trombinoscope sociale

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Message  Admin le Mer 11 Mar - 14:13

Rappel du premier message :

IV. Rapports de force et « utopie »

écrit par E. BAROT voir lien en bas (document propriété intellectuel de l'auteur) j'ai pris le plaisir de lire dans un forum un sujet de politique et sociologie qui me semble digne de la connaissance de tout ouvrier ou chômeur en France et dans le monde.



i. Le primat de la force

La question n’est en tous cas pas de remettre en cause le suffrage universel, essentiel pour tout régime possiblement non représentatif, mais le magnifier est fort dangereux également : c’est aussi grâce au SU que des régimes fascistes sont nés.

Le sens et la justification éventuelle de l’injonction démocratique aujourd’hui ne saurait de toutes façons pas se suffire de l’appel à la souveraineté populaire.

Mon idée est que, si l’on veut radicaliser la lutte démocratique, l’on ne peut pas la « justifier » : C’est et cela restera à ce petit peuple sans droit de s’arroger le droit : autrement dit, tout est une question de rapport de forces et de qui imposera quoi, et de comment il l’imposera en fonction du « quoi » qu’il aura la volonté de vouloir faire advenir.

La première opération consistera à assumer cette nécessité de la force. Que cela se fasse au nom des droits de l’homme est une chose, qu’on utilise les structures juridiques en place pour défendre certaines libertés, certes : mais l’histoire nous montre que c’est toujours au fond la force qui fait le droit et que celui-ci vient toujours après.

La configuration politique actuelle est hautement ouverte même si, excepté l’hiver 2005-2006, le trait dominant des révoltes collectives des trente dernières années reste pour l’instant celui d’un arrêt avant l’affrontement réel : « réel » signifiant ici qui serait à nouveau capable de produire de l’irréversible.

Pourquoi ce non-passage à l’acte ? Nous avons quitté le matin du grand soir : la somme de défaites, d’errances accumulées, l’état déplorable du monde, le marasme intellectuel global des pensées de gauche, fait que l’espoir en un autre avenir a disparu.

Or, seul cet espoir serait synonyme d’un « tout à gagner » apte à supplanter ce que nous avons à perdre : lequel pousse logiquement en attendant à finalement choisir la soumission à l’ordre ambiant, quand cette soumission n’est pas carrément le choix initial.

La responsabilité historique de la social-démocratie est ici flagrante, et la situation actuelle partage nombre de traits avec celle d’il y a une trentaine d’années.

Il n’est donc pas étonnant que traditionnellement comme actuellement de façon intensifiée, cette social-démocratie participe activement avec son idiome propre, à ces ensemble de raccourcis révisionnistes qui continuent de délégitimer d’emblée toute remise en cause réelle de la société actuelle, immédiatement jugée comme par essence génératrice de machines terrorisantes.

Revenir aux racines de l’idéologie contemporaine, mettre en évidence, encore et toujours, le ciment du bloc idéologique hégémonique, revient donc à montrer à quel point ce révisionnisme politico-historique général, qui mélange formes de résistances et types de violences politiques qualitativement différentes, fait corps, au plus haut degré des nos oligarchies, avec la rhétorique de la « défense de la démocratie ».

On pourra d’une part « sourire des invectives grossières des valets de plume et de la protection sentencieuse des doctrinaires bourgeois bien intentionnés qui débitent leurs platitudes d’ignorants et leurs marottes de sectaires, sur le ton d’oracle de l’infaillibilité scientifique. »

Mais quand ces valets se font offensifs chiens de garde, on ne peut plus se contenter de sourire.

ii. Le danger de l’utopie

On comprend alors facilement le danger majeur que représente toute tentative de ré institution d’un possible politique, ou même d’un impossible utopique – la politique comme art de l’impossible nous dit S. Zizek .

La remise en cause réelle de l’ordre oligarchique corrélative de ce danger est certes immédiatement disqualifiée, au nom de la « démocratie » et d’un principe de « responsabilité » et de « réalité » qui a déjà choisi la réalité considérée comme pertinente.

D’aucuns rétorquent en permanence à ceux qui luttent qu’ils n’ont pas de « programme alternatif » : mais le black-out réalisé sur les forces de contre-propositions (pour sortir de la déliquescence de l’Université actuelle, par exemple), et le fait qu’un tel programme ne se décrète pas, sont deux premiers éléments à garder à l’esprit.

Plus généralement, derrière des slogans comme « Vive la Commune ! » visibles en manifestations, il y a aussi et surtout une posture, qui, quels que soient les biais par lesquels elle s’exprime, est celle du souci de rappeler qu’une autre façon de voir les choses, plus exigeante, plus émancipatrice, est une condition nécessaire de la vie collective.

La question n’est donc pas de défendre contre les tenants d’un « réalisme » plus ou moins pragmatique, plus ou moins offensif ou désabusé, un quelconque « principe utopie » qu’il disqualifient par principe, mais plutôt de voir que l’activité utopisante, bien plus que par ses contenus variés, est avant tout, comme l’explique le philosophie américain F. Jameson, méthode , opération dont la fonction est de faire éclater les limites imposées à la « bonne » imagination consensuelle, c’est-à-dire de nous renvoyer au visage notre imagination bridée, et nous pousser par là à reconstruire un sens du futur instillant au moins l’idée toute simple qu’il n’y a pas d’inéluctabilité, capitaliste en particulier. Décrypter les mécanismes idéologiques hégémoniques, les nouvelles « propagandes du quotidien » (É. Hazan ) est toujours aussi utile mais la mystification ne tient pas tant au contenu des représentations véhiculées qu’à la façon dont on formate les individus lambda à les recevoir : à savoir comme les seules possibles. Formatage et répression idéologiques dont par essence les logiques utopisantes sont la cible, et réciproquement. Marx l’écrivait déjà de façon limpide dans La guerre civile en France :

« La classe ouvrière n’espérait pas des miracles de la Commune. Elle n’a pas d’utopies toute faites à introduire par décret du peuple… Elle n’a pas à réaliser d’idéal, mais seulement à libérer les éléments de la société nouvelle que porte dans ses flancs la vieille société bourgeoise qui s’effondre »

Si donc le passage à l’acte de la puissance démocratique reprend une vigueur politique sous le sceau d’un sens du futur reconquis, cet activisme revu et corrigé ne véhiculera nécessairement qu’une esquisse de programme, ne saura être qu’une création continuée dont on ne peut donc pas présager des formes possibles : la Commune, ou tout autre nom qu’on pourra lui donner, reste à construire et à écrire. Contre le « réalisme », et la raison cynique d’une côté, le « narcissisme de la défaite » (Zizek) de l’autre, réveiller ce sens de la possibilité de l’impossible implique alors corrélativement de se rappeler qu’on ne peut donc pas non plus présager des moyens possibles qui seront les siens, lesquels seront fonction de l’ordre en place qui vendra chèrement sa peau, et de la façon dont elle la vendra. C’est de ce point de vue là que se ré-pose la question de la violence comme possible politique qui ne saurait être a priori rejeté.


Ouverture : résister et passer à l’acte contre la « Police » de l’accumulation


« Voter, ne pas voter, c’est pareil.

S’abstenir, en effet, c’est confirmer la majorité nouvelle, quelle qu’elle soit.

Quoi qu’on fasse à ce sujet, on n’aura rien fait si l’on ne lutte en même temps, cela veut dire dès aujourd’hui, contre le système de la démocratie indirecte qui nous réduit délibérément à l’impuissance en tentant, chacun selon ses ressources, d’organiser le vaste mouvement antihiérarchique qui conteste partout les institutions. » (Sartre)

C’est-à-dire ? Déjà, participer à cette reconstruction d’un nouveau sens du futur, l’autre visage d’un dépassement conséquent des défaites des luttes démocratiques, contre les mythes de la fin de l’histoire ou des idéologies autant que les mythes du « Grand soir ».

Ceci constitue aujourd’hui un élément essentiel de toute prospective théorico-pratique conforme aux exigences d’une lutte de classes aussi instruite qu’offensive.

Et si la démocratie est alors à penser contre la fiction de cet « espace public » confiné dont on nous rabâche les vertus, notre effort quotidien sera encore et toujours de lutter contre ce que Rancière appelle la « Police », la répression organisée, qui ne dit pas son nom, contre tout ce qui combat la logique d’accumulation privée des espaces possiblement communs – comme une université.

Résister à la priva(tisa)tion, et de façon plus offensive, dé-privatiser et réoccuper les espaces en question, ces espaces privés et privatisés qui n’ont aucune raison de l’être (comme les usines) puisque cette contradiction est le cœur du politique, localement comme mondialement.

Sartre rappelait qu’« Il n’y a pas des intellectuels et des masses.

Il y a des gens, qui veulent des choses, et en ce sens, ils sont tous égaux », même s’ils veulent des choses incompatibles.

Et ces rapports de forces peuvent bien sûr être violents : cette violence plus largement est la hantise du politique.

La violence de ceux qui résistent, ne saurait malgré tout être mise sur le même plan que la violence de ceux agressent : assimiler les deux, c’est de la malhonnêteté pure et simple, au moins en ce que cela consiste à refuser de voir le problème, et donc à marteler qu’il n’y a pas de problème social, mais seulement un problème de voyous (comme Sarkozy le dit depuis longtemps au sujet des émeutes de banlieues).

La question qui se pose sera de savoir si nous, les quelconques, serons capables d’accomplir les médiations suffisantes pour cette libération, pour conspirer efficacement, une fois encore, jusqu’à libérer l’Enfermé (Blanqui) : de nous réorganiser jusqu’à « désarmer la bourgeoisie, armer le peuple » avec les armes du XXIe siècle. En ces temps de populisme autoritaire et de politique socio-économique de la terre brûlée, il se pourrait que les occasions ne manquent pas de se poser concrètement la question : dès lors, nous verrons si nous sommes prêts à prendre les coups qu’un tel engagement impliquera.

La néo-punk Ruda Salska le chantait il y a peu dans Le bruit du bang : « Du lance-pierre au lance-flammes tout peut vite basculer »

E. Barot

http://toulouse-philo.forumpro.fr/msg.forum?mode=post&u=2
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas


La mondialisation 

Message  Cogito ergo sum le Mar 27 Sep - 13:47

Impartialité 

La politique étant l'acte de gouverner, les clivages sont des notions utiles exclusivement lors de l'élection, par la suite les gouverneurs s'ils sont intelligents et surtout efficients penseront au bien être du maximum des citoyens sans se laisser enchanter par le chant des sirènes, le lobby. 

La mondialisation 

Prend comme point de départ l'harmonie et donc la paix entre les peuples; à ce titre cette notion est bénéfique aux peuples de l'orbe, si des internautes sont curieux, le dit gramophone aborde le phénomène en le comparant à un principe de la physique ou l'hydraulique, la loi de Torricelli. L'emploi ainsi vu comment un liquide, se déploie au long de la terre, du fait (bavardages genre G20 ou B20) pour être à la mode, les pays pauvres verraient une baisse notoire de leur taux de chômage en détriment d'autres pays

Allons au but; il y a un taux de chômage mondial qui est logique. Le tout emploi est une utopie.

Mais alors? Le salaire! Voilà que les gens bien pensant, voudrions qu'il y ait des bas salaires, et le dit gramophone ira jusqu'au but dans ce sens, c'est quoi le salaire? C'est une rétribution en papier monnaie en échange d'une activité ayant permis de la transformation des matières.

Puisque seul la transformation de matières crée de la valeur ajoutée. Les autres activités font quoi?

La médecine, l'éducation, sont des domaines, d'intérêt publique, il n'y a pas de création de valeur ajoutée directe, mais au deuxième dégrée, un travailleur qu'est opéré et qui retourne en plaine santé au travail, un étudiant qui devient professionnel, sont des exemples de création de valeur ajoutée en deuxième degré et il faut des infrastructures, donc des services publiques pour la gestion de la fiscalité, de la santé, des services d'eau, gaz, électricité, etc.

La mondialisation doit mettre en commun les services publics et la législation  puisqu'elle mondialise le capital, elle mondialise l'emploi, voilà une condition  sine qua non pour l'avenir en harmonie, donc en paix

Par Nestor Elias Ramirez joingny France le 27/09/2011

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Eric Woerth et Valarie Précresse HEC

Message  Cogito ergo sum le Sam 8 Oct - 11:39

Monsieur Eric Woerth sur BFM tv cible systématiquement dans sont discours type des psittaciformes, la branche retraite comment étant source de déficit principal pour le budget de l'État, mais où sommes nous en chiffres?


HEC forme avec une culture idolâtre du capitalisme à outrance

Encore un ancien de l'Ecole des hautes études commerciales de Paris HEC, de la lignée de Valérie Pécresse. hors la devise de cette institution se résume à "Apprendre à oser"


A force d'entendre de sottises par des anciens élèves de HEC, forcement nous pouvons nous poser des questions, voilà pour quoi nous arrivons à la CCIP, la chambre de commerce et d'industrie de Paris.


De fils en aiguille nous arrivons à comprendre que les patrons de plus de 400 entreprises, aurons trouvé bon de former des commerciales, d'une qualité spécifique.


Lorsque nous écoutons les personnes au discours escogriffe ou flandrin, pour ne pas blâmer plus loin; il est normale de trouver la cause à long terme, donc le lien commun reste leur éducation.


Pour des HEC, faire la fixation sur "une" des branches de la sécu, doit avoir des analyses, des causes, des fondements?
D'où vient le déficit de la sécurité sociale?


La politique d'exonération (hors clivages) depuis 1970 inclus les éléments clés, comment le cas d'apprentissage, le salaire à temps partiale des années 1990 (contrat CES) 1993 accroissement des exonérations sur les bas salaires, 1996 jusqu'à 18 point du SMIC, sans doute que la RTT pour atteindre 26 point du SMIC, pour conclure par la loi du 17 janvier 2003 relative aux salaires, au temps de travail et à l'emploi avec une réduction générale des cotisations patronales de la sécurité sociale. Nous avons non moins de 45 exonérations de cotisations à ajouter de nous jours.


Plusieurs niches "sociales" tel ticket restaurant, chèques vacances, chèque emploi service universel

[img][/img]


Le chèque emploi service universel, qui viennent réduire les recettes de la sécurité sociale, par dérogation à l'article L. 242-1 du code de la sécurité sociale.


L'épargne salariale, les stock-options, les actions gratuites, sont des niches "sociales" aussi qui alourdissent le déficit de la sécurité sociale
La crise économique, frappe aussi et de manière sévère le déficit par la suppression des emplois.




déjà en 2002 il y a un manque à gagner d'après la Cour de comptes, qui s'élève à 10 Md€ Mais quel est le cout des dites niches "sociales" en détail.


Monsieur Woerth et madame Pécresse, savaient pour leur niveau d'études HEC que la RTT doit être financé leur de la réforme des 35 heures et les dispositifs d’aides et d’allègements de cotisations sociales Aubry I et Aubry II, la charge financière de la compensation est transférée au FOREC, qui financé par des recettes fiscales (tabacs, alcools, CSB, TGAP, VTM, taxe sur les conventions d’assurance…) préalablement affectées à l’Etat ou à d’autres organismes de sécurité sociale (FSV, CNAMTS), se substitue à l’Etat pour financer ces exonérations.


Alors dire par la suite que l'état souffre des charges de la sécurité peu être discuté, d'autant plus que dans le financement du régime de la sécurité sociale pour l'année 2006 par exemple, les cotisations assumaient 59% des besoins, 22% pour la CSG, 3% de dotation face aux subventions et remboursements, 1% des cotisations étant prise en compte par l'état face à 5% de transfert de fonds d'autres régimes.

Source:

http://www.coe.gouv.fr/IMG/pdf/Note_DSS_pour_groupe_administratif_-_27_02_06.pdf



Si depuis le déficit s'alourdit la cause est la crise économique qui n'est pas de la responsabilité des classes ouvrières.



Donc leur discours est faux et ciblé pour responsabiliser les classes populaires, d'un problème qui n'est pas de leur responsabilité. dans une application d'une idéologie malthusienne à 100%

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Où trouver des votes pour la présidentielle?

Message  Cogito ergo sum le Mar 15 Nov - 17:46

Une grande question

Comment mobiliser massivement la population, la motiver à voter pour François Hollande?


Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit GRAMOPHONE

lundi 15 novembre 2011


Il faut aller sur le terrain, écouter ce que ce dis dans les entreprises par les ouvriers, dans les couloir d'atteinte de la ASSEDIC, (pôle emploi); dans les échanges du bistro du coin, puis construire une stratégie qui finalement est logique, car c'est le diagnostique le plus proche, le plus naturel


Sans diagnostique, ne peu pas avoir médicine adapté, le plus beau discours saura vain, inutile, les blagues, les critiques, n'aurons aucun effet sur les classes populaires.

C'est des classes populaires que le PS a besoin pour les deux journées de suffrage pour les présidentielles de 2012

Ce qu'est dit ici bas

J'entends dans les cercles proches de la direction, que des efforts louables, pour le "rassemblement", en même temps qu'ici bas! les gens me disent :

"ça changera quoi?";

"ne soyons pas naïfs, c'est une lutte entre eux pour le pouvoir".

Je crois qu'il faut par exemple rassembler les leaders syndicaux, pour quoi pas dans un plateau de télévision, sans exclure le MEDEF, car pour l'avenir de la France il faut l'association de touts les volontés!

Le but?

Un grenelle de l'emploi! un exemple, le thème de la pénibilité! créer des critères de pénibilité, je sais bien que le patronat est contre, et que les politiques craignent faire face au sujet!

La pénibilité

Mais l'électorat populaire, voudra entendre des signaux, clairs: réduction du temps de cotisation pour la retraite en fonction du temps d'exposition à des conditions particulières!

Les pompier! Les policier! les gardians de prisons! les éducateurs en ZEP, les travailleurs sur des tâches pénibles!

Voilà comment trouver la voie d'une dynamique, prosélytisme sans doute, mais très encrée dans l'idéologie et les fondements de cette "gauche" qui n'est pas la gauche de la rue Solferino mais la gauche de la rue, des travailleurs temporaires, des chômeurs, des modestes qui sans un message claire vont se refugier ailleurs et même chez Marina

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

mes twitters!

Message  Cogito ergo sum le Mar 29 Nov - 16:44

Les remparts face au lobby


Certains assument sans complexe la tentation d'assimiler la protection sociale à des niches de la même manière que les niches fiscales
C'est une bien absurde tentation que de vouloir justifier 73 milliards d'euros, d'exonérations face au déficit de la branche famille qu'est de 8,9 milliards pour la même période fiscale.

Sans oublier que la protection sociale est un rempart, très solide contre nombre des maux d'autres démocraties, donc fondamentalement l'insécurité, l'instabilité sociale et même des phénomènes du genre "le printemps" arabe

En face certains niches sociales sont favorables à l'emploi, ou encore au maintien de certaines activités! Alors que d'autres sont le résultat du lobby comment ceux des patrons pêcheurs, des patrons du transport et des patrons taxi.


commérage vs mensonge


En panne des vraies solutions, les détracteurs du PS s'empeignent en monter des absurdes critiques sur le sujet du nucléaire
D'autres formes propres, écologiques d'obtention d'énergie, ont été long temps bloqués par le tout nucléaire en France, il est impossible de basculer de manière violente, dans d'autres formes de production d'énergie. C'est pour quoi Le candidat PS assume le maintien de cette technologie, et la basculement progressif et intelligent dans d'autres formes, qu'au passage sont pourvoyeuses d'emploi


pitrerie de mode


La politique actuelle aura comment excuse la crise économique mondiale. Les mesures en faveur des plus nantis auraient été adoptés avant la situation actuelle.

Certains pitres, en absence de neurones, oseraient affirmer que le déficit des finances publiques de la France sont dus à la crise économique mondiale

C'est clownesque, car le même premier ministre devant le parlement est dans l'obligation d'assumer, mieux encore faire marche arrière dans sa politique fiscale, celle qu'il à même défendu avec véhémence auparavant, des lecteurs aux œillères malthusiennes bien serres, vont trouver ce genre de messages TWITTER, indigestes, illisibles. Les clowns!


Christian Estrosi vs Michel Sapin



Dans une émission sur Public Sénat face à Michel Sapin monsieur le député et maire de Nice à le courage d'admettre sa divergence sur certains aspect de la politique SARKOZY, de toutes manières face au pédigrée de Michel Sapin difficile de jouer avec les mots et moins encore avec des idées du Malthusianisme

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
Le mardi 29 novembre 2011

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

fraude et fiscalité

Message  Cogito ergo sum le Mer 30 Nov - 6:43

Assistanat permanent

Il y des citoyens qui ne vont jamais transpirer une goutte de sueur au travail. Combien est le montant de l'argent, que l'état verse en faveur de la protection sociale, et en particulier pour le RSA et similaires ?

Il y a un document dans le site su Sénat de la République en accès li bre : pour l'année 2010 le budget de la protection sociale s’élève à 1,7 MD€

http://www.senat.fr/rap/l09-101-330/l09-101-3303.html

Si vous mettez l'évasion fiscale avec 35 MD€, les niches fiscales avec 73 MD€, le déficit de la branche famille de la CNAM avec 7,215MD€, et le coût de la protection sociale 1,684 MD€ la somme est de 116,9 MD€

La fraude aux allocations RSA, représente combien sur 1,44% de 116,9 MD€ Car la somme alloué au RSA, pour 2010 est de 1,684MD€ et la somme est de 116,9MD€

Alors les perroquets qui parlent de fraude aux allocations du genre RSA, s'acharneraient sur un volume qui se trouve être vraiment nul, vis à vis du volume globale, car je doute que la moitie des bénéficiaires du RSA soient des tricheurs !

Il y a des citoyens qui ne vont jamais transpirer une goutte de sueur au travail.

Combien est le montant de l'argent, que l'état verse en faveur de la protection sociale, et en particulier pour le RSA et similaires ?

Il y a un document dans le site su Sénat de la République en accès libre :

pour l'année 2010 le budget de la protection sociale s’élève à 1,7 MD€

http://www.senat.fr/rap/l09-101-330/l09-101-3303.html

Si vous mettez l'évasion fiscale avec 35 MD€, les niches fiscales avec 73 MD€, le déficit de la branche famille de la CNAM avec 7,215MD€, où le coût de la protection sociale est de 1,684 MD€.

La somme est de 116,9 MD€

La fraude aux allocations RSA, représente combien sur 1,44% de 116,9 MD€ Car la somme alloué au RSA, pour 2010 est de 1,684MD€ et la somme est de 116,9MD€

Alors les perroquets qui parlent de fraude aux allocations du genre RSA, s'acharneraient sur un volume qui se trouve être vraiment nul,

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

ASSISTANAT PERMANENT

Message  Admin le Mer 30 Nov - 14:30

Nestor Ramirez a écrit:Assistanat permanent

C'est avec un mélange de tristesse et de honte, que depuis mon humble niveau d'immigré je découvre jusqu'où va le malthusianisme gouvernemental

Il y des citoyens qui ne vont jamais transpirer une goutte de sueur au travail. Combien est le montant de l'argent, que l'état verse en faveur de la protection sociale, et en particulier pour le RSA et similaires ?

Il y a un document dans le site su Sénat de la République en accès li bre : pour l'année 2010 le budget de la protection sociale s’élève à 1,7 MD€

http://www.senat.fr/rap/l09-101-330/l09-101-3303.html

Si vous mettez l'évasion fiscale avec 35 MD€, les niches fiscales avec 73 MD€, le déficit de la branche famille de la CNAM avec 7,215MD€, et le coût de la protection sociale 1,684 MD€ la somme est de 116,9 MD€

La fraude aux allocations RSA, représente combien sur 1,44% de 116,9 MD€ Car la somme alloué au RSA, pour 2010 est de 1,684MD€ et la somme est de 116,9MD€

Alors les perroquets qui parlent de fraude aux allocations du genre RSA, s'acharneraient sur un volume qui se trouve être vraiment nul, vis à vis du volume globale, car je doute que la moitie des bénéficiaires du RSA soient des tricheurs !

Il y a des citoyens qui ne vont jamais transpirer une goutte de sueur au travail.

Combien est le montant de l'argent, que l'état verse en faveur de la protection sociale, et en particulier pour le RSA et similaires ?

Il y a un document dans le site su Sénat de la République en accès libre :

pour l'année 2010 le budget de la protection sociale s’élève à 1,7 MD€

http://www.senat.fr/rap/l09-101-330/l09-101-3303.html

Si vous mettez l'évasion fiscale avec 35 MD€, les niches fiscales avec 73 MD€, le déficit de la branche famille de la CNAM avec 7,215MD€, où le coût de la protection sociale est de 1,684 MD€.

La somme est de 116,9 MD€

La fraude aux allocations RSA, représente combien sur 1,44% de 116,9 MD€ Car la somme alloué au RSA, pour 2010 est de 1,684MD€ et la somme est de 116,9MD€

Alors les perroquets qui parlent de fraude aux allocations du genre RSA, s'acharneraient sur un volume qui se trouve être vraiment nul,
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Au-delà du nauséabond

Message  Cogito ergo sum le Lun 5 Déc - 3:20

Antécédents UMP

Il est connu de touts les français que toutes les campanges aux quelles a participé Sarkozy sont entaches d'ombres : Karachi, les balises, Clearstream

Puis sa soif de pouvoir le mène sur des obscures idées où la frontière avec le FN disparait

C'est un terrain nauséabond parce que l'on cherche à culpabiliser des ethnies et religions là où tout le monde sais que c'est la cupidité du système et la nébuleuse des finances qui se gouffre du produit de la sueur des faibles cet-à-dire la plus-value; jusqu'à générer des crises

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Dans le même bateau

Message  Cogito ergo sum le Mar 6 Déc - 17:10

Touts dans le même bateau 

Harmonie c'est le maître mot, si les pays pauvres s'étouffent sans pouvoir d'achat c'est les exportation d'autres pays qu'en pâtissent

Paupérisation et marchandises 

Les pays développes subissent d'autant plus la crise que des mesures d'austérité seront sévères dans d'autres pays 

Paupérisation et démographie 

Même en termes de démographie, s'opèrent des phénomènes qui déstabilisent les plus évoluées des systèmes sociales, puisque l'affluence de population cherchant le bienêtre se développe

Paupérisation et législation

Le mouvement de capitaux tende à trouver les sièges sociales là où la fiscalité saura favorable, la production s'installe là où la législation saura moins contraignante.

Pour ces raisons et bien d'autres il est indispensable une mondialisation de la gouvernance, une sorte de coopérative mondiale de gestion de ressources, 

L'échec du système débute dans la multiplication de personnes cloisonnés dans des bureaux de par le monde, des tactiques sclérosées de gouvernance trop éparpillées qui n'auraient pas des politiques globales sur la base de "diagnostics pluridisciplinaires"

Métaphore 

Dans un bateau; il y a un grand nombre de rang dans la hierchie du commandement mais de toutes manières il y a respect des rangs et un seul responsable du cap en fin de comptes, le capitain.  Définir un conseil de sages, définir la durée de leurs mandat si possible décalée reste à étudier et saura accessoire.

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone 
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

raisonnable?159 324 250 années de salaire au SMIC

Message  Cogito ergo sum le Ven 9 Déc - 16:20

J''aime parler en chiffres, pour une raison simple, tout le monde est en mesure de constater par le volume, ou la magnitude.

Par malheur, dans le phénomène actuel, la magnitude est si grande que le béotien lambda comme moi reste éberlué devant la taille des chiffres.

Tous ces milliards, dira quelqu''un ici ? À côté du salaire SMIC !

Pour parler simple, les nations entrent dans le jeu du système, mais ce ne plus de l''argent au titre fiduciaire que le béotien connais

C''est assez compliqué : Système monétaire international, parler du gold standard, de juillet 1944 et de la conférence de Bretton Woods. Les DTS et quote-part du FMI, pour arriver au 15 août 1971, une date importante parmi d''autres dans l''évolution d''un système sans loi véritable.

Il faut savoir que les sommes mentionnes ne sont pas 100% des billets de banque, mais des obligations, des titres du trésor pour les USA, par exemple, et pour le cas de la France, nous sommes alors dans le besoin d''aller voir la Banque de France, et c''est alors que vous devez aborder la Caisse de Dépôt et Consignation. Car a travers de cet organisme circule beaucoup d''argent. C''est juste mettre les pieds dans l''étrier, les doigts dans un engrainage…

Mes plus sincères excuses si le message ne passe pas; le petit exemple de la banque et du trader n''est qu''une manière de souligner le bénéfice qui fait une banque. En théorie 6,9 milliards d''euros de bénéfices pour la SG en 2008. C''est-à-dire 3/4 du déficit de la sécurité sociale en gros.

Le plan de 360 Md€ correspond à 14,25% d''un groupe constitué par Les USA avec 75,77% des MD€, qui s''approche des chiffes avancés par des spécialistes de la finance qui parlent de 2500 à 3000 MD€, (je me suis limité à additionner les valeurs publiés pour: Les USA, La France, UK, Germany, et Irlande) pour arriver à une somme qui fait froid dans le dos.

Alors pour rendre digérable une telle somme, je prends la valeur X en MD€, que je divise par 1321 € qui est le montant du SMIC, (je ne connais pas combien gagne une personne au SMIC brut!) cela donne encore une valeur énorme alors cette valeur je la divise par 12 ou nombre des mois d''une année cela devienne raisonnable 159 324 250 années de salaire au SMIC qui les gouvernements de 5 nations ont mise à disposition de la nébuleuse des finances

le pipi de chat est donc l''équivalent de 3/4 du déficit de la sécurité sociale...Il faut bien que nous en parlons, comment il faut se souvenir du discours du premier ministre en Corse disant, les caisses sont vides! Restons gentils, sans parler d''augmentations décrété de salaire des ministres et la transparence du salaire de monsieur… cela risque d''attirer la foudre!

lien pour le texte original:

http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=76&messageid=1715623&threadid=1713963
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

sorry because I don't speak french

Message  Cogito ergo sum le Lun 12 Déc - 1:03

La production, de thésaurisation issue de la transformation des matières, ou mieux de ajout de valeur, génère ainsi soit peu... de l'emploie, et fait bouger le cycle économique bien mieux que la production de capital par le capital : je vais m'expliquer a la manière béotienne, ou du quidam que je reste (en plus immigré) "Quand je prends des métaux, des machines, des personnes, pour faire une voiture, je crée du PIB avec des dividendes de moins de 10% et c'est très bien, car en plus c'est un acte sociale. Quand je place de l'argent en bourse, ou a travers de groupes d'investissement, je suis UN PARASITE, qui va obtenir entre 15% et 20% par la destruction de l'emploi, par la délocalisation, par le transfert des technologie dans des pays a bas cout de main d'œuvre...."

Oui je ne suis pas français, oui je ne sais pas écrire en france... MAIS "cogito ergo sum"

http://expressions-libres.forumdediscussions.com/...

http://www.facebook.com/profile.php?id=100000741369342

sujet publié dans:

http://www.votrejournal.net/Oui-je-sais-je-suis-un-naif_a486.html?com

voir commentaires tout en bas
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Intellectuels: Complices ou innoncents?

Message  Cogito ergo sum le Lun 12 Déc - 17:51

Économie politique

Sorry because I don't speak very well in french
Par Nestor Elias Ramirez Jimenez
Lundi 12 décembre 2011

Plusieurs œuvres existent sur l'économie politique, la formation de richesses et l'impact sur la société.

L'évolution sociale, la spécialisation des agences, des personnes, produit des avantages lorsque nous travaillons dans un domaine. Ici les marchés financiers, arrivaient à des situations, qui dépassent de loin la législation.

Surgit un inconvénient majeur, car l'évolution doit générer l'amélioration des conditions de vie, au plus large nombre d'êtres sur la terre.

C'est une grossière erreur, que de croire dans un procès social de production dans lequel; l'évolution ne profite pas en proportions semblables au plus grand nombre.

cet erreur surgit lorsque nous voulons dissocier la production de la richesse générée.

Le besoin d'équité entre les agents

Difficile sans doute arriver à trouver un équilibre dans la redistribution des richesses parmi les différents acteurs et contributeurs de la société. Le secret de l'harmonie sociale prends sa source dans une législation fiscale et sociale juste.

Lors de l'élaboration du traité ou constitution pour une communauté économique européenne, les artifices auraient dissocié la production de la richesse, dissocié les classes populaires du marché bancaire et financière.

L'économie en tant que science ne dois pas s'occuper que des formules mathématiques, pour rendre rentable l'investissement, sans se soucier des effets sur l'environnement et le reste des citoyens.

Sans appliquer certains principes logiques, éthiques, humains à l'économie, nous versons dans la spéculation avec le seul but de rendre rentable un investissement.

L'origine de la violence et le terrorisme

Logique l'on autorise qu'une partie de la société puise évoluer plus vite que le reste de la société, nous sommes face à l'origine du déséquilibre sociale

C'est ainsi que du sentiment d'injustice, naissent d'autres sentiments, qui vont prendre des tournures violentes, la délinquance et le terrorisme se nourrissent des agrégats d'insatisfaits

Il faut avouer que les élites, les philosophes, les "dit" intellectuels, peuvent rester immuables, silencieux, de marbre face à cette réalité, et ainsi deviennent des complices, des auteurs intellectuels, de millions de assassinats, génocides, exécutions sommaires, de tant des gens qui meurent de famine, d'absence de santé sur la terre.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

sans chauvinisme sur l'économie ultra libérale

Message  Cogito ergo sum le Mar 20 Déc - 13:32

Une observation objectif de la réalité économique, doit être dépourvue de toute notion de nationalisme ou chauvinisme, sans quoi elle tombe dans la notion de conflit d'intérêts.

Dans une société ultralibérale, mondialisée à outrance, les critiques peuvent éventuellement desservir les intérêts colonialistes, les politiques austères, ou la mauvaise gestion du budget de certains nations, autant que les origines des crises économiques et les écrans de fumée qui sont les plans à titre de régions ou nations.

Alors qu'il est indispensable, l'harmonie de la législation à la taille de la terre.

si un économiste critique une région ainsi soit un pays au quel il est intimement lié, et si sa critique est réelle, même s'il cette critique ne fait pas plaisir aux nationaux (opinion de DSK) il ne faut pas s'étonner du sévère d'une opinion que reste impartial.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

La justice aux fesses pour Nicolas

Message  Cogito ergo sum le Mer 4 Jan - 12:34

Il est vraie que Chirac avec peu colmater avec ses seconds, donc un aurait eut un séjours au Canada 

Mais malgré tant de manipulation, Eva Joly et René Van Ruymbeke étant non pas des citoyen commères mais des juges, puis n'oublions pas le travail de Pierre Péan, ça commence à faire beaucoup pour être des attaques infondés...des critiques de l'opposition injustes mensonges et de grossièretés ou des intervention que l'on bloque ou met à la poubelle de la censure....

L'opinion publique le déclare impopulaire et non moins de 200 gendarmes doivent contenir les foules qui donneraient devant les cameras une triste image du président
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

un contre feu médiatique de la bande des nulls UMP

Message  Cogito ergo sum le Mer 4 Jan - 13:02

Une malheureuse phrase...

Voilà que les médias vont s'emparer d'une malheureuse phrase prononcée hors caméras.

Au fait le but?

Un contre feu comment tant d'autres lorsque la politique impopulaire, et les affaires détériorent l'image du candidat président

Les médias vont ainsi, mettre le paquet sur une phrase, et l'opinion saura ainsi déviée des faits judiciaires, excellente manipulation!

Manière de mener la campagne lorsqu'ils n'ont aucun argument, aucun bilan positif mais des gendarmes pour centaines pour le protéger à chaque sortie en public
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Que dit Nadine Morano?

Message  Cogito ergo sum le Mer 4 Jan - 13:22

Elle demande des excuses!!!!

Si les propos sont tenus hors des caméras?

Ceux-ci relèvent de la sphère privée

Vu le langage de certains dans le groupe au gouvernement?

Je doute que la phrase donc touts les médias comment des petits soldat font étalage soit de nature à concurrencer las phrases exprimés par l'ensemble UMP.

J'ai la certitude que les médias volontaire ou involontairement participent au "contre feu médiatique" pour tenter d'amoindrir la réalité d'un bilan sociale nul et le travail du juge René Van Duymbeke. entre autres.

Dans une tribune parmi d'autres (13:21)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

à Bruno Beschizza

Message  Cogito ergo sum le Mer 4 Jan - 13:39

Autant que François Copé, Claude Gueant, Brice Hortefeux, vous pouvez donner un bilan sociale pour le peuple de France?

Allons!

Tiens mon petit éboueur, petit illettré, vous sortirait des sujets de niveau pour que l'on échange en hauteur alors,

(ces messieurs ne viennent jamais dans les rubriques du forum, mais des soldats peut-être oui... sauf que les petits soldats eux, n'auraient pas le niveau...

http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=73&messageid=2103850&threadid=2103850
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Lettre ouverte à François Fillion

Message  Cogito ergo sum le Jeu 5 Jan - 15:34

Au : Premier Ministre de la République Française 

De: Un ouvrier syndical et engagée, immigrée et illettré 

Alternatives économiques 

La fiscalité reste le plus efficients des outils de la gestion du PIB des nations 

La politique française depuis 1995 puis pendant le dernier mandat a tout fait pour transférer la fiscalité des finances et grandes entreprises vers les français de base ou consommateur final 

Ce n'est pas un secret que les 10 premières entreprises du CA40 sont taxées à hauteur de 8% alors que les PME & TPE et les classes moyennes reçoivent une pénalité de plus de 37% de taxes

La tVA dans la restauration a été modifie, dans le but de création d'emploi sans résultats satisfaisants 

Un regard global sur la politique reste ennuyeux pour le français lambda, mais reste très significatif de la politique de l'actuel gouvernement sans infléchir véritablement le des-emploi:

 http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=73&messageid=2103850&threadid=2103850

Maintenant 

Fillion veut relever de 3 points la TVA toujours sous la même rengaine réduire la fiscalité des entreprises!

Non mais ça va pas la tête!

Pour quoi après avoir toujours insistait sans résultats sur un pilier du système constatant l'échec! Ne pas essayer autre chose?

Pour quoi pas toucher a la CSG, qui arrive à plus que les classes modestes?

La TVA dans l'optique de Fillion favorise ses amis, en fin tout le monde sais qu'il a des amis aises, tout de même ce n'est pas une raison!

L'economie fonctionne malgré la manipulation des plus aisés par la loi de l'offre et la demande entre autres lois imposées par Keynes en 1944! Et que depuis sont bafouées par les pays les plus riches 

Pensée cher monsieur qu'un moment donnée il faut toucher à l'autre levier c'est à dire la consommation 

Car sans consommation! Vos amis ne vont pas remplir leur carnet de commandes!

Cher monsieur jusqu'à maintenant vous avait tout fait pour réduire la fiscalité de vos amis!

Où sont les résultats?

Salutations

Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone 
Joigny jeudi 5 janvier 2012
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Politique UMP bâclée

Message  Admin le Ven 6 Jan - 2:34

À force de vouloir aller vite!

Ils bâcleraient à chaque fois des mesures fiscales prise à la va vite

À force de pondre une LOF ou des PLFR presque chaque semaine!

Et toujours dans le même sens, défiscalisation des plus aisès!

L'excuse de l'urgence cache à vraie dire leurs incapacité à réfléchir sur des vraies mesures pour juguler la crise
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pédagogie et idéologie

Message  Admin le Dim 8 Jan - 0:03

Trop de mélange:

Idéologie ou méconnaissance, sont en théorie deux raisons qui influencent un quidam à aller aux urnes

Par idéologie 

Seul certains catégories s'ayant donnée la peine de lire un texte fondateur et formateur écrit en 1906 sous le titre de "la charte d'Amiens" ainsi que l'histoire globale sans la moindre déformation (négationnisme ou révisionniste): 

Histoire

En tirant les leçons des causes des génocides, du colonialisme, depuis le Goulag en passant par les deux grands guerres dans le siècle dernier... Sans oublier les martyrs et les causes surtout de leurs disparition, 17 janvier 1961 et la disparition de Patrice Émery Lumumba ou encore la disparition le 11 septembre 1973 de Salvador Allende ainsi que des millions d'anonymes ayant sacrifiée leur vie dans l'autel de la cupidité sous le drapeau de la démocratie  

Bien sur qu'il y a aujourd'hui plus que jamais une opposition de classes, que les pitres et piètres du néo malthusianisme voudraient nier! Dans l'unique but de brouiller les pistes, et capter le suffrage des ouvriers incultes! 

Insulte à la raison

De nous jours est un insulte à la raison qu'un ouvrier se trouve à voter à droite ou extrême droite! C'est salir la mémoire de J. J. Rousseau, J. Jaurès, pire qu'adopter volontiers le juge ou vouloir l'esclavage étant esclave déjà! 

Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
Montería Cordoba Colombia sábado a 17:02
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chômage pour quoi?

Message  Cogito ergo sum le Mar 10 Jan - 17:00

Un produit

L'emploi est devenu un simple élément constitutif de la production, une variable donc un éléments modifiable à souhait en fonction de la volonté des entreprises.

La circulation

Un regard tout au long de l'histoire nous permet d'observer une évolution logique des relations de production. Nous n'allons pas exposer un long sujet pour passer des ancêtres nomades, à l'homme sédentaire moderne, consommateur isolé, consommateur indifférent.

La monnaie, aussi a évoluée et avec elle des nouvelles formes d'échange, de plus en plus perfectionnées et donc complexes. La circulation des marchandises étant de plus en plus modernes, leur valeur ajoutée devienne la cible de nombre de nouveaux agents, certains spécialistes affirment que les marchés mondiaux correspondent à 90% a des produit dérivés, loin devant la production réelle.

Nous sommes devant une circulation démesurée de capital, quelques villes concentrent tout le marché dans le monde. Un marché virtuel déconnecté du mouvement même des marchandises, et encore plus loin du mouvement des masses humaines. Cette circulation monétaire, creuse des différences entre les populations, des inégalités qui font fuir des milliers de quidams de leur lieu d'origine vers les quelques villes dans le monde où le pouvoir d'achat est affecté par la retombé de la spéculation.

Les gouvernements des pays qu'en profitent le plus de l'évolution sont ceux qui se trouvent confrontés à l'afflux majeur de migrants. Leurs volonté politique éventuelle de freiner l'accès des étranger sur leur sol, ne peu pas réussir car le flux de capital reste intimement liée au flux de population.

La misère

Comme dans la physique, la loi de vases communicants, dite "Le Principe de Torricelli" dans la sociologie s'applique le même principe, la monnaie qui se déplace; emmène avec elle un flux équivalent de population. Sachant que toute dérive dans la distribution de richesses crée des tension, facile à détecter par les symptômes tels que la violence, la délinquance ou les actes terroristes.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Honneur et hommage aux grand hommes

Message  Cogito ergo sum le Dim 15 Jan - 19:09

En sortant de la seconde guerre mondiale

Il est reconnu que la santé est un élément clé de la société.

La Sécurité Sociale né tout de suite après la sortie de l'horreur de la guerre. Mais si une telle modification de la société est possible; c'est parce que le quidam vienne de vivre moments si difficiles que la solidarité est un sentiment qui rassemble, qu’orgueilleusement, qui rends fière, et donne lieu à la notion de République, de nation, qui sont indispensables pour une nation qui veut être admiré et respectée dans le monde.

Ambroise Croizat

Ambroise Croizat, est le père fondateur de la sécurité sociale, et nous lui devons un grand hommage.

Aujourd'hui le quidam est face à des moments difficiles et la solidarité doit prendre la place sur la stigmatisation et la ségrégation induite par des castes indignes

Dans une tribune parmi d'autres
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Correspondance avec un ami

Message  Admin le Lun 16 Jan - 1:50

Cher monsieur bye j'ai de la peine pour ce que vont devenir les pays d'antan dits riches; sur le système carcéral parlons en


Le fait d'être né et grandi dans un pays pauvre, donne un angle de vue particulier :

Sur un grand nombre de terrains de la société, la santé, l'éducation, pour ne pas m'éparpiller.


Dans ton sujet sur le système carcéral, il y a besoin d'approfondir, car un texte que j'ai appris pendant ma toute première année scolaire disait (je traduis):

Il faut éduquer l'enfant pour ne pas avoir à le punir en tant qu'adulte.

De plus, je n'ai pas envie de publier le sujet, parce qu'il est si complexe, que je devrais m'étaler dans l'histoire et dans les raisons périphériques de ma conviction, car nous allons en prison en démocratie par cause de phénomènes tels que manque d'éducation, manque de santé, manque d'opportunités:


La santé


En Colombie il y avait le ICSS, Institut Colombien de la Sécurité Sociale, (prélèvement à la source semblable à celui de la France pour le budget)

Dans chaque ville, (de mémoire dès 5000h il y avait un hôpital publique dans ma jeunesse)

Aujourd'hui le ICSS est fractionné en services de sous-traitance, la documentation, les médicaments, les examens de santé, la chirurgie entre autres:

Un citoyen arrivé vers 1970 dans un centre hospitalier et pouvait dans la journée avoir un diagnostique, voir la date pour une intervention chirurgicale. Aujourd'hui il doit aller dans un service PRIVÉ.

1° pour solliciter un rendez-vous

2° Atteindre des mois durant une convocation pour savoir à quel sujet il veut consulter (si c'est relativement grave il a le temps de mourir et éventuellement de s’aggraver et donc de coûter plus cher en guérison

3° Une fois ce rendez-vous, il obtient des tickets dans l’éventualité, avec date de rendez-vous chez le médecin, qui à son tour renvoie le patient sur le bureau (il faut avoir payé à chaque passage dans le BUREAU D'ENREGISTREMENTS (privé) pour la gestion des rendez-vous) lorsqu'il faut des examens complémentaires.

4° Les rendez-vous pour examens de sang, etc., ont des délais d'au moins trois mois, cela se passe chez des sous-traitants (coût assumé par le ICSS, UNE CHANCE)

5° entre six et huit mois d'attente, entre le moment où vous vous sentez malade et que le médecin récupère vos résultats pour établir un diagnostique

Dans les systèmes que j'ai connu vers 1970 j'allais le matin à l'hôpital où il y avait toutes les équipes nécessaires, et parfois en fin de journée je sortais avec les médicaments de la pharmacie de l'hôpital.

Dans le pire des cas, j'avais besoins des examens que je pouvais effectuer dans les trois ou quatre jours. Tout était centralisé, aujourd'hui c'est décentralisation, avec un service à qualité déplorable.



L'éducation et le ghetto

Une fois les enfants en bonne santé, ils peuvent étudier; pour le coup, l'éducation aussi a était à été profondément revue à la baisse. Les sciences sociales sont supprimés de l'éducation secondaire, car dans les années 60 la lecture de Marx, constitué un vivier fertile pour les idées de l'extrême gauche, donc des groupes subversives, donc une partie (enfants des classes moyennes) appendirent leur connaissances dans les universités, pour arriver à la création du M19 (mouvement armée d'extrême gauche formé dans l'ombre par des médecins, des ingénieurs, des avocats)

L'université des pauvres (sans stigmatiser)

Alors que les pauvres sans même le niveau certificat d'études arrivaient à 70% et plus à avoir leur meilleur éducation leurs de leurs séjour en prison; plus ils bénéficient des jours de prison plus ils sont formés à la délinquance. Normal qu'il soient, par la plus part, des immigrés, des maghrébins, des africains car c'est la population la moins favorisée économiquement incapable par héritage de se hisser parmi les classes socioprofessionnelles
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Du dogme au désœuvrement et lobotomie intellectuelle

Message  Admin le Mer 18 Jan - 13:43

Entre le dogme et le désœuvrement

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
Monteria Cordobal Colombia Mercredi 18 janvier 2012

Un internaute souligne l'infiltration du pouvoir par des sectes

La frontière reste difficile entre les dogmes et la liberté du citoyen à vaquer à ses loisirs, chacun est libre ainsi de faire du temps qu'il estime libre pour faire ce qui lui plaît. Alors par affinité de passion les gens se trouvent dans des groupes plus au moins définis au risque de la consanguinité intellectuelle....

Au fait en lisant il y a quelques années, j'avais listé des personnes d'influence figurants dans des LOGES, (organisations donc le but est de régner pour imposer des dogmes ou doctrine), permettant la sauvegarde des privilèges sous couver de faire le bien.

Les sectes aussi, puis les religions d'une manier ou autre favorisent des théories du servilisme, sorte de lobotomie intellectuelle, qui fait que le gueux, le quidam ait tendance à connaitre sur le bout des doit, tout en relation avec les transfères, les noms des footballeurs, leurs classements, etc., avec passion débordante, voir pour certains avec fanatisme; alors qu'il n'oserait jamais connaitre les noms des adjoins au maire de leurs ville, le budget alloué au dernier projet, etc., justement la société évoluée vers des moutons, des zombies

Mon but est de tirer la sonnette d'alarme sur ceux de 18 à 38 ans qui soit vont religieusement au quotidien, au bistro soit allument leurs PC pour passer de 4 à 10 heures sur le dernier jeu de guerre interplanétaire où par la plus part eux ont un rang très haut! Symptôme?

De part leur essence ou raison d'être, depuis l'aube de l'humanité toujours se sont formée des groupes dans un socle élitiste, par principe sélectif où seul entrent des éléments invites à certains conditions

Être leader, avoir du pouvoir, se genre de qualités des quelles les loges et assimilées en raffolent

De là à trouver certains cercles du pouvoir politique touts partis confondus, comme membres de telle ou telle organisation internationale aux mythes et cérémonies codées, rien d'étonnant.

tartempion quant à lui aussi a ses gouts et habitudes rien donc à envier, et ses réunions se font touts les jours, au bistro avec toute une a tiraille de codes: (aux noms tel blonde, brune, pastis, Ricard ou bière) pour qu'il n'y ait pas de jaloux, sans oublier une curieuse manie remplie de bonté en vers la française des jeux!
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Je vous en suplis prenez le temps de le savoir

Message  Cogito ergo sum le Mar 31 Jan - 13:09

La vidéo a continuation demande de votre part quelques minutes mais vous permettra d'ouvrir les yeux et connaître plus le monde.

[url]


http://dotsub.com/view/3bb2b156-618a-47c5-b132-4a19c32f44e1
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Croissance boiteuse!

Message  Cogito ergo sum le Ven 3 Fév - 16:36

Croissance 

L'investissement reste un pilier non négligeable en matière de développement, mais sont impacts sur l'économie est semblable à l'ensemble de facteurs exogènes réunis 

L'enchantement qui suscite une nation en matière fiscale en faveur d'investissements ne dois pas éclipser d'autres importants levier de la croissance.

Déjà abordé en détail l'absence d'harmonie législative et en particulier en matière fiscale et environnementale, reste l'obstacle majeur au plein emploi et par conséquence du PIB des nations antan dites développées. (une désertification industrielle s'opère de manière systématique) 

Ne nous trompons pas, ce n'est pas pour autant une plus efficiente distribution de richesse, que les délocalisations, disant que des pays à bas coût, sont attractifs pour l'investissement, sauf que les problèmes commencent lors que nous regardions en détail l'impact écologique et sociale 

Équilibre précaire et infrastructure 

Les infrastructures lourdement payées par le contribuable se voient en sous activité (chômage) une excellente qualité dans les services, eau, électricité, voies de communication, téléphonie, aéroports, etc. Restent malgré tout les atouts majeurs des vielles nations comme la France, même dans la situation existante depuis 2008, aucune doute là dessus.

Maintenant

 vu que depuis cinq années tout a été fait en faveur de l'investissement;

 vu  le panorama mondiale, ( des pays ayant proposée une fiscalité très compétitive et qui présentent aujourd'hui un bilant. 

Vu que le pouvoir d'achat reste jusqu'à preuve du contraire un indicateur capital dans tout analyse et prévision de croissance.

Nous pouvons conclure sur la constatation d'une vieille règle du capitalisme: "loi de l'offre et la demande" pour quoi pas y ajouter un principe de moins en moins appliqué "concurrence non faussée"

Aucun effet aurait une politique qui ne tiendrait pas compte de la consommation!
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

La législation sur l'emploi et la politique

Message  Cogito ergo sum le Sam 4 Fév - 16:16

Avant de voter les ouvriers doivent connaitre des réalités sur l'évolution de la société, et l'apport des partis traditionnels au droit des travailleurs:

La droite fait quoi?

Un exemple vérifiable; tout commentaire doit être soigneusement vérifié avant de s'aventurer à formuler des critiques.

http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ11111443S&idtable=q246540|q244169|q245121|q250675|q247986|q249544|q248568|q245010|q244554|q247036&_c=temps+de+travail&rch=qs&de=20110804&au=20120204&dp=6+mois&radio=dp&aff=sep&tri=p&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn

Dans cette intervention Mme Marie-Hélène Des Esgaulx (Gironde - UMP) demande à modifier la législation pour éviter de payer des heures supplémentaires

A présent le gouvernement fait tout pour permettre la négociation, individuelle entre les patrons et les employés. dans un paquet de mesures, où la TVA reste le iceberg qui cache la volonté substantielle de casser la législation sur le travail, de réduire la formation, dans une volonté de faire porter sur le pouvoir d'achat des salariés le poids globale de l'éducation, la formation professionnel tout en libérant encore plus de bénéfices pour les actionnaires:



La gauche fait quoi pour les ouvrier?

Oui pour un ouvrier il reste difficile de lire beaucoup de textes, je donne le lien pour vérifier mais la loi est voté en 1982 sous l'impulsion de François Mitterrand, un bourgeois, et tout ce que l'on puise dire mais un humaniste et un grand homme passionné de justice sociale. La loi n° 82-689 du 4 août 1982 relative aux libertés des travailleurs dans l'entreprise. Loi dite loi Auroux reste un exemple parmi tant d'autres avancées pendant le temps que la gauche se trouve au pouvoir.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006068766&dateTexte=20100819




Dernière édition par Nestor Ramirez le Sam 4 Fév - 17:03, édité 1 fois (Raison : politique, partis politiques, Sarkozysme, code du travail.)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

tendances & idéologie

Message  Cogito ergo sum le Mar 7 Fév - 13:16

Tendances

Les idéologies dominantes s’octroient la vérité, faire le parallèle entre une simple dictature et une idéologie dominante  deviens aisé dès lorsque seul est admise une opinion, une vision, un analyse sur les faits, les agissements d'une société.

Cela dit autre mot 

L'humain présente dans sont ADN, la caractéristique de meute comportement type commun aux êtres qui subsiste depuis la nuit des temps. Force est de constater que c'est plus un comportement grégaire, instinctif que des positions réfléchis.

Certains gens prétendus « bien pensants » arrivaient à mettre de l'huile sur le feu. Les petites phrases, sur les civilisations, des phrases que stigmatisent, deviennent d'une banalité recherchée dans le seul but d’acquérir légitimité.

Mais nous pouvons constater que dans toutes les nations il y a plusieurs castes, et que dans ces castes, subsistent des différences que foisonnent : les enfants de certains familles dans des pays qui n'ont rien avoir ni géographiquement, ni économiquement, ni par leur cultes, se retrouvent avant la puberté dans les principales universités du Royaume Unit ou des États Unis, pour quoi ? Ce n'est pas la question. Seul la réalité ou la résultante compte, ces enfants reçoivent l'influence de l'empire en place dans les pays où ils sont éduqués.

Habitude et connaissance.

Les femmes dans les pays, sous influence et dominance théologique, connaissent dès leur naissance une réalité, qui devine « banal » et c'est la banalité, qui rend légitime le quotidien ainsi ce qu'est légitime dans un lieu de la terre, soit l'horreur dans une autre « et vise versa » Ici reste fondamental souligner l'écart majeur entre les coutumes et l'écart de ces dernières en fonction du rang socioprofessionnel. L'éducation ou l'acquisition de la culture, de toute évidence libère l'individu, le contraire le rend esclave ou servile par le manque flagrant de libre arbitre.

Lors de mes interventions dans un forum à la rubrique culture, je me trouve régulièrement face à des internautes, dépourvus d'un niveau de libre arbitre qui reste trop évident, alors leur interventions se limitent à des commentaires du genre « Je ne rien compris » qui donne la taille de leur frêle intellect.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

dédié à ma liste d'amis des réseaux sociaux

Message  Cogito ergo sum le Mar 7 Fév - 15:37

Légitimation par la banalisation

Je dédie mes quelques lignes à :

Frédérique Calandra, Hacen Boukhelifa, Nadine Poinsot, Corinne Di Montoverde, Tiery Madeira, Pascal Giraud, Cyril Apetoh et le reste de mon petit groupe de quelques centaines de contacts



La société toute entière, sans aucune frontière linguistique, géographique ou culturelle assiste à la légitimation de comportements aberrants par le biais de la banalisation ostentatoire.

Il faut admettre que l'humain étant par principe biologique grégaire, seul les élites connaissent de par leur éducation la réalité .

Nous assistons donc à une action systématique, sciemment programmé qui conduit à la création d'une civilisation écervelée.

Le système ou empire occidental, ose contraindre le quidam type à supporter un censeur en même temps affameur et conquérant.

Les lignes dessus, sont une sorte d'introduction, d'invitation à la réflexion


Il est impératif, de trouver le terrain d'échange tout d'abord intellectuelle puis arriver à une sorte de praxis, car sans cela, l'empire du capitalisme fou, débridé continue à imposer des pressions de plus en plus irrationnelles, de plus en plus absurdes

ALARME ATTENTION DANGER


Si les ouvriers arrivaient à lire c'est bien, et je reste conscient du besoin de pré-requis sans lesquels est difficile voir impossible l’interprétation de ces lignes qui sont un signal d'alarme comment le dit gramophone a déjà fait sonner par le passé:

http://www.votrejournal.net/Oui-je-sais-je-suis-un-naif_a486.html




Dernière édition par Nestor Ramirez le Mar 7 Fév - 15:51, édité 1 fois (Raison : banalisation de la bêtise, gramophone, Nestor Elias Ramirez Jimenez)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Claud Guéant pense ainsi

Message  Cogito ergo sum le Mer 8 Fév - 12:31

Sur le fond

Dédié à madame Delphine Batho

Il existe un historique connu des médias quant au comportement des membres de l'actuel gouvernement

Cet historique comprend plusieurs personnes est nous sommes très loin de la simple coïncidence.

Du fait du point de vue de la sociologie et la sémiologie nous constatons un acte systématique possible par l'association des connaissances ou bagage intellectuel des principaux impliqués en union avec la cojunture Economique dans une société affaiblie comme l'était l'Allemagne en sortant de la crise de 1929

Car ici messieurs dames et les modérateurs! Nous savons que tout un peuple s'est laissé séduire par des idées absurdes! OUI c'est trop grave, et les médias SONT RESPONSABLES voir même coauteurs lorsqu'une CONTRIBUTION à la banalisation du sentiment d'impunite de "qui conque" cherche à jouer avec sinisme sur terrain de la qualité des peuples.

Ensuite banaliser? Non pire encore certains osent s'afranchir et légitimer en accusant ces hommes qu'auraient LE COURAGE au parlement d'avoir un discours proportionné aux circonstances très graves!

Monsieur Guéant pense ainsi tout simplement et cela est très révélateur
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Faisons la vie dure à la sottise

Message  Admin le Mer 8 Fév - 13:14

Dévoilons nous

Certains consciences assument, sans aucun complexe,  une position précise que sous des mots tel immigration, sociale, emploi dévoilent les craintes:

Alors que la branche famille qui supporte l'ensemble des indemnités tels que le revenu de solidarité active (ou les allocations familiales "sans limitation de Resources") est en déficit de 8,9 MD€ ou que la branche maladie présente un déficit de 11,6 MD€ là où les niches fiscales représentent 73 MD€ ou l'évasion fiscale est de 49 MD€

La question s'impose! 

Qui travaille pas dans la société? Qui en profite le plus du fruit du VRAIE travaille? Je parle de la transformation des matières et de création de la valeur ajouté...

Mais nous pouvons aller plus loin.. Non pas en idéologie, non pas dans le commérage! Non... dans les faits! Dans les chiffres! Dans la réalité...
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum