trombinoscope sociale

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Página 6 de 8. Precedente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Siguiente

Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Mensaje  Admin el Miér 11 Mar - 8:13

Recuerdo del primer mensaje :

IV. Rapports de force et « utopie »

écrit par E. BAROT voir lien en bas (document propriété intellectuel de l'auteur) j'ai pris le plaisir de lire dans un forum un sujet de politique et sociologie qui me semble digne de la connaissance de tout ouvrier ou chômeur en France et dans le monde.



i. Le primat de la force

La question n’est en tous cas pas de remettre en cause le suffrage universel, essentiel pour tout régime possiblement non représentatif, mais le magnifier est fort dangereux également : c’est aussi grâce au SU que des régimes fascistes sont nés.

Le sens et la justification éventuelle de l’injonction démocratique aujourd’hui ne saurait de toutes façons pas se suffire de l’appel à la souveraineté populaire.

Mon idée est que, si l’on veut radicaliser la lutte démocratique, l’on ne peut pas la « justifier » : C’est et cela restera à ce petit peuple sans droit de s’arroger le droit : autrement dit, tout est une question de rapport de forces et de qui imposera quoi, et de comment il l’imposera en fonction du « quoi » qu’il aura la volonté de vouloir faire advenir.

La première opération consistera à assumer cette nécessité de la force. Que cela se fasse au nom des droits de l’homme est une chose, qu’on utilise les structures juridiques en place pour défendre certaines libertés, certes : mais l’histoire nous montre que c’est toujours au fond la force qui fait le droit et que celui-ci vient toujours après.

La configuration politique actuelle est hautement ouverte même si, excepté l’hiver 2005-2006, le trait dominant des révoltes collectives des trente dernières années reste pour l’instant celui d’un arrêt avant l’affrontement réel : « réel » signifiant ici qui serait à nouveau capable de produire de l’irréversible.

Pourquoi ce non-passage à l’acte ? Nous avons quitté le matin du grand soir : la somme de défaites, d’errances accumulées, l’état déplorable du monde, le marasme intellectuel global des pensées de gauche, fait que l’espoir en un autre avenir a disparu.

Or, seul cet espoir serait synonyme d’un « tout à gagner » apte à supplanter ce que nous avons à perdre : lequel pousse logiquement en attendant à finalement choisir la soumission à l’ordre ambiant, quand cette soumission n’est pas carrément le choix initial.

La responsabilité historique de la social-démocratie est ici flagrante, et la situation actuelle partage nombre de traits avec celle d’il y a une trentaine d’années.

Il n’est donc pas étonnant que traditionnellement comme actuellement de façon intensifiée, cette social-démocratie participe activement avec son idiome propre, à ces ensemble de raccourcis révisionnistes qui continuent de délégitimer d’emblée toute remise en cause réelle de la société actuelle, immédiatement jugée comme par essence génératrice de machines terrorisantes.

Revenir aux racines de l’idéologie contemporaine, mettre en évidence, encore et toujours, le ciment du bloc idéologique hégémonique, revient donc à montrer à quel point ce révisionnisme politico-historique général, qui mélange formes de résistances et types de violences politiques qualitativement différentes, fait corps, au plus haut degré des nos oligarchies, avec la rhétorique de la « défense de la démocratie ».

On pourra d’une part « sourire des invectives grossières des valets de plume et de la protection sentencieuse des doctrinaires bourgeois bien intentionnés qui débitent leurs platitudes d’ignorants et leurs marottes de sectaires, sur le ton d’oracle de l’infaillibilité scientifique. »

Mais quand ces valets se font offensifs chiens de garde, on ne peut plus se contenter de sourire.

ii. Le danger de l’utopie

On comprend alors facilement le danger majeur que représente toute tentative de ré institution d’un possible politique, ou même d’un impossible utopique – la politique comme art de l’impossible nous dit S. Zizek .

La remise en cause réelle de l’ordre oligarchique corrélative de ce danger est certes immédiatement disqualifiée, au nom de la « démocratie » et d’un principe de « responsabilité » et de « réalité » qui a déjà choisi la réalité considérée comme pertinente.

D’aucuns rétorquent en permanence à ceux qui luttent qu’ils n’ont pas de « programme alternatif » : mais le black-out réalisé sur les forces de contre-propositions (pour sortir de la déliquescence de l’Université actuelle, par exemple), et le fait qu’un tel programme ne se décrète pas, sont deux premiers éléments à garder à l’esprit.

Plus généralement, derrière des slogans comme « Vive la Commune ! » visibles en manifestations, il y a aussi et surtout une posture, qui, quels que soient les biais par lesquels elle s’exprime, est celle du souci de rappeler qu’une autre façon de voir les choses, plus exigeante, plus émancipatrice, est une condition nécessaire de la vie collective.

La question n’est donc pas de défendre contre les tenants d’un « réalisme » plus ou moins pragmatique, plus ou moins offensif ou désabusé, un quelconque « principe utopie » qu’il disqualifient par principe, mais plutôt de voir que l’activité utopisante, bien plus que par ses contenus variés, est avant tout, comme l’explique le philosophie américain F. Jameson, méthode , opération dont la fonction est de faire éclater les limites imposées à la « bonne » imagination consensuelle, c’est-à-dire de nous renvoyer au visage notre imagination bridée, et nous pousser par là à reconstruire un sens du futur instillant au moins l’idée toute simple qu’il n’y a pas d’inéluctabilité, capitaliste en particulier. Décrypter les mécanismes idéologiques hégémoniques, les nouvelles « propagandes du quotidien » (É. Hazan ) est toujours aussi utile mais la mystification ne tient pas tant au contenu des représentations véhiculées qu’à la façon dont on formate les individus lambda à les recevoir : à savoir comme les seules possibles. Formatage et répression idéologiques dont par essence les logiques utopisantes sont la cible, et réciproquement. Marx l’écrivait déjà de façon limpide dans La guerre civile en France :

« La classe ouvrière n’espérait pas des miracles de la Commune. Elle n’a pas d’utopies toute faites à introduire par décret du peuple… Elle n’a pas à réaliser d’idéal, mais seulement à libérer les éléments de la société nouvelle que porte dans ses flancs la vieille société bourgeoise qui s’effondre »

Si donc le passage à l’acte de la puissance démocratique reprend une vigueur politique sous le sceau d’un sens du futur reconquis, cet activisme revu et corrigé ne véhiculera nécessairement qu’une esquisse de programme, ne saura être qu’une création continuée dont on ne peut donc pas présager des formes possibles : la Commune, ou tout autre nom qu’on pourra lui donner, reste à construire et à écrire. Contre le « réalisme », et la raison cynique d’une côté, le « narcissisme de la défaite » (Zizek) de l’autre, réveiller ce sens de la possibilité de l’impossible implique alors corrélativement de se rappeler qu’on ne peut donc pas non plus présager des moyens possibles qui seront les siens, lesquels seront fonction de l’ordre en place qui vendra chèrement sa peau, et de la façon dont elle la vendra. C’est de ce point de vue là que se ré-pose la question de la violence comme possible politique qui ne saurait être a priori rejeté.


Ouverture : résister et passer à l’acte contre la « Police » de l’accumulation


« Voter, ne pas voter, c’est pareil.

S’abstenir, en effet, c’est confirmer la majorité nouvelle, quelle qu’elle soit.

Quoi qu’on fasse à ce sujet, on n’aura rien fait si l’on ne lutte en même temps, cela veut dire dès aujourd’hui, contre le système de la démocratie indirecte qui nous réduit délibérément à l’impuissance en tentant, chacun selon ses ressources, d’organiser le vaste mouvement antihiérarchique qui conteste partout les institutions. » (Sartre)

C’est-à-dire ? Déjà, participer à cette reconstruction d’un nouveau sens du futur, l’autre visage d’un dépassement conséquent des défaites des luttes démocratiques, contre les mythes de la fin de l’histoire ou des idéologies autant que les mythes du « Grand soir ».

Ceci constitue aujourd’hui un élément essentiel de toute prospective théorico-pratique conforme aux exigences d’une lutte de classes aussi instruite qu’offensive.

Et si la démocratie est alors à penser contre la fiction de cet « espace public » confiné dont on nous rabâche les vertus, notre effort quotidien sera encore et toujours de lutter contre ce que Rancière appelle la « Police », la répression organisée, qui ne dit pas son nom, contre tout ce qui combat la logique d’accumulation privée des espaces possiblement communs – comme une université.

Résister à la priva(tisa)tion, et de façon plus offensive, dé-privatiser et réoccuper les espaces en question, ces espaces privés et privatisés qui n’ont aucune raison de l’être (comme les usines) puisque cette contradiction est le cœur du politique, localement comme mondialement.

Sartre rappelait qu’« Il n’y a pas des intellectuels et des masses.

Il y a des gens, qui veulent des choses, et en ce sens, ils sont tous égaux », même s’ils veulent des choses incompatibles.

Et ces rapports de forces peuvent bien sûr être violents : cette violence plus largement est la hantise du politique.

La violence de ceux qui résistent, ne saurait malgré tout être mise sur le même plan que la violence de ceux agressent : assimiler les deux, c’est de la malhonnêteté pure et simple, au moins en ce que cela consiste à refuser de voir le problème, et donc à marteler qu’il n’y a pas de problème social, mais seulement un problème de voyous (comme Sarkozy le dit depuis longtemps au sujet des émeutes de banlieues).

La question qui se pose sera de savoir si nous, les quelconques, serons capables d’accomplir les médiations suffisantes pour cette libération, pour conspirer efficacement, une fois encore, jusqu’à libérer l’Enfermé (Blanqui) : de nous réorganiser jusqu’à « désarmer la bourgeoisie, armer le peuple » avec les armes du XXIe siècle. En ces temps de populisme autoritaire et de politique socio-économique de la terre brûlée, il se pourrait que les occasions ne manquent pas de se poser concrètement la question : dès lors, nous verrons si nous sommes prêts à prendre les coups qu’un tel engagement impliquera.

La néo-punk Ruda Salska le chantait il y a peu dans Le bruit du bang : « Du lance-pierre au lance-flammes tout peut vite basculer »

E. Barot

http://toulouse-philo.forumpro.fr/msg.forum?mode=post&u=2
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo


PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty La mondialisation

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 16 Jul - 7:01

QUAND LA SOCIÉTÉ IRA MIEUX ALORS?

La réponse reste d'une simplicité déconcertante, a condition de disposer d'un nombre limité d'outils, donc toutes les clés serons données ici-dessous

Titre: Quand le capitalisme perd la tête
Chapitre: Vers un nouvel idéalisme démocratique
Pages : 516/517
Auteur: Joseph Eugene Stiglitz (prix Nobel d'économie)

Dédié à des membres FO de la CNIEG (Caisse national de retraite des industries électriques et gazières)

Véronique Besson
secrétaire fédérale FO et membre du conseil d'administration de la CNIEG


Jean-Luc AZNAR
Assistant fédéral
Titulaire au conseil d'administration de la CNIEG



Jean-Luc ELOIRE
Assistant fédéral
Suppléant au conseil d'administration de la CNIEG


EXTRAIT

..."Avec la mondialisation, les problèmes que nous venons d'évoquer - le juste rôle de l’État, les limites des marchés, la manière dont l'économie façonne les comportements individuels et la société - sont débattus au niveau planétaire.

Nous sommes en train de fixer les règles du jeu, mais elles sont écrites par des institutions économiques internationales dans lesquelles CERTAINS PAYS ET CERTAINS INTÉRÊTS PARTICULIERS - et certains idéologies  - ont un grand poids.

Si les États Unis parlent souvent d'état de droit, leur politique unilatéraliste en constitue un rejet au niveau international.

Ils sont pour des règles du jeu mondiales, mais craignent que l'Organisation Mondiale du Commerce OMC ou le TPI (Tribunal Pénal International) n’empiètent sur leur propres souveraineté. Bref, ils sont pour l’État de droit tant que ses effets sont conformes à leur volonté.

Si les États-Unis ont de telles craintes ; il n'y a pas besoins d'une longue réflexion pour comprendre ce que doivent ressentir les autres pays, en particulier les pays en développement pauvres qui voient ces institutions mondiales dominées par l'Amérique et les autres puissances industrielles avancées"...


Modeste interprétation


Maintenir la retraite par répartition, reste comment l'ensemble de services publiques, une véritable utopie, tant que la législation en particulier des pratiques de fiscalité, ne soient rendus justes. Les agents économiques (les représentants syndicaux aux instances et bureau de haut niveau de décision) ne peuvent pas ne pas être parfaitement au courant de la mascarade sur la fiscalité, l'évasion fiscale et les paradis fiscaux, et les conséquences sur les dérives du budget de la protection sociale comparons ce qu'est comparable s'il vous plaît! (dans le lien des graphiques sur l'économie française):

https://actualite.forumpro.fr/t60p15-economie-politique-et-subvention#713

Depuis mon poste d'ouvrier de la métallurgie, syndiqué, dois-je agir comment les 95 % des béotiens ?

Qui sont les responsables des crises économiques ?


Cela est l'atteinte de la grande majorité de leaders "politiques" mais hélas pour eux, le petit ouvrier, le petit travailleur intérimaire, le chômeur, doit commencer à se rendre à l'évidence, le "dit et adulé" système traditionnel, dit d'ailleurs démocratique, dans sont interprétation la plus large, (syndicalisme y compris) ; doit commencer à constater les profonds dégâts causés par cette (définition personnel qui me semble la plus proche) tendance de chacun à l'individualisme et l'indifférence induits (1).

Sans blagues !

Si la démocratie fonctionnée vraiment !  En grande partie les différentes crises de l'économie ne seraient pas possibles.

Pour quoi j'ose accuser ?

En tant qu'ouvrier immigré (arrivé en France depuis la Colombie en 1988) j'ai l'image plutôt "préjugé" d'arriver du fin fond de la jungle, à priori sans jamais avoir eux la moindre connaissance, habitude d'une personne civilisée. (2). Sauf que par des raisons hors propos, j'ai un bagage syndical et de connaissances, enrayé énormément par des difficultés avec une autre langue.

Il se trouve que la langue française reste après la langue de Shakespeare, la deuxième en diffusion des connaissances au monde. Voilà pour quoi, (3) j'ajouté des connaissances capitales à mon niveau, via le web ; où l’œuvre d’Étienne de la Boétie, (Lien pour LE DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE http://classiques.uqac.ca/classiques/la_boetie_etienne_de/discours_de_la_servitude/discours_servitude_volontaire.pdf) ou encore (le discours de la méthode) http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/file/descartes_methode.pdf œuvre de Déscartes, mais encore LA RÉPUBLIQUE de Platon, œuvres de chevet, mises bout à bout avec des livres d'Antoine Peillon, Edourad Tétreau, puis bien sur Joseph E. Stiglitz nous donnent les clés d'une réalité où moins de 3% des gens réussissent à engranger plus de 90% de la richesse dans le monde grâce à des pratiques de fraude, de triche et de spéculation, avec une certains aide comment l'indifférence et l'individualisme qui les rends du coup légitimes grâce à une fiscalité sur mesure obtenu par le biais du lobby

J’accuse

L'indifférence et l'individualisme induits.

Quoi faire alors ?


Puisque dès l'intérieur du système un homme (J. E. Stiglitz) a le courage de dénoncer ouvertement l'iniquité, l'illégitimité, l'usurpation, voir l’hégémonie des castes dans la gestion du destin de l'humanité(4) Il est évident que les classes populaires, doivent être rassemblées (5), fait qu'implique un travail énorme d’éducation déjà des travailleurs, puis des changements profonds dans le fonctionnement de l'éducation et les médias. D'ailleurs les groupes syndicaux en France comment les communautés religieuses doivent disposer d'un espace d'expression équitable dans les chaînes de télévision publique.

Pour quand le changement ?

Une analyse consciencieux du paragraphe présentent, nous permet de constater que les crises économiques, qui accablent les classes populaires fondamentalement, continueront donc de se répéter, tant qu'une force solidaire constitué de "vrais" représentants des classes populaires, n'auraient adopté des mesures de cohésion suffisantes pour faire fonctionner une véritable démocratie, en France mais surtout dans le monde(6).

(1) La méconnaissance et l'indifférence sont des conséquences d'un procès prédéfini par un concours avéré entre les programmes d'éducation et l'environnement (médias, cercles intimes, familles, environnement socioprofessionnel), loin de moi, donc, une opinion proche du dédain, prétention ou mépris des classes populaires aux quelles je suis sensé appartenir.

(2) lien pour un curriculum vitae déjà présent dans la toile comment il est possible de constater par la date (11/04/2003)

http://nestor.ramirez.monsite-orange.fr/page1/index.html

(3) Suite aux pertinents efforts de mes excellents professeurs de sciences sociales, j'ai toujours tentais de trouver l'information à la source, plutôt que me laisser intoxiquer par les médias généralistes par oisiveté ou fainéantise.

(4) La réalité sociale reste de loin INTERNATIONALE, est le travail syndicale doit en conséquence être solidaire avec les pays voisins (Portugal, Grèce, Italie, etc.)

(5) Rassembler les classes sociales suppose déjà, la présence de conscience sociale, laquelle fait absolument défaut dans 90 % des classes populaires en France, Pour cette raisons, parler de démocratie reste le plus monumentale mensonge, si non veuillez m'expliquer pour quoi une nation avec 350 000 potentiels suffragants aurait l'option de voir élire au fauteuil de l’Élysée un représentant du groupe UMP, alors que le potentiel de suffragants du PS dépasse les 2,5 millions ? Zut à la fin ! Aucune action humaine peu être dissocié par convenance ou un but autre, de sont sens profonds, toute action humaine reste un acte politique. (le plus banal choix, lors d'un achat d'un produit, ainsi soit une barre de savon, de la part des masses des consommateurs, a une transcendance politique, car c'est un acte qui définit la vie ou le trépas des entreprises.

(6) De toute évidence la plus part des membres des classes populaires ignorent trop pour se rendre compte du pouvoir qui leur est tout simplement usurpé, par des castes illégitimes mais dominantes : le film Let's make money nous montre dans un extrait de 16 minutes, trop pour qu'une personne membre des classes sociales le plus atteintes par la crise, doté d'un cerveau normal ne réagisse pas, voir le lien ci-dessous :

https://www.dailymotion.com/video/xca149_let-s-make-money-sous-titres-franca_news#.UeUzsuGP-PI

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty C'est la démocratie ça?

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 16 Jul - 12:30

Il se trouve qu'il y a quelques jours un philosophe français s'exprimait sur LA CHAÎNE PARLEMENTAIRE PUBLIC SÉNAT, pour dire que la démocratie n'existait pas vraiment!
Il s'agit de monsieur MARCEL CONCHE

Un lien pour ceux et celles qui voudrons aller plus loin:

Comment vivre mieux ...
Rediffusion le :
vendredi 06/09/2013 à 22h00
vendredi 06/09/2013 à 23h30
samedi 07/09/2013 à 07h30
Durée : 60 minutes

http://www.publicsenat.fr/emissions/bibliotheque-medicis/comment-vivre-mieux-.../jose-freches,marcel-conche,alain-connes/135450

J'ai un livre donc parmi d'autres et certains passages sont d'une grande importance. Non pas que le béotien type ne le sache pas? Non! Loin de là!

Le quidam est parfaitement au courant!

Oui je vais transcrire quelques lignes d'un livre et je vais exposer une opinion qui accable justement ceux et celles qui par indifférence ou individualisme légitiment carrément les crises et le chômage puis toutes les absurdités passés, présentes et a venir dans la société.

Titre: Quand le capitalisme perd la tête
Auteur: Joseph E. Stiglitz
Chapitre : Vers un nouvel idéalisme démocratique
Pages : 516/517
ISBN: 9782253109310
Éditeur: Le livre de poche (www.livredepoche.com)

Extrait:

..."Le problème, c'est que la mondialisation économique est allée plus vite que la mondialisation politique. Les États-Unis ont réussi à "vendre" l'idée de la démocratie dans le monde entier. En démocratie, aucun individu ne peu dicter tout seul le cours de choses: il n'y a que dans les dictatures que quelqu'un a toujours raison. Et, en démocratie, chaque parti essaie de persuader les autres des mérites de ses propositions.

Le leadership passe en général par l’élaboration d'un consensus: il consiste à trouver des approches qui représentent un compromis acceptable entre les points de vue et intérêts rivaux.

Mais sur le plan mondial, les États-Unis ont plusieurs fois dit clairement qu'il fallait qu'on leur donne raison. S'ils peuvent obtenir cet aval en usant de leur puissance, y compris économique, c'est tant mieux, mais s'ils ne le peuvent pas, ils suivront leur propre chemin.

C'est ainsi que, sous George W. Bush, le plus grand pays pollueur du monde en 2001 s'est retiré unilatéralement de l'accord international de réduction des gaz à effet de serre, émissions qui, à travers le réchauffement de la planète, ont des effets palpables sur le climat.

La mondialisation a intégré plus étroitement tous les pays; et cette intégration intensifie inévitablement le besoin d'action collective pour résoudre les problèmes communs.

Le monde entier partageant la même atmosphère, les émissions dans un pays – Les États-Unis – peuvent avoir de lourdes conséquences pour d'autres ; elles peuvent provoquer des inondations massives au Bangladesh ; voire la submersion de certains États insulaires du Pacifique. Néanmoins, les États-Unis sont réticents à accepter que les décisions qui affectent le monde entier soient prises d'une manière conforme aux principes démocratiques"...

Conclusions?

Le texte venant d'un ancien membre du FMI, conseiller de la maison blanche, pour Clinton et Obama, professeur des universités des États-Unis, et prix Nobel d'économie, qui plus est citoyen lui même des États-Unis d'Amérique, me semble d'une importance phénoménale.

Sur le plan économique comment sur le plan politique, cela montre noir sur blanc que l'indifférence et l'individualisme trouve sont apogée, sont zénith dans la légitimité qui s’octroi une seule nation de manière. bien plus qu'outrancière, intolérable.

Qui sera au bout le véritable responsable de l'évolution de la société?

La société elle même bien sur! Oui mais encore?

Oui puisque monsieur Stiglitz (je passe pour fastidieux ? En me répétant encore) a le courage mais aussi et surtout la lucidité intellectuel réservé aux philosophes, de reconnaître les erreurs d'un tel type de la part de sont pays.

Oui mais monsieur et madame tout le monde  (vous et moi) nous par contre nous sommes loin d'autant de courage pour nous dire "stop" nous le peuple nous allons nous battre avec les mêmes armes, pour la vraie démocratie !

Non ! Nous restons dans notre petit coin, avec notre piètre confort sans rien vouloir savoir d'une hypothétique intention d'unir les forces et demander la vraie démocratie !!!!

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Des symptômes de la fin d'un empire

Mensaje  Cogito ergo sum el Miér 17 Jul - 13:09

Au-delà de l'égoïsme

Des symptômes de la fin d'un empire

In Spanish and French

Spanish

... "Adam Smith argumentó que trabajando en su interés personal los  individuos contribuyen al bien público. Pero hemos visto a lo largo de este libro, que a menudo no es el caso. Hemos subestimado la importancia virtudes tradicionales como la confianza y la lealtad en el funcionamiento de nuestro sistema económico. Anteriormente, había una relación de confianza y lealtad entre la empresa y su personal, por lo que en tiempos de recesión, las empresas conservaban a sus empleados . - y esto es suele ser así, en algunos países. En los Estados Unidos, la doctrina del beneficio económico inmediato ha cambiado todo eso y ahora los empleados que no son necesarios se lanzan inmediatamente a la calle – sin preocuparse del precio por la sociedad y sus familias. Las empresas que se muestran poco amables con el personal puede tener dificultades para contratar en el futuro, pero ya que sólo piensan en sus ganancias del día, a tal punto que prestan poca atención a los efectos a largo plazo.


French

..."Adam Smith soutenait qu'en œuvrant dans leur intérêt personnel les individus contribuent au bien public. Mais nous avons vu tout au long de ce livre que souvent ce n'est pas les cas. Nous avons sous-estimé l'importance de  vertus traditionnelles comme la confiance et la loyauté dans le fonctionnement de notre système économique. Autrefois, il existait des rapports de confiance, de loyauté entre l'entreprise et sont personnel, si bien qu'en temps de récession les firmes conservaient souvent leurs salariées – et c'est toujours vrai dans certains pays. Mais, aux États-Unis, la doctrine économique du profit immédiat a changé tout cela ; aujourd'hui, les salariés dont on n'a pas besoin sont aussitôt jetés à la rue – sans souci du coût pour la société et pour leur famille. Les entreprises qui se montrent aussi implacables  envers leur personnel auront peut-être du mal à recruter dans l'avenir mais,  comme elles ne pensent qu'à leurs profits  du jours, elles ne prêtent guère attention à ces effets à long terme.


Esto es sólo un ejemplo de toda una clase de fenómenos donde las acciones de un individuo tienen efectos individuales no se tienen en cuenta debidamente por el mercado. Las ganancias directores mencionados en capítulos anteriores se han logrado en parte a expensas de los accionistas y posesores de bonos. Cuando los actos de los individuos afectan a los demás sin compensación, estos son denominados como "externalidades". El derecho de toda persona a actuar en nombre de sus intereses personales debe estar limitada por las posibles consecuencias negativas sobre los demás. "La libertad" da a los individuos el derecho a vivir como lo consideran necesario - siempre y cuando no tenga efectos negativos sobre los demás.

Ce n'est là qu'un exemple de toute une catégorie de phénomènes où les actes d'un individu ont des effets qui ne sont pas convenablement pris en compte par les marchés.  Les gains des directeurs évoqués dans les chapitres précédents ont été en partie réalisés aux dépens des actionnaires  et des détenteurs d'obligations. Quand les actes de certains individus en affectent d'autres sans qu'il y ait compensation, on appelle leurs effets des "externalités" . Le droit de chacun à agir pour ses intérêts personnels est ou devrait être limité par les conséquences néfastes potentielles de des actes sur les autres. La "liberté" donne aux individus le droit de vivre comme ils l'entendent – pourvu que cela n'ait pas d'effets négatifs sur autrui.


El problema es que en nuestra sociedad compleja e integrada, el acto individual cada vez más, es probable que tenga este tipo de impacto. Si una persona fuma, otro tiene cáncer: el tabaquismo pasivo. Así, en algunos estados, se prohíbe fumar en el lugar de trabajo. Pero fumar en casa, en la intimidad? Esto tendra como resultado costos adicionales para la salud, y desde luego, con Medicare, atención médica para las personas de edad se financia por los contribuyentes que sont los que pagarán. "...


Le problème est que, dans notre société complexe et intégrée, l'acte individuel est de plus en plus  susceptible d'avoir ce type d'impact. Un individu fume, un autre a un cancer : tabagisme passif. Donc dans certains états, il est interdit de fumer sur les lieux de travail. Mais fumer chez soi, dans l'intimité ? Cela engendrera des dépenses de santé supplémentaires, et puisque , avec Médicare, les soins médicaux  des personnes âgées sont financés par l’État ce sont les contribuables qui vont payer."...





Extrait du livre intitulé "Quand le capitalisme perd la tête" aux pages 509 et 510 écrit pas Joseph E. Stiglitz (ISBN 9782253109310) éditions "Livres de Poche" Maury – Imprimeurs – 45330 Malesherbes France

Joseph Eugene Stiglitz

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Eugene_Stiglitz

Joseph Eugene Stiglitz est un économiste américain né le 9 février 1943. Il a reçu en 2001 le prix Nobel d’Économie, pour un travail commun avec George Akerlof et Michael Spence. Il est l'un des fondateurs et des représentants les plus connus du « nouveau keynésianisme ». Il a acquis sa notoriété populaire à la suite de ses violentes critiques envers le FMI et la Banque mondiale, émises peu après son départ de la Banque mondiale en 2000, alors qu'il y était économiste en chef.
Parmi les recherches les plus connues de Stiglitz figure la théorie du screening, qui vise à obtenir de l’information privée de la part d’un agent économique : cette théorie, avec les lemons d’Akerlof et l’effet signal de Spence, est à la base de l’économie de l'information et du nouveau keynésianisme. Il s'intéresse aussi à l'économie du développement. On lui doit également la théorie du salaire d'efficience.

Vous savez que depuis la civilisation minoenne (2000 ans a.n.e.) en passant par tant d'autres formes de vie ou civilisations Assyrienne, Inca, Aztèque, etc. beaucoup de formes de gestion de la chose publique ont depuis existé. Qui peut croire que l'empire implanté depuis a peine quelques siècles cette fois-ci saurait immortel ? Il faut pour cela, bien sur une ensemble de conditions, que vous connaissait, reste utopique croire à la fin d'un empire ou civilisation sans effusion de sang. Gageons  pour que les êtres humains modernes, aurons suffisamment mûri pour l'éviter.

Je suis un naïfs voyez vous :

http://www.votrejournal.net/Oui-je-sais-je-suis-un-naif_a486.html

Sincèrement avec autant de progrès, autant de technologie, des moyens de communication, j'ai l'intime conviction (trop naïfs sans doute) qu'il est possible de trouver par le dialogue, le plaidoyer, la joute des mots, par l’usage du verbe et l'éloquence, dans les cerveaux des peuples cette sorte de terrain fertile pour faire germer des idéaux nouveaux, sur la base si simple mais saine de la conception de Platon des notions de démocratie et de république. (sorry because I don't speak very well in French, i from of Colombie ans I think against the European man that I think bad)

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty emploi et politique

Mensaje  Cogito ergo sum el Lun 5 Ago - 8:33

Emploi et politique

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone
Joigny, lundi 5 août 2013

Je vous prie d'excuser mon horrible niveau en langue française, car ma langue maternelle reste l'espagnol

Le taux d'emploi d'une nation reste assujetti à des aléas d'ordre exogène principalement, où les autorités nationales n'ont la moindre emprise.

Hélas toute opinion, action ou politique d'emploi qui oserait aborder la création d'un volume important d'emplois dans un pays reste plutôt de la démagogie et du prosélytisme plutôt.

Si nous aurions un regard éclectique, multidisciplinaire de la situation économique à la taille du monde, alors nous comprenions au mieux que certains élites croient de manière absurde qu'il est facile de faire croire tout et n'importe quoi au béotien, au quidam de base.

Vu que je me sens foncière et intellectuellement intimement lié aux classes populaires, je me donne sans compter à l'idée d'une pédagogie constante en faveur des gens de mon niveau, surtout moi, en tant qu'immigré, illettré dans la langue de Molière.

Dans un graphique tout simple d'un des blogs ou forums aux quels j'ai pour habitude intervenir, je donne par des chiffres vérifiables le poids en euros de différentes sources pour les caisses de l’État.

C'est un graphique très constructif puisqu'il montre que les finances et les assurances apportent moins de 3 % des recettes de la France, tandis que par exemple la TVA à elle seule apporte plus de 49 % aux comptes de la France et l'impôt sur le revenu arrive en deuxième avec presque 25 % de l'argent que recueilli l'état.

Alors que le béotien type est accoutumé à entendre par tout "que le royaume des finances et des banques sont les plus puissants au monde"

Simplement parce que par la voie du lobby ils arrivaient aisément d'une part a réussir au maximum l’évasion fiscale et de l'autre à faire passer toutes les lois favorables à leurs intérêts.

Alors que c'est le peuple, monsieur et madame tout le monde, qui par leur consommation soutiennent la véritable économie. Le salaire d'une personne au SMIG passe à 101 % dans le cycle primaire de l'économie, alors qu'une personne avec SMIG x10 quant à lui fait passer moins de 10 % dans l'économie primaire, et 90 % de sont revenu restant part dans des longues procès typiques très bien rodés de spéculation, où une des pratiques la plus connue reste la suppression d'emplois ; suite de cette analyse est illustré dans une fable dans un site internet sous le titre "l'économie expliqué aux enfants" :

http://www.alexandrie.org/viewtopic.php?topic=3080&forum=3

C'est l'économie expliqué AUX ENFANTS, bien sur les adultes comprennent tellement bien la réalité sociale que pour beaucoup de membres de classes populaires il y a ceux qui votent pour la droite et pire encore pour l'extrême droite....

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Emploi et croissance

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 6 Ago - 3:07

Macroéconomie et emploi

Par Nestor Elias RAMIREZ JIEMNEZ dit gramophone
Joigny, mardi 6 août 2013

L'emploi et la croissance sont deux facteur d'économie qui restent intimement liés. Si nous regardons attentivement l'évolution de l'économie pendant des longs périodes, nous allons nous rendre compte que les courbes de croissance et d'emploi restent très proches.

A chaque fois que les banques retrouvent des difficultés, l'emploi est par la suite affecté.  Hors l'univers financiers, présente la tendance à oublier que le salaire ; en particulier "les bas salaires" sont introduits systématiquement dans le cycle économique primaire.

Lorsqu'une panique fait irruption dans la nébuleuse des finances, la réponse produit l'effet opposé. C'est-à-dire, que l'économie subi une rétraction violente, amplifié par le manque de confiance.

Il faut admettre que la mal nommée "économie mondiale" vie sur le dos de la production, (sur les marchés des devises, sur le marché réel, production physique de biens, des matières, et des services)   c'est en fait la valeur ajouté (1)  qui par une myriade de tactiques très rusées, est sournoisement enlevé aux agents divers qui la créent pour enrichir une infime quantité de joueurs atteints d'une mièvrerie endémique et copieusement parsemée de cupidité.

La croissance

Les comptes des entreprises devraient permettre une évolution prévisible et contrôlée.

Prévisible, car le temps apporte l’expérience et avec une augmentation de la dextérité, nécessairement cela débouche sur une augmentation de la rentabilité accompagné d'une meilleure qualité. Donc le champ des expectatives s’accroît avec la satisfaction du client sur un certain nombre de condition de gestion efficiente des ressources humains et techniques.

Contrôlé, car l'augmentation du chiffre d'affaires, autorise la modernisation des équipes humains et techniques, que à leur tour créent les conditions, dans une spirale positive d'évolution : à majeur capacité de production, meilleur état financier de l'entreprise, s'en suit l’amélioration des conditions de travail, une longue liste de raisons iraient dans la spirale où l'environnement de travail procure au salarié les plus amples motivations.

Rotation de l'emploi


Un indicateur peu commenté dans certains cercles, (le turn-over) intimement lié au travail temporaire, mais pas seulement, est aussi un gaspillage monumentale de savoir faire et impacte de manière néfaste les cercles de production :  Un ouvrier trouve un emploi temporaire, pendant une période de temps relative, il est nécessairement en-dessous de sa capacité optimale, car il doit apprendre les automatismes, (reconnaître des dizaines, voir des centaines de références, prends du temps, reconnaître les lieux dans le magasin, où trouver ses références quand elles sont correctement ranges, et les lieux dans l'usine où il doit les déposer, sans erreur) La dextérité abordée trois paragraphes ici-dessus, en fin, les effets des contrats temporaires, sur la production, sont très peu chiffres, car derrière se cache une forêt de causes donc le système capitaliste et de délocalisation ne veut surtout pas entendre des vérités.

Pour rester concis.

Le groupe MAMPOWER affiche un chiffre d'affaires pour l'année 2012 de 3.6  milliards d'euros, et dans sa page web, affirme que la France est le premier marché pour cette entreprise.

D'après les analystes le groupe ADECCO dit sont sont président François Davy aurait un bénéfice net pour l'année 2009 de 32 millions avec un chiffre d'affaires de 3.59 milliards d'euros, avec 33 % de sont activité en France.

La société RANDSTAD d'après sont site internet aurait réalisé un chiffre d'affaires de 14.18 milliards d'euros pour l'année 2010

Le développement du travail temporaire reste une mesure de la crainte des employeurs vis à vis du future des entreprises, Il faut lutter contre cette tendance introduit dans les prévision par la volatilité issue des marchés financiers déréglementés de plus en plus pour permettre un enrichissement vertigineux

Production industrielle

Production et richesse restent indéniablement liés. L'argent est le fruit de la transformation de la matière, des biens ou des services, mais je déteste cette formule toute faite qui met dans le même panier les biens et les services.

Lorsque un ouvrier touche 9,40€ pour une heure de travail, il crée de la richesse, sous forme de valeur ajouté, dans sont poste de travail, mais ensuite, s'il doit aller au médecin il doit débourser environs 25€, c'est un service indispensable au bon fonctionnement de la société, de toute évidence, mais en aucun cas, il y a une valeur ajoutée, parce qu'il n'y a pas de transformation de matière au sens littéral du terme. Prenons autre comparaison, lorsque l'ouvrier envoie son épouse se faire coiffer, il y a une transformation réelle, physique, mais au bout de cette chaîne, il n'y a pas une transformation de matières, avec ajout de valeur, avec création de valeur ajoutée, pouvant être marchandée, échangé par la suite d'autant plus que la belle coiffure est relativement éphémère.

Ici nous constatons donc la différence entre transformation de matière, et d'autres formes de travail indispensables au normal fonctionnement d'une société. Mais qui sont classés comment des services.

Le prix du travail et des services

Le prix du travail bien qu'il soit la source permettant touts les services, reste par cause d'un longue liste de facteurs de loin moins bien rémunéré que les services, en particulier les services bancaires et financiers. Un léger parcourt par le coté des notions de valeur et prix nous donnent un aperçu large des causes et conséquences de la valeur ou du prix.

Cela dit la France vis à vis des pays tel que le Royaume-Uni, l'Allemagne et les États-Unis depuis plus de quarante années, a perdu du terrain dans la production industrielle.

En même temps qu'aura tente de maintenir la protection sociale à un de plus hauts niveau de la planète.  C'est hélas un comportement difficile de supporter économiquement, dans les années 60 les usines automobile comptaient de vingt à trente mille salariés, de nous jours les mêmes usines comptent même pas 1/10 de ce nombre d'emplois. Le constat est semblable pour bien d'autres formes de "création de la valeur ajouté" création de la richesse.

Le prix du travail n'est pas qu'une donné de consommation basique, le salaire et en particulier les bas salaires, sont le combustible principale du cycle économique, et en conséquence le salaire représente un élément d'équilibre ou harmonie sociale  des plus importants dans une société.

Les spécialistes de la finance, que je ne pourrais jamais appeler des économistes, considèrent l'emploi comment une simple variable dans des simulations pour les meilleurs bénéfices à très court terme ; soit mais comment je déjà expliqué dans la fable "le capitalisme expliqué aux enfants" leur cupidité est telle qu'ils agissent comment le singe qui coupe à la base la branche dans laquelle il se trouve.

En détruisant l'emploi, c'est la consommation qu'est automatiquement touchée. Aucun emploi délocalisé est capable de garantir la consommation d'un emploi supprimé. En conclusion la suppression du pouvoir d'achat, est un frein direct, les "spécialistes de la finance" vont dans une puissante voiture, mais en voulant accélérer en fait ils se trompent et ils appuient de plus en plus sur le frein.

Dette externe et croissance.

Si nous fessions un graphique comparatif de l'évolution de la production industrielle, ensuite celui-ci superposé à l'évolution de la dette externe, nous pourrions constater que le japon présente autant une évolution en-dessus des autres en dette externe et production industrielle, dans cette même réflexion la France tout en souhaitant réduire le taux de dette externe, ne fait que augmenter le taux de chômage.

Car les moteurs de la croissance autres que la consommation, déjà en berne sont entre autres les grands projets d’infrastructure des villes, département, régions et de la nation. Aujourd’hui des projet pour développer les énergies renouvelables, les énergies propres, pour inciter le contribuable à réduire sa consommation seraient des politiques positives de croissance. Quitte à dépasser de deux ou trois points les objectifs de dette externe, fixés par la CEE. La France ne peut pas faire en 5 ans ce que l'Allemagne aura fait en quinze ou vingt années.

(1) La valeur ajoutée : http://www.alexandrie.org/viewtopic.php?topic=2368&forum=3

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty sur le rôle du travail dans la société

Mensaje  Cogito ergo sum el Miér 7 Ago - 7:19

Économie sociale et solidaire ou la valeur travail

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone
Joigny, mercredi 7 août 2013


Voilà que certains âmes bienveillantes, semblent commencer à intéresser à une autre manière de faire des bénéfices. Il y a quelques années des organisations du genre ATTAC causaient plutôt de la moquerie lorsque des sujets sur une alternative au capitalisme fou furent abordées.

Lorsque l'économiste écrivain Jacques Attali parlait de micro-crédit et de coopératives, les intellectuels "de droite" jugeaient ces idées, plutôt sans fondement, tirées par les cheveux

Mes premiers armes

Dans un forum jadis disparu (du journal LE FIGARO) j'avoue m'avoir fait les ongles, en matière de joute des mots. Maintes fois j'ai du plaider, à l'encontre de pseudo-saigneurs tout puissants dans les différentes rubriques, de toute évidence je savais lors de mon inscription que les attaques allaient être très violents, car à l'époque (2002) les semences de la mentalité SARKOZIENNE commençaient à montrer leurs premiers bourgeons.

Cette mentalité à pour bannière, le regard avec dédain des classes populaires, cela accolé à une cupidité sans égale, restent la base de ces idées bling-bling où l'apparence reste plus importante que le fond des idées.

Le consommateur lambda et la macroéconomie

C'est alors (dans le disparu forum du dit journal) que j'exposai l'importance de la consommation dans une économie, avec un argument sans doute discutable mais relativement valable, j'avais alors érigé mon argumentaire sur la base des chiffres du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles. Où les modèles de voiture bas de gamme, (prix modeste) représentaient le plus gros des ventes. Alors que dans le haut de gamme, les ventes restent faibles. À l'époque j'ai déjà comparé le chiffre d'affaires de la puissante entreprise de logiciel "FENÊTRES" (Microsoft Windows) face au chiffre d'affaires de "Boeing" où un fabricant de produits intangibles (logiciels) arrivait à des bénéfices très élevés face à un constructeur d'un produit mille fois plus cher et mille fois plus grands, le bout étant de prouver que le consommateur lambda, monsieur et madame tout le monde avec leur caddy arrive à signifier beaucoup plus que le béotien croit ou plutôt que l'on lui fait croire.

À mesure que j'évoluai dans mes lectures sur des sources du genre OCDE, FED, INSEE, FMI, sites officiels des grandes monopoles, groupes financiers et banques, j’ajustai mon opinion, mes graphiques, pour arriver à comprendre qu'il y a des alternatives à la spéculation financière, mal nommé "économie". Au bout je suis content d'entendre ici et là aujourd'hui que le travail est un élément clé dans l'économie, que le travail sous forme des bas salaires, est aussi et surtout un élément très important dans le maintient de l'harmonie sociale. Oui l'emploi est le principal éléments du maintient d'une société à condition que celle-ci soit aussi éduqué et en pleine santé.

Joseph Eugène Stiglitz souligne que certains auraient détourné le bout de l'économie, en faisant un but en soit, pour s’enrichir, alors que l'économe est un moyen qui doit permettre une évolution équitable, légitime et juste pour les peuples de la terre.

Voilà donc qu'en fin certains intellectuels, certains politiques, commencent à se rendre à l'évidence ! Un peu tard non ?

Il y a du travail, puisque je répéterais toujours :

..."lorsqu'une personne au SMIG touche sa paye, 101 % réintégré d’immédiat le cycle primaire, tandis que quand il s'agit d'un SMIG fois 10 ou 20 fois, 90 % de revenu part dans des réseaux parallèles, souterrains, évasion fiscale, dans la spéculation, constituant un frein majeur au cycle économique, donnant des crises du genre 1929 et crise du crédit hypothécaire, née aux USA et contaminant l'économie mondiale à cause de "titrisations fanfaronnes" aux rendements de plus de 10 % voir 20 %"...

Un ouvrier (et dans chaque pays, les classes populaires sont majoritaires) a travers de sont revenu est le combustible fondamental de toute économie.

Plus de 49 % des entrées de la France viennent de la TVA, plus de 25 % d'entrées dans les caisses du ministère des finances viennent de l'impôt sur le revenu, alors que même pas 3 % viennent de la fiscalité des banques et des agences d'assurances ! Réveillons nous !
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Re: PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Mensaje  Cogito ergo sum el Miér 7 Ago - 9:02

Madame LAGARDE depuis le FMI tente d'introduire en France une très vielle recette de réduction de charges aux employeurs, tactique MEDEF bien sur! Toujours les mêmes... il faut pas les louper....

(Sorry I only speak SPANISH) Por experiencia sabemos que Kennedy en los años 70 intento relanzar la economía con la reducción de impuestos a las empresas, Hoy el FMI o madame LAGARDE (blanc bonnet bonnet blanc) preconiza una receta que en aquella época, fue inoperante.

Pero por que?

Porque cuando los burgueses pueden, siempre tratan de recuperar el máximo de dinero, piden que se les reduzca el impuesto pero no para crear empleo, sino para poder ganar más plata. Bien que la OPEP jugo un papel importante en la economía de esta época

(In french) Par expérience nous savons que Kennedy pendant les années 70s aura tentait une relance de l'économie pour juguler le taux élevé de chômage, par le biais de la réduction de la fiscalité aux entreprises. Aujourd'hui le FMI o madame LAGARDE (blanc bonnet bonnet blanc) préconise une recette que à l'époque inopérante.

Mais pour quoi?

Parce que les bourgeois chaque fois qu'ils peuvent, toujours cherchent à récupérer le maximum de bénéfices. Sil le MEDEF ou le FMI ou qui que ce soit demande la réduction des charges; cela ne se traduit pas par la création d'emploi, il est intellectuellement injuste d'oublier le rôle de l'OPEP dans les problèmes économiques de cette époque; pour rester en face avec l'histoire.

http://expressions-libres.forumdediscussions.com/t179p800-sociologie-et-actualite#17672
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty PS UMP et FN

Mensaje  Cogito ergo sum el Vie 13 Sep - 13:11

Attention c'est surtout par le manque de conscience de classe que les béotiens votent UMP ou FN

La conscience sociale

La société est un enchevêtrement de personnes, toutes différentes, il est injuste mais nécessaire classer les personnes, si nous voulons avoir une vision globale de la société.

Pour certains personnes reste désagréable classer les gens, mais en termes de sociologie, de histoire, un tel acte n'est pas de tout méprisant mais indispensable, allons à la métaphore, un arbre est grand donc il a des racines proportionnelles en taille, un iceberg est visible mais sa parte caché sera toujours nécessairement beaucoup plus importante.

Ainsi un parti politique ne sera jamais un groupe de personnes, à un moment donnée, NON JAMAIS ! Un partir politique, une classe sociale signifie aussi une histoire, que un adhérant doit connaître sans quoi, je suis dessolé il ne peu pas avoir de conscience sociale, de conscience de classe !

Bien sur certains personnes, donc le parti politique aurait un passé peu reluisant vont trouver absurde, déplacé, inutile tenter de vérifier soit leur histoire personnelle au sein du parti soit l'histoire du parti politique, du même, une personne, un citoyen pourrait se sentir mal alaise dans cette perspective.

L'histoire des classes sociales, ainsi que le classement par groupe socioprofessionnels, défini à quel parti politique doit se rallier une personne.
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty C'est l'ignorance qui fait triompher le FN

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 15 Sep - 5:22

35 % de personnes auraient donc une opinion proche ou favorable en vers le FN?


Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Joigny dimanche 14 septembre 2013

http://www.leparisien.fr/politique/sondage-65-des-francais-ont-une-mauvaise-opinion-de-marine-le-pen-15-09-2013-3138381.php#xtor=EREC-109----1069314@1

Quels sont les raisons pour que en Europe des partis politiques du genre arrivaient à occuper des postes au seins des instances nationales et européennes ?

Quelles seraient les conséquences ?


Pédagogie

Préambule: Seul la connaissance et l'analyse approfondi nous ouvre des portes, que l'ignorance et la loi du moindre effort nous ferment en nous rendant dupes.

Le sujet ici dessous est donc trop long à lire pour qui conque préféré faire le psittaciforme


Dans toute démocratie, il y a des libertés fondamentales, donc la liberté d'expression et la liberté d'association. La personne qui veut faire face à mes propos est ainsi libre de le faire, par contre il existent des individus hypocrites, des imposteurs qui seul savaient parler derrière le dos.  Voilà une des raisons fondamentales de l’existence des blogs, des sources intarissables d'information, tout en respectant la législation bien sur.

Le lien à continuation donne un aperçu sur l'histoire du FRONT NATIONAL

http://pluriel.free.fr/fn2.html

Nous trouvons là, des constantes, chaque fois que par diverses raisons, une colonie, une région ou un département, fini comment l’Algérie, Le Maroc, ou pendant un temps l'Alsace, un esprit particulier s'éveille en une partie de la population.  Nous allons arbitrairement appeler cela NATIONALISME.

Derrière le mot "nationalisme" nous trouvons toute une large gamme de notions, des opinions, qui sont pour ainsi dire proches de la haine, la pédagogie nous mène automatiquement à chercher dans l'histoire, car il est compréhensible un certains niveau de rancune logique lorsque nous devons céder, rendre ou perdre parti de ce qu'est le territoire national à un moment donné de l’histoire.

Sauf que voilà, c'est juste cette histoire qui nous enseigne que, les frontières, les ethnies, les cultures, ne peuvent pas être statiques, bien au contraire, il y a un évolution permanente, et c'est justement la voie de la diplomatie, du dialogue qui fonctionne comment l'antidote à certains niveaux de violence, de guerre, dépassés heureusement car peu dignes de l'histoire de l'humanité.

Il faut donc expliquer aux nouvelles générations, certains faits, inscrits, indélébiles dans l'histoire, pour éviter qu'ils soient victimes par ignorance des discours sectaires, du prosélytisme des groupes de extrême droite.

Je ne vais pas remonter trop loin dans le temps à 400 000 ans avant notre ère, pas aller jusqu'à questionner l'homme Néandertalien, époque d'ailleurs, ou la notion de patrie, nation n'avaient pas lieu d'être, puisque nous savons et il faut enseigner que les premiers "Homo erectus" étaient des nomades, toujours à la recherche de zones plus riches en alimentation. Cela nous permet de rendre par la connaissance très relative cette idée de NATION, nous serions plus modestes, sachant que des nomades connus comment les Huns auraient venu de l'est vers le IV siècle sous le commandement d'Attila, puis les Tervinges, (Wisigoths) auraient réussi à percer jusqu'à l'Espagne, de la manière forte (étant des peuples barbares)

1500 ans avant notre ère, donc plus récent, ce sont les Celtes, qui dans un monde relativement plus humain, en tant que pasteurs nomades s'introduisent dans des territoires qu'à l'époque non même pas le nom de la France mais de la Gaule, le mot sédentaire commence à avoir un sens, les premières agglomérations, étroitement liées à la notion de propriété privée, naissent ici et là.

Avec la sédentarisation et la naissance de la propriété privée, démarrent une série de conflits, qui vont perdurer jusqu'à nous jours, lire donc la pensée de Jean Jacques Rousseau, entre autres. De toute évidence l’abandon des habitudes de chasseurs, cueilleurs, implique des besoins différents, C'est Charles Darwin qui me semble, réussi à donner au mieux les conséquences, sous sont idée, dans un livre intitulé "la Transformation du singe en homme".

Pour résumer donc Lutecia aujourd'hui Paris, et la Gaule, fait au début de notre ère, parti de l'empire romain, la notion de ville ou cité est adopté sur le modèle romain. C'est qu'une période de l'histoire avec relative paix, car quatre siècles plus tard, l'empire romain est affaibli, pour nous jeunes vandales aurait une connotation différente, alors que pour les romains au V siècle, cela signifié la guerre, un peuple qu'aura alors en presque vingt ans réussi à conquérir le sol que nous appelons France et même une partie qui correspond au nord du Maroc et l'Algérie. L’actuel sol de la France, à été occupé par bien d'autres peuples, dans sont histoire, puisque derrière les "vandales" venaient aussi les Suèves qui auraient même établie résidence dans la région que de nous jours correspond à la Galice. Une région à chevauchant la Belgique et le nord de la France mais aussi une zone calqué au Jura, fut dans cette période lieu de résidence d'une ethnie très proche des Vandales et des Suèves, il s'agit des Alains, ensemble auraient affronté l'empire romain, selon le récit d'un contemporain qui réponds au nom de Ammien Marcellin (soldat romain et historient pour l'occasion)  même si certains d'entre eux étaient des anthropophages, il semblerait que les Alains scalpent leurs adversaires, les Alains auraient été moins sauvages que les Huns.

Des peuples germaniques ou initialement ayant eut leur fief dans l'actuelle Allemagne avant d'évoluer vers des terres plus tempérées ; auraient donc moultes fois occupé des régions de nous jours devenues la France. L'histoire correspond au passé sans doute, mais le présent saura en suite le passé, l'histoire se construit donc à chaque jours, fait que lui donne cette spécificité d’intemporelle, qui nous rendrait simplement ridicules, en souhaitant des frontières sempiternelles.

Voilà pour quoi le mot nationalisme, devienne pour moi, une simple notion, très relative, et lorsqu'une personne en face cherche à argumenter dans se sens, je ne vais pas m'en moquer, JAMAIS, mais, si cette personne, aurait une petite portion de "cogito" de rationalité, encore ce que Descartes définit si bien comment "la capacité de discerner" alors avec quelques mot je lui ôterai humblement et sain peine leur œillères ou lorgnettes.

En conclusion le fond de commerce de tout parti d'extrême droite, se base sur la haine, de l'autre ! Et le Front National en France, ne peu pas être du fait ni un parti républicain, moins encore en accord avec le principe des droits de l'homme et du citoyen, grands notions, qui dans ma conscience auraient une signification basique et indispensable dans toute aventure de vie en société.
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Re: PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 17 Sep - 5:04

Prêche, prosélytisme et société

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ (ouvrier syndical FO, immigré et illettré)
Joigny le mardi 17 septembre 2013


Le penchant systématique de la critique selon l'idéologie reste salutaire à la société, sauf quand les médias deviennent des outils publicitaires, des simples canaux du prosélytisme.

Impartialité & sympathie

Le mot impartialité, me semble ici, même légèrement dissout dans des consignés admises comment norme pour le journaliste et pour toute personne, disposant d'autorisation légale de s'exprimer à travers les médias, sous le statut de salarié, car un professionnel de l'information reste assujettit à des principes qui je cite :

 n’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ;

 s’interdit d’invoquer un titre ou une qualité imaginaires, d’user de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque ;

Hors lors du gouvernement précédent, ayant des conditions économiques plus favorables, aura adopté une politique, notamment avec la loi TEPA, d'un coût moyen par année de 75 milliards d'euros en niches fiscales, carrément favorables (idéologie) aux plus favorisés, par rappel les foyers fiscaux au patrimoine de plus de 15,5 millions d'euros, auraient ainsi reçu un chèque en moyen de 368261 euros. En fin cela est la conséquence d'une législation mise en place par le gouvernement SARKOZY qui plafonné l'impôt à 50 % du revenu.

La dette externe de la France aurait explosé au même temps, car le gouvernement SARKOZY alourdi celle-ci de plus de 600 milliards d'euros.

Une chaîne française, et un présentateur en particulier, présente avec stupeur la nouvelle qui dit que la France arrive à 2000 milliards d'euros de dette externe, près de 95 % du PIB. Avec l'intervention en directe de trois personnes, Jean-Paul Betbèze, Christian Saint-Etienne et Jean Marc Daniel

Qui sont les trois messieurs, voyons sur WIKIPEDIA :

Jean-Paul Betbèze :


Diplômé de HEC Paris (1972), il obtient le DEA 101 de l'université Paris-Dauphine (1974), passe un doctorat d'État en sciences économiques (1979) puis une thèse complémentaire (1980). Il enseigne aux universités de Caen et d'Amiens. En 1984, il passe l'agrégation des facultés de sciences économiques et obtient une chaire à l'université de Franche-Comté, qu'il conserve jusqu'en 1987, date à laquelle il rejoint l'université de Paris II (Panthéon-Assas). En 1989, il gagne le monde de l'entreprise et devient directeur des études économiques et financières du Crédit lyonnais. En 2003, à l'occasion de l'absorption du Lyonnais par le Crédit agricole, il devient conseiller du président et du directeur général de Crédit agricole SA

Christian Saint-Etienne :


Il est titulaire de deux Masters en sciences économiques (London School of Economics et de l'Université Carnegie-Mellon), a soutenu une thèse de doctorat d'État en sciences économiques à la faculté d'Assas et est titulaire d’un diplôme de l’ESCP Europe.
Après avoir été, en 1978, chercheur en sciences économiques à l’université Carnegie-Mellon à Pittsburgh, il est économiste au Fonds monétaire international (FMI) à Washington, D.C..
En 1984, après six ans passés aux États-Unis, il devient administrateur à l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) à Paris.
De 1987 à 1995, il est conseiller économique de la direction financière à la banque Crédit Lyonnais puis sous-directeur à la direction centrale des marchés des capitaux, au contrôle général et enfin contrôleur des engagements du groupe bancaire. Il est nommé à ce dernier poste au er janvier 1994, après le krach de la banque en 1993, et participe à la reconstruction du système interne de contrôle des risques.
En 1996, il fonde Conseil stratégique européen SA, un cabinet de conseil spécialisé en analyse stratégique des marchés et conseil stratégique pour les entreprises patrimoniales.

En 2007, il crée le club de réflexion « Générations citoyennes ».
Il est membre du conseil d'administration de Cofiroute comme administrateur indépendant depuis 2010

Jean Marc Daniel :

Après son diplôme de l’École polytechnique et de l’ENSAE ( École nationale de la statistique et de l’administration économique), il rejoint l’administration comme administrateur de l’INSEE. Il a alterné des fonctions dans l’administration active (direction régionale de l’INSEE à Lyon, direction du Budget, régime de Sécurité sociale des mineurs, Ministère des Affaires Étrangères), dans les cabinets ministériels (au Ministère de la Culture et au Ministère des Affaires Étrangères) et dans des fonctions d’économiste et d’enseignant (chargé d’étude à l’OFCE, cours donnés à ESCP Europe, à l’Ecole des Mines, à Paris X et à l’ENSAE). A l’heure actuelle, outre ses cours à ESCP Europe, il est responsable de l’enseignement d’économie aux élèves – ingénieurs du Corps des mines. Il est également chroniqueur au journal Le Monde - sur l’histoire des idées économiques - et directeur de la revue Sociétal. Il est en outre membre du conseil d’administration de la Société d’Économie Politique. Il travaille essentiellement sur la politique économique, dans ses dimensions théoriques et dans ses dimensions historiques.

La protection sociale et sont coût

Pour la idéologie néo-libérale, la politique face à la protection sociale, se réduit à la volonté de faire payer aux salariés, les charges inhérentes à leur santé, éducation et retraite ; sans l'exprimer ouvertement la idéologie néo-libéral tente plutôt d'introduire de manière lente et progressive, le système d'assurances et mutuelle complémentaires. Difficile pour un néophyte, un ignare, un béotien de voir la moindre incohérence dans le fond des propos typiques du patronat.

D'ailleurs la Mecque du capitalisme, les États Unis d'Amérique, fonctionnent plutôt ainsi, la plus part des pays, auraient enclenché depuis des années le procès, et pour éviter toute tentative d'opposition des syndicats, le programme inclus la disparition de la statut de fonctionnaire, car dans la fonction public se troue le noyau dur du syndicalisme en France jusqu'aux années 80 voir 90.

Pour cela il faut contourner la législation sur le travail, voir la modifier, ou carrément la détruire. Advienne alors l'aide tombé du ciel sous le nom de directive CE, nous nous trouvons face à l’injonction de ouvrir le marché à la concurrence, manière sournoise de casser les entreprises publiques de gestion par fois de domaines stratégiques comment le sont le nucléaire, la communication ; un obstacle monumental étant des entreprises puissantes de la taille de PTT ou encore EDF-GDF, Ainsi la porte est grande ouverte aux nantis, par preuve nous avons selon FORBES une évolution fulgurante de la fortune de monsieur Carlos Slim Helú à la tête de l'industrie de la téléphonie mobile en Amérique latine, où avant la France l'équivalent de FRANCE TELECOM a été privatisé.

Pouvons nous critiquer ?

Oui parce que la fonction publique, est autre chose que une entreprise avec but strictement lucratif. Oui les syndicats pourraient avoir leur par de responsabilité ?

Sauf que hélas nous sommes là dans un guerre fourbe entre deux groupes de privilégies, d'une part les leaders syndicaux, privilégies, parce que Jacques Chirac ou  Denis Gautier-Sauvagnac en connaiseraient un morceau.

D'ailleurs vu la manière de faire face aux attaques en regle du MEDEF aux acquis. Nous serions en droit de douter de l'intégralité de certains personnalités du syndicalisme avec leurs mouvements ou manifestations d'un jours, que tout le monde sais, ne vont pas faire changer rien.

En toute impartialité, nous savons par la voie des études que dans beaucoup des pays, il y de l'infiltration de nombreuses organisations, universités et direction d'entreprises, de la part des équipes, très obscures mais sous les ordres directes des gouvernements. Mes origines (né en Colombie, pays que j'ai du quitter en catastrophe) m'ont permit de faire vite la liaison entre les services d'intelligence d'un pays petit, en guerre, mais disposant d'une des diasporas, si non la plus puissante, très enclin dans la gestion politique, économique dans presque touts les pays du monde, jamais de manière visible, publique mais toujours de manière fondamentalement discrète.

Les apôtres de Lucifer

Je ne m'étonne pas, de certains discours, très véhéments, toujours pro néo-libéraux, diffusés dans les médias, et surtout en boucle dans les chaînes de télévision dites spécialisées dans l'économie.

Ces discours, prônent des objectifs de manière systématique, du genre réduction du coût du travail, mise en face des pro industrialisation et l'industrie financière. Nous parlons donc des apôtres de la déréglementation total des marchés et de l'économie en général.

Qui peu contre dire des personnes ayant eut des études très poussés ?

A priori personne !

Hors un regard objectif nous ouvrirait d'autres portes, d'autres manières d'avancer pour la société. Prenons donc des exemples, L'économie d'un pays aurait évolué de manière favorable aux classes populaires dans les 10 derniers années. Le discours du président de ce pays ? Leur président, ancien leader syndical, considère que certains ressources comment l'eau, l’électricité, ne peuvent pas être base d'enrichissement des entreprisses privés. Pour réussir ce genre d’objectif il aura fallu modifier la législation, non pas en accord avec le FMI, et l'idéologie néo-libéral.

Quand on prend le temps, de s'informer dès l'intérieur du FMI, (par l’édition de livres d'un ex-membre du FMI sous le nom de Joseph Stiglitz) Nous pouvons alors comprendre pour quoi les pays du tiers monde s'enfoncent dans un paupérisme induit d'une part par la corruption de leurs gouvernants et d'autre par la volonté du FMI.

D'autre part, les néo-libéraux oublient trop vite que les deux grandes crises économiques de l'histoire ont démarré curieusement dans le même pays ! Ces apôtres de Lucifer oublient trop vite que l'économie français est loin du régime de croisière de places comment Londres, New-York en matière d'échange de devises, le marché d'échange qui représente d'après estimations sérieuses près de 1500 milliards de dollars par jour.

Forcement les paradis fiscaux sont un autre bémol vis a vis d'une fiscalité juste, sans oublier les notes du livre d'Antoine Peillon intitulé « ces 600 milliards qui manquent à la France » puisque d'après plusieurs sources non moins de 150 000 foyers fiscaux français auraient des comptes bancaires hors la France dans un but d'évasion fiscale.

Personnellement j'ai déjà relativisé le montant de la protection sociale, face à des magnitudes comparables, d'autant plus que le salarié expose sa santé, vend pour ainsi dire sa vie, en allant au travail, pour créer de la valeur ajouté, SEULE SOURCE de richesse tangible véritable, car même si les nantis n'aiment pas l'entendre, je le répéterais sans cesse « la transformation de matières par le travail, reste la seule véritable source de richesse » Les ouvriers, l'industrie, les machines sont donc le seul moyen de créer de la richesse, qu'en suite des sangsues, du genre banques, et sociétés d'investissement arrivaient à spolier dans une légitimité issue du lobby.
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Los bancos y el pueblo

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 1 Oct - 2:59

Los bancos y el pueblo

Praxis et proselitismo


Por Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Cerete Cordoba Colombia el lunes 30 de septiembre del año 2013


Recuerdos al honorable presidente de Bolivia, Evo Morales, al honorable presidente de Ecuador señor Rafael Correa, a mis educadores que no menciono para levitar inconvenientes. A quien se robo mi corazón en las orillas del Sinú

Pocos hombres políticos en la historia de la ONU han asumido con valor la defensa del pueblo, entre ellos yo siento el gran honor de presentar dos pruebas en vídeo disponibles en YOUTUBE, seguro que solo el conocimiento, la razón y la justicia, deben servir como armas para hacer frente a la barbarie al abuso salvaje de los bancos:

Firma de la acta de deceso del compañero Salvador Allende:


Demostración de coraje del honorable compañero presidente Evo morales:


La manera rígida, severa agresiva con la cual se lleva a cabo la gestión de la economía en el mundo no deja la menor duda.

Los bancos como GOLMAND SACHS, sin ser numerosos, tratan de imprimir a la economía un ritmo infernal; a pesar de ciertas barreras, como la lengua, o el acceso a Internet por las personas más afectadas, por la metodología bancaria, debemos reconocer (como lo recuerda el doctor en ciencias políticas y fallecido líder de la izquierda alemana el señor Hermand Scheer) que nada cambiara en la sociedad entre tanto los más afectados, no tomen conciencia de la importancia de su participación activa en las decisiones de la política económica.

El poder


Antes de abordar cualquier proyecto, es indispensable el análisis del máximo numero de obstáculos, variables y demás simulaciones.

Los obstáculos

Sin duda el obstáculo mayor para un cambio radical de la economía mundial es el desconocimiento. Los habitantes de barrios populares, de invasiones, son las personas menos informadas y por una multitud de razones las que siendo más afectadas son las menos interesadas. Desde luego las clases populares en general son las más afectadas por la especulación creciente en los mercados mundiales.

Por tanto el circuito primario de la economía mundial alimenta en riquezas otros circuitos secundarios, terciarios, etc.,

Cuando un trabajador ( en una empresa los trabajadores representan casi 90% de la población) recibe su salario, este es inyectado automáticamente bajo la denominación de "CONSUMO" en la economía REAL, igualmente llamada CICLO PRIMARIO DE LA ECONOMÍA.

Cuando un TRADER gana 250 000US$ por mes, este dinero no es inyectado de manera sistemática en el ciclo primario de la economía, si no que entra a inflar las cifras de una economía virtual, en general, por lo cual la economía VIRTUAL parece ocupar 90% de la economía mundial.

De la misma manera todo salario que es superior a 10 o 20 veces el salario mínimo a veces 50 y 100 veces puesto que el señor Lloyd Blankfein director de Goldman Sachs obtiene un salario anual de más de 60 millones de dolares, y en plena crisis económica mundial.

Ademas en gran parte los métodos de Golmand Sachs son al originen de la famosa crisis del crédito hipotecario puesto que con el famoso ABACUS, Este banco gano justamente cuando toda la economía mundial perdía, como igual ganaron cuando lograron disimular las cuentas deficitarias de Grecia para permitir su ingreso en la Comunidad Económica Europea.

Sabiendo que al hacer entrar Grecia, habría necesariamente manera de asegurar por el resto de países, los platos rotos, es decir que los contribuyentes de Europa fueron tomados por tontos.

Conflicto de intereses

Los obstáculos, como lo vemos son de talla monumental. Puesto que que sectas secretas dominan y manejan todas las esferas del poder:

Mario Draghi presidente del Banco Central Europeo trabajó en GOLMAND SACHS,
Mario Monti presidente del consejo de ministros italiano, comisario europeo de la concurrencia, consultante desde 2005 de Golmand Sachs
Romano Prodi presidente de la Asamblea nacional italiana, Presidente de la Comision Europea, es consejero del Banco Goldman Sachs desde hace seis años
Mark Carney gobernador del banco central de Canada trabajo hasta el año 2000 en GOLMAND SACHS
Herny Paulson: fue secretario del Tesoro de los USA entre 2006 y 2006, igualmente director de Golmand Sachs entre 1999 et 2006

Si quisiéramos podríamos hacer listas interminables en las cuales la noción de conflicto de intereses es flagrante. Los consejos de dirección de las más grandes empresas, cuentan en sus listas casi siempre las mismas personas. En cambio la clase obrera, jamas intenta asociarse, ponerse de acuerdo y adoptar una estrategia clara concertada de defensa de sus intereses

La consecuencia automática?

Los trabajadores, los únicos que crean el valor agregado, la plusvalía, se dejan robar la riqueza de quienes se asocian justamente con ese único objetivo, y así la miseria aumenta para la mayoría de la gente.

El petroleo en ejemplo veamos una persona al hasard de una empresa dedicada como es Maurel & Prom empresa reconocida como operador petrolero en Africa y America latina el señor Michel Perret figura como director de perforación graduado de Instituto Francés del Petróleo (IFP) Ingeniero de Forex, Forex Neptuno y Elf Aquitaine, Shell consultor independiente, Elf, ENI, BHP Petroleum, la participación en la creación de BHP Petroleum en Australia, Joint Oil en Libia y la participación en la transformación de Maurel & Prom en compañía de la exploración y producción de petróleo. Directora de perforación Maurel & Prom desde octubre de 2001.

Donde quiera que miremos en la economía mundial hay una relación intima entre las empresas y un puñado de personas que abusan de las relaciones para hacerse cada vez más ricos, y o favorecer vía el lobby los intereses de sus círculos próximos. (familia y amigos). Mientras tanto la gente que crea que produce la riqueza en el mundo, es mantenida completamente alejada de una distribución justa del fruto del trabajo.

Por que?

Simplemente por que las clases populares, son voluntariamente mantenidas indiferentes, e ignorantes de la realidad. Hoy no es posible que un trabajador de India, un trabajador de China, un trabajador de Brasil y un trabajador de Colombia, o Mexico, o Perú puedan pensar al futuro juntos, primero por que sería imposible por que no tienen los medios para comunicarse puesto que la lengua en algunos casos lo impide, ademas simplemente por que no se creen comprometidos a entenderse, etc, etc,. En realidad los trabajadores por vivir desinteresados al futuro de manera unida son los primeros responsables del abuso de algunos parásitos, indelicados.

Quien es más fuerte?


Supongamos que los obreros de los países, dialogaran? Supongamos que decidieran crear una asociación común de talla mundial? Que esta asociación creara un fondo monetario, como una cooperativa, que todos los obreros decidieran de depositar su salario en esta forma de banco mundial del trabajo.

Puesto que el dinero real es la fuente del ciclo de la especulación


Si una cooperativa mundial de trabajadores, asume el mercadeo de productos de primera necesidad, el impacto sería monumental, el precio bajaría sistemáticamente, y el universo de las finanzas comenzaría a perder terreno, si enseguida la cooperativa internacional del trabajo abriera una linea de crédito al consumo, igual seguros de vida seguros para el vehículos.

Los trabajadores del mundo lograrían sin sangre, sin guerra absurda, cambiar su destino, y sería a su favor. Aquellos que hoy se burlan de los pobres tendrían que admitir que fueron estúpidos y que sin estudios en HARVARD, STNFORD ni BERKELEY, los más pobres, unidos sabrían vivir mucho mejor que bajo el poder de hipócritas, egoístas sabandijas que son muchas personas hoy a la cabeza de las más prestigiosas organizaciones financieras y bancarias. Como también infiltrados en los gobiernos de las más prestigiosas organizaciones de poder en el mundo.
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Le rôle du journaliste et l'impartialité

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 1 Oct - 22:44

Impartialité et cacophonie

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Cerete Cordoba mardi 2 octobre 2013

Les leaders politiques sans aucune doute ont la liberté de leurs opinions, au risque de tirer leur image vers la médiocrité, car le député de la quatrième circonscription de la Seine et Marne Christian Jacob, par ses interventions à l'Assemblée National tente de substituer à une absurde autorité imaginaire de contrôle des relations entre les groupes politiques de la majorité. Nulle doute que ce genre d'interférences nous permet de mesurer la dimension d'incapacité des membres du groupe UMP à assumer leur rôle dans les deux chambres du parlement français.


Quant aux désaccords palpables de l'opinion au sein même du gouvernement français, plus qu'une forme de chahut ou désordre, sont à vraie dire la preuve irréfutable de la liberté d'opinion qui laisse à chacun par des raisons  d'essence, de tempérament ou idiosyncrasie, intrinsèques à la gauche dans une lecture étymologique large.

La gauche, ne pourra JAMAIS parler d'une seule voix, c'est impossible, car déjà pour des raisons biologiques, chaque cerveau et unique, d'autant plus que la gauche au sens large, abrite plusieurs groupes avec leur conceptions spécifiques des notions tel que l'idéologie, et l'intérêt général.

La divergence

Nous sommes donc, avec un regard « intellectuel et ou philosophique » devant une véritable richesse, Car lorsque touts les membres d'un groupe, tentent de suivre un seul leader, lorsque touts les personnes tentent de se fondre derrière LA PENSÉE UNIQUE alors nous sommes au sein d'un groupe ou la consanguinité intellectuel produit nécessairement des défauts, où des perversions et faiblesses qui vont se refléter automatiquement par l’imposition des minorités, le lobby, très néfaste pour la constitution et pour la République.

La xénophobie

Tandis que des énergumènes sont très nuisibles à l'évolution juste de l'humanité, (Carlos Slim Helu, George Soros, Laskshmi Mittal. Dans une longue liste ou nous pourrions ajouter Mario Draghi, Mario Monti, Romano Prodi, Mark Carney, Herny Paulson avec quelque chose curieuse en commun !

Venir pointer du doigt donc des miséreux, comment un problème pour l'harmonie sociale, me semble très grave, c'est faillir VOLONTAIREMENT à la vérité, c'est plus qu'avoir tort, plus que de la connivence, de la complicité par défaut intellectuel.

Justement parce que si la société à la taille de la terre tourne mal, la cause se trouve dans des phénomènes du genre ABACUS, par cause des énergumènes du genre de Fabrice Tourre. Bien que au fin fond de la misère, certains pauvres gens, dépourvus de perspectives d'avenir reluisantes finissent par basculer de l'autre coté de la loi, pour s’approprier ici et la de quelques miettes, sans jamais vouloir faire l'apologie des actes contraires aux lois de la République.

Pour quoi la puissance d'un état semble frêle lorsqu'il faut s'attaquer à l'évasion fiscale, aux délits financiers, alors qu'elle utilise tout sont poids lorsqu'elle écrase des indigents ?
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Notion de république

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 6 Oct - 3:23

La république vue par un illettré

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez
Cereté Cordoba Colombie le 6 octobre 2013

Texte dédié à Michel Grossiord, Sonia Mabrouk, et tout le personnel des chaînes ARTE, LCP, Public Sénat et aussi aux gens de la politique et le journalisme en général.

Voilà  un mot galvaudé, et que certains néophytes improvisés politiques s'évertuent à nous imposer  en guise d'étendard de leur légitimité soudoyait par la voie du suffrage.

La vraie définition reste vide de sont sens sans des accessoires indispensables comment c'est le cas de la constitution, l'ensemble des lois, ainsi que la démocratie, la langue, une zone géographique et sans doute quelques vestiges du point de vue ethnique, paléontologique dans leur définition strictement étymologique.

Chauvinisme

Nous serions tombé dans le favoritisme et la xénophobie, en adoptant certains discours fourbes insidieux, si par manque d'intégrité intellectuelle, nous aurions voulu regarder la notion de république, non pas inscrite dans l'histoire de l'évolution des civilisations, mais dans une vision à dimension obtuse, réductrice sous forme d'une portion de terre à un moment statique, figé dans le temps.

Non aucune nation au monde, est présente dans l'histoire dans sa configuration d'un jour, d'une année ou d'un siècle. Plus la frange de temps et d'espace avec la quel nous définissons une république sera réduite plus il sera captieux notre discours.

Chaque pays au monde est aujourd'hui et saura demain, la résultante d'une évolution, dans les meurs, dans sa législation, et dans sont évolution ethnique.

Justement l'évolution ethnique, est le fruit ou mieux encore la résultante ou l’effet collatéral de pratiques spécifiques de spéculation mènes par des idolâtres de la cupidité.

Prenons l'exemple, des populations du continent africain !

Leur richesses auraient été sciemment pillées et leurs leaders achetés pendant plus d'un siècle, et d'ailleurs cela continue de nous jours, le meilleur outil pour réprimer pour contrôler les peuples aura  été celui qu'un penseur apostrophé comment "l'opium du peuple" ; hélas la tyrannie aura été si aveugle autant que leur soif d'asservir qu'il auraient oublié que l'homme trop soumis trop méprisé devienne à force irrationnel. Loin de moi l'idée de faire apologie à des idées hors la voie noble de la justice et la démocratie, loin d'une motivation panégyrique, j'ai depuis des années tenté de sonner une alarme, qui met en garde contre cette dérive qui permettait l'évolution d'un enseignement systématique voir exclusif, unique d'un livre sacré à des enfants assis à même le sol, dès l'âge de six ans de manière à leur rendre (au départ et pendant des années) aveugles,  pendant que l'or noir été enlevé de leur sous-sol. Mais pas seulement cette source de développement indispensable à certains pays alors anoblis, d'autres matières premières ont été et sont toujours sortis à des pris dérisoires sans que leur rentabilité puisse permettre le développement d'une civilisation épanoui. Bien au contraire.

Aujourd'hui, des leaders politique de pacotille, oseraient se plaindre des taux inouïs de déplacement de population, aujourd'hui par hasard pourrions nous nous étonner de la noyade de 300, de 3000 voir de plus gens, enfants, femmes, lors de tentatives hasardeuses de fuir la misère ?

Quelle plus grande hypocrisie ! Cela ne peu pas être de l'ignorance tout de même pas eux ! Ou si ?
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty La fin du système capitaliste!

Mensaje  Admin el Sáb 12 Oct - 7:52

Les questions et les réponses

Par gramophone (cogito ergo sum)
Cereté Cordoba Colombie samedi 12 octobre 2013


Quelque soit le moyen par lequel nous recevons des information, radio, télévision, presse écrite, bouche à oreille ainsi que certains groupes sociales, du genre syndicats et partis politiques ; le volume est énorme et les opinions contradictoires.

Rien de plus normale, d'ailleurs, puisque les médias restent avant tout des entreprises, et le journalisme malgré d'être un métier qu'aurait à l'origine obligation de respecter des principes d'éthique et impartialité, devienne par la force des choses, une profession confinée à la ligne imposé par la rédaction, sauf pour une minorité.

Qui prends le temps de lire un sujet ?

Un sujet écrit de nous jours, présente un obstacle majeur, du moment que le texte dépasse trois lignes, le béotien, le quidam (et je suis un, puisque moi même je n'ai jamais fréquenté une école sur le sol gaulois) est devenu presque un zombie, puisque l'on aurait réussi à lui extirper du cerveau, toute possibilité de chercher à digérer une information.

Entre le loisir indispensable et le désœuvrement à risque


Autant tout être humain à besoin de moments de divertissement, autant il y a des moments dans lesquels la conscience humaine se trouve exposé de manière monumentale à l'esclavage intellectuelle. La télévision, les jeux en réseau, sur internet, la pratique de certains hobby ou passe-temps sont plus de la distraction active que une quelconque pratique en faveur de hygiène mentale : Si nous voulons avoir un excellent état de santé, en dehors du besoin d'une rigoureux et onéreux choix dans l'alimentation, la pratique de la course à pieds, suffit pour 80 % de la population, à maintenir un état de santé idéal, certains ennuies de santé peuvent nous mener au choix du vélo, ou la natation.  Mais il faut admettre que le citoyen lambda quant à lui préféré GRAND THEFT AUTO  connue aussi sur l’abréviation GTA V qui coûte environs 48€, puisque en trois jours les ventes auraient déjà dépassée le milliards de dollars. Un masque pour paintball (Proto Axis grey) doit coûter plus de 70€. l'ensemble (Slam Jack Black Roses deluxe) pour paintball dépasse les 220€. Un pack reflex purple black dust air comprimé pour paintball, frise les 500€.

Peut-on accuser les riches de mauvaise fois ?

Voilà que j'arrive à la conclusion que si bien l'indifférence et l'individualisme sont induits, je ne vais pas par facilité intellectuelle jeter la pierre sur ceux qui intelligemment réussissent à gagner des milliards ; malgré tout je maintienne une opinion mitigé quant aux responsables de nombre des maux de la société.

Je vais résumer, plus nous sommes près des petits salaires, plus nous avons la certitude absolue que le revenu saura dépensée sans y réfléchir. Plus nous nous éloignons vers des salaires de cadres et de PDG des banques, moins le revenu saura dépensé dans des objets  prosaïques ou banals.

Qui prendra le temps plus que de lire, de digérer le message ici souligné ?

Je doute que ce message ait apporté un corollaire quelconque pour ceux qui comment moi passeraient le plus claire de leur temps à satisfaire en priorité le niveau inférieur de la pyramide de MASLOW.

Les solutions ?

Oui il y a plus que des critiques des solutions.

Je me suis trouvé dans un labyrinthe temporel un jours, lorsque suite à l'écoute (visionnage sur YouTube et Dailymotion) (1), (2) d'un document de deux heures trente minutes et un film donc j'ai reçu comment cadeau d'un grand ami l'intégrale en Disque Compacte DVD, j'ai finir par comprendre, que les banques et les groupes internationaux dédiés à la finances étaient des sangsues. Des parfaits parasites très nuisibles à l'évolution de la société.

(1) https://www.youtube.com/watch?v=w_QQxSOHO3E
(2) https://www.dailymotion.com/video/xazgpq_let-s-make-money-part6_news?search_algo=2

Comment sortir du système de l'industrie des finances?

http://toulouse-philo.forumpro.fr/t164p15-intellectuels-complices-ou-innoncents#493
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Note à Nicolas Doze

Mensaje  Cogito ergo sum el Vie 18 Oct - 1:07

Le poids de fiscalité

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Céreté, Cordoba, Colombie
vendredi 18 octobre 2013


Je viens d'entendre le journaliste NICOLAS DOZE de BFM tv tenter de marteler encore le message du lourd poids de la fiscalité en France.

C'est étonnant de la part d'un journaliste, l’entêtement à tenter de sublimer le mensonge, car la Mecque du capitalisme, le pays même ou tout est exemple pour le monde, c'est à dire les USA, se trouvent au bord de la cessation de payement.

C'est étonnant de la par d'un journaliste qui se doit d'être impartial, chercher à massacrer des principes inscrits dans la constitution car la France d'après sa charte magne reste un pays sociale, d'égalité, de fraternité ! Alors que des nations où la fiscalité sur les entreprises est inférieur à 15 %  comment c'est le cas de l'Irlande !

Mais allons plus loin ? Le coût du travail, étant la moitie de celui de la France au Portugal, nous savons bien que ce pays se trouve économiquement plus mal placé autant que l'Espagne ou l'Italie ! A cause d'une crise financière, construite de toute pièce par l'industrie financière, et pour des banques du type GOLDMAND SACHS!

N'oublions pas que encore de nous jours les USA maintiennent artificiellement leur économie à coup de milliards de dollars! 85 milliards de dollars par moi ingurgités par les banques, selon l'information de la FED, et tant que l'économie ne sera sortie du bourbier, la FED continuera à aider LES BANQUES

Quel est donc le système qui nous vente monsieur NICOLAS DOZE?

La France de Nicolas Doze !
La France des 35 heures !
La France que certains journalistes tentent de massacrer !

Ou la France qui nous offre la constitution stricto sensu?

Même si le gouvernement aurait du mal à réussir!

Reste une grande nation qui doit montrer le meilleur chemin au reste du monde !

Le capitalisme, le néo-libéralisme, l'industrie financière, sont des chemin sans issus, que si prospèrent, c'est par cause de deux défauts des béotiens : indifférence et individualisme induits par des influences au sein d'une société où l'éducation, les médias, les jeux de loisir sont des instruments favorisant l'hégémonie des castes dominantes.

La fiscalité en France est l'outil qui permet d'équilibrer les droits des citoyens à l'harmonie sociale, l'accès sans discrimination dans des domaines d'importance vitale tel que l'éducation et la santé, ou encore pour subventionner la presse, le transport scolaire, le transport des travailleurs, sans doute la fiscalité reste beaucoup mieux assumé par les bas salaires, (moins de 2500€/moi) que par des grandes entreprises et foyer fortunées pour qui le CGI dispose d'une foule d'astuces et niches fiscales.
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Campagne politique

Mensaje  Admin el Sáb 19 Oct - 16:24

Campagne politique

Je suis en train de regarder une rediffusion du discours de candidats à Hénin-Beaumont, grâce aux services de La Chaîne Parlementaire.

Quel talent, quel niveau de rhétorique !

D'un côté nulle doute un excès de confiance sur la base des notions sacrés où l'humanisme et l'altruisme ont une grade place. Nulle doute que ces deux principes sont le pilier même de l'idéologie de la gauche.

De l'autre côté je ne m'étonne pas qu'il soit possible fonder toute une idéologie sur la base de la xénophobe !


La vérité reste difficile de trouver entre deux extrêmes là, d'un coté l'extrême droite, de l'autre nous avons un discours avec origine sur les racines mêmes de certains peuples ; car beaucoup de villes de France se sont développés à une époque en que la démographie française et l'évolution industrielle exigent beaucoup plus de main d'œuvre que de nous jours. Époque donc à laquelle les gens de la Pologne, la Yougoslavie, l'Italie, L’Espagne venaient pour combler le manque de main d'œuvre français.

Reste fondamentale ici, que chaque personnes assume une sorte d'acte de contrition vis à vis de tant de gens, vis à vis de leurs ancêtres, venus de tant des pays, et qui auraient contribué de leur vies, de leurs mains, à fomenter la valeur de la France, splendeur de sont histoire.

Il est impossible de construire, toute une campagne présidentielle sur un seul sujet : qui plus est, supporté sur la haine, la xénophobe, cela étant, il est possible de concevoir certains discours, si et seul si ils sont adressés à des béotiens, à des zombies, fruit d'une éducation ciblée, en vers des classes populaires, éducation à laquelle, l’hégémonie droite-gauche aurait réussi à extirper la capacité à discerner. Car je comprendre sans trop de difficulté que lorsque dans notre sang coule du sang d'ancêtres polonais, italien, portugaise, yougoslave, marocaine, tunisien ou d'un autre quelconque nation, nous ne pouvons le nier. Nous ne pouvons pas oublier que nos ancêtres, sont venus et auraient donné leur vie.

Aujourd'hui des gens écervelés, des gens auxquels la notion d'histoire ou des notions d'altruisme et humanisme leur semblent absurdes, des gens sans véritable éducation, sans véritable culture, sans la moindre notion d'appartenance à une classe sociale ; ces gens-là, osent sans aucune gêne voter pour un courant d'extrême droite.

Mais la gauche a-t-elle raison ?

Non, sans doute la gauche tel qu'elle aura réussi à briguer le fauteuil de l’Élysée en 2012, n'est pas tout à fait la gauche idéale. Sauf que si le lecteur, prends le temps de lire la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen », Si le lecteur prends la peine au moins de lire les articles du début de la constitution, alors il peu sans difficulté se rendre compte des fondements de la vraie gauche.

Allons plus loin l'extrême droite prend ses bases sur tout ce qu'est contraire aux principes de la république, sur tout ce qu'est contraire à la déclaration universelle des droits de l'homme!
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Sur Manuel Valls et la politique

Mensaje  Admin el Dom 20 Oct - 4:35

SANS LANGUE DE BOIS

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Cereté Cordoba Colombie dimanche 20 octobre 2013


Sans doute que le néo-libéralisme très en bogue, influence sans peine une bonne partie de la politique pour nombre de pays donc la France reste obligé d’adhérer.


Non seul il est utopique mais à court terme dangereuse la mise en place d'une politique stricto sensu calquée sur la Charte Magne de la République (la constitution).

J'aurai un comportement puéril, voir irresponsable, si je tente de lutter en influençant l'opinion sur ce qu'est une réalité inébranlable, sauf si chaque lecteur aurait pris le temps de lire l'intégralité d'un texte publié en 1554 à l'âge de 18 ans par Étienne de la Boétie (1) et chaque lecteur aurait pris le temps de digérer la pensée de grandes personnalités, qui me sont très chères, sans la moindre prétention : Jean Jaurès, Jean Jacques Rousseau, Edouard Tétrea (2), Antoine Peillon (3), Joseph Stiglitz (4), sans être exhaustif


Dans l'état actuelle des choses, une évolution favorable de la société, avec délimitation stricte des classes populaires, reste impossible !

Un tribun

Je ne crois pas qu'un tribun soit efficient du point de vue purement du suffrage, parce que quel qu'il soit sont discours, et quel qu'il soit le poids de sont argumentation, au fait il se traduit par une longue liste de mots, sans queue ni tête ! Car l'auditorium n'est nullement préparé, pour assimiler, monsieur Mélanchon parle en une autre langue : c'est comment si je parlait en chinois à des pauvres gens de Hénin-Beaumont.

Dans une vidéo disponible sur YOUTUBE, un auditeur pendant le temps des interventions du publique dit : « pensez-y si touts les citoyens, s'accordent pour arrêter de consommer une marque ? »

La vidéo dure deux heures et seize minutes me semble, et dédié à  expliquer l'économie, donc elle est déjà trop longue pour qu'un béotien, un quidam, comment moi, ait la moindre envie de la regarder !

Les militant PCF de Paris

Auraient sans doute compris comment moi en acquérant la carte du Partie Socialiste, qu'il est mieux faire le choix qui nous ferait moins mal, non pas le choix idéal, il est nulle doute très dangereuse laisser de la place à l'extrême droite, trop de terrain. Hélas, le FN dans les circonstances macroéconomiques proches de l'après 1929, continuera à progresser « logiquement » car je ne cesse pas de le souligner : « avec la misère économique, s'accroît dangereusement la misère intellectuelle ». Nier ou tenter de faire l'autruche vis à vis de cette inexorable réalité me semble plus qu'absurde d'un danger majeur pour la société !

Ce qu'il faut comprendre sur la politique


Sur le ministre Manuel Valls

Non ! Sans doute le ministre de l'intérieur n'a commis aucun erreur en tant que personne civil, pour l’occasion à la tête d'un machine, la machine la plus puissante, puisqu'il est à la tête des entités tel que l'ensemble de services de polices de la France !

Non ! Je ne peu pas dénigrer du rôle du ministre de l'intérieur !

Par contre PERSONNE est en mesure d'argumenter le MOINS DU MONDE contre mon point de vue :

Alors que toute la puissance d'une nation de la magnitude de la France est déployée par le Front National, par le groupe UMP, et par d'autres... contre des minorités ethnique ; des milliards de milliards d'euros, évadent la fiscalité.

Par des méthodes introduits par la voie de lobby en partie dans le CGI donc en partie rendus légitimes, ainsi que d'autres méthodes qui peuvent être punis pénalement, par des gens en majorités très influents voir placés pour beaucoup dans des cercles proches du pouvoir.

Hélas, il aura ceux qui dirons « mais non c'est pas le sujet »

Mais moi je constate que tout est fait dans les hautes sphères du pouvoir pour éviter que la justice puise faire un travail impartial et juste ! Les plus faibles subissent tout le poids de la loi, les plus forts s'en moquent éperdument de la notion de justice !

Voilà que 150000 mille comptes sont identifiés dans des paradis fiscaux mais le gouvernement de droite ou de gauche, freine l'action des juges ! Au même temps, l'on demande aux français de payer plus d'impôts !

(1) http://classiques.uqac.ca/classiques/la_boetie_etienne_de/discours_de_la_servitude/discours_servitude.html

(2) http://www.notre-ecole.net/edouard-tetreau-20000-milliards-de-dollars/

(3) http://www.decitre.fr/livres/ces-600-milliards-qui-manquent-a-la-france-9782021081220.html

(4) http://cdurable.info/Le-triomphe-de-la-cupidite-Joseph-Stiglitz-Crise-Economie,2351.html

Ce sont des livres qui devraient exister dans la bibliothèque de chaque personne membre des classes populaires! C'est une utopie?

Alors vu qu'il y a un prix, prenez le temps de visionner GRATUIT :


LET'S MAKE MONEY



'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique» par Myret Zaki et Etienne Chouard

Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty pour qui doit voter un ouvrier?

Mensaje  Admin el Lun 21 Oct - 14:01

Intégralité intellectuelle

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone
Joigny 21 octobre 2013

J'entends certains personnes ici et là utiliser une interprétation ou lecture de l'histoire comment une opinion ou hypothèses.

Oui c'est un fait que la proposition numéro 101 du programme du PS en 1981 parlait de proportionnelle, Oui en 1986 35 représentants du FN réussissent à siéger au palais Bourbon. Mais ce n'est rien d'autre qu'un effet collatérale, car si pour certains le fait le plus marquant est l'entrée du FN au parlement, pour d'autres le parti communiste étant une des cibles est affaibli.

D'ailleurs l'affrontement FN et parti communiste est une des attractions dans les échanges  ! L'assemblée national garde dans ces archives les échanges musclés entre ces deux groupes, mais encore ! Une des raisons de Mitterrand pour adopter la proportionnelle est celle de faire barrage au triomphe assuré de la droite traditionnelle.

Mais allons plus loin

Nous devons parler de représentativité, hélas, les classes ouvrières, ne sont pas vraiment représentés, ni au palais Bourbon ni au plais de Luxembourg, bien au contraire !

Les classes populaires, étant le moins bien éduquées, ce sont automatiquement celles qui se défendent le moins bien, pour des philosophes comment c'est le cas de MARCEL CONCHE, nous sommes loin de vivre en démocratie, car le citoyen lambda, le quidam, le béotien, se doit de participer au suffrage, mais une fois, un des nantis, pour la plus part des néo-libéraux, SANS EXCEPTION, et cela quel qu'il soit le nom du parti représenté, arrivé au fauteuil de l’Élysée, ce sont les exigences des cercles fermées, des sectes, du genre MEDEF, groupement des banques, des magnats de la finance, qui vont faire pression ou lobby pour faire passer une législation sur mesure à leur faveur.

Ici et là quelques mesures, symboliques sont adoptés lorsque par exemple le partie socialiste passe : prenons l''exemple du mariage pour touts, qui est plutôt symbolique, alors que les membres du PS au parlement affirmaient que la reforme de retraite, serait abrogée pour revenir à 60 ans !

Alors pour résumer

Si le FN progresse c'est à cause de la misère intellectuelle qui s’accroît avec la misère économique, les travailleurs vivent des jours semblables à l'après 1929, époque qui devait finir avec la naissance du PARTI NATIONAL SOCIALISTE en Allemagne, et bien sur l'apogée qui n'est rien d'autre que les années 1940 à 1944 !

Parce que des chômeurs, des ouvriers, avec un pois chiche dans leur tête, se laissent endoctriner par des idées, absurdes ! Bien entendu qui le groupe UMP, ou le PS, ne font pas vraiment dans la différence, mais en attendant un parti véritable de travailleurs, il nous reste à voter pour le plus proche en propositions parfois mensongères !



Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty CONSTRUCTION DE L'EUROPE

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 27 Mayo - 8:41

SUR LA PENSEE DE JEAN JAURES

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Joigny mardi 27 mai 2014

Dédié à mes vénérables formateurs: Alain Tostain, Julio Cesar Aguirre, monsieur Areiza, et l'ensemble de professeurs de la faculté de sciences sociales de l'Université Pédagogique et Technologique de Pereira (Risaralda) en Colombie.

En ce centenaire de l’assassinat de Jean Jaurès qui a donné le signal de départ à l’effroyable Première Guerre mondiale, on met l’accent sur son combat pour la paix. Faut-il y voir la réalisation d’une action et d’une pensée de l’émancipation humaine ?

Alors que j'ai voulu voir un chocolat au distributeur automatique. Fidèle à mon engagement permanent au principe moteur de mon existante : (la recherche permanente de la compréhension du comportement des gens) Aujourd'hui mardi 27 de mai de l'année 2014 ; quand ma conscience commence à vivre le deuil de la douce utopie à laquelle aspirait le grand Jean Jaurès. Je mesure la monumentale portée du travail sournois des programmes d'éducation mathématiquement associés à la extirpation du discernement dans plus de 80 % des cerveaux des citoyens.

Est-t-il possible que la grandeur monumentale des principes pour lesquels des hommes (comment Jean Jaurès, Étienne de La Boétie, Jean-Jaques Rousseau, John Stuart Mill, Joseph E. Stigitz, Pierre Péan, Antoine Peillon, Marcel Conche, Hermann Scheer dans une liste non exhaustive de penseurs, et altruistes humaniste), auraient lutté au risque de leur vies, soit bafouée allègrement par la puissance d’à peine 3 % des gens, des banquiers, des Golmand Sach ?

Oui ! Un milliards de fois OUI !!!

De toute évidence à la lecture des opinions, des suffrages électoraux, des commentaires des ouvriers dans les usines, à la lecture de la politique européenne, vu le comportement des gouvernements "touts" néo-libéraux, qui se suivent et se succèdent à la tête de la France ! Oui !

Je mesure avec beaucoup de douleur, le trou béant qui s'accroît vertigineusement et dangereusement dans les consciences. L'ouvrier d'aujourd'hui, ne veut pas, n'a jamais reçu la moindre notion de conscience sociale, d'appartenance de classes. L'ouvrier d'aujourd'hui est juste éduqué pour s’intéresser "exclusivement" à la composition de sont équipe préféré au football, au rugby, à la pétanque. Tout au plus les consciences des classes populaires, vont intéresser à critiquer, l’accoutrement des proches, tout au plus à envier le revenu du voisin.

Les classes populaires de nous jours avouent, j'ai l'entendu textuel "ne pas avoir à se soucier du volume de revenu des plus riches" alors que des traders via la spéculation sur la valeur ajouté, les matières premières, peuvent récupérer 5, 10, 15 millions de dollar par an ?

C'est-à-dire que lorsque Lloyd Blankfein (président de la banque GOLMAD SACH) touche 44 018 478 US$ par an ; l'ouvrier bourguignon, quant à lui trouve plus intéressant et digne d'analyse l'équivalent de 0,082 % du salaire de monsieur Blankfein, qu'est le revenu d'un collègue d'environs 3000 €/moi dans l'entreprise où ils travaillent les deux.

Ce genre d'échanges me semblent très révélateurs non pas de la misère économique, mais de la misère intellectuelle des classes populaires, helas cette misère, est justement cette misère qui permet sans l'ombre d'un doute à des pauvres gens de voter en faveur des personnes que vont bien aller toucher leur chèque de 7000€/mois au parlement européenne, sans JAMAIS apporter la moindre contribution, ni au changement de la politique européenne ni moins encore en faveur de ceux même qu'auraient voté pour eux.

Pour quoi ?

Plus de 70 % des gens (les classes populaires, les classes moyennes) n'auraient de nous jours, plus de conscience sociale, conscience de  classe ? Parce que la bourgeoisie, les nantis, ont réussi de manière sournoise, lente mais sure à enlever de l'éducation primaire, de l'éducation secondaire, les éléments, les principes, la substance qui permettez aux gens de s'éduquer dans la définition sociologique, philosophique du terme éducation.  Nous avons des parfaits commentateurs de l'évolution des équipes de football, de rugby, parmi le plus modeste des ouvriers, mais de grâce n'aille pas lui demander le moindre commentaire sur l'évolution des rapport de production et de la valeur ajouté.

..." "L'histoire de toute société jusqu'à nos jours est l'histoire de luttes de classes.
Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, maître de jurandes' et compagnon, bref oppresseurs et opprimés, en opposition constante, ont mené une lutte ininterrompue, tantôt ouverte, tantôt dissimulée, une lutte qui finissait toujours soit par une transformation révolutionnaire de la société tout entière, soit par la disparition des deux classes en lutte"...


..."Nous assistons aujourd'hui à un processus analogue. Les rapports bourgeois de production et d'échange, de propriété, la société bourgeoise moderne, qui a fait surgir de si puissants moyens de production et d'échange, ressemble au sorcier qui ne sait plus dominer les puissances infernales qu'il a évoquées"...

Extrait d'un blog de philosphie :

Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste (1848), chap. I, trad. L. Lafargue revue par M. Kiitz, Éd. Sociales, bilingue, Paris, 1972, pp. 31-47.
1. Sous l'Ancien Régime, représentant d'une corporation professionnelle.

La conscience sociale, la conscience de classe, ce n'est pas un métier, ce n'est pas des pilules dans un pharmacie, ce n'est pas un article à côté du sucre, ou des tomates dans un supermarché !  La conscience sociale est la base de la cohérence des groupes d'intérêt économique, sociale et donc politique et syndicale. La conscience d'appartenance à une classe, doit être enseigné, de manière systématique aux enfants, car sans la conscience d'appartenir à une classe sociale, nous sommes comment des zombies, des moutons dociles, des écervelés, simples outils jetables au service du capital. Cher lecteur, chère lectrice, chers camarades, je rabâche la même rengaine depuis des années, c'est la principale raison de ma présence sur le web.
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Pour quoi progresse l’extrémisme

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 8 Jun - 8:36

Quand l’extrémisme gagne du terrain

Les faux prophètes, les fausses idéologies, gagnent des adeptes à condition que ceux-ci, soient faibles.

Le mensonge sous quelque forme qu’elle soit ne atteint que ceux et celles disposant d’un niveau frêle de connaissances.

Pour rester capable de me regarder dans la glace, pour être sincère et impartial, alors je dois admettre la vision du philosophe MARCE CONCHE quand à sa vision de la démocratie

C’est depuis le centre même de la machine, qu’une voix se lève pour nous prévenir, car Joseph E. Stigitz ayant travaillait pour le FMI ayant incorporé le conseil économique à la maison blanche, maintient un discours très dépuré, très claire quand aux défaut, risques et conséquences de la pensée néolibérale.

Mais d’après les observations des comices électoraux en France et ailleurs, il est certain que l’état des consciences semble plutôt proche de celle des zombies que des consciences tel que le souhaite René Descartes dans sont " discours de la méthode ".

Voilà pourquoi je crains comment HERANN SCHEER, que les ennemis de l’équilibre et la paix sociale aillent des longues années de prospérité devant eux.

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Dimanche 8 juin 2014
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Présompton et langue de bois

Mensaje  Admin el Miér 2 Jul - 7:46

Entre présomption d'innocence et langue de bois

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone
Mercredi 2 juillet 2014



les citoyens lambda ne disposent pas ni de formation ni des connaissances lui permettant de développer une analyse plausible basset sur des informations fragmentaires.

Ce n'est pas la langue de bois moins encore partialité de l'information. Qui peuvent fournir aux citoyens lambda matière suffisante pour ses faire une idée proche de la réalité.

Nous pouvant trouver deux opinions différentes qui peuvent se détacher de l'ambiance créée de toutes pièces par les médias :

Les royalistes et les démocrates

les royalistes ce sont par la plupart des bourgeois nostalgiques de la monarchie.
Les démocrates sont pour la plupart des personnes soucieuses de la transparence dans la gestion de la chose publique.

Les président du fond monétaire international a dû démissionner de son poste comme conséquence en son comportement moralement répréhensible ; a été écarté des sons courant politique, pour des faits similaires en matière financière (quelques millions d'euros dissimulés au trésor public) un ministre a dû démissionner du gouvernement.

Troublante curiosité

Tout d'abord l'affaire Karachi ensuite l'affaire Kadhafi, sans oublier l'affaire Bettencourt et pour terminer la faire à Bigmalion, sans parler de l'affaire Tapi. Toujours dans les coulisses, toujours par personnes interposées, curieusement il y a le nom de la même personne.

Troublante coïncidence, il s'agit de l'argent, et parfois au nom de l'argent des vies sont sacrifiés.

Un juge qui prend la responsabilité des mettre en garde-à-vue des magistrats et des avocats ainsi qu'un ex-président de la république, le fait exclusivement parce qu'il a un nombre suffisant des raisons, des preuves, un faisceau des circonstances, qui vont lui donner l'autorité d'abord de faire des perquisitions et ensuite de prendre les mesures nécessaires à l'établissement de la réalité.

Dès toute évidence nombreux serrant ceux qui vont crier au scandale. Des monarchistes qui souhaitent autre chose que la démocratie.

La démocratie solennellement, la transparence, la solidarité, la justice ; des éléments sans lesquels il est impossible de garantir l'harmonie des peuples.

Si un avocat ne peut pas dormir c'est tout simplement parce ce qu'il craint. Il a quelque chose à se reprocher!

Si un citoyen prend des risques vis-à-vis de la justice sur un dossier les concernant c'est  tout simplement parce qu'il craint quelque chose, parce qu'il a quelque chose à cacher.

Je sais déjà, que ce soir les affaires karachi, kadhafi, Betancourt ou encore Bigmalion ne serons pas abordés, parce que la personne impliqué veut à tout prix se placer sur un terrain mensonger dans le seul but de noyer le poisson, c'est en absolu la langue de bois qui va primer, et je déplore que les intervieweurs tentent de jouer un jeu qui porte atteinte à l'image de la presse et aussi atteinte à la démocratie
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Et la vérité alors?

Mensaje  Admin el Miér 2 Jul - 12:18

Affaire Karachi


Ce qui lui est reproché

Alors ministre du Budget, Nicolas Sarkozy aurait avalisé la création d'une société écran au Luxembourg, Heine SA, utilisée pour verser ces commissions. Il s'est toujours défendu d'avoir joué un quelconque rôle dans cette affaire. «C'est une fable», avait-il dit.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/02/1911446-l-affaire-karachi-la-campagne-de-balladur.html

Curiosité la presse aujourd'hui semble amnésique!

L'affaire Kadhafi

..."L’ex-ambassadeur de France en Libye François Gouyette, aujourd’hui en poste à Tunis, a été entendu fin janvier par les juges. Le diplomate a déclaré qu’un de ses contacts libyens lui avait confirmé, en 2011, « qu’il y avait eu effectivement un financement de la campagne présidentielle de M. Sarkozy »"...

http://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/notre-dossier-largent-libyen-de-sarkozy

Média-part a réussi à faire tomber Chauzac, parce qu'il n'avait pas pris les précautions prises ailleurs, mais surtout par "des écoutes téléphonique" sans quoi, jamais l'ex-ministre PS aurait été jugé!

L'affaire Betancourt

http://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/notre-dossier-sarkozy-et-laffaire-bettencourt

..."La campagne médiatique lancée par des avocats parisiens et des responsables UMP fait oublier que les écoutes téléphoniques sont strictement encadrées. Ce vacarme masque surtout les soupçons de trafic d'influence qui visent Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert."...

Non mais! mettez-moi le doigt dans la bouche pour voir si j'ai des dents! Zut!

Les médias sont impartiales ou pas? Permettez-moi d’en douter!

Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty présomption d'innocence et justice au sens large

Mensaje  Cogito ergo sum el Lun 7 Jul - 3:17

Sur la réalité sociale et politique, présomption d'innocence et justice au sens large


Cereté Cordoba Colombia
Lundi 7 juillet 2014


Médiatisation

Les médias et le rôle, de sportif, de personnalité publique ou artistique, donnent à l’individu une sorte d’auréole, à géométrie variable, en fonction de divers facteurs entre autres la réussite.

Popularité

La dose de popularité surtout pour les personnalités publiques fonctionne comment un catalyseur ou facteur amplificateur de la relation entre la personne publique et le reste de la société. Plus la personne est donc populaire, plus son comportement risque d’être médiatisé.

Action de la justice

Les lois sont appliquées aux citoyens, sans doute avec certains privilèges votés par le législateur, en faveur de ceux qui seraient exceptionnellement les mêmes qui votent les lois et ou ceux qui seraient proches. C’est plutôt l’usage qu’impose des privilèges plus que la logique, la morale ou l’éthique. Invraisemblable omettre la collusion ou connivence automatique entre sphères proches de gestion de la chose publique, les finances et le pouvoir en générale.

Hégémonie

Avec un silence inouï nous voyons que des castes s’associent en coteries, préservant sans peine des privilèges, non pas dotés de prééminence par atavisme, mais plutôt par tactiques composés des doses d’attentisme ou fourberie ; que nous pouvons constater (plaidoyer facile à l’encontre des gouvernants) par la multitude de crises, des guerres, des génocides et de domination de l’industrie financière avec sont lot de conséquences néfastes pour l’évolution harmonieuse de l’humanité et sont environnement.

Présomption d’innocence


Un citoyen lambda, respectueux de la justice, aura un risque infime de se trouver impliqué dans des dossiers dans le bureau d’un juge. D’autant plus qu’un juge ainsi soit lui syndicalisé, reçoit des doses de travail tel qu’il ne dispose pas de temps, pour tenter une sorte de complot à l’encontre d’une personnalité publique.

Lexique

Même au sein d’une langue, d’une nation, existent différences sémantiques et sémiologiques en relation avec des métiers, des relations socioprofessionnelles qui peuvent même rendre illisible un discours pour des gens en dehors du même métiers, corporation ou groupe sociale où se pratique le lexique spécifique : un arrêt d’une cour de justice ou d’un tribunal risque d’être illisible pour un néophyte voir une personne étrangère à la justice.

les griffes des sbires de la justice

Il me semble que le calibre d’une telle phrase est au-delà de l’éthique et au-delà de la réalité. Car comment souligné dessus, un comportement standard du citoyen lambda, l’exonère d’office de toutes manières du risque d’avoir à faire aux autorités et aux juges. Pour que des agents de la police ou la gendarmerie décidant de démarrer une procédure d’investigation il faut un certains nombre de faits, sorte de verrou avant qu’un juge prenne la décision d’autoriser l’investigation.

Évolution de l’humanité

Nous n’évoluons pas vers l’esclavage, puisque l’esclavage est une forme de société déjà connu par le passé, en vérité s’agit d’une régression de la société par le biais du néo-libéralisme ; en partie avec l’abolition de l’empire soviétique, l’humanité aurait obtenu un court sursis (le système capitaliste sans un empire pour comparer en face s'auto proclame comment  la seule voie de gestion). En effet le développement de la cupidité domine l’ensemble de l’industrie financière, industrie qui perd sont rôle de service favorable à l’évolution en harmonie de la civilisation, pour spécialiser dans l’activité pécuniaire d’escroquerie de la valeur ajouté à la taille du monde.


Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone (de la Colombie)
lundi 7 juillet 2014 avec mille excuses pour ma piètre qualité en langue française!
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty présomption d'innocence

Mensaje  Cogito ergo sum el Mar 8 Jul - 22:51

LE PRÉSIDENT DE LA FRANCE EN 2017 d'après une certains presse!

Un monsieur que nous appellerons "présomption d'innocence" qui n'est même pas "au courant" des comptes de sont parti, "présomption d'innocence bien sur"

Qui semble avoir laissé une ardoise de plus de 74 millions à l'UMP "présomption d'innocence"
Qui aura augmente la dette externe de la France de plus de 670 milliards d'euros "il faut le faire"

Qui "présomption d'innocence" bien sur ! N'a absolument rien avoir avec 11 mort dans un attentat à KARACHI.

Qui "présomption d'innocence" n'a rien a voir avec les comptes de campagne truquées pour la campagne de Baladour !

Qui n'a rien a voir avec 50 million que KADHAFI aurait "présomptueusement" apporte pour financer sa campagne électorale, d'après plusieurs sources.

Qui n'a rien avoir avec madame Betancourt qui aura sortie des sommes hallucinantes de ses comptes en Suisse, donc certains proches auraient parlait... (puis des perquisitions déguisées en vol dans un journal, qui abordée en détail l'affaire)

C'est monsieur là, monsieur "présomption d'innocence" incapable de gouverner convenablement un parti politique ! Serait selon les médias "complices" d'au moins certains journalistes, le sauveur de la France en 2017 ? l'illuminé ! L'idéal ! Non mais... !!!!
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty El precio de la gloria

Mensaje  Admin el Miér 9 Jul - 1:05

EL PRECIO DE LA GLORIA

Por Nestor Elias Ramirez Jimenez
Joigny miercoles 9 de julio del año 2014

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 <a href=PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Evaliz10" />

dedicado a @evaliz18 y a @evomorales

Pocas personas en la historia de la humanidad han asumido el papel de defender los pobres.

Pocas personas en la historia de la humanidad han logrado sobrevivir adoptando posiciones contrarias al sistema capitalista.

Sin embargo algunas de esas pocas personas, meritan todos los honores de la parte de los pueblos, desde luego es "imposible" favorecer las mayorías populares, sin tener que soportar la critica, el insulto, y el odio de una minoría burguesa que desde luego controla casi todo en la tierra.

Infortunadamente el poder de los medios de comunicación es tan fuerte que controla la consciencia de gentes modestas, al punto que la verdad la realidad son disfrazadas. Al punto que la mayoría de los pueblos no piensan por si mismos pero se alimentan habidamente del pensamiento programado.

Hoy se que el honorable presidente de Bolivia tiene dos hijos. Yo no soy nadie, un grano de arena en el desierto, o tal vez la mitad de un grano de arena? (Es cierto que me gusta escribir mucho más de lo que debería según se me reprocha en círculos familiares) pero desde mi humilde posición aquí en Joigny en Bourgogne en Francia, quiero expresar mi gratitud al excelente presidente de Bolivia, quien por su acción crea la esperanza en millones de personas en el mundo, personas que como yo, obrero y sindical, soñamos con un cambio fundamental del mundo.

Desde luego la obra que lleva a cabo el honorable señor Evo Morales, en Bolivia, es un ejemplo para el resto de los países llamados en vías de desarrollo, que en verdad son países pobres.

Este tipo de trabajo del señor presidente de Bolivia, exige sacrificios, que en parte afectan sobre todo a su familia y en particular a sus hijos, (por lo cual estoy escribiendo como pocas veces en español) a quien humildemente envió un mensaje de admiración, de respecto y de comprensión
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Qui va gouvener en 2017?

Mensaje  Admin el Miér 6 Ago - 6:55

Qui doit gouverner la France ?

Par "gramophone" ou Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Joigny mercredi 6 août 2014


C'est en constatant le nombre important d'interventions d'internautes ; lorsque le sujet des élections présidentielles 2017 est abordé. Plus précisément c'est le doute sur le courant politique qui prendra le pouvoir en 2017, que j'ai envie d'aborder le sujet principale, d'après moi, ici, QUI DOIT GOUVERNER tout court!

La tradition

Depuis la nuit de temps, il y a des castes, des bourgeois, des nantis, qu'en hégémonie accaparent le pouvoir, par tradition donc, je ne tente pas de rendre ridicule la question, bien au contraire, je tente de sensibiliser l'opinion ! D'autant plus que l'actuel gouvernement, semble être favorable au néo-libéralisme, ou continuité, bien loin de l'idéologie de Jaurès.

Par tradition donc il faut admettre que le changement, est avant tout torpillé par la médiatisation. Au point que si modifications auraient eut lieu, celle-ci, sont minimisés par les médiats : une liste de 60 promesses, passés au crible, dans le lien :

http://www.lefigaro.fr/assets/promesses-hollande/Promesses-Francois-Hollande.html

Le néo-libéralisme

Il faut un regard pluridisciplinaire de la société pour tenter d'établir un diagnostique donc des solutions adaptés. Hors le seul diagnostique qui puise être exposé à chaque fois est fragmentaire. Donc cela contribue à maintenir sous silence l'évolution fulgurante des maux de l'humanité.

Collusion


Bien que certains nantis sous accoutrement de gauche, réussissent largement à berner les classes populaires, lors du suffrage, en faveur des bourgeois (définition d'actualité selon Jaurès) la politique néo-libérale préserve sans difficultés ses prérogatives. De toute évidence un gouvernement dit de "gauche" se doit d’adopter un certain nombre de mesures, donc une grande partie serait "symbolique" (le mariage pour touts). Dans le fond l'idéologie tel que conçu par Rousseau, Mill, Jaurès, dans une liste non exhaustive ne risque pas d'être mise en place. Car par évolution logique et mathématique, le parlement (sénateur et députés aux salaires élevés coiffés d'avantages et privilèges) ainsi que le gouvernement, (aussi avantagé) finissent par adopter des politiques prônés par le lobby des nantis, dans un climat de connivence ou collusion plutôt naturel. Les classes populaires, les plus nombreuses (démocratie) n'étant pas déjà organisés, puis pourvues de représentation, sont loin de représenter une quelconque force et moins encore d'y organiser des action type le lobby. Raison pour laquelle, (en règle générale) les pauvres deviennent de plus en plus pauvres (une majorité sur la surface de la terre, malgré la notion galvaudé de démocratie) et les riches augmentent de manière exponentielle leur richesse.

Comment changer ?

Sauf une utopie, (que des ouvriers aillent le courage de trouver parmi eux des leaders et de les élire en tant que députés, sénateur, et gouvernants) rien risque vraiment de changer pour les classes populaires en leur faveur ; en 2017 qui que ce soit qui récupère le pouvoir ; le féra avec le suffrage des classes populaires "majoritaires pourtant" mais flouées tout de même ; et gouvernera en faveur des nantis !

Capacité de gestion

La gestion catastrophique de la chose publique pour part des castes dominantes, n'est nullement un gage pour se maintenir au pouvoir : les crises économiques, les guerres, les génocides, sont des signes de l'incapacité des élites bourgeoises à gouverner.

Pourtant nous parlons du plus haut niveau des gens sortis des grandes universités, de la Sorbonne, de l'ENA, de HEC, mais qu'au bout des comptes, finissent par sympathiser avec les sangsues de la finance.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Qui va gouvener en 2017? PARTIE DEUX

Mensaje  Admin el Jue 7 Ago - 6:38

Un parfait incapable pour gouverner la France !

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Joigny jeudi 7 août 2014

Dédié à Solenn de Royer, journaliste politique du journal LE FIGARO

J'observe avec curiosité, la médiatisation effrénée voir enragée d'une éventualité ; surtout le soin calculé qu'une partie importante de la presse, à dissimuler la situation judiciaire, d'un niveau plutôt pataud d'un personnage ; qui d'après "la réalité" se trouve sans cesse, cité non loin dans une longue liste d'affaires.

Présomption et trafique d'influences

Avant toute chose la présomption, reste indispensable, sauf que au début de l'automne 2010 des faits pour le moins notoires, auraient concerné le sujet de l'affaire Betancourt, en effet trois vols de matérielle concernant l'affaire aux rédactions de trois journaux ; cela est plus que de la coïncidence troublante ! Les commanditaires, ou le commanditaire ou auteur intellectuel ici ne laisse pas place au doute ! Et c'est loin d'être une simple conjecture ; de là au trafic d'influences depuis certains postes très haut au sein du gouvernement ? Nous ne sommes pas dans de la paranoïa, puisque les écoutes, (même si elles seraient illégales) vont permettre d'affirmer une caractéristique ou tendance des personnages involucrés et présumés bien sur innocents.

Capacité à gouverner

Tout de suite me vienne à l'esprit la loi TEPA, et les plus de 670 milliards d'euros d'accroissement de la dette de la France à la fin du mandat, mais voilà qu'une fois de plus toujours dans des sujets "périphériques" se parle de la même chose ; de l'argent dans des sommes, qui se comptent une fois de plus en millions d'euros, la justice semble ressortir des comptes de campagne, "très mal gérées", d'autant plus que les avoues de Jérôme Lavrilleux en direct à la télévision, sont accablants. Le candidat tant favorisé de "certains journalistes" n'est pas en réalité capable ni de gérer l'économie d'un parti politique, et moins encore de diriger l'économie de la France.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty De quoi est fait demain?

Mensaje  Admin el Vie 8 Ago - 1:07

De quoi est fait demain ?

Par Nestor Elias RAMIRE JIMENEZ dit gramophone
Joigny 8 août 2014


Difficile d'écrire sur le future sans le risque d'être identifié à une idéologie.

Sorry because I don't speak very well in French

Dédicacé

D'ailleurs je pense à plusieurs personnes, que j'ai juste lu dans une de leurs pages d'un réseau sociale, pour plusieurs d'entre elles ; Bénédicte Alisha Gandoulas et Alain Tasca, Patrice Médéric Mazé, mais pas seulement.

Le sacerdoce et le populisme

C'est difficile encore trouver le juste milieu entre ce qu'est une mission et la tentation de jouer le caméléon pour certains personnalités de dimension politique ; hélas la personne la plus remarquable ici me semble un ex-président de la France, que tout le monde reconnaîtra si je donne comment piste le Fouquet's.

Il y a une erreur majeur, gommé par l'usage galvaudé du mot populisme, car il est courant d'assimiler au populisme tout discours édifié dans un but exclusivement de prosélytisme ;  Il devienne fondamental, d'identifier tout discours prosélyte non pas avec une idéologie "NARODNITCHESTVO" (mot ruse pour un courant né en 1870) me comment une simple et banal publicité.

Hors du point de vue sémantique, les choses sont bien différentes entre une publicité, pour un vulgaire produit, et l'exercice de rhétorique visant à plaider avec des arguments pour convaincre les masses.

Danger

Oui il y a grand danger justement dans le discours et la rhétorique qui voudra gommer le phénomène de lutte de classes, car cette idéologie, loin des préceptes contemporaines, d'actualité prônés par Jean Jaurès, sont la basse du plaidoyer qui permet d'identifier une bourgeoisie, hégémonique qui de manière sournoise exploite les faibles, les frêles peuples dépourvus de connaissance, dépourvus de conscience de classe au point même de les trouver au suffrage à voter pour des gens qui (nous le constatons après) par des promesses réussissent à récupérer furtivement le vote.

La lutte de classes est aujourd'hui plus que jamais d'actualité !  


Seul peuvent s'opposer une sorte de caste de caméléons politiques qui surferaient sur la bague ou filon de la tromperie politique, ceux et celles qui sous l'étiquette de gauche, une fois au pouvoir mèneraient une politique de droite.

Seul s'opposeraient à la lutte de classes des opportunistes, capables de déguiser sous apparence "populiste" des ambitions strictement favorables au capitalisme, un exemple retentissant : l'exonération des heures supplémentaires, d'un coût de 12 milliards par an. Donc seul 4 milliards finiraient dans la poche des ouvriers, le reste (cotisations patronales) donc 8 milliards pour le patronat.

Le sacerdoce

C'est plus qu'une vocation, c'est loin d'être un métier, plus qu'une passion, c'est aimer agir 24 heures sur 24, sept jours sur sept ; au service des autres, sans jamais rien atteindre, sans jamais viser une rémunération ou bénéfice pécuniaire, c'est adopter une position digne d’admiration, de respect, de touts les éloges, quand un être humain, convaincu des principes comment altruisme, humanisme,  offre sans mesure sont temps à une cause noble, que cela soit en politique, syndicalisme, attention aux discours prosélytistes, populistes du genre Sarkozy ou Le Pen.

Outils des pauvres

Les classes populaires, hélas sont isolés de certains concepts de base, des études, des connaissances (je suis un ouvrier, illettré, immigré) permettant de digérer intellectuellement certains discours, aux niveaux de rhétorique volontairement rendus incompréhensibles par un lexique plutôt mnémotechnique, qui réussi à déguiser la pensée à travers d'un florilège vertueux de paroles, mise en scène, théâtralisés au point d'exhorter voir de harceler le subconscient, dans une volonté disons-le narcissique et malsaine ; devant laquelle le béotien, le quidam tombe émerveille, conquis et fini par placer au pouvoir des parfaits incapables ! Alors attention aux discours, qui ne doivent pas être populistes, tout en étant sincère, qui ne doivent pas cultiver une sorte de narcissisme, mais doivent dire les vérités.

Je sais que les ouvriers comme moi ne vont pas lire plus de trois ou quatre lignes quand j'écris, je sais que une personne sur mil, arrive jusqu'ici, mais voilà, les outils pour les béotiens, ( les quidams, les "mangeurs de riz" (1) comme moi) existent :

1° La city ou les finances en eux troubles 52 minutes de vidéo pour expliquer l'économie et ses tactiques

https://www.dailymotion.com/video/xlpx1f_documentaire-city-de-londres-la-finance-en-eaux-troubles_news

2° Let's make money (j'ai le dvd en entier mais le lien montre 17 minutes)

https://www.dailymotion.com/video/xazgpq_let-s-make-money-part6_news

Demain

Je ne suis qu'un gramophone (mon pseudonyme dans le web) et je crois avec conviction et véhémence aux paroles de Hermann Scheer "Tant que les petits gens, les pauvres gens, ne chercheraient pas à analyser les causes de leur misère, tant que les pauvres gens ne comprendrons pas la raison de leurs difficultés ; et se mettrons ensemble pour se défendre face aux sangsues de la finance, le monde ira de plus en plus mal.

(1) Une fois lorsque dans mon travail j'avais un tiers de production de plus qu'une personne respectable (d'après sa conception ethnique et raciste) devant le supérieur il m'a traité de mangeur de riz, sur le coup, pour moi ça pas été un insulte car je mange de riz deux fois par jour, et du pain très rarement.
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 27/10/2007

https://actualite.forumpro.fr

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Signal d'alarme

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 7 Sep - 1:10

Signal d’alarme

Vu que la crise économique de 2008 a été construite de toute pièce par un système financier véreux

Vu que les pays le plus enclin à la mondialisation, l’économie axé sur les finances sont ceux les plus touchés.

Vu que dans l’histoire de l’humanité une crise semblable a eut lieu en 1929, donc la réponse du président Roosevelt est connue.

Vu que la puissance médiatique des sangsues de la finance, reste monumentale vis à vis de mes modestes moyens.

Vu que le chômage affecte directement la croissance, et la protection sociale, (49 % des ressources de l’état viennent de la TVA, 25 % de ses ressources viennent de la fiscalité sur le revenu ? Moins de 5 % des ressources de Bercy viennent des banques et des assurances.

Il est urgent tirer des leçons :

Les classes populaires très nombreuses des pays jusqu’à il y a quelques années, dites les plus riches, sont celles les plus frappés par le système des sangsues de la finance.

Le taux de des-emploi (chômage) des pays antan riches, va se maintenir à des niveaux réels de plus de 12 %

La protection sociale, se trouve affaiblie d’office par la drastique réduction dans les prélèvements, (moins de gens au travail) accessoirement accompagnée de l’augmentation vertigineuse des allocation chômage (plus de gens sans emploi) ; les politiques de austérité, vienne se greffer dans le cas de pays, déjà affaiblis par des gestions aléatoires de leur fiscalité et leur économie.

Les sentiments, nationalistes, de extrême droite, exacerbés, véhéments vont se développer par effet connu déjà, puisque la crise de 1929 aura favorisé grandement la fertilité des idées du national socialisme, qui culminera avec la Shoah et la deuxième guerre mondiale. Il est connu de touts l’évolution en France et en Europe, de certains idées, qui réussissent par la voie du suffrage à se cristalliser.

En conclusion

La cause directe du dévouement criant des classes populaires, pour des idées de extrême droite,  doivent occuper très vite, certains esprits qui se targuent d’être supérieurs, esprits donc j’accuse directement, SANS AMBIGUÏTÉ, de prendre des risques, j’accuse d’inaction, ceux qui à différence de moi, petit ignare, illettré, feraient de la politique, plutôt pour soif de pouvoir, que pour envie de servir l’humanité :  Je les accuses de connivence, je les accuse de conflit d’intérêts. Que sont la conséquence de l’absence aberrante de discernement critique parmi les gens modestes, déjà sur les causes constantes d’un chaos organisé. J'accuse les leaders politiques de tradition de tenter de manière sournoise de minimiser voir d’occulter, la responsabilité des sangsues de la finance, qui sont les responsables en dernière instance de l’augmentation du chômage.

Je tiens à souligner que cette sorte de connivence, conflit d’intérêts entre les concepteurs des lois et les sangsues de la finance, attaque avec violence inuit les fondements mêmes des notions de démocratie, de république, d’harmonie sociale. Je souligne que l’histoire nous offre déjà des leçons, que tant d’illustres, ÉNARQUES, auraient apparentement oublié. Je souligne très inquiet que c’est insupportable, voir venir les élections présidentielles de 2017 dans des tels conditions.

Je supporte très mal l’abus de langage des représentants de extrême droite, qui surfent sans difficulté, sur la naïveté monumentale des classes populaires, leaders populistes qui profitent du travail de longue haleine du système, travail qui consiste à la extirpation sournoise de la conscience sociale.

Je crois qu’il est aussi irresponsable le rôle des médias qui de manière " sournoise " poussent les classes populaires, par leur discours, par leur manque d’impartialité, par leur discours biaisé, beaucoup des jeunes gens dans les griffes du loup.

Les sangsues de la finance, un discours irresponsable, des partis politiques, le manque de action en justice contre les responsables de la crise, (modification des lois, de la fiscalité, suppression des paradis fiscaux) amplifiés de manière scandaleuse, par les médias. Font le lit du développement des idées qui vont à l’encontre des fondements mêmes de toute république, qui minent aussi la notion même de démocratie.  Voilà la source toute faite de la fourberie, des promesses, fallacieuses, de la extrême droite.


Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Joigny dimanche 7 septembre 2014
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Le Pen face à Valls

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 7 Sep - 15:54

La monté des extrémistes

J’observe scandalisé la passe d’armes entre deux leaders, l’un ou pourvoir, l’autre dans l’opposition extrême.

Aucun des deux, semble prendre la mesure, des risques et conséquences de cette course de rhétorique qui seul réussi à exaspérer a exacerber l’opinion du quidam de basse. Aucun des deux semble vraiment responsable, puisque les deux font table rase,  ou encouragent les actes sauvages tel que ceux des fous isolés qui par manque de conscience sociale, par manque de connaissances dignes sur l’histoire trouvent dans le crime odieux la seule forme d’exister, et je suis loin de vouloir faire l’apologie en donnant des noms et soulignant les actes criminels. Propres à des gens écervelés ou des zombies qui se multiplient dans cette société là.

Pour quoi il y a le terrorisme ?

Le terrorisme naisse et se développe exclusivement lorsqu’il y des esprits faibles, des consciences frêles, qui sont encourages par une éducation qui semble démissionnaire. Esprits pousses par la misère, poussés par la faim, poussés par le manqué de débouchés ou véritables opportunités de s’épanouir sur le plan professionnel et personnel. La misère économique n’est que la parte visible de l’iceberg de l’ignorance des nouvelles générations. Misère qui est la conséquence exclusive d’une mauvaise distribution du fruit de la plus-value. (Thomas Piketti, Etienne Chouard, Miret Zaki, Joseph E. Stiglitz)

Oui le rôle de l’éducation, a été volontairement asséchée, du contenu, par la volonté de ceux qui auraient gouverné, non pas des ignares, non pas des quidams que je sache ; des membres d’une élite qui par le mensonge réussi à monter au trône du pouvoir : députés, sénateurs, présidents, ministres, etc.

La gouvernance des nations, est complice par omission, par connivence, des nantis, qui depuis Bretton Woods en 1944 avec Keynes, mais encore depuis Adam Smith, ensuite avec la vertigineuse déréglementation promu par Margaret Thatcher entre autres ; auraient réussi à soustraire des milliards, et à la fiscalité, et au rôle fondateur du travail, en tant qu’acte éminemment sociale, (la tva produit 49 % des recettes de Bercy, et l’impôt sur le revenu génère 25 % des recettes de l’état)

C’est décidément ridicule tout discours autant au gouvernement que dans les rangs de l’extrême droite, lorsque les vrais causes des maux de la société, ne sot pas clairement annoncés.

C’est décidément absurde donc toute tentative de s’accuser mutuellement entre les gens au pouvoir et les leaders de l’extrême droite ; comment il est nul et non avenant toute fourberie où un leader au pouvoir tenterai de brandir  l’aléa d’un triomphe hypothétique de l’extrême droite aux élections présidentielles 2017, comment étendard plutôt frêle, dépourvue de courage intellectuel, face à la réalité des responsables de la misère, responsables de la désindustrialisation, responsables du chômage, c’est-à-dire les sangsues de la finance.

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone
Joigny dimanche 7 septembre 2014
Cogito ergo sum
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1354
Age : 58
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE - Página 6 Empty Re: PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Mensaje  Contenido patrocinado


Contenido patrocinado


Volver arriba Ir abajo

Página 6 de 8. Precedente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Siguiente

Volver arriba

- Temas similares

 
Permisos de este foro:
No puedes responder a temas en este foro.