui nous remplit entièrement, qu'est-ce que l'amour vraiment personne ne peut le définir sans ajouter, l'amour est également souffrir.

Le jour arrive, avec lui, le matin avec ses chants de tant d'oiseaux, mais au fond de l'âme, l'absence de cette personne qui s'aimait tant reste latente. Chaque matin, il revient au quotidien avec son fardeau d'activités diverses qui comblent de façon incomplète et temporaire notre vide juste parce ça occupe notre esprit.

Peut-être l'être aimé se trouve aux confins de l'infini parmi tant d'étoiles, peut-être de l'infini il nous regardera et alors il comprendra que nous l'avons vraiment aimé de toutes nos forces, avec tout le désir qu'un être humain peut aimer.
Mais chaque jour se termine, chaque jour est suivi d'une nuit et chaque nuit le silence revient, le vide revient et l'immense douleur revienne.

Les rêves sont faits de souvenirs, de ces moments fous où vous sortiez de la voiture et que vous vous arrêtiez quelque part au milieu de la forêt, combien de fois vous avez passé des après-midi entiers, avec un paquet de pain tranché, accompagné d'un paquet de jambon et une bouteille ou deux de soda. Dans ces rêves le bonheur renaît, la joie ravive, la passion renaît, ravive l'âme, pleine de couleurs comme les couleurs d'automne de ces forêts, où parfois ce sont des souvenirs dans des rêves où vous vivez dans une sorte de nuage, une atmosphère de flottement éthéré, de douceur, de caresses aussi doux que le brouillard hivernal lorsque les températures descendent même en dessous de zéro à l'extérieur, mais à l'intérieur de la voiture l'amour et la passion leur offrent la température de l'été, les vitres transpirent rendant encore plus discret, plus intime le moment de folie et de luxure excessive. La chose la plus inconfortable est de se réveiller et de voir qu'à côté du lit, la personne des rêves n'est plus là. Même pleurer ne peut pas calmer la douleur.

Combien de vacances passez-vous sur la plage, après une nuit et une matinée sur la route, deux ou trois semaines passées à bronzer, à manger dans ces étals où l'on vendait de la nourriture espagnole, du poulet rôti et des vins de la région, les souvenirs sont très bons Les souvenirs sont précieux, mais aujourd'hui, dans ce grand lit, ils font tellement mal qu'on a envie de mourir, ils font trop mal pour vouloir la vie.

Lorsque de nombreuses années passent et que deux personnes partagent leur vie quotidienne, les liens de cette union deviennent de plus en plus forts. Et cette grande force d'union tient fondamentalement à tant de moments vécus, partagés, appréciés. Au fil des années, les phrases deviennent courtes, les dialogues disparaissent, et seuls les gestes suffisent et seuls les regards suffisent.

Mais il y a un danger. Dans des nombreux cas, on tombe dans le crime sombre contre le sentiment qui est la monotonie; car en vérité, il est difficile qu'après dix ou vingt ans un couple ait quelque chose de nouveau à découvrir entre eux.

Le plus grand ennemi dans une relation a toujours été le même, la monotonie et le manque d'imagination. Quand il n'y a plus rien à découvrir entre deux personnes, ça augmente, ça grandit, si, le risque de séparation devient gigantesque. Seul un sentiment très fort peut compenser le manque d'imagination entre deux personnes, quand elles s'aiment vraiment.

Par contre, il y aura toujours des tentations, il y aura toujours cette troisième personne, qui n'a de différence avec la personne qu'on est censée aimer que le seul fait d'être nouveau. Mais la nouveauté est passagere, simplement des expériences basées sur l'action qui ne durent jamais éternellement. Le risque est donc grand et supposer signifie généralement perdre quelqu'un que vous aimez vraiment.

L'esprit d'aventure n'est pas compatible avec l'esprit romantique, à croire qu'il n'est pas compatible avec la vie de couple; De plus, dans l'aventure, il n'y a pas seulement le risque de perdre ce que vous voulez vraiment, mais aussi le risque de perdre votre santé et de la faire perdre à votre proche, car la santé est essentielle pour être heureux, et cela ne vaut pas la peine de risquer sa vie. pour quelques instants de éphémère bonheur. C'est la chose la plus stupide à faire.

L'une des premières sorties amoureuses de ce couple a consisté à quitter Royton sur l'A1198 pour rendre visite à une sœur, qui habitait non loin de Nottinghan à Belper, il y a eu une pause à Sawtry, le réservoir de la voiture était rempli de carburant. Le couple amoureux a consommé des frites, saucisses et boissons gazeuses, quelque chose comme ça était consommé à chaque évasion, étant un amour interdit.
A Leicester, en supposant que le couple passerait inaperçu, ils ont laissé la voiture pour marcher comme tous les couples amoureux, l'un contre l'autre, essayant instinctivement de synchroniser la marche.

Quand un couple visite sans destination précise, ils parlent de l'avenir, d'avoir une maison, de pouvoir vivre ensemble, des fenêtres comme celles de cette maison, ou celle-là, des meubles comme ceux de cette vitrine, ils parlent de la peinture ton de la chambre, le jardin à l'entrée ressemblerait à celui de cette maison, marchant toujours corps à corps, c'est une scène banale mais le couple amoureux interdit la vit avec une intensité où même la notion de temps se perd.

Puis tout au long de la semaine, à différents moments de la journée, les amoureux se perdent, de longues périodes de temps, de rêverie, dans ces heures passées en couple le week-end dernier, comme s'ils avaient le droit, qui n'ont pas besoin de cacher leur amour.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty A NEIGHBOR GIRL UNE FILLE VOISINE

Mensaje  Admin Dom 21 Feb - 1:02

Una chica vecina/Une fille voisine

Write in ENGLISH, Spanish and French

A neighbor girl


Written by anonymous author on February 21, 2021

Only a fleeting moment, perhaps disguised as an accident, moments of intention surely, only seemingly rash gestures, but always an intentional approach;  In a fight without thickness where the weapons are quite innocent gestures.
Behind the glass roof upstairs, in the corner, with blue eyes, in a face with the harmony that only young people get, under the excuse of doing her homework, she has remained, since she saw the neighbor  shirtless, doing repairs in his car.

It is a platonic, comforted love on so many occasions.
In the memories of the young girl, this summer, and the occasions passed near him at the swimming pool, with excellent occasions to be close to him, under so many games, various and varied, plunging from under his legs sculpted by  his outings for cycling, or for jogging.  It's a fixation, it's a drug.

It has been almost ten years already spent observing,
admiring, desiring, sharing his bed in torrid dreams, a real man, intelligent, the only fault would be not to be sharing the bed every night.  Aillant came dreaming from the last window, looking at him from the last top window, while he was gardening in his yard.

It all started because of recurring chatter between his mother and grandmother:

- The neighbor was very nice mom

- For your look it looks like he caught your eye

The woman, around twenty-seven, does not manage to hide a guilty smile while her face manages to draw all that is linked to intrigue and passionate desire.

- The only thing wrong with him is his wife, she doesn't suit him

- But my daughter, what are these manners, you have already seen yourself in front of the mirror

And the two women, mother and daughter, burst into mocking laughter.

- I will seduce him at the first opportunity, mom

Di the girl putting away are half cup bra with transverse seam J 110.

Intimate moments sought without having the right, sublime moments without being able to go there where there is ambiguity between desire and fear, but the prohibition never fulfilled.  Difficult to prioritize reason over instinct, difficult to prioritize the notion of law over the moment of passion.  Yet only freedom is at the end, without forgetting the risk of losing everything for a short moment of madness.  How often the irrationality of a meeting would have jeopardized the image of ethics.  How many times have the temptations of the passions endangered the human condition.

The two neighbors, after two months of moving, go together to shop first in Westfield then next door just at Straford, by A10 towards Enfield, direction London.  Here is a golden opportunity to go flirt with the husband left alone in the garden.  An old blue jeans whose sleeves were cut at the knees, well a clear Blue t-shirt, a tank top type, then to make her breasts more obvious, decides to forget the bra.  

At home the neighbor is peeling off the paint from his windows moderately acidic.  A plastic apron, sleeves, girdles, a balaclava at the end, the mission seems, seriously compromised, our Amazon easily manages to enter, the gate being just adjusted without being locked.

The neighbor in her forties, immediately sees the intentions of this woman, she approaches, a big smile on her lips, then with the most sensual voice that God would have allowed her to show, asks almost the most absurd question possible.

- You strip your windows

-  Yes of course

The neighbor answers him in a voice that guesses annoyance.

Our improvised seductive aspirant, managed to rub the tips of her two breasts on the man's back.  Who already thinks of the ridiculousness which is this scene, where this woman, abuses the absence of her wife, then tells her in a dry tone of voice.

- I have acid in my hands, it is a very harmful product and on contact with the skin it causes burns, even leaving scars.  You better avoid coming too close to me under these conditions.

The seductress panther, very quickly noted that his strategy had failed, without realizing that behind the virals of the room just a few meters away, his daughter of less than ten years, had followed in full from the beginning all the stratagem.

- That’s not good, someone could do it, please realize, come down.

Said the man after being surprised by the young girl, while he dozed off one Saturday afternoon at the end of August, here is this girl six feet six, fifty-nine kilos with  measures 86-57-90, wearing a blouse with a large neckline in light blue and a very short skirt, straddles him, his hands on the shoulders of the man awake with sovereign surprise, come and go, seated  of such form that she perceives perceives the volume of her genitals.

The man insists, without understanding yet, on several occasions, but the running away of a girl is far stronger than any reasoning.

He takes the time to understand by remembering his fifteen years, and his first antics with this ten-year-old woman are older.  

How in these films, which we advance, he therefore kept, are the air of wanting to be against, without any physical effort to free oneself.  

The girl probably got what she was looking for.  Judging by the increasing pace, as well as the hissing rather than screaming, muffled by bites on his fingers.

- When I think you could have made love to me this time, what have you waited for these three long years?

- You were too young, too crazy!  What if another person comes in during this?  I could have gone to jail!  But it's not going in your head!

- Be honest with my, please, because there were two of us who wanted to sleep with you, Awena and me.  Besides, if this day I came, it was because she had promised to do it too quickly.  You swear to me that you never responded with her in a favorable way.

-  You are crazy !  Do you hear what you say?

- Yes but we have already spent several summers in the pool together, and you two, you made me jealous a lot of times, I spend the hours, sitting both on your bed, under the ridiculous excuse of  give her guitar lessons, I thought I was going crazy.

- Listen to tell you the truth, two months after their arrival at the next house, his mother Neve surprised me once you were gone shopping.

- What?  His mother, and you skipped her of course!  I hate you !

- No, but ... I said she came, I didn't do anything stupid, especially since I knew the family came from the tropics

- No I don't believe you!  You lie to me, here is confession, how many times you have been with Neve, gone to give birth!

- Please stop, believe me, I've never had anything with either mother or daughter.

- To press me without any doubt now please...

- You"re fit!

- Because you're not sir

The man lying face up lets her take the lead; she takes her object of fun with her hand, places it in front of the wet lips of her vulva and slowly lets her body fall while letting out a deep sigh and the two bodies become one again, the bed moves and bangs against the wall, moans, at first barely perceptible but louder and louder, then a loud cry, all followed by complete silence, luckily it happens  in the back bedroom of a detached house on the corner of Hamlet Hill and Barn Hill about twenty-seven miles northeast of London between Nazeing and Roydon.

No, it's no coincidence that we are survivors of so much blandice and other bait.  Women should instead ask themselves how they would have neglected their homework, leaving their husbands almost in other women's beds unrestrained, before judging men badly. Q


(Version en Castellano)


Ecrit par auteur anonyme le 21 février 2021

Lien pour document au format pdf:
https://documentcloud.adobe.com/link/track?uri=urn:aaid:scds:US:b7585dc6-06c2-45d1-beb9-c44659a682fa

Escrito por autor anónimo el 21 de febrero de 2021



Sólo un momento fugaz, quizás disfrazado de accidente, momentos de intención seguramente, sólo gestos aparentemente precipitados, pero siempre un acercamiento intencionado;  En una pelea sin espadas donde las armas son gestos en apariencia bastante inocentes.

Detrás de la vidriera del piso arriba, en la esquina de su casa, con ojos azules, en un rostro con la armonía que solo la juventud permite, bajo la excusa de hacer sus tareas, ella se ha quedado mirando la casa de al lado, desde que vio al vecino sin camisa, haciendo reparaciones en su auto.

Es un amor platónico, consolado en tantas ocasiones.

En el recuerdo de la joven, este verano, y tantas ocasiones pasadas cerca de él en la piscina, con excelentes ocasiones para estar sentir su aliento, bajo tantos juegos, diversos y variados, zambulléndose bajo sus piernas esculpidas por sus salidas para andar en bicicleta o para hacer jogging.  Es este hombre una fijación, es una droga.

Lleva casi diez años ya pasados observando, admirando, deseando, compartiendo su cama en sueños tórridos, un hombre de verdad, que desde su pasión siega lo cree inteligente, la única falta sería no estar compartiendo la cama todas las noches.  Aqui llegó tantas veces soñando desde la última ventana discreta por el efecto de intensidad de luz en aquel cuarto de San Alejo donde un viejo sofá infinidad de veces le ha permitido contemplar durante horas su ídolo mientras el se ocupa del jardín solo en un calzón, mirándolo desde la última ventana esta jovencita infinidad de veces a soñado despierta en supuestas caricias suaves tiernas y al final frenéticas


Todo comenzó debido a las conversaciones recurrentes entre su madre y su abuela:

- El vecino se comportó muy bien mamá "it's fingers licking good"

- Por tu mirada parece que te llamó la atención "it's in the lap of the Gods"

La mujer, de unos veintisiete años, no logra ocultar una sonrisa culpable mientras su rostro dibuja todo lo que está ligado a la intriga y al deseo apasionado.

- Lo único malo con él es su esposa, ella no le conviene "it's worthless"

- Pero hija mía, que son estos modales, ya te has visto frente al espejo

Y las dos mujeres, madre e hija, estallaron en carcajadas burlonas.

- Lo seduciré a la primera oportunidad, mamá.

Dice la joven mientras instintivamente intenta acomodarse el brasier de media copa con costura transversal J 110.

Momentos íntimos buscados sin tener los justos, momentos sublimes sin poder ir allí donde hay ambigüedad entre el deseo y el miedo, pero la prohibición se cumplió.  Difícil priorizar la razón sobre el instinto, difícil priorizar la noción de derecho sobre el momento de la pasión.  Sin embargo, solo la libertad está al final, sin olvidar el riesgo de perderlo todo por un breve momento de locura.  Cuán a menudo la irracionalidad de un encuentro, hubiera puesto en peligro la imagen de la ética.  Cuántas veces las tentaciones de las pasiones han puesto en peligro la condición humana.



Las dos vecinas, después de dos meses de la mudanza, van juntas a comprar primero en Westfield y luego en el comercio de al lado en Straford, por la A10 hacia Enfield, en dirección a Londres.  Esta es una oportunidad de oro para enamorar con el marido que se quedó solo en el jardín.  Un viejo blue jeans cuyas mangas estaban cortadas a la altura de las rodillas, bueno una remera Clear Blue, tipo camiseta de esqueleto, luego para que sus pechos fueran más visibles, decide olvidarse del sostén.  En casa, el vecino está quitando la pintura de las ventanas mediante ácida.  Un delantal de plástico, mangas, guantes, una máscara, al final, la misión parece seriamente comprometida, nuestra Amazona de pacotilla se las arregla para entrar fácilmente, la puerta se ajusta sin cerrojo ni con llave.

El vecino de unos cuarenta años, ve inmediatamente las intenciones de esta mujer, que se acerca, con una gran sonrisa en los labios, luego con la voz más sensual que Dios le hubiera permitido mostrar, hace casi la pregunta más absurda posible.

- ¿Tu quitas la pintura a las ventanas?

-  Si claro.


El vecino le responde con una voz que adivina enfado.

Nuestra seductora aspirante improvisada, logró frotar las puntas de sus dos pechos en la espalda del hombre.  Quien ya piensa en el ridículo que es esta escena, donde esta mujer, abusa de la ausencia de su esposa, luego le dice en un tono de voz seco.

- Tengo ácido en las manos, es un producto muy dañino y al contacto con la piel provoca quemaduras, incluso dejando cicatrices.  Será mejor que evites acercarte demasiado a mí en estas condiciones.

La seductora pantera, muy rápidamente notó que su estrategia había fallado, sin percatarse que detrás de los vitrales de aque habitación a escasos metros de distancia, su hija de menos de diez años, había seguido en su totalidad desde el principio toda la estratagema.



- Eso no es bueno, alguien podría llegar, por favor date cuenta, baja.

Dijo el hombre luego de ser sorprendido por la joven, mientras dormía un sábado por la tarde a fines de agosto, aquí está esta niña de un metro sesenta, cincuenta y nueve kilos con medidas 86-57-90, vestida con una blusa con un gran escote en celeste y una falda muy corta, lo monta a horcajadas, sus manos sobre los hombros del hombre despierto con soberana sorpresa, ella va y viene, sentada de tal forma que percibe el volumen de sus genitales.

El hombre insiste, sin comprender todavía, en varias ocasiones, pero la fuga de una chica es mucho más fuerte que cualquier razonamiento.

Se toma el tiempo para comprender recordando sus quince años, y sus primeras travesuras con aquella mujer de diez años mayor.

Cómo en estas películas, que adelantamos, por tanto, mantenía su aire de querer estar en contra, sin ningún esfuerzo físico para liberarse.  La chica probablemente consiguió lo que estaba buscando.  A juzgar por el ritmo creciente, así como por el silbido de su respiracion que en poco tiempo se convirtio, en gemidos por terminar en los gritos, amortiguados por las mordeduras de sus dedos.

- Cuando pienso que aquella vez podrías haberme hecho el amor, ¿porqué has esperado estos tres largos años?

- ¡Eras demasiado joven, demasiado loca!  ¿Qué pasa si entra otra persona en ese momento?  ¡Podría haber ido a la cárcel!  ¡Pero el riesgo no podia entrar en tu cabeza!

- Se honesto con migo, por favor, porque éramos dos que queríamos acostarnos contigo, Awena y yo.  Además, si ese día vine a intentarlo, fue porque ella había prometido hacerlo demasiado rápido.  ¿Me juras que nunca respondiste con ella de manera favorable?

-  Usted está loca !  ¿Escucha lo que dice? No way! No way in hello

- No worries, think twice

- Sí pero ya hemos pasado varios veranos juntos en la piscina, y ustedes dos, me pusieron celosa muchas veces, se pasaban las horas, sentada los dos en tu cama, bajo la ridícula excusa de darle lecciones de guitarra, pensé mucho. Me estaba volviendo loca.

- Escucha para decirte la verdad, dos meses después de su llegada a la casa de al lado, su madre Neve me sorprendió una vez que te fuiste de compras.

- ¿Qué?  Su madre, ¡y tú te la comiste por supuesto!  Te detesto !

- No, pero ... dije que venía, no hice nada estúpido, sobre todo porque sabía que la familia venía del trópico

- ¡No, no te creo!  Me mientes, aquí está la confesión, ¡cuántas veces has estado con Neve, deberías confesar!

- Por favor, deténte, créanme, nunca he tenido nada ni con madre ni con hija.



Los dos cuerpos vuelven a ser uno, la cama se mueve y golpea contra la pared, ella gime, al principio apenas perceptible pero cada vez más fuerte, luego un grito fuerte, todo seguido de completo silencio, por suerte sucede en el dormitorio trasero de una casa unifamiliar en la esquina de Hamlet Hill y Barn Hill a unas veintisiete millas al noreste de Londres entre Nazeing y Roydon.

No, no es casualidad que seamos supervivientes de tanta trampa en dulzura y otros traicioneros cebos.  En cambio, las mujeres deberían preguntarse cómo habrían descuidado sus deberes íntimos, dejando a sus maridos casi en las camas de otras mujeres sin ataduras, antes de juzgar mal a los hombres.

[Traduction au français]


 Seul un moment fugace, peut-être déguisé d'accident, moments d’intention sûrement, seuls des gestes en apparence irréfléchis, mais toujours une approche intentionnelle ; Dans un combat sans épais où les armes sont des gestes touts dépourvus d’innocents.

Derrière la verrière a l’étage, dans l’angle, au regard bleu, dans un visage a l'harmonie que seul procurent les jeunes, sous l'excuse de faire ses devoirs, elle restée, depuis qu’elle a aperçu le voisin torse nu, en faisant des réparations dans sa voiture.

C’est un amour platonique, conforté, en tant d'occasions.

Dans les souvenirs de la jeune fille, cette été, et les occasions passes près de lui a la piscine, avec des excellentes occasions pour être prêt de lui, sous tant des jeux, divers et variés, plongeant par par-dessous ses jambes sculptées par ses sorties pour faire de vélo, ou pour faire du jogging. C’est une fixation c’est une drogue.

Ce sont presque dix ans déjà passes a observer, à admirer, a désirer, a partager sont lit dans les rêves torrides, un véritable homme, intelligent, le seul défaut serait de pas être chaque nuit à partager le lit. Aillant jouit en rêvant depuis la dernière fenêtre, lui regardant depuis la dernière fenêtre du haut, alors qu’il faisait du jardin dans sa cour.

Toute a commencé par cause de bavardages récurrents, entre sa mère et sa grand-mère :

-   Le voisin a été très sympa maman

-  Pour ton regard on dirait qu’il t'a tapé dans l’œil

La femme environs vingt-sept ans, ne réussit pas à cacher un sourire coupable pendant que sont visage arrive à dessiner tout ce qu'est lie avec l’intrigue et le désir passionnel.

-  La seule chose qui ne va pas chez lui  est sa femme, elle ne lui conviens pas

-  Mais ma fille, qu’elles sont ces manières, tu t’est déjà vu devant la glace

Et les deux femmes, mère et fille éclatent  d’un rire moqueur.

-  Je vais le séduire dès la première occasion, maman

Di la fille en rangeant sont soutien-gorge corbeille à couture transversale J 110.

Des moments intimes recherchés sans avoir le droit, des instants sublimes sans pouvoir y aller là où il y a ambiguïté entre désir et crainte, mais l'interdit jamais accompli. Difficile faire primer la raison sur l’instinct, difficile de faire primer la notion de droit sur le moment des passions. Pourtant seule la liberté est au bout, sans oublier le risque de tout perdre pour un court moment de folie. Combien de fois l'irrationnel d'une rencontre aurait mis en péril l'image de l'éthique. Combien de fois les tentations des passions auraient mis en péril la condition humaine.

 
Les deux voisines, après deux mois du déménagement, partent ensemble faire les magasins tout d'abord a Westfield puis à côté juste au Straford, par A10 vers Enfield, direction Londres. Voilà une opportunité en or pour aller draguer le mari resté seul au jardin. Un ancien blue-jean auquel les manches ont été coupées au genoux, puit un tee-shirt Blue claire, un genre débardeur, puis pour rendre plus évidents ses seins, décide oublier le soutien-gorge. Chez lui le voisin se trouve en train de décoller la peinture de ses fenêtres moyennement un acide. Un tablier en plastique, des manches, des gans, une cagoule   en fin, la mission semble, sérieusement compromise, notre Amazone réussi facilement a entrer, le portail étant juste ajusté sans être verrouillé.

Le voisin la quarantaine, aperçoit de suite, les intentions, de cette femme, elle s’approche, grand sourire aux lèvres puis de la voix la plus sensuelle que le bon Dieu lui aurait permis de faire preuve, posse presque la plus absurde question possible.

-  Tu décapes tes fenêtres

-   Oui bien sur "Without any doubt"

Lui réponds le voisin d’une voix qui se devine agacée.

Notre aspirante improvisé séductrice, réussi a frotter la pointe de ses deux seins dans le dos de l'homme. Qui pense déjà au ridicule qui est cette scène, où cette femme, abuse de l'absence de sont épouse, puis lui dit d'un ton de voix sec.

-  "What a pity" J’ai dans mes mains de l'acide, c’est un produit très nocifs et au contact de la peau produit des brulures en laissant même des cicatrices. Il vaut mieux que tu évites trop de m’approcher dans ces conditions.

La séductrice panthère, très vite a noté que sont stratégie avait échouée, sans se rendre compte que derrière les viraux de la pièce juste a quelques mètres, sa fillette de moins de dix ans, avait suivi en intégralité depuis le début toute la stratagème.

 
-   Ce n’est pas bien, quelqu’un pourrait y arriver, s’il te plaît, rendez-toi compte, descend. "Posh"

Dit l'homme après avoir été surpris par la jeune fille, alors qu’il somnole une après-midi d’un samedi de la fin du mois d’août, voici que cette fillette un mètre soixante six, de cinquante-neuf kilos aux mesures 86-57-90, vêtu d’une blouse au grand décolleté  en bleue clair et d'une jupe  très court, a cheval sur lui, ses mains sur les épaules de l’homme réveillé avec souveraine surprise, va et vienne, assise de telle forme qu’elle perçoit  perçois   le volume de ses génitaux.

L'homme insiste sans encore comprendre, a plusieurs reprises, mais la fugue d’une fille est bien plus forte que tout raisonnement.

Il prends le temps de comprendre en se rappelant de ses quinze ans, et ses premiers ébats avec cette femme de dix ans sont aînée. Comment dans ces films, que l'on fait avancer, il a gardé donc, sont air de vouloir être contre, sans aucun effort physique pour se libérer. La fille a sans doute obtenu ce qu’elle cherchée. A juger par le rythme en augmentation, ainsi que les sifflements plutôt que des cris, étouffés par des morsures sur ses doigts.

-        Quand je pense que tu aurait pu me faire l’amour cette fois, pour quoi as-tu attendu ces trois si longues années ?

-        Tu a était trop jeune trop folle ! Si autre personne rentre pendant cela ? J’aurais pu partir en prison ! Mais ça ne va pas dans ta tête !

-        Soit franc avec mois, s’il te plaît, parce que nous étions deux a vouloir coucher avec toi, Awena et moi. En plus si ce jours je suis venu, c’est parce que elle avait promis de le faire trop vite. Tu me jure que tu n'a jamais répondu avec elle de manière favorable.

-        Tu est folle ! Tu t’entends ce que tu dit ?

-        Oui mais nous avons déjà pendant plusieurs étés passé dans la piscine ensemble, et vous deux, vous m’avait rendu jalouse un tas de fois, j'en passe les heures, assis les deux sur ton lit, sous l'excuse ridicule de lui donner cours de guitare, j’ai cru devenir folle.

-        Ecoute pour tout te dire, deux mois après de leur arrivée a la maison voisine, sa mère Neve m'a surpris une fois que vous étiez parti faire les magasins.

-        Quoi ? Sa mère, et tu l'as sautée bien sur ! Je te déteste !

-        Non mais… je bien dit qu’elle est venu, je n’est pas commise aucune bêtise, surtout que je savais que la famille venait des tropiques

-        Non je ne te crois pas ! Tu me mente, voici confesse, combien de fois tu a été avec Neve, allé accouche !

-        Arrête s’il te plaît, crois-moi, jamais j’ai eu rien ni avec la mère ni la fille.

 Les deux corps a nouveau deviennent un, le lit bouge et tape contre le mur, des gémissements, au début a peine perceptibles mais de plus en plus forts, puis un cri fort, le tout suivi d’un complet silence, par chance cela arrive dans la chambre arrière d'une maison individuelle situe dans l’angle de Hamlet Hill et Barn Hill environs vingt-sept milles au nord-est de Londres entre Nazeing et Roydon.

 Non c’est donc pas du au hasard si nous sommes des survivants de tant de blandices et autres appâts. Les femmes devraient se demander plutôt comment elle auraient négligé leur devoirs, laissant leurs époux presque dans le lit d’autres femmes sans retenue, avant de juger mal des hommes.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty ALICE ME FAIT GAGNER 2,4 MILLIONS D'EUROS

Mensaje  Admin Lun 22 Feb - 12:40

[size=39]Dialogues avec Alice[/size]

Write in English, French and Spanish
Il y a nulle doute beaucoup de fautes; un travail très minutieux d'épuration sera fait, des pasaages devraient etre modifiées changés et supprimés sûrement

(English version)

Dialogues with Alice.
 Author gramophone Royston, England, Monday 22 February 2021
 In an intense romance of only six months, a beautiful English woman of approximately twenty years manages to demonstrate to her boyfriend that not only speculation in the stock market is profitable.  There is also a way to make a fortune in the gemstone trade.

 - But tell me how you have made so much money.

 - The truth is, I don't know that my father and my boyfriend have done.

 - But then you don't know anything.

 - Well, the truth is, my father and my mother separated.

 - Sorry.

 -No, don't worry I was only four years old, a short time later they went back to meeting, my father says that my mother is the most wonderful woman, only that there are days when she becomes unbearable.

 - My mother lives in Antananarivo in Madagascar.

 - Ah I understand why you are so nice.
 As a couple begins to get to know each other this is the conversation, both laugh as if they are making fun of something leaning on the railing of the yacht that takes them to Cape Verde on a summer vacation.

 - The truth is that my boyfriend and my father go two or 3 times a month to Antananarivo.

 - And to do that over there.

 - Well, they do take (£ 20,000) twenty thousand pounds when they return to Paris, they get back (£ 200,000) two hundred thousand pounds.

 - Well that's interesting and you can tell me how.

 - The truth is that I have not accompanied them but they buy sapphires that they sell in Paris.

 - But I thought that precious stones like emeralds were obtained in Colombia.

 -My father has been to Colombia a lot but he is more dangerous.

 -He means that in Madagascar there are also precious stones.

 - No, the truth is, I think only sapphires, there are other precious stones, but it is the Japanese and the Chinese who mostly buy them.

 - And your mother would receive me in Madagascar.

 - Look, I propose that we make a trip to introduce you to my mother.

 A month later we were in Antananarivo;  We arrived on a Wednesday and the next day at 4:00 in the morning we took the route in an old vehicle, an old Nissan Patrol, which would take us to the mines;  Alice's mother accompanied our man on a journey that passed through several cities Antsirabe Amboditra, Finarantsora and finally Ilakaka.
 - My daughter does not like this type of travel.

 -She I was surprised that she did not want to accompany us.

 -The truth is that she does not like this climate and this car does not have air conditioning, so she has never liked traveling to the mines.

 - The truth is that it is very hot and with two hours of travel the temperature is beginning to be high.

 - Yes, we must already be at 38º Celsius at this time.

 - And how much can the temperature mount?

 - At noon we can have 42 or 43 degrees centigrade.
 -I understand why she bought so much water.
 - And also well, I took the cooler because if not the water would also have gotten very hot.
 -It's true she is delicious.
 - And you can tell me where you met my daughter.
 - Actually with some friends we went on vacation to Cape Verde and they introduced her to me.
 -By the way she had told me that she was going on vacation to Cape Verde for a month so she went with you.
 -Yes madam during those vacations she explained to me that it was possible to multiply my money in a very simple way.
 -Well, she did not tell you everything because it is not so simple, you have to endure a day's journey to get the stones.
 - It's true but hey, this is work, I also like to travel.
 - And if we add another day on the road to return to Antananarivo, these are two very difficult days.
 - The truth is she did not tell me that I would have to endure this heat.

 Our man said at the same time he was wiping his forehead with a handkerchief, taking off his tie and taking a second bottle of water out of the cooler.

 The journey lasted fifteen hours or more, in any case I arrived at seven thirty at night.  We spent the night in a hotel and the next day very early we went for a walk in the street of precious stones, a great agitation is observed around small awnings at the door of some houses, Alice's mother was accompanied by an individual  local who was asked to be reserved, because in the sector crime tends to steal tourists and foreigners who come to buy sapphires.
 At around 11:00 in the morning the specialists already knew that someone had arrived from London so what was done after the walk was to return to the hotel and receive some vendors who knew that only large exceptional stones would be bought, who who  I assumed they sold the best precious stones, in fact, no less than five sellers followed each other who brought their stones one by one the purchase reached a maximum amount of (£ 25,000) twenty-five thousand pounds only two of the five sellers  they were selected on the advice of the local expert friend, to whom he had been promised, two hundred pounds commission by Mother Alice.
 That afternoon he ate, not the local food, by the way the restaurant proposed French food and it was decided to sleep in the hotel to leave the next day very early.  To avoid any risk, the departure was at 2:30 in the morning while everyone was sleeping, the old Nissan patrol was turned on and we took the reverse road to get to Antananarivo.  Our arrival at the place of origin occurred at 4:30 in the afternoon.

 Without having done anything I felt tired so I took a good bath and when I got out of the bathroom they gave me an excellent meal, then I retired and slept through the night without waking up.
 At 7:00 in the morning Alice woke me up and asked me to listen to her mother.
 - I invite you to act. Toamasina is a town about 8 hours from here there are about 360 km but we can go to the beach.

 - But that is very far 360 km how many hours it is.

 - Well, the truth is 8 hours we slept tonight in a hotel and we stayed two or three days to enjoy the beach.

 - But would you, madam, agree?

 - Of course it has been a year since I have been to the beach.

 The three people smiled at each other as they ate a hearty breakfast with chocolate cheese, jam, rice and egg at Perico.

 The two women put on their bathing suits and covered themselves with a light silk fabric in very bright colors.  The young man was advised to also dress lightly to withstand the heat.  And they took the route this time with the cooler full of water and soda.  The arrival was at approximately 8 o'clock at night because there were several stops on the road to monitor the condition of the engine and the wheels, also to take some photos and rest in the sun, fortunately some trees allowed to slightly avoid the  Canicula.
 A few days later our young couple circulates next to the Tulleries garden towards the VENDÔME square.
 - Do you know what we see on our left?
 - You don't know anything about me, as a child I lived with an aunt here south in Creteil.
 -        I'm sorry, i do not knew.
 - That is to say, that is why you have asked me to rent this car.
 - Do not exactly look at this is the street in French "rue d'Alger", take the right lane from now on, put the signpost, the next is Castiglione street.
 - We better find a place to leave the car.
 -        Do not worry.
 - Look at that one.
 - No, wait, there is another one closer my father has already brought me here.
 Twenty minutes later:
 - Good morning Alice and Pierre
 The young woman appears, with an air of old friends, on the other side of the counter, an elegant lady in her forties.
 - We would have called yesterday.
 - If you can continue.
 Our couple is led through a door that leads to a narrow staircase all covered in scarlet tapis to a room measuring sixteen meters square, without any window, where behind a desk a man of about seventy years receives them.  The gloom reigns because only the lamp next to the table illuminates the room.  Some stones are displayed, the buyer takes a lamp and inserts a monocle in the left eye socket.
 -        Let's see.  These interest me.
 The buyer, separates most of the sapphires and passes a folded paper with the price, Pierre watches offers one hundred and thirty thousand pounds (130,000 £).  Pierre writes one hundred-seventy-thousand (£ 170,000) on the paper.  The buyer looks at the paper and writes again.  The paper made like three back and forth between them, finally the sale is made for one hundred-fifty-four-thousand pounds (£ 154,000).
 - But have you noticed?
 Young Alicia says to her crush while both of them laugh out loud in the car heading to Orly airport.
 Well, the truth is, I have earned one hundred and five thousand pounds (£ 105,000).
 During the two years that followed Pierre, he continued to travel once every month to Madagascar, sometimes selling in Paris, others in London or New York.  At the end of that time a part of his fortune destined for sapphires had gone from one hundred and five thousand pounds to two million three hundred and eighty-nine thousand pounds.  The romantic relationship with Alice only lasted until the middle of winter.  When by mutual consent decision, they would stop traveling to Madagascar.  But her relationship with her mother was always very satisfactory and above all profitable.

Auteur gramophone Royston, Angleterre, lundi 22 février 2021

(IN FRENCH)

Prologue

Dans une romance intense de seulement six mois, une belle Anglaise d'environ vingt ans parvient à démontrer à son petit ami que non seulement la spéculation en bourse est quelque chose de rentable.  Il existe également un moyen de faire fortune dans le commerce des pierres précieuses.


- Mais dis-moi comment tu as gagné autant d'argent.

- À vraie dire,je ne sais pas ce que mon père et mon petit ami ont fait.

- Mais alors tu ne sais rien. (Rire moqueurs)

- Eh bien, voilà tout commence quand mon père et ma mère se sont séparés.

-  Je suis désolé.

- Non! Laissez-moi te raconter! Sans interruption...! Ne t'inquiète pas, je n'avais alors que quatre ans, peu de temps après ils ont commencé à nouveau à se rencontrer, de temps à autre, a cause du commetce des saphirs, mon père dit que ma mère est la femme la plus merveilleuse, seulement qu'il y a des jours où elle devienne insupportable.

- Ma mère vit à Antananarivo à Madagascar.

- Ah je comprends pourquoi tu es si gentille.

Alors qu'un couple commence à se connaître, c'est cice leur conversation, tous deux rient comme s'ils se moquaient de quelque chose très drôle, en s'appuyait sur le tube en inox poli à bord du yacht qui les emmène au Cap-Vert en vacances d'été.

-- Au départ mon copain et mon père vont deux ou trois fois par mois à Antananarivo.

-  Et pour faire quoi là-bas?

- Eh bien, en parrant de Londres ils prennent disant (20 000 £) vingt mille livres qu'à leur retour à Paris, ils récupèrent en vendant place VENDÔME (200 000 £) deux cent mille livres.

- Eh bien, c'est intéressant et tu peux me dire comment?

- C'est que je ne les ai pas accompagnés dans toutes leurs péripéties, mais ils achètent des saphirs qu'ils vendent à Paris où quelques fois je suis déjà allé, Paris a du charme tu sais?

- Mais je pensais que les pierres précieuses comme les émeraudes étaient obtenues plutôt en Colombie.

- Mon père a souvent allé en Colombie aussi mais c'est plus dangereux là-bas il va beaucoup plus ailleurs à Madagascar par exemple.

- Cela signifie qu'à Madagascar il y a aussi des pierres précieuses?

- En fin, oui et non...! Ce que j'ai vu serait que des saphirs, il y a d'autres pierres précieuses, mais ce sont les japonais et les chinois qui les achètent le plus. Ma maman connaît mieux que moi ça.

- Et ta mère me recevrait à Madagascar.

- Ecoute, je te propose qu'on fasse un voyage pour te présenter ma mère.

Un mois plus tard, le couple se trouve à Antananarivo;  Ils sont arrivés un mercredi et le lendemain à 4 heures du matin ils avaient pris la route dans un vieux véhicule, un vieux Nissan Patrol, qui leurs conduirait aux mines;  La mère d'Alice a accompagné notre homme dans un voyage qui a traversé plusieurs villes Antsirabe, Amboditra, Finarantsora et enfin Ilakaka.

- Ma fille n'aime pas ce type de voyage.

- J'ai été surpris qu'elle ne veuille pas nous accompagner.

- Tu vas remarquer vite qu'elle n'aime pas ce climat et que cette voiture n'a pas de climatisation, elle n'a donc jamais aimé se rendre jusqu'aux mines.

- C'est qu'il fait très chaud et avec deux heures de voyage, la température commence à être élevée.

- Oui, nous devons déjà être à 38 ° Celsius en ce moment.

- Et de combien la température peut-elle monter?

- A midi, nous pouvons avoir 42 ou 43 degrés centigrades; nous allons alors trouver un restaurant où les ventilateurs vont atenuer a l'ombre la chaleur.

- Je comprends pourquoi t'as acheté autant d'eau.

- Et bien aussi, j'ai pris la glacière car sinon l'eau serait aussi devenue très chaude.

- C'est vrai qu'elle délicieuse. (En prenant une bouteille)

- Et tu peux me dire où t'as rencontré ma fille.

- En fait, avec des amis, nous sommes parti en vacances au Cap-Vert et ils nous ont présentée.

- Oui ça y est, elle m'avait dit qu'elle partait en vacances au Cap-Vert pour un mois alors elle est allée avec vous.

- Oui madame, pendant ces vacances elle m'expliqua qu'il était possible de multiplier mon argent d'une manière très simple.

- Bon, elle ne vous a pas tout dit car ce n'est pas si simple, il faut endurer une journée de voyage pour récupérer les pierres.

- C'est vrai mais bon, c'est du travail, j'aime aussi voyager.

- Et si on rajoute un autre jour sur la route pour rentrer à Antananarivo, ce sont deux jours très difficiles mon cher jeune homme.

- La vérité, elle n'a pas dit que je devrais endurer cette chaleur.

Notre homme a dit en même temps qu'il séchait son front avec un mouchoir, enlevait sa cravate et prenait une deuxième bouteille d'eau de la glacière.
Il écrira a des amis ceci:

Le trajet dura quinze heures ou plus, en tout cas j'arrivai à sept heures trente du soir.  Nous avons passé la nuit dans un hôtel et le lendemain très tôt nous sommes allés nous promener dans la rue des pierres précieuses, une grande agitation est observée autour de petits auvents à la porte de certaines maisons, la mère d'Alice était accompagnée d'un particulier local a qui elle avait demandé d'être réservé, car dans le secteur la criminalité a tendance à voler les touristes et les étrangers qui viennent acheter des saphirs.

Vers 11h00 du matin, les spécialistes savaient déjà que quelqu'un était arrivé de Londres; donc ce qui a été fait remarquer par la promenade, de retourner à l'hôtel il fallait recevoir des vendeurs qui savaient que seules de grosses pierres exceptionnelles seraient achetées, tel que je supposais. ils ont venus avec leurs meilleures pierres précieuses, en fait, pas moins de cinq vendeurs se sont succédés, qui ont apporté leurs pierres un à un. L'achat a atteint un montant maximum de (25000 £) vingt-cinq mille livres seulement deux des cinq vendeurs ont été sélectionnés sur les conseils de l'ami expert local, à qui elle avait promis, deux cents livres de commission.

Cet après-midi, ils mangent, pas la nourriture locale, d'ailleurs le restaurant proposait de la cuisine française et il a été décidé de dormir à l'hôtel pour partir le lendemain matin.  Pour éviter tout risque, le départ était à 2h30 du matin alors que tout le monde dormait, l'ancien Nissan était allumée et nous avons pris la route inverse pour rejoindre Antananarivo.  Notre arrivée au lieu d'origine a eu lieu à 4h30 de l'après-midi.

Sans avoir rien fait je me sentais fatigué, alors j'ai pris un bon bain et quand je suis sortie de la salle de bain on m'a donné un excellent repas, puis je me suis retirée et j'ai dormi toute la nuit sans me réveiller.

À 7 heures du matin, Alice m'a réveillé et m'a demandé d'écouter sa mère.

- Je vous invite à Toamasina, c'est une ville à environ 8 heures d'ici il y a 360 km en tout mais on peut aller à la plage.

- Mais c'est très loin 360 km combien d'heures c'est.

- Bon, la vérité c'est qu'en 8 heures nous pourrions arriver et dormi le soir dans un hôtel et nous  resterions deux ou trois jours pour profiter de la plage.

- Mais seriez-vous d'accord, madame? Après le voyage que nous venons de faire?

- Bien sûr, en plus si vous conduisez pour moi? Cela fait un an que je ne suis pas allée à la plage.

Les trois personnes ony souris en prenant un copieux petit-déjeuner avec du fromage du chocolat, de la confiture, des croissants, du riz et des œufs en omelette.

Les deux femmes ont enfilé leurs maillots de bain deux pieces et se sont recouvertes chacune d'un tissu de soie léger plutot transparent aux couleurs très vives.  Le jeune homme a également été conseillé de s'habiller légèrement pour résister à la chaleur.  Et ils ont pris la route cette fois avec la glacière pleine d'eau et de soda.  L'arrivée était vers 8 heures du soir car il y avait fait plusieurs arrêts sur la route pour surveiller l'état du moteur et des roues, aussi pour prendre quelques photos et se reposer du soleil, heureusement quelques arbres permettaient d'éviter légèrement la Canicula .

Quelques jours plus tard notre jeune couple circule à côté du jardin des Tulleries vers la place VENDÔME.

- Tu sais ce que nous voyons sur notre gauche?

- Tu ne sais rien de moi, enfant, je vivais avec une tante ici au sud de Créteil.

- Je suis désolé, je ne savais pas.

- C'est à dire, c'est pourquoi vous m'avez demandé de louer cette voiture.

- Ne vous contentez pas de regarder le GPS, profite de l'ambience, cela c'est la rue en français "rue d'Alger", prenez la voie de droite à partir de maintenant, mettez le feu indicateur de direction à droite, la prochaine est la rue Castiglione.

- Nous ferions mieux de trouver un endroit pour laisser la voiture.

- Ne t'inquiète pas.

- Regardez celui-là.

- Non, attendez, il y en a un autre de plus près mon père m'a déjà amené ici.

Vingt minutes plus tard:

- Bonjour Alice et Pierre

La jeune femme apparaît, avec un air de vieux copains, de l'autre côté du comptoir, devant une élégante dame d'une quarantaine d'années. Alice ajoute.

- On aurait appelé hier.

- Si, bien sur, vous pouvez continuer.

Notre couple est conduit par une petite porte qui mène à un escalier étroit, tout et recouvert de tapis écarlate ils arrivaient jusqu'à une pièce de seize mètres carrés, sans fenêtres, où derrière un bureau un homme d'environ soixante-dix ans les reçoit.  La pénombre règne car seule la lampe à côté d'une petite table éclaire la pièce.  Certaines pierres sont exposées, l'acheteur prend une lampe et insère un monocle dans l'orbite gauche.
-        Voyons voir.  Celles-ci m'intéressent.

L'acheteur, sépare la plupart des saphirs et passe un papier plié dans lequel il avait écrit, avec le prix, Pierre montres offre cent trente mille livres (130 000 £).  Pierre écrit cent soixante-dix mille (170 000 £) sur le papier.  L'acheteur regarde le papier et écrit à nouveau.  Le papier fait trois va-et-vient entre eux, enfin la vente est faite pour cent cinquante-quatre mille livres (154 000 £). Les deux hommes se sont serrés la main.

- Mais avez-vous remarqué?

Dit la jeune Alicia à son amant alors qu'ils sourient tous les deux dans la voiture qui se dirige vers l'aéroport d'Orly.

Eh bien, la vérité est que j'ai gagné cent cinq mille livres (105 000 £).

Pendant les deux années qui ont suivi Pierre a continué à voyager une fois par mois à Madagascar, en vendant parfois à Paris, d'autres à Londres ou à New York.  

A la fin de cette période, une partie de sa fortune destinée aux saphirs était passée de cent cinq mille livres à deux millions trois cent quatre-vingt-neuf mille livres.  La relation amoureuse avec Alice n'a duré que jusqu'au milieu de l'hiver.  Lorsque, par décision mutuelle, ils cesseraient de se rendre à Madagascar.  Mais la relation avec la mère d'Alice était toujours très satisfaisante et surtout profitable.

(IN SPANISH)

Diálogos con Alice.

Autor gramophone Royston, England, Monday 22 February 2021

En un romance intenso de solo seis meses una bellísima inglesa de aproximadamente veinte años  logra demostrar a su novio que no solo la especulación en bolsa de valores es algo rentable. En el comercio de piedras preciosas también hay manera de hacer fortuna.

 

-        Pero dime de qué manera es que has logrado tanto dinero.

 

-         La verdad yo no sé eso lo ha hecho mi padre y mi novio.

 

-        Pero entonces tú no sabes nada.

 

-        Pues la verdad mi padre y mi madre se separaron.

 

-        Lo lamento.

 

-        No, no te preocupes tenía solo cuatro años, poco tiempo después volvieron a frecuentarse, mi padre dice que mi madre es la mujer más maravillosa, solo que hay días que se pone insoportable.

 

-        Mi madre vive en Antananarivo en Madagascar.

 

-        Ah comprendo por qué eres tan amable.

Mientras Una pareja comienza a conocerse esta es la conversación,  ambos se ríen como si se burlarán de algo  apoyados en la baranda del yate que los conduce a Cabo Verde en unas vacaciones de verano.

 

-        La verdad es que mi novio y mi padre van dos o 3 veces al mes a Antananarivo.

 

-         Y para hacer que por allá.

 

-        Pues sí llevan (20000£) veinte mil libras al retorno a París recuperan (200000£) doscientas mil libras.

 

-        Pues eso es interesante y me puedes decir cómo.

 

-        La verdad es que yo no los he acompañado pero compran zafiros que venden en París.

 

-        Pero pensé que las piedras preciosas como las esmeraldas se conseguían en Colombia.

 

-        Mi padre ha ido mucho a Colombia pero es más peligroso.

 

-        Quiere decir que en Madagascar también hay piedras preciosas.

 

-        No, la verdad creo que solamente zafiros, ahí otras piedras preciosas pero son los japoneses y los chinos quienes las compran en su mayoría.

 

-        Y tu madre me recibiría en Madagascar.

 

-        Mira te propongo que hagamos un viaje para presentarte a mi madre.

 

Un mes más tarde nos encontrábamos en Antananarivo ; llegamos un miércoles y al día siguiente a las 4:00 de la mañana tomamos la ruta en un vehículo vetusto, un viejo Nissan Patrol, que nos llevaría a las mina;  la madre de Alice acompañó a nuestro hombre en un trayecto qué pasó por varias ciudades Antsirabe  Amboditra, Finarantsora y finalmente Ilakaka.

-        A mi hija no le gusta este tipo de viajes.

 

-        Me extrañó que no quisiera acompañarnos.

 

-        La verdad a ella este clima no le gusta y este carro no tiene climatización por eso nunca le ha gustado viajar hasta las minas.

 

-        La verdad hace mucho calor ya con dos horas de ruta la temperatura está comenzando a ser elevada.

 

-        Sí ya debemos estar a 38º centígrados en este momento.

 

-        ¿Y hasta cuánto puede montar la temperatura?

 

-         Al medio día podremos tener 42 o 43º centígrados.

-        Comprendo por qué compró tanta agua.

-        Y además pues tomé la neverita porque si no el agua también se hubiera calentado mucho.

-        Es verdad se encuentra deliciosa.

-        Y me puedes decir dónde conociste a mi hija.

-        La verdad con unos amigos fuimos de vacaciones a Cabo Verde y me la presentaron.

-        A propósito ella me había comentado que se iba un mes de vacaciones a Cabo Verde entonces fue contigo.

-        Sí señora durante esas vacaciones me explicó que era posible multiplicar mi dinero de una manera muy simple.

-        Pues no te dijo todo porque no es tan simple hay que soportar un día de ruta para poder obtener las piedras.

-        Es verdad pero bueno esto es trabajo además me gusta viajar.

-        Y si le agregamos otro día de ruta para volver a Antananarivo son dos días muy difíciles.

-        La verdad ella no me dijo que yo tendría que soportar este calor.

 

Dijo nuestro hombre al mismo tiempo se secaba la frente con un pañuelo, quitándose la corbata y que sacaba de la neverita una segunda botella de agua.

 

El trayecto duró quince horas o más en todo caso la llegada fui a las siete y media  de la noche. En un hotel pasamos la noche y al día siguiente muy temprano fuimos a caminar en la calle de las piedras preciosas, una gran agitación se observa en torno de pequeñas toldas a la puerta de algunas casas,  la madre de Alice se hizo acompañar de un individuo local a quien se le pidió que fuera reservado, pues en el sector la delincuencia acostumbra robar los turistas y extranjeros que vienen a comprar zafiros.

A eso de las 11:00 de la mañana ya los especialistas sabían que de Londres había llegado alguien entonces lo que se hizo después de la caminada fue volver al hotel y recibir algunos vendedores que sabían que solo se comprarían grandes piedras excepcionales, quienes que se suponía vendían las mejores piedras preciosas, se sucedieron, en efecto, no menos de cinco vendedores que llevaron sus piedras uno por uno la compra llego a un monto máximo de (25000£) veinte-y-cinco mil libras solo dos de los cinco vendedores fueron seleccionados sobre el Consejo de el amigo experto local, al cual se le había prometido, doscientas libras de comisión por la madre Alice.

Esa tarde se comió, no la comida local, por cierto el restaurante proponía comida francesa y se decidió dormir en el hotel para salir el día siguiente muy temprano. Para evitar cualquier riesgo la salida fue a las 2:30 de la mañana mientras todo el mundo dormía el viejo Nissan patrol fue encendido y cogimos el camino inverso para llegar a Antananarivo. Nuestra llegada al lugar de origen ocurrió a las 4:30 de la tarde.

 

Sin haber hecho nada me sentía cansado así que me pegué un buen baño y al salir del baño me brindaron una excelente comida, luego me retiré y dormí toda la noche sin despertar.

 A las 7:00 de la mañana Alice me despertó y me propuso escuchar a su mamá.

-        Los invito actúa Toamasina es un pueblo a unas 8 horas de aquí hay unos 360 km pero podemos ir a la playa.

 

-        Pero eso está muy lejos 360 km cuántas horas son.

 

-        Pues la verdad son 8 horas dormimos esta noche en un hotel y nos quedamos dos o tres días a disfrutar de la playa.

 

-        ¿Pero usted señora estaría de acuerdo?

 

-        Claro hace ya un año que no he estado en la playa.

 

Las tres personas se sonrieron mientras se tomaban un copioso desayuno con queso chocolate mermelada arroz y huevo en Perico.

 

Las dos mujeres se pusieron el traje de baño y se cubrieron con una tela ligera en seda de colores muy vivos. Aconsejaron al joven de que se vistiera igualmente de manera ligera para soportar el calor. Y tomaron la ruta esta vez con la neverita llena de agua y bebida gaseosa. La llegada fue aproximadamente a las 8 de la noche debido a que hubo varios altos en la carretera para vigilar el estado del motor y de las ruedas igualmente para tomar algunas fotos y descansar en medio del sol, por fortuna algunos árboles permitían, esquivar ligeramente la canícula.

Pocos días después nuestra joven pareja circula al lado del jardín de Tulleries rumbo a la plaza VENDÔME.

-        Sabes que es lo que vemos a nuestra izquierda?

-        No sabes algo de mi, de niña viví con una tía aquí al sur en Creteil.

-        Disculpa no lo sabía.

-        Es decir que por eso me has pedido que tome este auto en arriendo.

-        No precisamente  mira esta es la calle en francés “rue d'Alger" toma desde ya el carril de la derecha, pon el direccional, la próxima es la calle Castiglione.

-         Sera mejor que encontremos donde dejar el auto.

-        No te preocupes.

-        Mira en ese.

-        No, espera, hay otro mas próximo mi padre ya me ha traído aquí.

Veinte minutos después:

-        Buenos días Alice y Pierre

Se presenta la joven, con un aire de viejos amigos, al otro lado del mostrador, una elegante señora de unos cuarenta años.

-         habríamos llamado ayer.

-        Si pueden seguir.

Nuestra pareja, es conducida por una puerta que da a una estrecha escalera toda cubierta de tapis escarlata hasta un cuarto de diez y seis metros cuadrados, sin ninguna ventana, donde detrás de un escritorio un hombre de unos setenta años, los recibe. La penumbra reina pues solo la lámpara al lado de la mesa, ilumina el recinto. Algunas piedras son exhibidas, el comprador toma una lámpara e introduce un monóculo en la Cuenca del ojo izquierdo.

-        Veamos. Estás me interesan.

El comprador, separa la mayoría de los zafiros y pasa un papel doblado con el precio, Pierre mira ofrece  ciento treinta mil libras (130000£). Pierre escribe en el papel ciento-setenta-mil (170000£). El comprador mira el papel y escribe de nuevo. El papel hizo como tres idas y venidas entre ambos, finalmente la venta se hace por ciento-cincuenta-y-cuatro-mil libras (154000£).

-        ¿Pero te has dado cuenta?

Dice la joven Alicia a su enamorado mientras ambos sonríen a carcajadas en el auto rumbo al aeropuerto de Orly.

-        Pues la verdad me he ganado ciento cinco mil libras (105000£).

Durante los dos años que siguieron Pierre, continuó a viajar cada mes una vez a Madagascar, a veces vendiendo en Paris otras en Londres o Nueva York. Al cabo de ese tiempo una parte de su fortuna destinada a los zafiros había pasado de ciento cinco mil libras a dos millones trescientas ochenta y nueve mil libras.  La relación sentimental con Alice solo duró hasta mediados del invierno. Cuando por decisión consentida mutual, dejarían de viajar a Madagascar. Pero la relación con la madre de ella fue siempre muy satisfactoria y sobre todo rentable.


Última edición por Admin el Jue 25 Feb - 16:28, editado 4 veces
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty Passion argent & adrénaline

Mensaje  Admin Mar 23 Feb - 13:04

[size=37]Adrénaline dans le jeu d’argent[/size]

Write in French and Spanish


Auteur anonyme Royston Angleterre mercredi 23 février 2021

Préface.

Voici une petite histoire vécue par la jeunesse irlandaise, ici nous nous trouvons face à une trentaine de jeunes nés vers la fin des années quatre-vingts.

Ils ou elles auraient en commun, avoir fait leur école primer dans les villes de Carlow, Ennis, Galway, Clonmel, Mullingar, puis leur lycée au même lieu a Galway.

Tout au départ ils n’appartiennent pas à une même classe sociale mais pas leur amitié ils formeront un clan très puissant dans la société irlandaise.

Une idée a grand risque et géniale

Tout commence par James McAleese a l’initiative d’une idée en apparence folle, Puisqu’au départ il s’agit de jouer en Bourse de valeurs. James s’attache depuis l'année 2007 à reprendre et maintenir contact avec ses amis du collège de Galway. Ils commencent à jouer avec la somme de cent vingt mille huit cent vingt trois livres et quatre vingt cents (120823,83£)

James se trouve dès l’été 2007 à l’université de Boston pour étudier biologie moléculaire et génétique dans les seul but de faire plaisir à son grand-père. Sauf que depuis de sa plus tendre enfance même ses camarades à l’école savaient qu'il a aimé parier. Il a dans son sang un certain niveau d’attachements aux principes très prisée des irlandais, le sens du clan, le sens de l'amitié et le sens de l honneur. Jouer lui procure autant de plaisir, qu’à d'autres, les substances hallucinogènes, parier passe pour lui avant les femmes, il est aussi vraie qu’en étant irlandais le whisky ne manquerait jamais chez lui.

Dès l’année 2003, au collège, James McAleese et Pierre Browne, lesquels menaient des solides relations depuis les classes a la «Borris Vocational school » malgré leurs origines de classe ouvrière, ils étaient déjà remarqués pour leur dépenses. Les autorités de Carlow, avaient du découvrir leur addiction au jeux en ligne. Leurs parents savaient et toléraient malgré eux les tendances de leurs rejetons.

En arrivant à Boston le jaune James, dès la première semaine, a commencé à se faire connaître, d'abord pour sa manière des consommer du whisky et puis pour sa pédagogie avec deux ou trois copains qu’ont bien voulu l'accompagner dans sa chambre.

Ceux-là malgré la crainte face à l'écran et le jeux en bourse ont commencé à confier à James d’abord une partie de leurs économie. À manière de prêt, puis ils ont très vite, aussi devenus accros au jeux. Mais très vite leur niveau des notes est tombé  et ils ont décidés des confier à James lors parti en échange d'un pourcentage sur les bénéfices.

La nouvelle s’est vite répandue dans l'université,  vers le 3e mois le nombre des visiteurs de James dépassé la trentaine, le vendredi après dix dix-huit heures, ils venaient par groupes de 3 ou 4 récupérer le bénéfice de leur investissement dans le but de profiter pendant le week-end.

À la fin du 4e mois il y avait même quatre professeurs de James qui venait pour le même raison et c'était le vendredi soir ou le samedi matin.

Dû au fait que James n’arrivait pas à satisfaire la demande. Au 5e mois James a dû récupérer le numéro de compte des ses parieurs et le virer leur bénéfice directement depuis sont ordinateurs.

Plus de soixante-quinze pour cent des clients des James préféraient recevoir un pourcentage de bénéfice sans aucun risque dans une tactique de James que lui permettait d'engranger davantage d'argent. De toute manière les résultats étaient trois fois plus de celui offerts par la meilleure banque.

-        Écoute il va falloir faire très attention parce que ton niveau dans les matières est trop bas et tu risques de te faire exclure de l'université.

 

-        S’il vous plaît aide moi je vous promets des vous rétribuer parce que si je perd ma place à l’université mon grand père va être très malheureux.

 

Ceci est arrivé dans l'angle de Chelsea et Prescott stree, alors que le professeur et James, se sont retrouvé pour diner chez Mario's, James a proposé au prof de prendre un taxi pour aller a «  the Black Rose » où ils seraient resté jusqu’à trois heures du matin, heure à laquelle ils auraient demandé un taxi  pour rentrer. Quelques jours plus tard le professeur avait augmente la liste d’instituteurs de Boston University dans le carnet des James ; et le compte du professeur s’est vite trouvée augmentée dès quarante cinq pour cent en un mois. Déjà le nom de James avait disparu désormais il été surnommé « Broker man ». En échange James a promis au professeur donner plus recevoir des nouveaux investisseurs mais sa liste était composée des trois cent quarante sept personnes déjà. Il est vrai que James a tenu sa parole.

-Tiens s’il te plaît prends le temps de lire ces deux  livres, ils traitent sur les travaux de Martinus Beijerinck   parce que là dessus il va avoir dans trois semaines, un travail important et ta note et clé, prends en compte les textes soulignes.

- Un grand merci  je vous adore professeur.

Pendant les deux semaines qui ont suivi cet échange entre le professeurs et James, les performances  des résultats en bourse ont chuté de quarante pour cent mais il a continué malgré tout à garantir les attentes des clients. Pour cela il a dû récupérer un peu d'argent dans plusieurs de ses comptes. Mais l’exposé oral de sa part, a provoqué d’abord des élogieux applaudissements des professeurs, suivis de ceux de ses amis. Contre toute attente la salle entière, applaudissez à l’unisson.

Jamais a fini tout d’abord pour remercier ses tuteurs  et d'une voix entrecoupée, il a dit.

-        Je vous aime touts.

La caméra a fait un grand zoom sur sont visage, montrant le côté humain d'un élève, et cela a fait a nouveau retentir les applaudissements. Entre les filles dans la salle il y eut sûrement en plus de larmes quelques cœurs conquis.

 

À partir de ce jour j'aime ça voulu réduire sa charge de travail dans la Bourse de valeurs mais c'est 347 clients n'auront pas voulu arrêter d'engranger les bénéfices et dans la plupart des cas ils l'ont demandé des continuer ; James s’est rendu compte qu’est ce que le demander son grand-père avait plus d’importance que l’argent et qu'il pouvait travailler beaucoup mieux mais il était déjà trop engagé dans les domaines de finance.

 Il a fini progressivement pour réduire son activité dans le domaine financier grâce à ces effort  pour expliquer à ses clients que sont titre universitaire avait beaucoup d’importance pour son grand-père. Malgré tout il a continué à travailler quelque soirs par semaine dans la bourse réussissant à offrir à ses clients moins des bénéfices mais de toute manière leur investissement resté plus rentable que dans d’autres domaines.

C’est dans ce cadre, que « the broker » a décidé de reprendre contact avec ses amis de collège a Galway.

- Tu vas devoir préparer un oral sur   transcriptomique et la protéomique n’oublie pas la thèse de Nicolas Mattiuzzo, dans trois semaines, ne manqués pas, chez Paul il y a un exemplaire, les soulignes, seront la clé. - Oh mon dieu, merci professeur.

[

(In Spanish)


[size=37]Bolsa de valores y Adrenalina[/size]

 Autor anónimo Royston England miércoles 23 de febrero de 2021

 Prefacio.

 He aquí una pequeña historia vivida por la juventud irlandesa, aquí nos encontramos frente a una treintena de jóvenes nacidos a finales de los ochenta.

 Tendrían en común, haber estudiado su escuela primaria en las ciudades de Carlow, Ennis, Galway, Clonmel, Mullingar, luego su escuela secundaria en el mismo colegio en Galway.

 Al principio no pertenecen a la misma clase social pero por su amistad formarán un clan muy poderoso en la sociedad irlandesa.

 Una idea con mucho riesgo pero brillante

 Todo comienza con James McAleese teniendo la iniciativa de una idea aparentemente loca, ya que comienza  jugando en la bolsa de valores.  James ha estado trabajando desde 2007 para volver a conectarse y mantener el contacto con sus amigos en Galway College.  Empiezan a jugar con la suma de ciento veinte mil ochocientos veintitrés libras y ochenta centavos (£ 120,823.83)

 James estaba en la Universidad de Boston en el verano de 2007 estudiando biología molecular y genética con el único propósito de hacer feliz a su abuelo.  Excepto que desde su más tierna infancia incluso sus compañeros de escuela sabían que le gustaba apostar.  Lleva en la sangre un cierto nivel de apego a los principios muy apreciados por los irlandeses, un sentido de clan, un sentido de amistad y un sentido del honor a toda prueba.

Jugar le da tanto placer como a los demás, sustancias alucinógenas, las apuestas vienen antes que las mujeres, también es cierto que el whisky irlandés nunca faltaría en casa.

 Ya en 2003, en el colegio, James McAleese y Pierre Browne, quienes tenían una profunda amistad desde las clases en la escuela vocacional Borris, a pesar de sus orígenes de clase obrera, ya eran conocidos por sus gastos.  Las autoridades de Carlow deben haber descubierto su adicción al juego en línea.  Sus padres conocían y a pesar de ellos mismos toleraron las tendencias de sus hijos.

Al llegar a Boston, el joven James, desde la primera semana, comenzó a darse a conocer, primero por su forma de consumir whisky y luego por su pedagogía con dos o tres amigos que tuvieron la amabilidad de acompañarlo en su dormitorio.

Aquellos a pesar del miedo a la pantalla y los juegos bursátiles comenzaron a confiarle a James una parte de su economía primero.  Como préstamo, rápidamente también se volvieron adictos a los juegos.  Pero muy rápidamente su nivel de grado bajó y decidieron entregarle las riendas de la bolsa a James a cambio de un porcentaje de las ganancias.

 La noticia se difundió rápidamente en la universidad, alrededor del 3er mes el número de visitantes de James superó la treintena, el viernes después de las dieciocho horas, acudieron en grupos de tres o cuatro para recuperar el beneficio de su inversión con el fin de disfrutar durante el fin de semana.

 Al final del cuarto mes, incluso cuatro de los maestros de James venían por la misma razón ya era el viernes por la noche o el sábado por la mañana.

 Debido al hecho de que James no pudo satisfacer la demanda.  Para el quinto mes, James tuvo que recuperar los números de cuenta de sus apostadores y transferir sus ganancias directamente desde su computadora.

 Más del setenta y cinco por ciento de los clientes de James prefirieron recibir un porcentaje de ganancias sin riesgo en una táctica de James que le permitió ganar más dinero.  En cualquier caso, los resultados fueron tres veces superiores a los ofrecidos por el mejor banco.

 - Escucha, tienes que tener mucho cuidado porque tu nivel en las asignaturas es demasiado bajo y corres el riesgo de ser excluido de la universidad.

 

 - Por favor, ayúdame, le prometo que se devolveré en dinero porque si pierdo mi puesto en la universidad, mi abuelo se va a poner muy triste.

 

 Esto sucedió en la esquina de las calles Chelsea y Prescott, mientras el profesor y James, se reunían para cenar en Mario's, James le propuso al maestro que tomara un taxi para ir a "la Rosa Negra" donde se habrían quedado hasta las tres de la madrugada cuando supuestamente pidieron un taxi de regreso a casa.  Unos días después, el profesor había aumentado la lista de profesores de la Universidad de Boston en el cuaderno de James;  la cuenta del profesores creció rápidamente de cuarenta y cinco por ciento en un mes.  Ya el nombre de James había desaparecido ahora se le apodaba "Broker man".  A cambio James prometió al profesor dar no más recibir nuevos inversores pero su lista ya estaba compuesta por trescientas cuarenta y siete personas.  Es cierto que James cumplió su palabra.

 -Espera por favor tómate el tiempo para leer estos dos libros, ellos tratan de la obra de Martinus Beijerinck porque sobre este tendrá en tres semanas, un oral importante y su nota es clave, ten en cuenta los textos subrayados.

 - Muchas gracias, te adoro profesor.

 Durante las dos semanas que siguieron a este intercambio entre el profesor y James, el desempeño de los resultados en el mercado de valores se desplomó en un cuarenta por ciento, pero él siguió garantizando las expectativas de los clientes.  Para ello tuvo que recuperar algo de dinero en varias de sus cuentas.  Pero la presentación oral de su parte atrajo el aplauso primero de los profesores, seguido por el de sus amigos.  Contra todo pronóstico, toda la sala, aplaudió al unísono.

 James terminó primero agradeciendo a sus tutores y con la voz quebrada, dijo.

 - Los amo a todos.

 La cámara hizo un gran acercamiento en su rostro, mostrando el lado humano de un estudiante, y provocó aplausos nuevamente.  Entre las chicas en la sala seguramente hubo además de las lágrimas algunos corazones conquistados.

 

- A partir de este día me gustaría que intente reducir su carga de trabajo en Bolsa

Le murmuró la conciencia a James.

Pero sus 347 clientes no querrán dejar de acumular ganancias y en la mayoría de los casos han pedido continuar;  James se dio cuenta que satisfacer a su abuelo era más importante que el dinero y que podía trabajar mucho mejor, pero ya estaba demasiado involucrado en las finanzas.

 Poco a poco terminó reduciendo su actividad en el ámbito financiero gracias a ingentes esfuerzos por explicar a sus clientes que su título universitario era muy importante para su abuelo.  A pesar de todo siguió trabajando algunas tardes a la semana en Bolsa logrando ofrecer a sus clientes menos beneficios pero en cualquier caso su inversión siguió siendo más rentable que en otros campos.

 Es en este contexto  "el corredor" THE BROCKER decidió volver a conectarse con sus amigos del colegio en Galway.

 - Tendrás que preparar un oral sobre transcriptómica y proteómica no olvides la tesis de Nicolas Mattiuzzo, en tres semanas, no te pierdas, en la biblioteca de Paul hay una copia, los subrayados, serán la clave. 

- Dios mío, gracias profesor.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty Notes sur l'amour et la femme

Mensaje  Admin Dom 14 Mar - 6:12


La femme et l'amour



Par anonyme dimanche 13 mars 2021

Le but de ce genre de textes, a pour but arriver a l'equivalent de six cents pages, environ pour arriver en ajoutants des textes cmme celui-ci, a la prétention "irrévérencieuse" vis-à-vis de la littérature, de publier un livre. En bas, je vous prie de me donner un clic soit si le texte ne vous plaît, soit s'il a plu alors le pouce vers le haut merci a l'avance.


Oh quel bordel, d'essayer d'écrire sur les femmes.  Eh bien, il sera essentiel de positionner le sujet dans un contexte;  étant dans l'erreur, ne considérez que le présent, le passé ou l'avenir de manière isolée.



C'est un exercice extrêmement difficile pour la raison humaine de considérer les femmes en dehors de l'influence des préjugés mondiaux.

La femme essayant d'atteindre des niveaux d'équité devant l'homme, devra faire face à de très grandes difficultés d'ordre philosophique.

Bien entendu, la culture moderne ne s'intéresse pas avantageusement aux concepts où une phrase de plus de deux lignes n'est pas pertinente.

Traiter les femmes comme un être humain égal aux hommes va demander plus de deux lignes, plus de deux phrases, plus que ces livres.

Se laisser influencer par un seul domaine scientifique pour éditer ces lignes est une erreur car en multidisciplinaire un sujet acquiert une valeur plus sérieuse ou scientifique.

Ainsi, il faut commencer par ouvrir de nombreux livres de Schopenhauer en passant par Piaget Freud, à F. Davis, N. Chomsky.

La femme serait l'égale de l'homme

Ce n'est pas vraiment ce que demande la femme, la femme réclame l'égalité de traitement dans l'emploi, elle fait déjà des progrès, il serait malheureux d'utiliser une vision obtuse, basée exclusivement sur la physiologie.

Admettons la misogynie de Schopenhauer si l'on admet que ce n'est pas au niveau de la plaisanterie, c'est la conséquence directe de sa conception pluridisciplinaire et pour lui la base de l'être.  Nous n'y arrivons pas avec un effort de notre intelligence;  Quand on parle de vouloir, le sens intérieur nous révèle sa nature.



Cette intuition qui n'a rien de la clarté d'un concept est, cependant, la connaissance la plus profonde que l'on nous ait donné pour atteindre.  Que nous apprend-il sur le mystère de la volonté?  Il nous dit que vouloir est une force sombre et infinie, une tendance aveugle à perpétuer la vie, c'est-à-dire un besoin insatiable, une souffrance éternelle.



Et la nature sacrifie impitoyablement les individus à la volonté de vivre qui l'anime, aux intérêts des espèces dont la perpétuité est la seule chose qui compte.

C'est une vision terriblement froide d'un être humain, de quelque chose pour lequel l'humanité tout entière aurait même des encyclopédies de millions de livres, oui, l'amour pour la majorité est le moteur principal de plusieurs millions de vers, de romans.

Si Schopenhauer fait une trépanation méticuleuse de la partie sentimentale de la relation sexuelle;  se déshabiller pour un travail que seul son haut niveau de connaissances, que l'on peut qualifier de misogynie intellectuelle, permet d'éviter les incidents diplomatiques.  Il n'y a qu'une seule fonction commune à toutes les espèces dotées d'un système reproducteur.  Fait qu'en supprimant violemment le concept sentimental, il supprime la partie humaine.

Il est admis ici d'humaniser systématiquement l'acte qui pourrait créer la dépendance, en donnant à l'humanité on admettra qu'on lui donne du sentiment, et on ne saurait tomber dans l'extrême exclusif de l'idéal romantique.

Eh bien, il y a même des suicides par amour.  Il ne saurait être rigoureux ici d'éviter de considérer la source d'inspiration, par exemple de la musique dite des joues, de la musique de bureau qui de toute façon dans certains pays d'Amérique latine est censée être écoutée «quand on est heureux».  Eh bien, il vaut la peine de se demander, si quand il faudrait en profiter nous serions si masochistes, d'infliger à notre âme cette qualité "horrible" des textes, étant impossible "ici" de retranscrire les dommages irréversibles causés en premier lieu à l'audition. système, en raison du volume si fort utilisé.  Pour le corps en raison du temps de sommeil réparateur qui est supprimé, donc l'impact sur les organes internes causé par l'effet nocif de l'alcool.

Lorsque nous continuons à observer les effets éventuels de l'humanisation de l'acte physiologique, nous ne pouvions fermer les yeux sur la présence de lupanares, de motels (alors qu'ils seraient utilisés pour des relations infidèles) et par conséquent chez toutes les personnes qui, d'une manière ou d'une autre, ils souffriront d'infidélité.

Pour nous asservir, la notion de sentiment a deux armes: l'instinct sexuel et l'amour.  La passion charnelle sous sa forme la plus brutale a déjà, par son intensité même, quelque chose d'immense.  Ce n'est rien d'autre que la volonté infinie de vivre de l'espèce condensée, enfermée dans le cœur d'un mortel.  L'amour à connotation sexuelle (exclusivement dans ce contexte) pourrait conduire à des esprits fragiles, à ce qui en gastronomie est de la «gourmandise» et dans ce cas conduit à l'obésité.  Dans notre domaine, cela entraîne, parallèlement à des comportements anormaux pour les autres.  Pour ceux qui le vivent, cependant, cela ne se voit pas comme c'est le cas avec l'alcool, le tabac ou les stupéfiants.



Faut-il s'étonner alors que sous l'effort de cette poussée, le cœur humain se brise, l'égoïsme lui-même, aussi puissant soit-il, recule un instant?  Si une créature d'élite se rebelle, la nature devient un sortilège.  Elle renonce à la force, se tourne vers le charme.

En tout cas, loin de la polémique, seul le contact de l'ovule et du sperme garantit la présence de l'espèce.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty Re: LES CHAPITRES D'UN LIVRE

Mensaje  Admin Jue 18 Mar - 13:19

UNA CAMA PARA DOS

 Le mercredi 17 mars 2021

Una mañana luminosa, que presagia uno de los pocos días cálidos de la primavera, un sábado de febrero ya había ofrecido casi veinte grados centígrados, las colinas al lado de la ruta se dibujan, se recortan en un cielo de un azul profundo.

Conduciendo su auto, aún al ambiente saturado de olor a nuevo, solo de pocos días de circulación, es el Peugeot 605  SV3.0   una señora con aspecto dinámico, a juzgar por su vestido Christian Dior, distingue en la distancia una silueta de alguien que hace auto-stop, rápidamente le vuelve a la memoria esa imagen, un joven apuesto, de la edad de su hijo. Así es que reduce la velocidad de su potente motor V6.

Esta vez desea, conocer este hombre, así que detiene el auto al tiempo que oprime el botón para bajar el vidrio del lado pasajero, una vez detenido el auto, contra el vidrio puede apreciar mejor su rostro.

 

Ella piensa, que ya más de dos veces ha visto este apuesto hombre, y esta vez, cuenta llevarlo. El desea ir a Paris, Ella solo va hasta Melun, pero le invita a subir prometiendo que lo aproximará suficiente. El hombre acepta, y de inmediato, halagador subraya las características de su auto. Ella comprende que a pesar del acento, este joven conoce de autos, rápidamente comprende que es alguien que trabaja por la industria automotriz. Ella le da igual información sobre su activad que es la venta de muebles para la casa. La conversación se vuelve tan interesante que los 104 kilómetros transcurren sin darse cuenta, en los últimos kilómetros antes de dejar la autopista A5, la dama intenta al fin el todo por el todo, piensa que debe hacerlo  una leve duda le queda, por lo que hace una pregunta, al joven sobre su opinión de una mujer ninfómana, este con mucha diplomacia, le argumenta que considera ese tema sin real fundamento desde el punto de vista sociológico. Su disertación aborda desde Schopenhauer hasta Piaget pasando por Freud, ella se da cuenta que está ante un hombre a pesar de sus ropas, de mal aspecto, de un nivel, más que el promedio del francés tipo.

 

 Ella se supone mientras de vez en cuando quita la vista de la circulación, que sería muy feliz si lo puede conquistar, su hijo trabaja en New York, solo viene dos semanas en verano, así que, decide jugar su carta secreta; si el joven es educado, una proposición vulgar podría echarlo todo a perder. Sabe que el pasa por una dificultad que solo es pasajera. Así que le pide que le haga un retrato de una mascota. A lo cual el joven asiente,

 

Llegan a la estación del tren y ella le ofrece tres billetes de dos cientos francos diciendo que es un avance para el retrato. Y que por favor le dé nombre teléfono y dirección. El joven le escribe en su agenda con un bolígrafo que ella le aporta. La circulación está suspendida ya comienzan a sonar los pitos de conductores insatisfechos. Ella no puede impedirse, desciende y da rápidamente la vuelta por delante del auto para cerrarlo con fuerza en sus brazos.

Esta es la introducción a un capítulo apasionante.

Nuestro personaje, acaba de recibir una suma relativamente importante equivalente al salario de tres días, en su empleo, los salarios más bajos ese año estaban a 135,87 f (época del franco); se compró un billete de tren por Paris, ya disponía de dinero para ese fin de semana, su prima le había presentado una joven de Claremore en Oklahoma, esa era la razón por la cual los sábados muy a menudo, debía viajar a Paris, y esa manera permitiría ahorrar para pagarse un auto.

 

No se trataba de visitar pues la familia,  como se dejo dicho durante el trayecto. Se trataba de ir a pasar el fin de semana al lado de la belle Juan, nombre femenino y de una chica de un metro con 59 centímetros de unos 56 kilos, en la foto en medio de la madre y la tía. A propósito nuestra chica americana el fin de semana se mostró realmente indiferente, al punto que al medio día la relación se había concluido.


El hombre ante algunos gestos, concluyó que era el momento de terminar, por lo que el diálogo fue extremadamente avaro en elocuencia, un simple adiós fue suficiente.

Llegada a la estación de Lyon y búsqueda del tren regional, dirección Migennes, solo entonces el hombre se da cuenta al entrar en los baños que hay aún huellas de lápiz labial en su ropa, solo entonces se ligan los cabos, porque la bella americana se comportó tan indiferente.


Ahora el destino lo encaminaría en condiciones diferentes, el día lunes apenas se estaba bañando cuando el altavoz del albergue de cuatro pisos destinado a emigrantes, repitió su nombre diciendo que había una persona en línea esperando. El hombre se apresuró para deber recuperar un numero y volver a subir a su alcoba del tercer piso, a vestirse para luego caminar tres cientos metros hasta una cabina.


Ya en la cabina marco el número y una voz familiar le respondió, ofreciendo disculpas, recordándole el compromiso del retrato de la mascota. La señora propuso de manera inteligente una invitación a cenar en casa, todo se aceleró, el artista de ocasión aceptaría, y menos de una media hora después la lujosa carrocería estaba recogiéndolo, ella lo invitó a conducir a lo cual el joven aceptó. Ella le preguntaría si no le molestaría pasar al supermercado,  minutos más tarde la pareja circulaba por los corredores de un gran supermercado, de tal manera que al verles se podría pensar en la madre y el hijo o muy difícil una pareja improbable.

 

La cena fue exquisita, la dama elegante refinada, con mucho tacto insinúo al joven si quería conservar el automóvil, lo llevo al garaje y le mostró entre otros autos un Audi A4, que ella ya le hubiera mencionado como el auto cotidiano,  pero sucumbió una semana antes, por ese PEUGEOT 605, el joven, dudo, pidió cambiar de tema, la dama, lo llevo a visitar la mansión, luego volvieron al salón principal donde ella le ofreció, whisky, a lo cual nuestro visitante se empeñó en argumentar su vida de abstemio, ella se tomó varios vasos, mientras intentaba, por gestos y lenguaje no verbal, dar a comprender lo que por dentro casi que deseaba gritarle, nuestro galán de suerte, sin embargo, se hacía mil y una pregunta; una mujer madura y quizás muchas aventuras, el seguía la conversación, mientras se preguntaba sobre los riesgos, de cualquier manera de ella no sabía nada, así que trato de asegurar su trabajo y pregunto por la mascota, en efecto no habían animales, ella lo llevó a una pieza próxima donde funcionaba una magnífica biblioteca, sacó de una gaveta del escritorio unas fotos  y una de entre ellas correspondía a un bello perro Golden Retriever, el hombre pidió más fotos, así llegaron a otras fotos donde al fin aparecía la dama con su pareja, ella no logró ocultar unas lagrimas que la llevaron a ser sincera, dijo que no deseaba abordar el tema que su esposo era el señor de la foto.

 

Ya se hacía tarde y nuestro retratista debía trabajar ese martes, ella en su sinceridad, agregaría que si se detuvo en la carretera, se debía a que antes lo vio varias veces, y que deseaba que la amistad entre los dos perdurara. El joven se sentiría comprometido e incómodo, ella prometió acompañarle al albergue, pero el joven notó un relativo nivel de embriaguez, así que le pidió que se quedara que el tomaría un taxi. Ella lo cerró fuerte en los brazos, el hombre se sintió muy incómodo y finalmente salieron en el Audi A4. Durante la ruta la dama que lo dejo conducir, trato vertiginosamente de encontrar los medios de crear aquella relación ideal. Al final, le propuso luego de un largo silencio que se devolvieran y que el podría ocupar una alcoba en casa. El joven le recordó que el debía trabajar en la mañana y ya la medianoche estaba llegando. Ella le pidió con una infantil excusa, miedo de dormir sola, en aquella casa que solo habitaba desde hacía unas semanas; nuestro galán aceptó ir a recoger la ropa de trabajo y regresar, luego de una ducha terminó acostándose en una muy confortable cama que no tenía nada que ver con la reja metálica y la colchoneta del albergue.

 

Al día siguiente ella ya le tenía un café con tostadas mermelada jugo de naranja, ambos desayunarían, y ella logró que el aceptara ir a trabajar en su nuevo auto, esa tarde al llegar, el encontró la casa vacía, la llave debajo de una matera que ella le había indicado, un mensaje en el contestador decía que debería tardar por problemas de contabilidad. El joven no sin dificultad encuentra lo necesario, prepara arroz, luego una carne en salsa, encuentra unas fresas y prepara un jugo, estaba terminando, cuando nuestra ama de casa entra, los cuatro besos en la mejilla. Ella en su interior se sentía feliz, la casa con alguien parecía ofrecer una nueva dimensión, ese calor humano que además significaba que todo podría ser posible, ella de inmediato dijo que deseaba servir, el joven, solicitó a que se hiciera a dos mientras presentaba excusas por haberse atrevido a usar la cocina. Ella le respondió que se sentía muy feliz con alguien en casa que no podría explicar lo agradecida que estaba que esa noche por fin había dormido bien. Durante la comida el joven propuso irse al albergue, mientras ella insistió que podría quedarse. Dos semanas después nuestra pareja en apariencia, ya llevaban un tren de vida casi de una pareja amorosa excepto que en la intimidad nuestro hombre continuaba a esperar comprender mejor las intensiones de su benefactora. Adeline dijo en aquella cena de un miércoles, que deseaba recibir algunas amistades a cenar el sábado. Nuestro hombre, replicaría que con mucho gusto se retiraba por el fin de semana. La anfitriona primero dejó que su rostro se iluminará de una gran sonrisa que al joven le pareció verla rejuvenecida de veinte años, le dijo que de ninguna manera el podría partir, que si lo deseaba si pero que si quería verla feliz le suplicó que se quedara. Le presento los nombres de los invitados una prima de Paris y su esposo, una pareja de vecinos de su residencia de Puteaux al lado de la Defesa al noroeste de Paris. La conversación se hizo muy solemne por parte de ella, diciendo que si bien no había formalmente una relación normal de pareja ella admitía que por su edad pretender algo no sería posible para el, que le pedía al menos por ese fin de semana que por favor simulará la relación. Que invitara una pareja de amigos, a su superior a esa cena y que ella se comportaría sin abusar del alcohol.

 

El sábado llegó, se contrataría un restaurante a condición de dejar el pedido antes de las cinco de la tarde, los invitados comenzaron a llegar pasadas las siete, la anfitriona prepararía una extraordinaria sorpresa a su amante de apariencia, en absoluta discreción le llenó un armario de ropa zapatos a su talla, la ropa de costumbre se la dejo en la otra  alcoba, el galán fue invitado al baño de la alcoba principal, solo que al salir, la “esposa” coincidencia salía con su prima de la alcoba con sonrisas cómplices, no sin haber seleccionado y colocado sobre la cama las prendas que entre ambas acababan de escoger.

 

La cena transcurrió en un ambiente muy ameno, se supo así mucho de la actividad del inmigrante, un trabajo interesante, bajo el efecto de varios tragos de whisky las lenguas se desatan, incluso se supo el aumento de salario debido a la satisfacción de su jefe con la calidad, la seriedad, la puntualidad del pupilo, el señor Daniel de obscuro bigote negro de un metro con noventa de alto, una mirada aguda y una sonrisa afable confesó que al recibirlo solo pensaba que duraría pocos días, el colombiano como siempre lo trató durante toda aquella cena, pero que pece a la exigencia, el maltrato para medir su personalidad, el inmigrante había logrado probar su profesionalismo, al punto que ya lo consideraba a cada proyecto que llegaba, en verdad su agilidad en el dibujo era el secreto, descrestaba los interlocutores por su agilidad al realizar cualquier boceto, más rápido que el programa KATIA de la
metrología.

Se habló igualmente de tendencias de los colores de cortinas de muebles para otoño invierno 1999, se abordaron temas de origen de mercancías de costos de transporte al igual que la concurrencia en el dominio de los muebles para el hogar. Nuestra anfitriona se comportaría absolutamente sobria. Esa noche se quedó la pareja de su prima a dormir, por lo cual se hizo obligatorio que nuestra pareja se quedara, en la misma cama, las primas se quedaron en una larga charla, el baño principal fue preferido para la ducha de los visitantes, nuestro hombre pasó de último a la ducha, recibió cariñosamente su pijama mientras se bañaba, paso al lado de las primas le dio vuelta al lecho y se acostó, ya era casi la una de la madrugada lo que causo que de inmediato se durmiera, mientras las dos primas continuaron charlando al otro lado de la cama. A la mañana siguiente nuestro esposo de ocasión se fue al baño ya el sol había logrado subir alto en el cielo, era domingo y pocas personas dejan la cama antes de las diez u once de la mañana, nuestro hombre se fue a la sala de tv a mirar la emisión AUTO MOTO de la cadena TF1
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty Re: LES CHAPITRES D'UN LIVRE

Mensaje  Admin Jue 18 Mar - 17:32

UN LIT POUR DEUX

Par anonyme le 18 mars 2021

Le but d'une serie de chapitres, tout au plus de huit pages, est arriver à produire l'équivalent d'un livre de six cents pages, le plus difficile serait de trouver une maison d'édition pour publier une première oeuvre

Un matin lumineux, qui annonce l'une des rares journées chaudes du printemps, rarement connue sauf un samedi de février qu’avait déjà offert près de vingt degrés Celsius, les collines au bord de la route se dessinent dans un ciel d'un bleu profond.
Au volant de sa voiture, dans un environnement où l’odeur du neuf semble saturer l’habitable, à peine quelques jours de conduite, dans une Peugeot 605 SV3.0 une dame à l'allure dynamique, à en juger par sa robe Christian Dior. Elle distingue au loin une silhouette de quelqu'un qui fait de l'auto-stop, cette image lui revient rapidement, un beau jeune homme de l'âge de son fils. elle ralentit donc le puissant moteur V6.

Cette fois elle veut rencontrer cet homme, alors elle arrêta la voiture tout en appuyant sur le bouton pour baisser la vitre côté passager, une fois la voiture arrêtée, on peut mieux apprécier son visage contre la vitre.

Elle pense avoir vu ce bel homme plus de deux fois maintenant, et cette fois, elle compte bien l'emmener. Il veut aller à Paris, elle ne va qu'à Melun, mais elle l'invite à monter en lui promettant qu'elle l'amènera assez près. L'homme est d'accord, et aussitôt flatteur souligne les caractéristiques de sa voiture. Elle comprend que malgré son accent, ce jeune homme connaît des voitures, se rend vite compte qu'il est quelqu'un qui travaille pour l'industrie automobile. Elle lui donne aussi de mêmes informations sur son activité, qui est la vente de meubles pour la maison. La conversation devient tellement intéressante que les 104 kilomètres passent sans s'en rendre compte, dans les derniers kilomètres avant de quitter l'autoroute A5, la dame essaie enfin le tout pour tout, elle pense qu'elle doit le faire même si un léger doute subsiste, alors elle pose au jeune homme une question sur son opinion d'une femme nymphomane, celui-là avec beaucoup de subtilité et diplomatie, lui fait valoir qu'il considère cette question sans fondement réel du point de vue sociologique. Sa thèse couvre de Schopenhauer à Piaget en passant par Freud, elle se rend compte qu'elle est devant un homme malgré ses vêtements, de mauvaise apparence, d'un niveau, plus que le français moyen.

Elle presume, alors de temps en temps toute en détourne les yeux de la circulation, qu'elle serait très heureuse si elle pouvait le convaincre d’une relation amoureuse. Son fils travaille à New York, il ne vient que deux semaines en été, alors elle décide jouer sa carte secrète; si le jeune homme est plutôt cultivé, une proposition vulgaire de sa part, pourrait tout gâcher. Elle sait qu'il traverse une difficulté qui n'est que temporaire. Alors elle lui demande de faire le portrait d'un animal de compagnie. Avec quoi le jeune homme est d'accord ; L’elegante dame dans ses pensées pouse un uf de soulagement.

Ils arrivent à la gare et elle lui offre trois billets de deux cents francs disant que c'est une avance pour le portrait, tout en lui priant de le lui donner un nom, un numéro de téléphone et une adresse. Le jeune homme écrit dans sont agenda avec un stylo qu'elle lui donne. La circulation est suspendue et les claxons des voitures derrière commencent à se multiplier ; des conducteurs mécontents commencent à montrer leur état d’âme. Elle ne peut pas s'en empêcher, elle descend et tourne rapidement devant la voiture pour la refermer étroitement dans ses bras. Le jeune homme confirme une franche dose dépasée de parfum.
Ceci est l'introduction d'un chapitre passionnant. La version en espagnole reste parraport à celle-ci plutôt soft.
Notre personnage vient de recevoir une somme relativement importante équivalant à trois jours de salaire: à son poste, les salaires les plus bas cette année-là étaient de 135,87 f (la monnaie en 1989 est le franc); Il acheta un billet de train pour Paris, il avait déjà de l'argent pour ce week-end, sa cousine lui avait présenté une jeune femme de Claremore dans l'Oklahoma aux United States, c'était vraie raison pour laquelle le samedi très souvent, il devait se rendre à Paris, et ainsi en faissant auto-stop, cela économiserait pour accumuler de quoi payer une voiture.

Il ne s'agissait pas de rendre visite à la famille, comme cela a été dit pendant le voyage. Il s'agissait d'aller passer le week-end à côté de la belle Juan, prénom féminin et d'une fille d'un mètre et 59 centimètres d'environ 56 kilos, sur la photo au milieu de la mère et de la tante. Au fait, notre fille américaine du week-end était vraiment indifférente, ils ont sorti faire un tour toute l’après-midi d’abord pour le secteur de l’Oeuvre, la place de la Concorde, ils auraient marché pour le quaie jusqu’au musée de l’homme, un bon moment sur l’explanade, mangé une glace, mais en aucun moment la belle Juan avec eu un geste d’amoureuse en vers lui, elle semblait ailleurs.
Il ont rentre vers dix-huit heures, dans la chambre au sixième étage d’une maison au 22 de la rue Boissièrie, près de l’estation du metropolitaint du même nom, un peu plus loin pour le metropolitain de la station Ièna, la belle Juan n’a pas prononcé un seul mot, elle a preparé une tisane, qu’elle savait d’avance qu’il n’aime pas boire, puis elle trouvé quelques petits gateaux salés, sans rien l’offire, une fois fini elle a prise sa serviette et quelques affaire pour aller prendre une douche, les services au sixième dans bien des cas sont communs, ella a restée long temps dans la douche, pendant ce temps notre homme a eut long temps pour chercher à comprendre, la raison de cette terrible indifférence, sa copine d’habitude avait un comportement très doux, sans manquer des calins en vers lui, cette après-midi elle s’aurait pourtée comment une personne distante, apeine si on pourrait penser qu’il s’agisait d’un couple. Elle est rentrée avec sont pijama, s’est mise au lit en prenant soin d’allumer une petite lampe de nuit, et prenant un gros livre qu’elle a commencé à lire, dans une ambience eléctrique peu avant minuit l’homme a fini par s’endormir, au reveil vers huit heures et demi, l’homme c’est trouva seul, la fille avait pris le soin de quitter la chambre sans faire le moindre bruit, long temps il est resté à regarder le plafond, sans arriver a dechiffrer la réalité de cette situation aussi difficile, au but d’un bon moment il est parti prendre une douche, puis après il a dessendu à l’épicèrie prendu du pain, c’est fait un chocolat, qu’il été au point de finir quand la ravisante Juan est rentrée, presque vers midi de ce dimanche, l’homme été degouté au point qu'à midi du dimanche, la relation était terminée.

L'homme avant quelques gestes, a conclu qu'il était temps de finir, donc le dialogue était extrêmement absent le silence avait grande éloquence, un simple au revoir suffisait.
Arrivée à la gare de Lyon, puis recherche du train régional, direction Migennes, alors seulement l'homme se rend compte en entrant dans les salles de bain de la gare qu'il y a encore des traces de rouge à lèvres sur ses vêtements, c’est justement là ou la dame lui avait possée sont visage en l’embrasant, alors et seulement alors, les choses se sont nouées, car le belle Américain s'est-elle comporté ainsi nonchalamment sans doute pour le souhait de sa part de ne pas montrer sa jalouisie et lui sans avoir rien fait n’a pas eut la sincèrité de le lui racompter les évenements aux quels il avait particié sans avoir en absolut rien à se repprocher.
Maintenant, le destin le dirigerait dans des conditions différentes, lundi, il prenait juste un bain, habituel en rentrand au foyer des travaileurs, lorsque le haut-parleur retainti dans les quatre étages pour migrants repetant sont nom, disant qu'il y avait une personne au but du fil en attente. L'homme s'est précipité, arrivant pour devoir juste récupérer un numéro et remonter dans sa chambre du troisième étage, pour s'habiller, puis marcher trois ou quatre cents mètres jusqu'à une cabine de téléphone
Déjà dans la cabine, il composa le numéro et une voix familière lui répondit, lui présentant ses excuses, lui rappelant l'engagement du portrait animalier. La dame a intelligemment proposé une invitation à dîner chez elle, tout s'est accéléré, l'occasion que l'artiste accepterait, et moins d'une demi-heure plus tard, la belle voiture s’arreta à l’entrée du foyer à l’heure accordée, elle l'a invité à conduire ce que le jeune homme a accepté. Elle lui demandait si cela ne le dérangerait pas d'aller au supermarché, quelques minutes plus tard, le couple circulait dans les couloirs d'un grand supermarché, de telle manière qu'en les voyant on pouvait penser à la mère et au fils ou très difficile à un couple improbable...

Le dîner était exquis, la dame élégante et raffinée a fait allusion avec tact au jeune homme s'il voulait garder la voiture, l'a emmenée au garage et lui a montré parmi d'autres voitures une Audi A4, qu'elle avait déjà mentionnée comme la voiture de tous les jours, mais succombé une semaine avant, pour cette PEUGEOT 605, le jeune homme, en doutant du bien fait de cette repentine opportunité, a demandé à changer de sujet, la dame, l'a emmené visiter le manoir, puis ils sont retournés dans la pièce principale où elle lui a offert, du whisky, auquel notre visiteur insista pour argumenter sa vie de abstinance à quelques exceptions très rares, elle a but plusieurs verres, tout en essayant, par gestes et langage non verbal, de lui faire comprendre ce qu'elle voulait, dans sa tête elle anhelait presque lui crier qu’elle avait juste besoin de faire l’amour, au moins celle dissait sont regard absolument deshinivé par l’effet du whisky, notre idole d’une soir, chanceux se demanda pourtant, un et mille fois, une question; Une femme mûre aurait peut-être nombreuses aventures, il a poursuivi la conversation cherchant à temperer tout en pensant à cette oportunité de pouvoir peindre, en s'interrogeant sur les risques, par les temps ou le syndrôme d’inmunodeficience pouvait frapper sans crier gare, en tout cas il ne savait rien sur elle, alors il a essayé de sécuriser le chemin qui conduirait à la réalisation d’un portrait en possant des questions sur l'animal, en fait il n'y avait pas d'animaux, en tout cas pas encore l’ombre d’un chien ou d’un chat. Ils se sont rendu dans une pièce voisine où se trouvait une magnifique bibliothèque, où elle a pris des photos dans un tiroir du bureau et l'une d'entre elles correspondait à un beau chien Golden Retriever, l'homme a demanda plus de photos, alors elles sont venus d'autres photos où enfin la dame se voie avec son partenaire, elle n’a pas réussi à cacher quelques larmes que l'ont amenée à être sincère, a dit-t-elle ne pas vouloir aborder le problème en avouant que son mari était l'homme sur la photo.

Il se faisait tard et notre portraitiste du coup devait travailler ce mardi-là, elle ajoutait sincèrement qu’elle s’avait arretait sur la route, c'était parce qu'elle l'avait déjà vu plusieurs fois auparavant, et qu'elle voulait que l'amitié entre les deux dure. Le jeune homme se sentirait compromis et mal à l'aise, elle a promis de l'accompagner au foyer de jeuns travailleurs, mais le jeune homme a remarqué un niveau d'ivresse relatif, alors il lui a demandé de rester pour qu'il prenne un taxi. Elle le serra fort dans ses bras, l'homme se sentit très mal à l'aise ; ils sont tombé lentement dans le canapé de la salle, pendant qu’elle defaissé un à un les boutons de sa chemise, l’alcool semblait lui produire des niveau de désinhivition totale, l’homme laissa qu’elle prenne l’initiative, couché de dos sur le canapé, elle semble en fin sure d’avoir réussi ce qu’elle voulait, dans des mouvements lents mais très surs elle defait la ceinture, puis le bouton, puis descent la fermeture de sont pantalon, elle lui donne des bisous à profusion, sa libido semble pléthoriqe d’une panoplie de laquelle le jeune homme, n’imaginé pour bien des gestes, leur existance, la lumière chétive d’une lampe avait du mal à laisser voir ce qu’est pendant presque une demi heure est arrivé sur cet canapé. Finalement ils sortirent dans l'Audi A4. Au cours du trajet, la dame qui l'a laissé conduire, a tenté, vertigineusement, de trouver les moyens d’approfondir cette relation idéale. Finalement, elle lui a proposé après un long silence, dans lequel elle l’imagina ainsi autant des nuits que possible, et neu peu pas s’empecher de lui demander qu'ils rentrent à la maison et qu'il puisse occuper au moins une chambre chez elle. Le jeune homme lui rappela qu'il devait travailler le matin et déjà minuit été passé. Elle lui a demandé avec une excuse enfantine, qu’elle avait peur de dormir seul, dans cette maison où elle n'avait vécu que quelques semaines apiene; notre galant a accepté de récupérer ses vêtements de travail et de retourner avec elle, après une douche il a fini par s'allonger sur un lit très confortable qui n'avait rien à voir avec cette soirte de maille métallique du lit et le matelas de l'auberge des gens travailleurs immigrants.
Avec les premiers chants des coqs des fermes voisines, la porte de la chambre du jeune s’ouvre doucement, il dorms encore, puis elle s’emmitoufla très doucement sous ces drats chauds, mais malgré ça l’homme fini par se reveiller, la scena de la nuit semble se repeter avec quelques variantes, et au but d’un moment, ce sont deux corps l’un contre l’autre, flaccidement allongés ; malgré tout, en prenant garde de ne pas le reveiller elle lui avait déjà un café avec du jus d'orange confiture et de pain grillé quand il c’est réveillé, ils prenaient tous les deux le petit déjeuner, et elle a réussi à le faire accepter d'aller travailler dans sa nouvelle voiture

Cette après-midi quand il est arrivé, il a trouvé la maison vide, la clé sous un pot de fleur qu'elle avait indiqué, en rentrand i a pressioné le bouton du répondeur un message à cause de problèmes de comptabilité. Le jeune homme trouve non sans peine ce dont il avait besoin, pour prépare du riz, puis une viande en sauce, trouve des fraises et prépare un jus, il finissait, quand elle est rentrée, les quatre bissus sur la joue par tradiction en France. Elle se sentait heureuse à l'intérieur, la maison avec quelqu'un semblait offrir une nouvelle dimension, cette chaleur humaine qui signifiait aussi que tout pouvait être possible, elle a immédiatement dit qu'elle voulait servir, le jeune homme, a demandé que ce soit fait à deux en présentant des excuses pour oser utiliser la cuisine. Elle a répondu qu'elle était très heureuse avec quelqu'un à la maison qui ne pouvait pas expliquer à quel point elle était reconnaissante d'avoir enfin bien dormi cette nuit-là. Pendant le repas, le jeune homme a proposé d'aller au foyer alors qu'elle insistait pour qu'il puisse rester. Deux semaines plus tard, nos juenes partenaires, apparemment, menait déjà une vie presque d'un couple amoureux sauf que dans l'intimité notre homme continuait à espérer mieux comprendre les intentions de sa bienfaitrice.

Adeline a déclaré lors d’un dîner un mercredi qu'elle voulait avoir des amis pour le dîner du samedi. Notre homme répondrait qu'il se retirait volontiers pour le week-end au foyer. L'hôtesse laissa d'abord son visage s'illuminer d'un grand sourire qui sembla au jeune homme voir en elle cette jeune fille de vingt ans rajeunie, elle lui dit qu'il n'y avait aucun excuse pour qu'il puisse partir, que s'il le voulait il pouvait le faire, mais s'il voulait la voir heureuse, elle le pria de rester. Elle a présentée les noms des invités: une cousine de Paris et son mari, un couple de leur anciens voisins résidence à Puteaux à côté de la Defesa dans le nord-ouest de Paris. La conversation est devenue très solennelle de sa part, disant que bien qu'il n'y ait pas formellement de relation normale en tant que couple, elle a admis qu'en raison de son âge il lui serait pas possible de faire semblant de quelque chose de sa part chose qu’elle pouvait comprendre aissement, elle lui a demandé au moins pour ce week-end, de simulera la relation. Qu'il pouvait aussi invité un couple de ses amis ou son supérieur à ce dîner et qu'elle faisé la promesse de se comporterait sans abuser d'alcool.

Samedi arriva, un restaurant serait embauché à condition de laisser la commande avant cinq heures de l'après-midi, les invités commençaient à arriver après sept heures, l'hôtesse a préparait une surprise extraordinaire pour son amant d'apparence, dans une discrétion absolue elle rempliit un placard de vêtements ; des chaussures à sa taille, tout en laissant les vêtements habituels dans l'autre chambre, le galant a été invité à prendre sa douche dans la salle de bain de la chambre principale, seulement que quand il est sorti, la "femme" par hasard a quitté la chambre avec sa cousine avec des sourires complices ; non sans avant avoir sélectionnée et placé sur le lit les vêtements que les cousines venaient de choisir entre elles.

Le dîner s'est déroulé dans une ambiance très agréable, autant on a appris sur l'activité de l'immigré, un travail intéressant, sous l'effet de plusieurs coups de whisky il semble que les langues s’aient délié, même l'augmentation de salaire a été apprise grâce à la satisfaction de leur employeur pour, le sérieux, la ponctualité du nouveau serviteur, Monsieur Daniel avec la moustache noire foncée d'un mètre et quatre-vingt-dix de haut, un regard vif et un sourire affable presque permanent avoua que lorsqu'il a reçut l’immigrant, il pensait que cela durerait apeine quelques jours, le colombien comme il a toujours appelé le juene homme tout au long de ce dîner, mais qu'en est-il du test, des mauvais traitements pour mesurer sa résilience et sa personnalité ? l'immigré avait réussi à prouver son professionnalisme, au point qu'il le considérait déjà à chaque projet qui arrivé au bureau, en vérité son agilité en dessin était la clé et base du secret de sa réussite, arrivant à étonner ses interlocuteurs par cette agilité dans la réalisation de n'importe quel croquis, plus rapide que le programme KATIA de la métrologie.
Ils ont également évoqué, en changeant de sujet, les tendances des couleurs des rideaux de meubles pour l'automne hiver 1999, les questions d'origine des marchandises et les frais de transport ont été abordées ainsi que la concurrence dans le domaine de l'ameublement. Notre hôtesse serait restée absolument sobre jusqu’au but.

Cette nuit-là, le couple de sa cousine est resté dormir, raison pour laquel il était obligatoire pour notre partenaire de rester dans le même lit, les cousines sont restés dans une longue conversation, la salle de bain principale a été préférée pour la douche des visiteurs, notre homme est allé à la douche le dernière, il a reçu avec amour son pyjama pendant qu'il se baignait, en sortant il marche à côté des cousines en prenant soin de tourner au tour du lit, pour aller se coucher, il était presque une heure du matin, raison qui l'a fait s'endormir aussitôt, tandis que les deux cousines continuaient bavardant de l'autre côté du lit. Le lendemain matin notre « mari à l'occasion » est allé à la salle de bain alors que le soleil avait réussi à se lever haut dans le ciel, c'était dimanche et peu de gens quittent le lit avant dix ou onze heures du matin, notre homme est allé à la salle de télévision pour regarder l'émission AUTO MOTO de la chaîne TF1....
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

LES CHAPITRES D'UN LIVRE  Empty Re: LES CHAPITRES D'UN LIVRE

Mensaje  Contenido patrocinado


Contenido patrocinado


Volver arriba Ir abajo

Volver arriba


 
Permisos de este foro:
No puedes responder a temas en este foro.