trombinoscope sociale

Violence conjugale & harcèlement

Ir abajo

Violence conjugale & harcèlement

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 29 Nov - 4:50

Omerta


La vérité, reste à tout niveau (sphères sociales, officiels et politiques) sur la base très ancré dans les meurs sur une idée de supériorité du sexe masculin.



Une sensation d’isolation face aux meurs

La femme victime de violences conjugales, doit se battre, contre sa condition, contre les dommages psychologiques, moraux et physiques. La femme victime de violences au foyer doit surtout se battre contre le système, contre des murs de l’hauteur de l’indifférence de la justice.

Quoi faire ?

Chaque être humain, homme ou femme, doit depuis ses moyens, apporter son petit grain, à la construction d’une autre société, une société qui doit faire infléchir la tendance à l’individualisme.

C’est une qualité indispensable, à l’humanité, base même de l’entraide. L’échange, la solidarité, la protection mutuelle, sont obtenus par principe lorsque nous sommes involucrés, au maximum dans la société qui nous entoure.

A coté de chez nous, dans le respect de la vie privée, il arrive par fois, que nous semblables souffrent.

C’est sur cette optique, que j’ai envie aujourd’hui d’ouvrir ce sujet, qui me semble une manière d’exprimer mon désir de solidarité.

Il me semble que nous devons en profiter des avantages offertes par les nouvelles technologies pour nous aider, pour aider la vie, pour aider le droit au bonheur, le droit à l’harmonie

Nestor Elias Ramirez Jimenez, joigny dimanche 29 novemnbre 2009


Última edición por Nestor Ramirez el Dom 12 Feb - 13:29, editado 1 vez
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1345
Age : 57
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

Article 222-23 du code pénal

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 29 Nov - 4:57

Parlons-en de violence

Dans le code pénal français, nous avons une peine de quinze ans de réclusion criminelle, lorsqu’il est constaté tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence (Art. 222-23)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1345
Age : 57
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

Dénontiaion ou lutte contre la violence

Mensaje  Cogito ergo sum el Dom 29 Nov - 5:15

Le secret professionnel et la violence

L’article 226-14 du code pénal, impose ou autorise la révélation du secret, dans le cas avéré de sévices, y compris lorsqu’il s’agit d’atteintes ou mutilations sexuelles, dont il a eu connaissance et qui ont été infligées à un mineur ou à une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son incapacité physique ou psychique.

Il n’y a pas d’atteinte au secret professionnel lorsque le médecin, avec l’accord de la victime, porte à la connaissance du procureur de la République les sévices ou privations qu’il a constatés, sur le plan physique ou psychique, dans l’exercice de sa profession et qui lui permettent de présumer que des violences physiques, sexuelles ou psychiques de toute nature ont été commises. Lorsque la victime est un mineur ou une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son incapacité physique ou psychique, son accord n’est pas nécessaireIl n’y a pas non plus d’atteinte au secret professionnel lorsque les professionnels de la santé ou de l’action sociale, informent le préfet, du caractère dangereux pour elles-mêmes ou pour autrui des personnes qui les consultent et dont ils savent qu’elles détiennent une arme ou qu’elles ont manifesté leur intention d’en acquérir une.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1345
Age : 57
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Volver arriba Ir abajo

violences cojugales

Mensaje  Admin el Lun 30 Nov - 9:40

Je viens de visionner une série de vidéos sur la violence

La violence, contre les femmes et le rôle des politiques

Cette violence sorte du cadre théorique du foyer, mais reste une violence infligé aux femmes, a ce titre, me semble important, témoigner pour que ce genre de barbarie, soit mise en évidence, soit connue d'un maximum de public, et ainsi les gouvernements, soins mise face a leur responsabilités.

l'impunité

Nous vivons à coté de faits très graves, du commerce des femmes, traites comme si encore aujourd'hui, l'esclavage été officiel, encore pire, il s'agit de commerce des femmes, qui doivent supporter des humiliations, des sévices sexuelles, et quelque fois la mort, tandis que les autorités, font semblant de ne rien savoir, et quelque fois la corruption faisant, les femmes qu'auraient la chance de s'échapper sont rendus par la police à ses tortionnaires.

Lorsque pour besoins de publicité, la police extrait des femmes (immigrées illégales) des sites ou maisons clauses, ces dernières ne sont même pas traites d'après leurs statu de "vitimes" mais comme simples immigrées clandestines; une sorte de double peine.