trombinoscope sociale

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Message  Admin le Mer 11 Mar - 14:13

Rappel du premier message :

IV. Rapports de force et « utopie »

écrit par E. BAROT voir lien en bas (document propriété intellectuel de l'auteur) j'ai pris le plaisir de lire dans un forum un sujet de politique et sociologie qui me semble digne de la connaissance de tout ouvrier ou chômeur en France et dans le monde.



i. Le primat de la force

La question n’est en tous cas pas de remettre en cause le suffrage universel, essentiel pour tout régime possiblement non représentatif, mais le magnifier est fort dangereux également : c’est aussi grâce au SU que des régimes fascistes sont nés.

Le sens et la justification éventuelle de l’injonction démocratique aujourd’hui ne saurait de toutes façons pas se suffire de l’appel à la souveraineté populaire.

Mon idée est que, si l’on veut radicaliser la lutte démocratique, l’on ne peut pas la « justifier » : C’est et cela restera à ce petit peuple sans droit de s’arroger le droit : autrement dit, tout est une question de rapport de forces et de qui imposera quoi, et de comment il l’imposera en fonction du « quoi » qu’il aura la volonté de vouloir faire advenir.

La première opération consistera à assumer cette nécessité de la force. Que cela se fasse au nom des droits de l’homme est une chose, qu’on utilise les structures juridiques en place pour défendre certaines libertés, certes : mais l’histoire nous montre que c’est toujours au fond la force qui fait le droit et que celui-ci vient toujours après.

La configuration politique actuelle est hautement ouverte même si, excepté l’hiver 2005-2006, le trait dominant des révoltes collectives des trente dernières années reste pour l’instant celui d’un arrêt avant l’affrontement réel : « réel » signifiant ici qui serait à nouveau capable de produire de l’irréversible.

Pourquoi ce non-passage à l’acte ? Nous avons quitté le matin du grand soir : la somme de défaites, d’errances accumulées, l’état déplorable du monde, le marasme intellectuel global des pensées de gauche, fait que l’espoir en un autre avenir a disparu.

Or, seul cet espoir serait synonyme d’un « tout à gagner » apte à supplanter ce que nous avons à perdre : lequel pousse logiquement en attendant à finalement choisir la soumission à l’ordre ambiant, quand cette soumission n’est pas carrément le choix initial.

La responsabilité historique de la social-démocratie est ici flagrante, et la situation actuelle partage nombre de traits avec celle d’il y a une trentaine d’années.

Il n’est donc pas étonnant que traditionnellement comme actuellement de façon intensifiée, cette social-démocratie participe activement avec son idiome propre, à ces ensemble de raccourcis révisionnistes qui continuent de délégitimer d’emblée toute remise en cause réelle de la société actuelle, immédiatement jugée comme par essence génératrice de machines terrorisantes.

Revenir aux racines de l’idéologie contemporaine, mettre en évidence, encore et toujours, le ciment du bloc idéologique hégémonique, revient donc à montrer à quel point ce révisionnisme politico-historique général, qui mélange formes de résistances et types de violences politiques qualitativement différentes, fait corps, au plus haut degré des nos oligarchies, avec la rhétorique de la « défense de la démocratie ».

On pourra d’une part « sourire des invectives grossières des valets de plume et de la protection sentencieuse des doctrinaires bourgeois bien intentionnés qui débitent leurs platitudes d’ignorants et leurs marottes de sectaires, sur le ton d’oracle de l’infaillibilité scientifique. »

Mais quand ces valets se font offensifs chiens de garde, on ne peut plus se contenter de sourire.

ii. Le danger de l’utopie

On comprend alors facilement le danger majeur que représente toute tentative de ré institution d’un possible politique, ou même d’un impossible utopique – la politique comme art de l’impossible nous dit S. Zizek .

La remise en cause réelle de l’ordre oligarchique corrélative de ce danger est certes immédiatement disqualifiée, au nom de la « démocratie » et d’un principe de « responsabilité » et de « réalité » qui a déjà choisi la réalité considérée comme pertinente.

D’aucuns rétorquent en permanence à ceux qui luttent qu’ils n’ont pas de « programme alternatif » : mais le black-out réalisé sur les forces de contre-propositions (pour sortir de la déliquescence de l’Université actuelle, par exemple), et le fait qu’un tel programme ne se décrète pas, sont deux premiers éléments à garder à l’esprit.

Plus généralement, derrière des slogans comme « Vive la Commune ! » visibles en manifestations, il y a aussi et surtout une posture, qui, quels que soient les biais par lesquels elle s’exprime, est celle du souci de rappeler qu’une autre façon de voir les choses, plus exigeante, plus émancipatrice, est une condition nécessaire de la vie collective.

La question n’est donc pas de défendre contre les tenants d’un « réalisme » plus ou moins pragmatique, plus ou moins offensif ou désabusé, un quelconque « principe utopie » qu’il disqualifient par principe, mais plutôt de voir que l’activité utopisante, bien plus que par ses contenus variés, est avant tout, comme l’explique le philosophie américain F. Jameson, méthode , opération dont la fonction est de faire éclater les limites imposées à la « bonne » imagination consensuelle, c’est-à-dire de nous renvoyer au visage notre imagination bridée, et nous pousser par là à reconstruire un sens du futur instillant au moins l’idée toute simple qu’il n’y a pas d’inéluctabilité, capitaliste en particulier. Décrypter les mécanismes idéologiques hégémoniques, les nouvelles « propagandes du quotidien » (É. Hazan ) est toujours aussi utile mais la mystification ne tient pas tant au contenu des représentations véhiculées qu’à la façon dont on formate les individus lambda à les recevoir : à savoir comme les seules possibles. Formatage et répression idéologiques dont par essence les logiques utopisantes sont la cible, et réciproquement. Marx l’écrivait déjà de façon limpide dans La guerre civile en France :

« La classe ouvrière n’espérait pas des miracles de la Commune. Elle n’a pas d’utopies toute faites à introduire par décret du peuple… Elle n’a pas à réaliser d’idéal, mais seulement à libérer les éléments de la société nouvelle que porte dans ses flancs la vieille société bourgeoise qui s’effondre »

Si donc le passage à l’acte de la puissance démocratique reprend une vigueur politique sous le sceau d’un sens du futur reconquis, cet activisme revu et corrigé ne véhiculera nécessairement qu’une esquisse de programme, ne saura être qu’une création continuée dont on ne peut donc pas présager des formes possibles : la Commune, ou tout autre nom qu’on pourra lui donner, reste à construire et à écrire. Contre le « réalisme », et la raison cynique d’une côté, le « narcissisme de la défaite » (Zizek) de l’autre, réveiller ce sens de la possibilité de l’impossible implique alors corrélativement de se rappeler qu’on ne peut donc pas non plus présager des moyens possibles qui seront les siens, lesquels seront fonction de l’ordre en place qui vendra chèrement sa peau, et de la façon dont elle la vendra. C’est de ce point de vue là que se ré-pose la question de la violence comme possible politique qui ne saurait être a priori rejeté.


Ouverture : résister et passer à l’acte contre la « Police » de l’accumulation


« Voter, ne pas voter, c’est pareil.

S’abstenir, en effet, c’est confirmer la majorité nouvelle, quelle qu’elle soit.

Quoi qu’on fasse à ce sujet, on n’aura rien fait si l’on ne lutte en même temps, cela veut dire dès aujourd’hui, contre le système de la démocratie indirecte qui nous réduit délibérément à l’impuissance en tentant, chacun selon ses ressources, d’organiser le vaste mouvement antihiérarchique qui conteste partout les institutions. » (Sartre)

C’est-à-dire ? Déjà, participer à cette reconstruction d’un nouveau sens du futur, l’autre visage d’un dépassement conséquent des défaites des luttes démocratiques, contre les mythes de la fin de l’histoire ou des idéologies autant que les mythes du « Grand soir ».

Ceci constitue aujourd’hui un élément essentiel de toute prospective théorico-pratique conforme aux exigences d’une lutte de classes aussi instruite qu’offensive.

Et si la démocratie est alors à penser contre la fiction de cet « espace public » confiné dont on nous rabâche les vertus, notre effort quotidien sera encore et toujours de lutter contre ce que Rancière appelle la « Police », la répression organisée, qui ne dit pas son nom, contre tout ce qui combat la logique d’accumulation privée des espaces possiblement communs – comme une université.

Résister à la priva(tisa)tion, et de façon plus offensive, dé-privatiser et réoccuper les espaces en question, ces espaces privés et privatisés qui n’ont aucune raison de l’être (comme les usines) puisque cette contradiction est le cœur du politique, localement comme mondialement.

Sartre rappelait qu’« Il n’y a pas des intellectuels et des masses.

Il y a des gens, qui veulent des choses, et en ce sens, ils sont tous égaux », même s’ils veulent des choses incompatibles.

Et ces rapports de forces peuvent bien sûr être violents : cette violence plus largement est la hantise du politique.

La violence de ceux qui résistent, ne saurait malgré tout être mise sur le même plan que la violence de ceux agressent : assimiler les deux, c’est de la malhonnêteté pure et simple, au moins en ce que cela consiste à refuser de voir le problème, et donc à marteler qu’il n’y a pas de problème social, mais seulement un problème de voyous (comme Sarkozy le dit depuis longtemps au sujet des émeutes de banlieues).

La question qui se pose sera de savoir si nous, les quelconques, serons capables d’accomplir les médiations suffisantes pour cette libération, pour conspirer efficacement, une fois encore, jusqu’à libérer l’Enfermé (Blanqui) : de nous réorganiser jusqu’à « désarmer la bourgeoisie, armer le peuple » avec les armes du XXIe siècle. En ces temps de populisme autoritaire et de politique socio-économique de la terre brûlée, il se pourrait que les occasions ne manquent pas de se poser concrètement la question : dès lors, nous verrons si nous sommes prêts à prendre les coups qu’un tel engagement impliquera.

La néo-punk Ruda Salska le chantait il y a peu dans Le bruit du bang : « Du lance-pierre au lance-flammes tout peut vite basculer »

E. Barot

http://toulouse-philo.forumpro.fr/msg.forum?mode=post&u=2
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 419
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas


Metáfora & comportamiento

Message  Cogito ergo sum le Sam 19 Mai - 8:05

Una persona muy severa tenía cinco perros

Cada vez que le preguntaban por que tantos, decía que era por que amaba mucho los animales

En verdad los trataba muy mal, demasiado al punto que les daba muy mala alimentación, y jamás los supo educar

Los años pasaban, vendía los cachorros, y ganaba muy bien, solo que continuaba a castigar salvajemente los pobres animales.

Llego un dia en que los vecinos inquietos de no ver durante varios días esta persona, alertaron las autoridades.

Par el uso de la tarjeta de crédito, se conoció la ultima fecha, 15 días antes, los forenses fueron categóricos, por un fémur encontrado, en el patio. (historia verídica ocurrida en Europa)

Los perros se vengaron de una vida de sufrimiento: terminaron por asesinar al salvaje opresor

En TWitter leía que la violencia es algo horrible en Colombia, que hasta occurren atentados!

Quien es el autor major de violencia en Colombia?

Quien es el asecino autor intelectual de la muerte en mayo de 1948 de Gaitan y en 1989 de Galán ?

Los "perros" serán tan vulgarmente "perros" o el dueño los empuja a ser salvajes ?

Para Ernesto Macías Tovar en TWitter

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'éducation

Message  Cogito ergo sum le Sam 19 Mai - 8:33

Une observation isolée saura intentionnelle ou pas; se priver de l'expérience accumulée

En matière d'education, certains pays avec culture différente et possible, (moins de moyens) obtiennent bien meilleurs résultats

La culture

Oui en Europe (viellissante) il y des acquis, des méthodes, qui poussent les enfants plutôt à moins faire!

Trop lourde accusation! Sauf que le comparatif avec d'autres pays (pauvres sans doute plus que la France) donne des résultats meilleurs; pour quoi?

Parce que à la base, l'éducateur a plus d'autorité, il peut le faire, sans se faire sanctionner par le rectorat de la région; ou se faire traiter de touts les noms de oiseau par les parents

Oui soyons sincères! Ce n'est pas avev trop de liberté qu'il est possible d'éduquer les enfants!

C'est absurde! Mon médecin a eut deux enfant et pendant les vacances lui et sont épouse faisaient travailler à raisont de 5 heures par jours les deux têtes blondes; bien sur aujourd'hui il est fier d'arborer le résultat!

Des parents de strate sociale modeste; ne veulent pas que les enfant aillent de la réussite, leurs enfant doivent plutôt profiter, vaquer à la oisiveté; faire la cigale!

Quit à abandonner l'éducation au plus vite!

C'est absurde mais vraie, les enfants des gens de niveau socioprofessionnel haut reussisent mieux que les autres, oui ils vont à l'universite! Mais ils obtiennent des bourses en plus attribués aux "plus méritants"!!!! C'est qu'auraient les meilleures notes!

Travailler cinq jours n'est qu'une manière de chercher à ameliorere le niveau, d'autres manières seraient nécessaires en complément :

Renvoyer les parents à nouveau étudier comme éviter d'insulter les éducateurs parce que leurs enfants seraient sévèrement sanctionnés déjà!

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'éducation

Message  Cogito ergo sum le Sam 19 Mai - 8:34

Une observation isolée saura intentionnelle ou pas; se priver de l'expérience accumulée

En matière d'education, certains pays avec culture différente et possible, (moins de moyens) obtiennent bien meilleurs résultats

La culture

Oui en Europe (viellissante) il y des acquis, des méthodes, qui poussent les enfants plutôt à moins faire!

Trop lourde accusation! Sauf que le comparatif avec d'autres pays (pauvres sans doute plus que la France) donne des résultats meilleurs; pour quoi?

Parce que à la base, l'éducateur a plus d'autorité, il peut le faire, sans se faire sanctionner par le rectorat de la région; ou se faire traiter de touts les noms de oiseau par les parents

Oui soyons sincères! Ce n'est pas avev trop de liberté qu'il est possible d'éduquer les enfants!

C'est absurde! Mon médecin a eut deux enfant et pendant les vacances lui et sont épouse faisaient travailler à raisont de 5 heures par jours les deux têtes blondes; bien sur aujourd'hui il est fier d'arborer le résultat!

Des parents de strate sociale modeste; ne veulent pas que les enfant aillent de la réussite, leurs enfant doivent plutôt profiter, vaquer à la oisiveté; faire la cigale!

Quit à abandonner l'éducation au plus vite!

C'est absurde mais vraie, les enfants des gens de niveau socioprofessionnel haut reussisent mieux que les autres, oui ils vont à l'universite! Mais ils obtiennent des bourses en plus attribués aux "plus méritants"!!!! C'est qu'auraient les meilleures notes!

Travailler cinq jours n'est qu'une manière de chercher à ameliorere le niveau, d'autres manières seraient nécessaires en complément :

Renvoyer les parents à nouveau étudier comme éviter d'insulter les éducateurs parce que leurs enfants seraient sévèrement sanctionnés déjà!

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

SYRIE: COMPLICES ET COUPABLES

Message  Cogito ergo sum le Dim 27 Mai - 9:02

Complices et coupables

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez
Joigny France le dimanche 27 mai 2012

Bachar el-Assad à travers ses services de sécurité, d'intelligence, ses forces armées, tente désespérément de conserver ses privilèges, sur une population que en sa grande majorité ; ne veut plus de ce régime.

Les médias, informent en permanence, des abus, des massacres, sauf que le citoyen lambda, se limite à contempler dans une indifférence de marbre, comme les semblables se font physiquement éliminer

Les leaders politiques, les représentants permanents au près de l'Organisation des Nations Unis, les membres du conseil de sécurité de l'ONU, ainsi que ceux de l'OTAN se limitent à des commentaires, qui de toutes manières, jusqu'à maintenant restent des mots sur le papier.

Autant que l'ONU et l'OTAN le citoyen lambda est ici complice de l'ignominie, des massacres sauvages de la population, en Syrie. Je vous prie, vous qui lissez ceci de mesurer la gravité des faits, et de vous adresser aux autorités, concernées par touts les moyens possibles.

Monsieur Bachar el-Assad doit être traduit avec ses sbires devant le Tribunal Pénal International, et jugé au plus vite pour l'ensemble d'exactions criminels sur la population civile inclus des vieillards et des enfants.

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Attaques contre la ministre de la JUSTICE

Message  Cogito ergo sum le Dim 27 Mai - 9:50

Les attaques contre la ministre de Justice

dédié aux journalistes et chroniqueurs français, à :
Laurent Joffrin,
Laurent Bazin
Christophe Barbier
Michel Grossiord
Hélène Risser


Un gros signe typique de la faiblesse ostensible, palpable de la droite, que de s'attaquer à un ministre du gouvernement.

Grossière erreur, qui met à nu le fond de l'idéologie malthusienne !

La raison est simple madame Christine Taubira, reste une fervente représentante des minorités des DOM-TOM, d'autant plus qu'elle excelle en matière de connaissance sur le sujet de la discrimination, et défends de manière sereine et ferme la mémoire des sacrifiés lors du colonialisme et l'esclavage.

Les journalistes en France, sans le savoir je le souhaite, ou éventuellement de manière délibéré, semblent séduits pour les théories malthusiennes ; au point que lorsqu'ils rédigent leurs chroniques, font omission sciemment de la réalité historique, sociale et culturelle, qui font de la droite ou néo-malthusianisme des manipulateurs, des négationnistes de l'histoire.

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

les banques tirent la pierre et chachent leurs mains

Message  Cogito ergo sum le Mar 29 Mai - 11:03

Système bancaire


Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone

Dédié à Michel Grossiord, Rémi Mathis, Laurent Bazin, Laurent Guimier, Laurent Joffrin, et Christophe Barbier.

Les banques comme toutes les domaines est mondialisé ; cela signifie, que la puissance des banques prend sa force dans leur présence dans le plus grand nombre de pays du monde
.

Pour les banques des pays CE, le marché le plus couvert reste à l'évidence le marché européen.

Cette force est aussi leur faiblesse
. Car les marchés matériels, auraient laissé leur place aux marché volatile et virtuel avec les travaux initiés par Keynes en 1944, (j'ai déjà abordé à plusieurs reprises le sujet) ; dans les années 50, la production des pays le plus puissants à l'époque, dégage des volumes énormes de capital.

De nous jours le marché virtuel (marché de capital) dépasse de loin les marchés de matières tangibles! Hors les pays comme Gréce, Portugal, Espagne, auraient dérivé dangereusement dans deux défauts:

1° les marchés virtuels, financiers

2° l'évasion agressive de la fiscalité

Devenant en gros des banques avec des comptes sur du virtuel, du vent!

La thésaurisation

Sujet aussi très commenté, prends des formes de plus en plus distantes de la production, au point de disparaître ; c'est à dire, que les marchés financières se développent, avec des techniques très sophistiquées, avec l'aide de madame Margaret Thatcher dès années 80s, c'est la virtualisation des comptes et disparition des personnes physiques, ou possesseurs des comptes.

Le présent

De nous jours, il est impossible d'auditer, de contrôler, d'imposer fiscalement les grandes groupes dédies aux marchés des finances.

Je suis très étonné des commentaires de madame Christine Lagarde, présidente du Fond Monet aire International ; qui demande au peuple grec, de corriger ses habitudes, de payer les impôts, car il est connu du monde entier, que les salariés, tout particulièrement sont faciles de contrôler. Par contre les grandes fortunes, auraient sortie de la Grèce non moins de 3500 milliards d'euros dans la dernière année.

C'est justement l'évasion fiscale, le sujet clé, ici, car l'administration grecque semble pouvoir contrôler le revenu des retraités, des salariés, fonctionnaires et privés, mais reste très évasive vis à vis des mouvements de capital des grandes fortunes. Parce que le système capitaliste présente un gros défaut.

Les nantis dans le monde sont si bien organisés, qu'ils se serrent les coudes ; les banques demandent à la BCE, de leurs aider, mais en même temps, les banques sont les premiers dans la ligne d'aide à l'évasion d’impôts pour les plus grandes fortunes.

En conclusion les banques lancent la pierre et cachent la main.

Pour quoi?


Très simple parce que en France tout compte bancaire est protégé à hauteur de 90 mille euros.

Je doute qu'une personne type un ouvrier et même un artisan, ait une somme de 90 mille euros. de liquidité.

Donc ce sont des grandes fortunes, actionnaires, des mêmes banques, qui sont ici protégés, aides par la BCE, non pas le peuple qui produit, qui crée la valeur ajouté, population qu'est envoyée au chômage.

C'est le monde qui marche sur la tête!

C'est essayer de tuer la poule aux œufs d'or


On sait pertinemment que c'est la production de matières, la transformation de matières, la création de valeur ajouté qui génère non moins de 75% des recettes de la France, comme tout le monde sais aussi que les finances et les assurances ne créent même pas 3% du PIB de la Nation.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Entreprises familiales

Message  Cogito ergo sum le Sam 2 Juin - 9:04

BFM BUSINESS et la santé des entreprises

Sur une chaîne française du business, BFM BUSINESS quatre personnes donc Alain Bloch directeur d'HEC entrepreneur et Hervé Le Lous, ont abordé un sujet, clé de l'économie, surtout dans ses temps de crise.

Les entreprises familiales, c'est à dire des éléments clé de la production où se détache une qualité non négligeable.

L’absence des actionnaires qui sont ceux qui veulent des bénéfices à trop court terme

La RD alors se fait sur une optique à long terme et du coup la croissance et la pérennité des entreprises est assurée.

D'après le professeur Alain Bloch HEC, les entreprises familiales supportent mieux la crise ; monsieur Hervé Le Lous confirme que ces entreprises n'ont pas la préssion du crédit et des actionnaires.

Encore un symptôme claire de l'agonie du capitalisme
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les origines des dissidents

Message  Cogito ergo sum le Dim 3 Juin - 13:46

Deux sujets:
1-) Développement de l'extrémisme religieux 
2-) Le capitalisme crée le terrorisme 


1-) Pour quoi l'islam radical

Depuis presque un siècle la religion aura jouée un rôle prépondérant, un rempart contre l'éveille, dès la plus tendre enfance; les peuples ont été tenus à l'écart de toute réflexion, avec la religion, au point que certains caractéristiques se sont développé, en particulier une radicalisation, très encrée là où il fallait extraire le pétrole, le fanatisme aurait eut raison de la conscience populaire

Drôle de manière de maitriser des peuples que n'ont ainsi pas évolué de tout et au contraire; par fanatisme se sont renfermés, dans des pratiques vingt siècles en arrière.

Le citoyen lambda de nous jours aura tendance a critiquer sans regarder le pour quoi du retard de certains peuples

2-) Création des terroristes

Histoire

Lorsque une société est injuste et que les inégalités grandissaient surgie de fait des sentiments animosités qui font le lit d'autres formes plus agressives de demostration de désaccord 

Opposition 

Les pays le plus modernes et termes de démocratie autorisent des niveaux d'expression divers donc le suffrage canalise certains niveaux d'animosité 

Ce n'est pas toujours le cas; certains petites républiques ou plutôt des néo-colonies et ou protectorats sciemment déguisés en Nations; montrent atravers une observation pluridisciplinaire à long terme. Que l'injustice est telle que la voie du suffrage ne souffit à calmer la colère 

Extrémisme et subversion

Quand la démocratie ne capte pas les tensions par cause de niveau d'injustice trop élevée alors naissaient des groupes terroristes, c'est une logique que les grands nations du conseil de sécurité de l'ONU connaissent et méprisent par cupidité    
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Causes et conséquences de la fin d'un empire

Message  Cogito ergo sum le Lun 4 Juin - 1:11

Doutes et certitudes ou la cause de l'agonie d'un empire

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone

Deux mondes ou dimensions opposées, évoluent dans un monde où le système se laisse imposer par lobby et pression ; des règles iniques, absurdes et dangereuses pour la pérennité de la vie en société.

Je viens d'observer avec attention à la télévision trois personnes : Christian Poyau, Natacha Valla et Guillaume Dard, dignes représentants d'une caste qui devienne officielle avec les travaux de Keynes en 1944, (GATT) puis une caste devenue maîtres du monde avec la carte blanche offerte par Margaret Thatcher dans les années quatre-vingt.

La valeur ajouté

Allons droit au but, car de nous jours certains, diplômés ne disposent pas du temps pour les sujets périphériques.

La société moderne tourne mal parce qu'il y a trop d’intermédiaires entre la production réelle et tangible des biens de consommation et la consommation.

Ces intermédiaires, vivent de la différence entre le prix de production et le prix à consommateur final.

Cette différence du prix n'a pas des vraies justifications majeures, mais représente une valeur qui arrive à 80 % du coût moyen

Il est éthique logique et nécessaire la présence d'intermédiaires, mais ce qui n'est pas logique est l’enchérissement du coût final des produits au-delà de 40 % du prix global.

Car dans un procès d'élaboration, les moyens mise en place pour créer un produit, représentant un coût plus important que les moyens mise en place pour les intermédiaires.

Tant que les politiques, n'aurons pas compris cet erreur !

La société ne peut pas retrouver un semblant d'équilibre ou harmonie sociale
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

CRISE ET CROISSANCE

Message  Cogito ergo sum le Jeu 7 Juin - 14:20

Crise et croissance

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez


Sans les diagnostics assertée c'est-à-dire ajusté au plus près à la réalité sur le phénomène de la crise; il est impossible de mettre en place un procès de croissance pérenne.

Le diagnostic

les causes de la crise, prennent leur source dans les pratiques du système capitaliste ; où la rentabilité est très recherchée, sur des marchés devenus de plus en plus complexes, irrationnels.

Il est impossible à voir de la rentabilité là où ne se produit pas des la valeur ajoutée.
Une entreprise bien gérée dégage au maximum 8 % de rentabilité par an.

Les investisseurs dans des groupes multinationaux obtiennent entrer 15 et 30 % minimum par an.

Le monde marche sur la tête, par les caprices de la cupidité avec la complicité des politiques
Il faut rester catégorique, sévère, vis-à-vis des formes de rentabilités dopées par des pratiques trompeuses d'abord de la confiance et surtout des formes de production, où les rôle social des distributions de la richesse par le salaire et la fiscalité rendent le monde juste ou équitable:

Non moins de 75% des recettes de la France viennent de la fiscalité sur le travail.

Les crises financières, ne sont pas causées par l'univers du travail mais par la nébuleuse des finances!

C'est la manipulation des devises du capital obtenu de la production matérielle qu'à la manière d'un gouffre, soustrait des marges supérieures à la logique ; se crée alors une tension, une méfiance et la principale conséquence est le chômage.

Des taux de chômage au-delà des 6 % ne peuvent pas être supportés par aucune société, hors dans des pays développés la protection sociale est prise à la gorge par des taux de chômage qui dépassent 10 %.

Les boucs émissaires

les systèmes créés le problèmes par la paupérisation, car le plus gros de la protection sociale et supportée par les salaires et sans emploi il est facile de stigmatiser une partie de la population : la moins formée, la moins de rémunérer, la plus exposée, la cible idéale.
Pour les pays développés, la cible idéale est composée des groupes ethniques minoritaires, des immigrés, des gens de couleur. D'autres facteurs tels que la religion vont venir envenimer autant et les racismes et tous les formes de xénophobie.

Les rideaux de fumée

les procès des stigmatisations est en soi un rideau de fumée, la volonté de braquer les projecteurs médiatiques sur des phénomènes qui si bien peuvent représenter des problèmes, il serraient mineurs, moindres vis-à-vis des sources de la crise financière, pendant ce temps-là les futures de troubles coulent des jours paisibles à l'abri de la misère créée.


Dernière édition par Nestor Ramirez le Jeu 7 Juin - 14:50, édité 2 fois (Raison : Jean-Marc Ayrault, Christine Taubira, Nicolas Doze, BFM, PUBLIC SENAT, CRISE, CROISSANCE)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

face à face et idéologie

Message  Cogito ergo sum le Ven 8 Juin - 17:19

Un internaute écrit ceci:

..."Et moi j'ai la certitude de votre propagande socialiste, j'ai la certitude que vous etes montagnard j'ai la certitude que votre cinema sur le forum, vous depeignant comme un petit emmigrant pauvre de colombie n'est que du vent.

RÉPONSE:

Idéologies

Les idéologies qui dominent le monde sont deux l'altruisme et le malthusianisme, au fond, bien qu'en fonction des intentions de prosélytisme leur nom puisent se nuancer.

Un malthusien se reconnais, parce qu'il prône une politique de chacun pour soi. une politique de libéralisation de toute contrainte pour ainsi mieux exploiter les plus faibles.

Un altruiste conçoit la société avec des forts et des faibles, donc avec le besoin de protéger les faibles de l’appétit des plus forts. Raison pour laquelle l'altruisme et l'humanisme sont pour la réglementation, la législation

Qui est gramophone? tapez sur un moteur de recherche type google NESTOR ELIAS RAMIREZ JIMENEZ et vous le saurait sans peine. Sauf si par incapacité et ignorance vous voulez rester avec vos opinion obsolètes et absurdes.


J'ai la certitude que le Front populaire se fichait pas mal du bonheur des petites entrprises et des francais, comme d'ailleurs de leurs freres espagnols, j'ai la certitude qu'aucun pays sociaiste n'a apporte le bien etre a ses citoyens.

Réponse:

Les leaders politiques, sont par la plus part des gens issus des familles ayant pu offrir un niveau d'éducation universitaire, C'est absurde de nous jours voir impossible trouver un ministre, au pire un président issu de la classe ouvrière. Mais parmi des bourgeois il y a contrairement à l'opinion de certains des altruistes et des humanistes.

Qui auraient tout fait à travers le temps, pour réduire la pénibilité, réduire le temps de travail (passer de 7/7 et 12/24 à 35 heures par semaine, passer de l'esclavage au salaire, ajouter du temps de loisir, des vacances) C'est des acquis sociaux, que pour un malthusien reste chose désagréable!

j'ai la certitude que par contre le capitalisme apporte le bien etre aux peuples.


RÉPONSE:

Le capitalisme, ou malthusianisme seul cherche le profit à tout prix, gagner un maximum d'argent avec un minimum de dépenses, c'est la règle clé du capitalisme. La protection sociale pour les malthusiens c'est une tare, c'est appelait de l'assistanat, et les gens qui touchent la protection sociale des assistés et des fraudeurs!


Que depuis la fin de la guerre de 40 les peuples ont gagne en vie meilleure grace au capitalisme.

RÉPONSE:

Si le malthusianisme à concédé du terrain, cela est du fondamentalement au travail du syndicalisme et de la gauche au parlement. Dans touts les pays modernes, sans le moindre doute! Soyez intellectuellement honnête avec vous même


J'ai la certitude que la crise des subprimes a ete cree par des socio democrates du Congres US, que les banques mondiales voyant la belle affaire avec des actions garanties par le gouvernement US, en ont rempli leurs coffres,ce qui a permis de continuer la magouille depuis si longtemps j'ai la certitude que l'actuel gov. US a donne des millions aux banques europeennes qui avaient ete trop *greedy*, et ces millions faisaient partie du stimulus vote pour la creation d'emplois en Amerique (infrastructures a retrofiter)

La crise est le fruit de la déréglementation de la législation bancaire, une enieme fois vous devez regarder un document vidéo que se trouve dans la première page de ce blog:

http://www.dailymotion.com/video/xazgpq_let-s-make-money-part6_news?fbc=521



Pour terminer, j'ai la certitude que le socialistes, a travers les unions du corps enseignant, endoctrinent nos enfants, en creant le politiquement correct qui oblige le monde a croire toutes les inepties qu'ils repandent.

RÉPONSE:

Des niveaux de cupidité tel que le votre, sont rares, à croire que vous n'avais jamais ouvert un libre sur économie politique, sur sociologie, à croire que vous n'avais jamais eut envie de savoir la vérité:

Prenez le temps de vous instruire, le "discours de la servitude volontaire" est un début, lien pour le trouver et c'est gratuit:

http://classiques.uqac.ca/classiques/la_boetie_etienne_de/discours_de_la_servitude/discours_servitude.html

J'ai egalement la certitude que vos semblables, sont prets a vendre leur pays.

RÉPONSE:

Jamais j'ai trouvais autant des contrevérités, des idées aussi obtuses dans un message!

Inutile de me repondre, je connais vos pensees, vous nous les exposez depuis assez longtemps sous vos divers pseudos.
je ne vous salue pas.

Idroj Anthoni (Thats my name)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Lettre ouverte au Minstire d'Economie et des Finances

Message  Cogito ergo sum le Dim 1 Juil - 17:36

Construction européenne

Lettre ouverte à monsieur Pierre MOSCOVICI le ministre d'économie et des finances de France

la construction européenne et les fruits d'un travail conjoint et de la volonté de plusieurs présidents des différents pays en Europe.

Histoire

l'histoire nous rappelle des luttes cinglantes entre des pays frères tout au long des siècles, si l'Europe existe aujourd'hui sont but fondamental et la contribution au maintien de la paix.
La paix des peuples et les fruits qui s'obtienne fondamentalement avec l'harmonie sociale.
Mon but est loin de vouloir me substituer au travail des historiens, une encyclopédie est à la portée de tous, cela étant nous devons rappeler quelques faits marquants.

Production

du point de vue étymologique produire implique des manière inéluctable la transformation de la matière ; et spéculer traduit de manière implicite l'absence d'éthique l'absence de justice.
La géographie a des répercussions sur les formes de production, une fois de plus mon but est loin de la pédanterie absurde de donner des cours d'économie. Le temps m'impose la concision :

un regard de plusieurs siècles en arrière nous permettra d'identifier sans difficulté le comportement commercial des pays, ici nous intéresse particulièrement les Royaume-Uni, une île où il est indispensable de s'adapter à ses ressources, où les conditions géographiques poussent lors intellectuelles à trouver des formes de développement très vite axé sur le commerce.

Les commerces de matières, comme le souligne Platon déjà quatre siècles avant notre ère, dans chaque métier le développement des compétences emmènent à la spécialisations, ses compétences vont accroître notre potentiel, en matière de concurrence financière le Royaume-Uni dépasse de très loin l'intelligence d'autres pays au monde.

Le commerce de l'argent,
supplante très vite le commerce de matières, les nombreuses contraintes disparaissent, stockage, date de péremption sont supplantées par la gestion des milliards de milliards de livres, pas étonnant qu'en échange la monnaie anglaise dépasse de loin les autres monnaient.

En 1944 les pays signataires du programme de Keynes et White, on était abusé de manière magistrale

Je doute que M. Keynes ignorait à la date; que les règles et conditions qu'il obligé signer à ses partenaires exonéraient largement l'économie anglaise puisque tous ces règles concernaient fondamentalement le commerce des marchandises.

Tout l'acheminement législative depuis, doit être inscrit dans mon dossier qui plaide à l'encontre d'une supercherie très nuisible à l’encontre de l'humanité, je pesse avec solennité la portée de mes accusations.

Par la suite M. Keynes trouve dans la personne et Margareth Thatcher la continuité indispensable à l'Angleterre pour préserver son règne sur l'économie mondiale; à quel prix s'il vous plaît?

Le commerce monétaire internationale affaiblie fondamentalement les nations ayant signé tous les traités depuis 1944, sauf les pays et les paradis fiscaux spécialisés dans les marchés financiers.

Je suis étonné que les intellectuels, de France comme d'ailleurs, cherchent encore à suivre un modèle si néfaste pour la pérennité de l'harmonie de l'humanité.

Avec toute mon admiration et mes respect à vous monsieur le ministre

Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone

Fait à Monteria, département de Cordoba en Colombie
Le Dimanche 1 juillet de l'an 2012

avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

à MEHDY MIKKICHE du groupe UMP

Message  Cogito ergo sum le Lun 27 Aoû - 14:15

Sans doute que je ne sais pas m'exprimer en langue française, ayant arrivé à Roissy Charles De Gaule en novembre 1988 sans parler un mot de français ?

Sans doute que beaucoup de lecteurs jusqu'aujourd'hui, auraient détesté ma manière, et même auraient jamais compris rien à ce que je tente de SI MAL exprimer en langue française.

Sans doute donc des gens d'idéologies contraires, et même des gens qui se disent SANS idéologie, voir des gens de ma propre idéologie, mais qui curieusement maîtrisent à la perfection en tout cas les difficultés de la langue de Molière ; n'arriveront JAMAIS à comprendre mes idées !

Moi aussi j'aime rigoler et cette réponse est faite toute en prenant un grand plaisir! nous les béotiens, nous aimons aussi plaisanter, rire, de tant des manières? voilà la mienne

Voilà qu'un sot habitué à faire le pitre, d'après les médias, traite une partie de la population à connotation immigré de vermine !

Mais en plus monsieur Mehdy Mikkiche cherche à corriger en affirmant JE NE SUIS PAS RACISTE ?

Sauf qu'il est formaté, alors, conscienment ou pas ? Puisque dans le camp UMP Brice HORTEFEUX en tête la plus part des membres notoires auraient pour manière de rire, les petites phrases, chose qui dans le fond est une tactique qui cherche à banaliser comme dans les années après la crise de 1929 la haine raciale !

Monsieur Mehdy Mikkiche ; je suis un simple immigré éboueur de métier, donc fêtez vous déjà l'image d'un noir  du Sénégal, en poste à la ville de Paris ou ailleurs depuis plus de 20 ans !

Rien a voir en culture et intelligence avec des NOBLES, des bourgeois, pour vous dire !

Bien entre vous et moi ? Vraisemblablement en QI vous n'aurait rien a craindre ; vous pouvez donc affronter l'immigré que je suis et me donner des leçons de culture ?

D'autant plus que je ne sais même pas m'exprimer dans votre langue !

Mais il se peut ; « une utopie » je vous rassure ! Qu'un jours les immigrés, les classes populaires arrivaient à laisser cette tendance INDIVIDUALISTE INDUITE par le système ?

Oui ignorant, ignare, illettré il m'arrive de me poser des questions !

Vous monsieur Mehdy Mikkiche avait comment l'ensemble de la bourgeoisie, la chance que les ouvriers induits en ignorance par le système n'aurons jamais envie de savoir certains choses  tel que le contenu du « Discours de la servitude volontaire (1) » , de regarder un document extraordinaire de justesse et vérité tel que « LET'S MAKE MONEY (2) » voyez vous ?

Certains sujets que j'aurai écris, moi petit grain dans le sable de l'ignorance, semblable a milliards de milliards d’indigents :

http://www.votrejournal.net/Oui-je-sais-je-suis-un-naif_a486.html

(1)

http://classiques.uqac.ca/classiques/la_boetie_etienne_de/discours_de_la_servitude/discours_servitude.html

(2)

http://www.dailymotion.com/video/xazgpq_let-s-make-money-part6_news?search_algo=2
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sur le coup de pouce au SMIG

Message  Cogito ergo sum le Mar 28 Aoû - 19:15

Le salaire minimum et sont augmentation

Sorry everyone because I don't speak very well in French in from of Colombia

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
Joigny mardi 28 août 2012


J' entendu un commentateur spécialisé parler des nuisances de la hausse du salaire minimum, en faisant référence au coup de pouce donné par le gouvernement Ayrault.

Parmi les imperfections de toutes les formes de marché, le marché de la main d’œuvre, n’échappe pas à la règle, monsieur Nicolas Doze.

La production à la tache est abandonnée, sans doute pour des raisons importantes, oui il y a des spécialistes en économie qui s'opposent avec véhémence à l'augmentation du salaire.
Cela dit nous ne pouvons pas oublier un éminent spécialiste de l'histoire économique de l'université de Stanford, je parle de monsieur Gavin Wright. Puis n'oublions un thème très néglige par les économistes, et figurant dans le code du travail, là je parle des articles L2232-3, L2141-5 et L 2261-22, oui l'évolution de carrière car il est récurrent trouver de nous jours dans les entreprises des gens avec 20 ans voir 30 ans et plus d'ancienneté sans jamais avoir évolué.

Quel pitoyable manière de motiver les travailleurs!

Embaucher des gens qui prendraient des semaines, voir des mois avant d'être opérationnels, tout en laissant de coté des gens qu'avec un minimum de formation pourraient évoluer!

Créant un climat de motivation qui va se répercuter positivement dans la productivité et l’ambiance au travail
.


Parler d'augmentation de salaire minimum, d'augmentation de revenu, ne dois pas se réduire à des faits ponctuels mais être vu depuis un angle beaucoup plus large.

Voir sujet sur évolution de carrière  au lien :

http://actualite.forumpro.fr/t120-evolution-de-carriere#880


Dernière édition par Nestor Ramirez le Mer 29 Aoû - 0:12, édité 3 fois (Raison : évolution de carrière, augmentation de salaire, Nicolas Doze, Parti Socialste)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

évolution et société

Message  Cogito ergo sum le Mar 4 Sep - 15:54

évolution


Préambule

Maintenant que dans ma tête foisonnent un tas d'expression, je doigt avant tout reconnaître une volonté maladive, bien plus qu'une doute, une angoisse, un caprice.

Me viennent à l'esprit tant de tentatives, le mot espoir, comme beaucoup des gens, chacun fait le choix d'un chemin, mais quel qu’il soit il mène vers le même refuge.

Aujourd'hui, à l'automne de ma vie j'ai l'intime conviction que quel qu'il soit ce chemin: spirituel, religieux, laïque le refuge sera identique.



Pédagogie.


Je suis aussi convaincu que les intellectuels, ainsi que l'ensemble de gens qui pour des raisons diverses font parti intégrante d'une bourgeoisie hégémonique, font semblant tout simplement, de ne pas comprendre.

Si j'utilise un langage vulgaire?

Dans toute forme de travail, avec le temps, avec l'évolution technologique s'opère une augmentation de l'efficience, du rendement.

Le monde des finances, ne peut pas être une exception, supporté par l'évolution informatique, par l'absence d'éthique, par l'absence de morale, et la complicité des hommes politiques, arrive de nos jours à dominer la terre ; aucune nation est en mesure de nos jours, d'établir une politique de développement, de croissance à long terme, une politique structurelle.

D'autant plus que la nébuleuse des finances, et devenu un monstre, un aliène, imperceptible vis-à-vis de la fiscalité.

La TVA représente pour la France presque la moitié des ces recettes, avec l'impôt sur les salaires c'est son trois-quarts des recettes alors que la nébuleuse de finances associées aux assurances n'apportent pas à l'État un cinquième des ces recettes.

Et c'est eux les puissants? Arrêtez de me faire rire!

Les corps intermédiaires, n’aillons pas port de mots, les responsables syndicaux, autant que les hommes politiques, connaissent parfaitement la situation.

Par contre, les classes populaires, les travailleurs, c'est-à-dire, ceux qui génèrent le plus gros de la richesse ; par "indifférence induite" des gens comme vous et moi, font des efforts incompressibles pour se tenir à l'écart d'un sujet de la plus haute importance puisque nous parlons de l'avenir de la société sans limitation des frontières, des langues, religions, de couleur politique, nous parlons du futur de l'humanité.

Critiques constructives

chaque béotien aurait pu écrire le même texte, les mêmes propos, mais je crois que l'heure des constats est de loin dépassé, nous sommes dans l'obligation, d'établir un diagnostic, sans le moindre marge d'erreur; mais en plus il faut des solutions viables et avant tout justes.

Il serait inutile de parler des solutions pour une nation ou pour une région, nous serions alors dans le terrain du prosélytisme plus clairement du baratin, mensonge, une grossière erreur vis-à-vis des enjeux.

C'est après la lecture du discours de la servitude volontaire, écrit par Étienne de la Boétie que j'ai compris la magnitude de la tâche. L'individualisme induit reste un procès qui progresse tout en réduisant la capacité de discernement tel qu'elle figure dans "Le discours de la méthode". Bien que je ne soit pas issu des prestigieuses universités mais plutôt un illettré, puisque je sais pas écrire en français je me suis permis de lire Antoine Peillon, Pier Péan et aussi Edouard Tétreau, sans oublier Stiglitz ou "La République de Platon" avant de vouloir m'exprimer.

Performances.

Certains lois de la physique tel que la lutte des contraires peuvent être ( pour pédagogie prénom animant) appliquées à la société pour permettre de comprendre que le développement de l'univers des finances a pour résultat l'affaiblissement d'un univers contraire, cet univers est l'État. C'est quoi un monde sans état?

Les système capitaliste dans sa course à la concentration de richesses tente de supprimer un autre pouvoir et ce pouvoir est l'ensemble des lois, l'arsenal législatif, l'arsenal fiscal, le service publique, (la gestions des énergies, de la communication, du développement ne sont plus alors des services publiques mais des sources d'enrichissement privé)

Bien évidemment l'affaiblissement de l'État aura au but l'anéantissement du système capitaliste, c'est un procès en cours; la disparition des règles signifie l'anarchie.

Comment tous les empires, l'empire capitaliste vie à l'échelle du temps de la terre ces derniers moments et par la cupidité de certains par leur excès de vanité; s’opère une accélération du procès dans lesquels périclitent des millions de victimes humaines avec l'empire. De toute évidence dans un sacrifice grotesque et inutile si nous tenons compte de l'évolution des sciences.

Si vous avait pris le temps de lire ce-ci, si vous trouvez pertinent alors je vous invite très humblement à le commenter et le partager, Seul les classes populaires, peuvent dans une union renverser un procès qui dans le cas contraire, signifie le plus grossière erreur de l'humanité.

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit Gramophone
Joigny mardi 4 septembre 2012
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

a Mario Draghi président de la BCE

Message  Cogito ergo sum le Jeu 6 Sep - 14:35

économie politique

Réponse de un beotien à Mario Draghi et sa conférence en tant que Président de la Banque Centrale Européenne

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone


Je regrette exprimer mon insatisfaction et mon grand étonnement face au traitement médiatique de la crise.

Toutes les mesures prises jusqu'aujourd'hui n'ont pas pour but solutionner la crise; mais simplement satisfaire la boulimie de capital de la nébuleuse des finances.

Les nations n'ont plus le pouvoir dans un procès démarré avec Keynes en 1944

c'est à partir du traité de bryton wood que john maynard keynes en 1944 depoussière l'idéologie de thomas malthus. Par la suite autant margaret thatcher que les gouvernements successifs du royaume ont imposé au monde entier le libéralisme débridé.

Une des étapes clé de ce processus est la privatisation des entreprises. Le meilleur moyen d'acquérir la faiblesse des nations.


Dernière édition par Nestor Ramirez le Jeu 6 Sep - 14:50, édité 4 fois (Raison : Mario Draghi. Francois Hollande, Économie politique, France)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voyons les choses en face

Message  Cogito ergo sum le Jeu 6 Sep - 16:51

Économie politique

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit GRAMOPHONE
Jeudi 6 septembre 2012


je viens d'écouter l'intervention du président de la Banque Centrale Européenne, monsieur Mario DRAGHI, ce ne sont pas de solution mais une sorte de palliatif à l'effet placebo.

De toute évidence l'effet médiatique contribue à cette sorte de mimétisme dans lequel l'information est travestie, le commun des mortels peut comprendre si nous cherchons à dépouiller l'information d'un lexique mnémotechnique.

À qui la faute.

La gestion politique a été infiltrée par l'univers des finances, il serrait ridicule faire omission des enseignements du grain Platon dans son livre intitulé "La république", il insiste puisque quatre siècles déjà avant la naissance de Jésus-Christ, le philosophe grec nous mettait en garde vis-à-vis des marchands

" jamais un marchand doit participer à la gestion des affaires de la cité"

Les conflits d'intérêts infléchis toute forment de législation en faveur de infiltrés.

Un coups magistral

en 1944 Keynes installe les prémices du néolibéralisme, mais en effet il dépoussière l'idéologie de Thomas Malthus ; de manière hallucinante le reste du monde adopte une politique spécifique a une île.

Depuis les gouvernements successifs du Royaume-Uni ont juste fait évoluer les perfectionnements de cette néfaste idéologie.

Quel homme Intelligent peut concevoir tout d'abord une concurrence loyale entre des pays producteurs de matières premières, des pays agricoles et des pays spécialisés dans la production à haute valeur ajoutée? (GATT, OMC & FMI)

Hélas aujourd'hui encore il existe dans le monde des personnes qui semblent ignorer cette réalité. M. Keynes savait à l'avance que les pays pauvres seraient perdants en un premier temps.
M. Keynes ne pouvait pas ignorer la loi mécanique du perfectionnement, les Royaume-Uni évolue fondamentalement dans un procès de désindustrialisation où est supprimait la meilleure manière de redistribution du fruit du travail c'est-à-dire la rémunération (salaire) du travail dans la transformation des matières, SEULE VRAIE SOURCE DE RICHESSES et tous les formes de production annexes indispensables, services publics, éducation, santé, etc.

M. Keynes savait à l'avance qu'une course à la désindustrialisation allait dégénérer dans un procès imposé où seul une minorité (moins de 5 % des gens) aujourd'hui engrange plus de 90 % de la richesse du monde.

Un tour de passe-passe

les hommes politiques et les syndicats sont les premiers responsables, puisqu'ils ont validés un procès dans lesquels il fallait d'abord affaiblir le pouvoir des nations.
Certains entreprises stratégique, spécialisés dans les services publics les télécommunications, les chemins de fer, les énergies, la recherche font parti d'un lot clé, hélas nous devons avouer le rôle des syndicats, si toutefois ceux-ci auraient omis d'analyser le danger du manque et la rentabilité pour garantir la pérennité.

C'est là dit, une entreprise de services publics n'a pas pour but principal la rentabilité. Nous avons deux exemples, la santé et l'éducation.

L'état-nation est affaibli volontairement lors du procès de privatisation, curieusement en passant dans le giron du privé le mouvement syndical est affaibli et progressivement les entreprises deviennent rentables.

J'ai l'intime conviction que les procès avait prévu certains détails à fin d'obtenir un avis favorable de la population, d'une pierre deux coups!

En conclusion

aujourd'hui les nations affaiblies par le manque de recettes deviennent les gibiers d'un système de crédit qui me semble été bien le but de John Mainard Keynes en 1944, nous sommes dans un procès monsieur dames, qu'il faut changer, et Monsieur Mario Draghi est la voix non pas du peuple mais un envoyé de la nébuleuse des finances!
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

30 milliards d'euros d'effort

Message  Cogito ergo sum le Lun 10 Sep - 6:40

Trente milliards

write in French and English

L'objectif fondamental reste la justice sociale, bien que l'opposition veuille se montrer tant à droite comme aux extrêmes, critique sur des détails.

The fundamental objective is social justice, surely the opposition will want to be very critical, indiscriminate how far right to extreme

Dix milliards d'économie à niveau des dépenses du gouvernement
Dix milliards d'impôt sur les entreprises (le plus grandes de préférence seraient imposées)
Dix milliards d'impôt sur les foyers fiscaux (les plus riches de préférence seraient imposés)

10 000 000 000 € reduction of state spending
10 000 000 000 € taxes on the more richest companies
10 000 000 000 € taxes on the more richest families



Nulle doute que les acolytes de la bourgeoisie, donc des journalistes vont s’évertuer a dénigrer de mesures sans doute plus équitables que le transfert prévu par la droite de réduire les prélèvements sur les entreprises tout en augmentant la TVA. Sans oublier le passage du plafond pour l'ISF de 780 mille euros à 1 million 300 mille euros lors des modifications fiscales du gouvernement de droite qu'à précédé le 6 mai 2012, sans oublier que sur le coût de plus de 12 milliards d'euros d'exonération des heures supplémentaires seul 3 milliards reviennent aux travailleurs, pour une période de taux de chômage frôlant le 10%?

No doubt that the acolytes of the bourgeoisie, mainly journalists accomplices of the bourgeoisie, they will strive to denigrate this policy fair if we compare with the Government SARKOZY?



Le redressement de la France en tant qu'objectif, l'analyse impartial ne peut pas être plus équitable, puisque la somme de 30 milliards d'économie pour 2013, est partagé d'une manière, la plus juste possible.

The intention of correcting the economic policy of France, if we look impartially it is very severe but fair

Il faut voir de l'extérieur, sans le moindre a priori, sans la moindre œillère idéologique puisque la division par trois des front d'économie ne peu que étendre toute tentative de critique, sauf celle des sectaires et anarchistes. En tout cas, des mots tel qu'équité et justice, resteraient très attachés aux objectifs de la ligne directive du discours, reste de toute évidence à voir les résultats. Car ce sont en soit, que les résultats qui comptent.

Là par contre, le temps, de deux ans me semble personnellement court car les conditions économiques de crise imposent tout sauf l'austérité. Cela étant, pour des raisons idéologiques, le crédit est pour moi, une sortie dangereuse, vivre au-dessus de ses moyens, n'a jamais été bien.

Par contre, il faut d'autres moyens pour réussir, hélas ses moyens, sont exogènes à toute volonté « nationale » de redressement économique.

Une autre erreur en matière économique, à la taille de l'Europe, qui est celui commit par les néo-libéraux, qui veulent imposer une monnaie, une banque centrale européenne, alors que, la gestion budgétaire, la politique des dépenses est laissée en mains des nations.

C'est un non sens absurde, qui a pour conséquence la mutualisation, ou traitement communistes des pertes, et le traitement capitaliste des avantages, dit de manière vulgaire, les banques gagnent sur touts les tableaux, puisque le contribuable est mise à contribution pour couvrir les erreurs de gestion. D'où la tendance de la nébuleuse des finances d'en profiter, face à des contribuables individualistes & indifférents ; exemple1400 milliards d'euros transférés en moins de six mois de la BCE aux banques !

La conclusion est que les politiques « locales, nationales » restent bien qu'équitables, dans la continuité d'une politique européenne de loin favorable aux sangsues de la finance. De toutes manières, sans modification de la législation fiscale, législation bancaire, législation sur l'emploi, dans un but de harmonisation à niveau mondiale, avouent-le une utopie pour les néo-libéraux ; aucune politique à niveau des nations, est en mesure de faire infléchir le cour de l'histoire de l'humanité.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

La France et sont avenir

Message  Cogito ergo sum le Lun 10 Sep - 14:47

Je regarde l'analyse de la télévision espagnole tve

IN French and Spanish

Miro el análisis de comentadores de tve de España


Les doutes des analystes persistent sur la volonté du gouvernement d'évader le montant nécessaire pour sauvegarder le système bancaire espagnol.

Las dudas de los comentadores persisten en cuanto a la voluntad del gobierno español a evitar abordar las cifras necesarias para salvar el sistema bancario español.

La politique française vu par les commentateurs espagnol ne solutionne pas les besoins de croissance au contraire; la fuite des fortunes est aussi souligne en parlant du cadre de LVMH; cette position des plus fortunés est leur réponse à la volonté du gouvernement d'imposer à hauteur de 75% les revenus de plus de 1 million de Euros.

La política francesa visto por los comentaristas de tve por su severidad va frenar aún más el crecimiento; la fuga de capital es subrayada hablando de Bernardo Arneault de LVMH; cuarta fortuna en Europa, es una respuesta de la burguesía a la política fiscal del gobierno francés que aumenta a 75% los impuestos de aquellos que ganan más de 1 millón de Euros por año

Personnellement je rappel que l'évasion fiscale est une maladie chronique des économies des nations, les 30 Md€ ou encore les 20Mdr€ nécessaire au budget face à 50 Md€ dénoncé par un rapport du ministère des finances de juillet 2012.

Personalmente recuerdo que la evasión fiscal es una enfermedad crónica de la economía de las naciones; los 30 millares de € aún más los 20 millares aportados por las empresas y las familias son inferiores a los 50 millares de € que denuncian como evasión en un reporte del ministerio de finanzas del mes de Julio 2012

Nous ne pouvons pas oublier le livre de Antoine Peillon où vraisemblablement ce sont plus de 219 Mdr€ qu''échappent à la fiscalité chaque année en France!

No podemos olvidar el libro de Antoine Peillon donde aparece según analices de especialistas que no menos de 219 Millares de euros escapan al fisco cada año en Francia!



por el libro de Antoine Peillon : ISBN 978.02.108122.0 Editor SEUIL
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'université d'été du MEDEF

Message  Cogito ergo sum le Mar 11 Sep - 13:36

L'université du MEDEF

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
mardi 11 septembre 2012

"Si tu veux être fort vis à vis des opposants, il faut les connaître mieux que à toi même, seul ainsi tu connaîtra des deux cotés les faiblesses et aussi les points forts, pour mieux faire face"

l'union fait la force, est une phrase utilisé lors du rassemblement, des patrons, avec présence des personnalités politiques tel que Gerhard Schröder, Romano Prodi et Emma Bonino

Monsieur Schröder : affirme que lors des réunions des ministres des différents pays, des décisions sont prise mais soit ses décisions sont trop retardées soit elle ne sont pas appliqué dans touts les pays.

Monsieur Romano Prodi : rappelle qu'il été trente ans, professeurs d'économie industrielle. Du fait il met en garde sur la désindustrialisation trop rapide, avec suppression vertigineuse d'emplois, il rappelle la volonté de réduire le pouvoir d'achat des classes populaires, et l'atteinte contradictoire, de relancer l'économie par la consommation.

Emma Bonino : Parle du besoin du fédéralisme, pour que l'Europe puise évoluer, avec l'obstacle des nations, qui veulent conserver leur autonomie. Le frein majeur à la croissance européenne.

Il s'impose un conclusion courte pour ne pas asséner le lecteur de discours longs

Les nationalismes, ou mieux les craintes des hommes politiques nationaux de perdre leur place, est un obstacle à la convergence entre politique monétaire « globale européenne » et « politique budgétaire » qui reste avec ostracisme hors coordination. En conséquence l'Europe perd à l'international des parts de marché, qui sont la cause du ralentissement de la croissance.

Les patrons et les ouvriers sont dans le même bateau, si nous prenons un graphique, source OCDE de l'évolution de plusieurs pays, en PIB pour la période de la crise, nous constatons que certains pays, à la législation TRÈS libéral, comment l'Irlande, le Royaume Uni, ou des pays au coût du travail bien moindre tels que le Portugal, l'Italie, la Grèce, ou encore l'Espagne, s'en sortent beaucoup moins bien que des pays au niveau de salaire élevé tel que l'Allemagne ou la France avec des législations et fiscalités plus onéreuses

Le sujet tabou

Les pays nordiques, disposent d'une gestion, où la concertation entre partenaires, (patrons et ouvriers à travers leurs représentants) reste très encrée dans leurs meurs et apporte, vu leur balance commerciale des bien meilleurs résultats, au but nous le constatons par la santé de leur économie. Autant dire que le coût de main d'œuvre semble un facteur secondaire

Puisque la principale raison de la suprématie allemande dans le monde prend ses racines dans des facteurs tel:

1° la qualité de leurs production,

2° l’entraide entre les grandes et les petits entreprises ainsi que

3° la gestion conjointe entre région et entreprises dans la recherche et le développement

4° l'appel à des coût de main d’œuvre moindre des pays limitrophes


Maintenue par une politique à contre pieds des pays comment la France ou le Royaume Uni, lorsque ceux derniers auraient cherché à basculer très vite vers le tertiaire dans une désindustrialisation vertigineuse, destructrice d'emploi, et donc de réduction de la consommation, cause fondamental du ralentissement de leur croissance.

Sujet que votre serviteur aura déjà souligné de manière récurrente, comme monsieur Prodi a encore aussi dit dans son intervention. De qui je reprendrais volontiers, quant au destiné de l'Europe « nous sommes dans le même bateau » et d'ajouter, de sont argumentaire : « en 20 ans, le pouvoir d'achat des Italiens, à perdu 600 % vis à vis de l'Allemagne ».

Les accords


Monsieur Romano Prodi, a souligné aussi un détail clé ; malgré les tension entre la China, le Japon, La Coré, leur économies, leurs industrie, aura une vitesse de rétivité, de concertations qui font que les grands investisseurs prennent le risque d'apporter leur capital, alors qu'en Europe, les difficultés, les réticences sont un gros obstacle à la croissance.

Autres lien pour le sujet:


http://toulouse-philo.forumpro.fr/t164-intellectuels-complices-ou-innoncents#478

http://expressions-libres.forumdediscussions.com/t179p736-sociologie-et-actualite#17185




avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Jean-Pierre Raffarin rallie Jean François Copé

Message  Cogito ergo sum le Mer 12 Sep - 6:43

Humanisme et modernisme

Jean-Pierre Raffarin sur la chaîne Public Sénat le 11 septembre 2012 base sont soutien à Jean François Copé, sur deux concepts : le modernisme et l'humanisme.

Le modernisme

Nous pouvons, approfondir sur le modernisme ?

Monsieur le sénateur Raffarin le modernisme en tant que concept, reste très bague, le modernisme en politique par contre nous pouvons constater avec la crise économique mondiale, ce qui produit !

Le modernisme, est plus qu'une notion, c'est le modernisme, en tant qu'objectifs des hommes politiques, sénateurs, députés, et gouvernement, qui toute évaluation confondue, donne une paupérisation accélérée de la société.

C'est le modernisme monsieur Raffarin des technologies, qui par l'automatisation crée du chômage, tout en augmentant le volume de production.

Puisque je m'adresse à un honorable sénateur, et un intellectuel au sein du groupe de droite UMP.

Sans avoir sortie du HEC ou ENA, il est facile de comprendre que la réduction du nombre de travailleurs, affecte directement la consommation, à moins de pouvoir d'achat, moins de monnaie en circulation, moins des besoins de production, donc moins de créations de valeur ajouté. Donc moins des recettes (25 % des recettes de l'état viennent de l'impôt sur le revenu et plus de 49 % de la TVA alors que moins de 2 % des recettes annuelles de l'état viennent de la nébuleuse des finances et les assurances)

Aucune économie dans le monde se porte bien avec un taux de chômage supérieur à 5 %! C'est pas à vous monsieur le sénateur RAFFARIN que je vais donner des leçons d'économie politique.

Le modernisme en politique, je suppose que c'est le sens que vous donné à un des deux mots de la bannière de combat de votre soutient à Jean-François Copé, me semble pris en compte sans avoir réfléchi, car en vérité, la droite par philosophie, est conservatrice ; cela nous mène à dévoiler une fois de plus la volonté de manipuler les mots ; ici les mots ont pour rôle travestir la réalité.

Les idéologies conservatrices, appliquent des méthodes sans doute novatrices, mais dans le seul et unique but d'occulter tout risque de perdre la place hégémonique de la bourgeoisie. Rien de favorable pour la société, et les différentes crises économiques doivent servir au béotien, au citoyen lambda pour qualifier le mauvais travail politique d'une bourgeoisie que s'efforce en augmenter la rentabilité à tout prix.

Un exemple monsieur le sénateur RAFFARIN, vérifiable est l'agressivité de la législation des pays tel que l'Irlande ou le Royaume Uni, malgré quoi leur dette externe, leur bilan économique est aussi catastrophique que celle des pays avec de coût de main d’œuvre moitié moins que ceux de la France ou l'Allemagne. Les néo-libéraux font l'apologie de la déréglementation absurde du commerce international, dans le seul but d’accroître leurs gain.

La déréglementation


Depuis 1944 avec les accords de Bretton Woods démarre la course accéléré à la déréglementation, sous la volonté d'un éminent représentant du Royaume Uni, en la personne de John Maynard Keynes, qui arrive à vendre au monde que les pays pauvres en exportant des produits agricoles et matières premières, AVEC TRES BAS VALEUR AJOUTEE, seraient gagnants face à la production des pays à l'époque TRES INDUSTRIALISÉES et donc capables de produire et transformer les matières premières, avec des taux de valeur ajouté donc des margés de beaucoup plus intéressantes.

Oui monsieur RAFFARIN, c'est depuis cette notion de modernisme que les sociétés, se trouvent de plus en plus en difficultés, alors votre choix de devise est au fait néfaste pour l'avenir de la société.

Humanisme

Là encore vous tentez avec beaucoup de culot de déguiser encore le loup en mouton !

Mais qui peu avaler une si grosse mensonge, d'ailleurs j'ai pour habitude qualifier les néo-libéraux des néo-Malthusiens, car les dits conservateurs sont des personnes arrivistes, et vous monsieur le sénateur, et intellectuel, ne pouvait pas me faire croire que l'arrivisme rime avec l'humanisme !

Les nouvelles génération de riches, d'ailleurs, sont par la plus part des gens qu'auraient hérité leur fortune. Une partie de ces « nouveaux » riches, n'ont aucun respect pour les sciences et les technologies, aucun notion en adéquation avec des principes d'éthique et de moral indispensables pour la pérennité de l'humanité.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

tendance de l'emploi

Message  Cogito ergo sum le Mer 12 Sep - 21:57

le temps de travail

Arrêtons l'hypocrisie, la législation sur le travail est adaptée en permanence au desiderata de l'évolution de l'univers ou nébuleuse des finances:

Le contrat à dure indéterminée est remplacé par l'action concertée des sociétés de travail temporaire.

Le système économique aura perdu dans les pays comme USA, Canada, Angleterre, Allemagne, France, une capacité logique de prévision en production industrielle; forme d'ailleurs la mieux adapté si non pas le principale à créer de la valeur ajouté, tout en garantissant sous forme de salaire la plus efficace manière de redistribution de la richesse

Car le tertiaire est la forme la plus destructrice d'emploi et donc la plus nuisible à l'harmonie sociale.

Le monde obscure des finances accélère vertigineusrment la mort du système capitaliste. le procès est en route et ce n'est pas manqué de ma part d'avoir fait sonner l'alarme; sauf que la cupidité d'une large parti des bourgeois l'amporte sur la raison

La législation sur l'emploi est rendu précaire avec l'accord par immobilisme des représentants syndicaux.

avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Austerité et croissance

Message  Cogito ergo sum le Sam 15 Sep - 20:31

Dette externe et croissance

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone
Samedi 15 septembre 2012

Pendant que mes gens proches, partent dans le bois à la recherche de champignons, dans un terrain en lisière du bois, je reste seul en fin de journée avec mon smartphone, alors il me vienne à l'esprit, d'écrire quelques lignes...

[img][/img]

La dette externe correspond à une culture, le graphique montre le montant comparé de la dette externe de plusieurs pays, là nous voyons que les nations vivent à crédit et se portent plutôt mieux en apparence.

La bulle spéculative

les grands spécialistes en économie aiment souligner après coup l'éclatement des bulles de différents types.

Aucun est en mesure de faire des prévisions à moyen et long terme.

Moi même en parfait néophyte; hors de question depuis mon humble niveau de tenter un tel ridicule.

1. La production

Aucune forme de production au monde est capable du maximum d'efficience sans visibilité.

Le manager qui vous affirme pouvoir prévoir des investissements sans visibilité à long terme; et de calculer des amortissements et bénéfices est un parfait menteur.

Les marchés financiers (favorisés par les hommes politiques, dans leur comportement favorable à la déréglementation législative et l'évasion fiscales) deviennent des marchés du vide du vent à des vitesses qui se mesurent en fractions de seconde.

Comme voulez vous affirmer que l'achat et vente pour des centaines de millions en moins d'une journée; puisent apporter des taux de rentabilité supérieurs à 10% en si peu de temps, alors que les entreprises auraient du mal à obtenir 8% de bénéfices sur une année?

1.1 Plusieurs explications

1.1.1 Fiscalité


Le Royaume-Uni en pointe, avec les paradis fiscaux forcent l'économie mondiale dans des opérations obscures où la fiscalité est tout près de zéro. Alors que la production de richesses LA VRAIE est fiscalement taxé à plus de 30 voir 40%.

1.1.2 Non sens

La production réelle est progressivement parasité les postes en contact directe avec la production de plus-valu sont méprisés il y a qu'à voir la rémunération (salaire minimum garanti SMIG); ces postes sont rendus plus pénibles par fois, preuve du mépris de la part des classes émergentes dans des nouveaux métiers, lesquels par leur niveau de revenu alourdissement le prix du revient.

1.1.3 Dégradation du travail


Pour aller plus loin dans le non sens, et pour justifier leur salaire certains abusent et escriment des innovations typiques de suppression (chômage) de MOD (main d'œuvre directe) avec dans la plus part des cas des entorses aux règles élémentaires d'ergonomie et de protection de la santé des personnes.

Il va de soit qu'une augmentation significative des TMS (troubles musculo-squelettiques), des MP (maladies professionnelles), de suicides et du stress est constaté.

Malgré les garde-fou plutôt CONSULTATIVES tel le CHSCT, la législation et les recommandations de la CNAM, L'INRS l'inspection du travail et la médecine du travail.

1.1.4 Perte du pouvoir d'achat

Dans les année soixante une usine automobile comptée plus de 25 mille salariés. Aujourd'hui moins de 2000. Des emplois auraient été créés depuis dans le tertiaire, la grand distribution mais l'évolution technologique réussi à détruire plus d'emploi qu'elle crée.

D'autant plus qu'un phénomène amplifié l'érosion des emplois; la désindustrialisation des puissances économie anciennes. les emplois créés dans les pays du tiers monde au revenu 100 fois inférieur, ne pouvant pas remplacer le pouvoir d'achat détruit dans des pays tel que Allemagne, Canada, France, Italie, Espagne, USA, UK, etc. S’opère ainsi une réduction ostensible de la consommation.

C'est alors que nous constatons une croissance nulle en Europe. La récession que des technocrates tentent de nous expliquer avec un langage mnémotechnique ou charabia qui déguise pourtant une réalité si simple.

La récession est donc non pas le fruit du hasard mais la résultante dans un procès orchestré par une bourgeoise résolument sans aucun sens de responsabilité et moins encore d'éthique et du morale.

2. Le crédit

Dépenser en fonction de ses moyens est une manière saine et logique de raisonner.

2.1 Taux et durée du crédit

Prendre des risques en empruntant est concevable si nous avons suffisamment de visibilité pour amortir un crédit . Hors nous voyons que aucun forme de production assujetti aux desideratum des marchés financiers peu se prévaloir des connaissances ou visibilité à moyen et long terme. il est impossible pour un fabricant industriel de savoir quel saura son CA dans six mois. Dans des telles circonstances comme justicier le crédit. Il est alors constaté que les créancier gagnent dans la foulée sur plusieurs tableaux.

2.2 Abus de faiblesse

Les particuliers aussi ont perdu la capacité de gage; antan supporte par la durabilité ou stabilité de l'emploi. En même temps que les entreprises un ouvrier sous contrat précaire, est incapable d'assumer un projet d'acquisition de propriété. Le risque de perte d'emploi génère alors via des assurances, des sources de profit monumentales pendant que les classes populaires croulent sur le poids de la dette. Tout en faisant le bonheurs des sangsues des finances.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Politique UMP de retraite

Message  Cogito ergo sum le Sam 18 Mai - 5:58

déficit de la CPAM

6,7 milliards d'€ branche famille
5,2 milliards pour le régime retraite
2,7 milliards d'€ pour le régime famille
0,1 milliards d'€ pour la branche accident de travail.

Ce sont 14,7 milliards le montant du déficit des comptes de la CNAM pour l'année 2012.

Il reste possible bien d'autres solutions; sans que cela soit indispensable de mener une politique typique UMP déjà tant décriée par le passé.

D'une part l'historique souligne un passé resplandisant, admiré du système de santé en France.

D'autre part il est archi connu dans le monde que non loin de 216 milliards d'€ quittent le territoire français; chaque année sans aucune fiscalité.

Les services fiscaux admettent connaître le volume de fraude fiscale à des niveaux de 50 milliards par an.

Monsieurs dames, vous comprenez donc qu'il est absurde vouloir sanctionner en particulier des gens modestes au parcour chaotique en termes de cotisation chômage par cause de la difficulté à trouver déjà un emploi.

D'autant plus que pour les emplois pénibles les entreprises abusent de l'emploi temporaire.

Puis des études confirment que la durée de vie ou longévité des salariés précaires (penibilité plus emploi temporaire) est beaucoup plus courte que celle des emplois moins pénibles.

C'est donc les salariés le moins payés qui sont volontairement pénalisés; car il est certain que ceux-ci ne pourrons jamais atteindre le numéro total decotisations d'une part.

Quant à un "très" hypothétique départ en retraite? un salarié ayant vécu sa vie dans des emplois précaires n'atteint que rarement l'âgé de 60 ans et au-delà.

Ces deux raisons font constater (à côté de l'évasion fiscale dessus soulignées) que la politique UMP des retraites est trop injuste et que l'appliquer saura sans doute une des raisons de plus pour accroître vertigineusrment l'impopularité de l'actuel gouvernement (rédigé par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ ouvrier syndicale FO de la métallurgie; veille partager le présent texte)
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Causes du chômage en France

Message  Cogito ergo sum le Ven 31 Mai - 0:02

Pour quoi il y a du chômage?

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ
Joigny le 30 mai 2013

Bien qu'il est possible aborder un tel sujet par des voies complexes, il est possible aussi le faire de manière pragmatique au risque de produire des explications lapidaires.

L'emploi

Travailler reste un acte de transformation de matières avec production de valeur ajouté.

Hors l'évolution des pratiques commerciales, atteint des niveaux de perfectionnement qu'exigent pour part des actionnaires, des taux de bénéfices, de loin, plus juteux que les résultats des investissement dans des procèdes de fabrication.

L'évolution dans le domaine de la communication.

Les ordinateur, le web avec les logiciels, sont des outils pouvant permettre d'anticiper les marchés, de simuler des échanges, au point que certains produits vont se trouver vendus des jours, des mois bien avant d'être produits.

La spéculation

De toute évidence, la production des biens et de services restent les principales sources d'enrichissement. Sauf qu'un produit arrive à appartenir à une multitude de propriétaires sans pour autant avoir change en absolut sa composition, malgré quoi sont prix quant à lui change de plusieurs fois sont prix initiale. Le rôle sociale de l'emploi, est vite balayé pour permettre à des érudites d’accroître leur fortune.

Le commerce moderne permet ainsi de tirer d'avantage du profit non pas par ceux qui créent de la valeur ajouté mais d'avantage par des sangsues dans la nébuleuse des finances. Un cercle restreint fini ainsi par s'enrichir de manière vertigineuse, (en quelques minutes) ; pour réussir des marges des tels bénéfices le prix des matières et produits est artificiellement gonflé.

Destruction d'emploi

Mécaniquement, vu que la rentabilité reste de loin plus génératrice de richesses par des pratiques spéculatives, in fine l'emploi disparaît avec la bienveillance d'une bureaucratie où l’élite spécialisé dans la politique, rend légitimes, voir crée des lois destructrices d'emploi. Sans aucune doute il y a conflit d'intérêts entre les professionnels de l'activité politique et les spécialistes de la spéculation, en grande partie étant les mêmes si non très proches.

Défauts du capitalisme

De manière récurrente nous pouvons entendre des néo-libéraux tenter de noyer le poisson, rien de plus aberrant que chercher à réduire la fiscalité des employeurs, suite à des comparaisons hasardeuses avec le Royaume Unit, l'Irlande, pays que si nous les regardons en fonction du volume de dette externe, se trouvent autant au plus endettés que la France.

Car certains pseudo intellectuels, oublient ou font semblant d'oublier que la dette externe, le taux d'emploi, la croissance sont des moyens de mesurer la qualité globale de l'économe d'une nation.

Les États Unis par exemple, reste le pays créateur par excellence des maux de l'économie moderne. Tout en étant la Mecque du capitalisme.

Le principal défaut du capitalisme reste donc l'absurdité avec laquelle les nantis font face aux déficits croissants de l'évolution de la société. En fait la vision globale de la société de par des nantis reste saugrenue à l’extrême. Puisqu'ils tentent de manière arbitraire d'enchairire le coûts de toute sorte de produit, tout en attaquant dangereusement le rôle sociale spécifique de l'emploi, qui reste le principal outil de redistribution équitable des fruits du travail (sous forme de valeur ajouté), Aucune politique pour l'emploi saura efficiente si le gouvernement de droite comment les néo-libéraux mal nommés de « gauche » tentent plutôt de placer des belles phrases médiatisées plutôt que des actions très astucieuses d’amélioration du niveau d'éducation dès le CPE ou l'école primaire.

L'éducation ou ascenseur sociale

Surtout parmi les classes sociales modestes, l'ignorance ou manque de formation se perpétué de génération en génération. Les parents de certains strates socioprofessionnels cherchent d'avantage de temps libre pour leurs enfants, sans savoir que cela se traduit automatiquement bar la baisse du niveau ; voir par la mise en rebut de leurs enfants dans une société où les connaissances (une excellente formation) sont synonyme d'emploi meilleur et du fait bien mieux payé.

Qui est donc responsable du chômage ?


En première ligne de responsabilité, se trouvent les parents des enfants en échec scolaire, voir des enfants qui ne vont pas à l'université. Les gens des classes populaires en général incapables de chercher à créer des équipes d'analyse et de mise en place des mesures tentant à faire infléchir la tournure des grandes sujets de société.

En deuxième ligne de responsabilité, se trouvent les personnalités politiques qui n'auraient pas eut assez de prévoyance pour modifier l'éducation pour permettre au plus grand nombre d'être diplômé d'une grande école.

Dans cet ordre d'idées, les spécialiste du comportement, de la psychologie, de l'éducation, la pédagogie, qui prônent une réduction grotesque du travail à l'école, le collège et le lycée.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un fusible qui saute...

Message  Cogito ergo sum le Mer 12 Juin - 17:59

403 MILLIONS

La justice française semble disposer d'un dossier lourd

Le délit est celui de escroquerie en bande organisée


Monsieur Stéphane Richard présumé innocent dans un dossier de escroquerie en bande organisée.

La justice semble en liberté en France, puisque un éminent membre du PS en la personne de Jérôme Cahuzac est mise en examen sous la charge de évasion fiscale. Monsieur Richard, reste à mes yeux un fusible ou un pion dans l’échiquier, du dossier d'arbitrage de l'affaire TAPIS.

Je reste sur ma faim, quant au nombre croissant de dossiers de la justice en France, où des pions sont incriminés, où des ombres, des doutes, tournent au tour d'un gros poisson, qui jusqu'à maintenant semble s'en sortir blanc comme neige; l'attentat de Karachi, Le général Kadafi invité sur tapis rouge le 14 juillet, Les visites a madame Betancourt, et maintenant le dossier d'arbitrage dans l'affaire TAPIS.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Extrémisme et politique

Message  Cogito ergo sum le Ven 14 Juin - 6:41

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->
Extrémisme et politique


Par Nestor Elias Ramirez Jimenez
Joigny vendredi 14 juin 2013

Dédié à mes amis des réseaux sociaux. À mes amis de FACEBOOK, entre autres Guy Verdier, Zahia Benabid, Horia Benbouali, Jean-Jacques Giraud, Giovanni Falcetta, Nathalie Audin, dans une liste non exhaustive


Avancer en impartialité sur un sujet si sensible, reste un exercice difficile


Sur le plan pratique, les personnes leur quotidien, nous risquerions de tomber dans le roman médiocre. Sur le plan des idées, le domaine qui je vais traiter ici, il y a nécessairement deux types de personnes.


L'extrémisme, je n'aimerais pas y classer, mais cela reste nécessaire, peu être classé en deux grands domaines, du domaine religieux et du domaine politique à niveau mondiale.


La religion et la politique ont domine les cercles du pouvoir parce que la religion à l'origine, sans vouloir être méprisant, permettez aisément l'explication de l'origine de la pluie, l'éclaire, le soleil aux béotiens, de la part des non moins despotes bourgeois au pouvoir depuis que la notion de propriété privée aurait commencé à se développer (lire Jean Jaques Rousseau) Nous aurions beaucoup du mal à différencier le pouvoir religieux et le pouvoir politique parmi les nations avant l’avènement de la RÉPUBLIQUE, pour la France en 1789.


Sans doute des érudites théoriciens de la théologie, auraient-t-il des moyens d'argumenter face à mon opinion « ici » simpliste sur les religions ?


Sans aucune doute que le béotien, le quidam de base, serait tenté d'être beaucoup plus sauvage sans le frein indispensable de la peur, au quel cas, je suis d'accord pour admettre que l'outil religion reste indispensable, en tant que moyen de maintenir l'ordre, l’éthique et la morale dans une société. A noter que j'approuve volontiers cet bon coté moraliste sans la moindre intention de prosélytisme. Mais alors pour quoi doper la conscience avec des croyances ? Tout simplement parce que c'est le moyen le moins onéreux de maintenir la conscience populaire en laisse.


Les principes d'éthique, justice, morale

En place et lieu d'une éducation civique solide, les civilisations auraient trouvé mieux d'instruire les peuples avec les différentes religions.


Oui mais nous devions parler d'extrémisme ?


J'y reviens !


Oui à force d’empoisonner la conscience sociale, avec des promesses de paradis et vie éternelle, voilà que (en matière d'extrémisme religieux) des gens arrivaient même aux extrêmes de vouloir devenir des héros en se faisant exploser avec une ceinture d'explosifs.

Bravo ! Les intellectuels qu'auraient pondu cette idée, d'empoisonner la frêle conscience du petit peuple. Est-je répondu ?


Oui mais les autres extrémistes ?


Les quels ? A oui les extrémistes politiques !


Ceux-là ? Ils sont aussi de deux types ?


Ceux qu'abusent de l'ignorance des béotiens, des quidams, (une dangereuse minorité pourtant) puis le reste.


Comment ça ?


Oui Car les leaders extrémistes au plus haut niveau, arrivaient à intenter de pondre des idées, à ficeler des élucubrations, qu'une fois épandes aux quatre points cardinaux, ba par fois arrivaient à prendre ici et là, dans des cerveaux aussi frêles que ceux qui se laissent amadouer par une religion.

L'extrémisme politique


Du moment que le capitalisme aura réussi à participer dans la chute de l'empire URSS, (par moitié, car l'autre moitié de responsabilité correspond au taux de corruption endémique ? Mais non je plaisante, des leaders rouges) l'idéal de gauche devienne mécaniquement une UTOPIE. Comment disait Galileo Gallilei « et pourtant elle tourne » oui une toute petite île au caraïbe, oui, oui, CUBA, se trouve volontairement bloqué par l'impérialisme.


Une fois de plus j'envie de titiller des éventuels lecteur « intellectuels » Le capitalisme reste l'empire où moins de 3 % des gens imposent leur moindre envie au reste de la terre. Une de ces envies est fondamentale pour garantir la pérennité ! De faire croire au petit peuple que nous vivons en démocratie!

Le pire est que 99 % du petit peuple y croie !!!!!


Pour quoi je dit cela ? J'y crois à la démocratie, et j'y défends cette notion, mais il est faux, archi - faux avancer que nous vivons en démocratie. L'ensemble de mes interventions sur le web, (difficiles de ressembler) sont au fait une succession de signales d'alarme sur la dérivé dans un procès où des banquiers insolents, cyniques dépourvus du moindre sens d'éthique et de justice sociale, spéculent avec la bienveillance avérée à travers la législation fiscale, de la classe politique. Le système capitaliste dès lors n'aura dans ce sens rien de mieux ou plus honnête que les pratiques courantes dans l'empire URSS, La seule différence visible est que l'empire capitaliste y met touts les moyens médiatiques pour faire passer un message de bien-être. Les extrémistes de gauche semblent admettre donc l'horreur des GOULAGS, là où le capitalisme aura discrètement assassiné en Éthiopie ou en Somalie comment ailleurs dans le monde autant au plus de victimes. Hélas les médias sont un outil, duquel reste impossible de s’en servir jusqu'à l'arrivée heureuse du web ; bien que le nombre de lectures de certains sujets, le nombre de commentaires, me sers d'unité de mesure de l'impact de certains sujets.


Le grand danger

Lorsque des frêles cerveaux, sont affectés, de manière violente par une idée qu'à leurs yeux, peu être d'un niveau d'injustice insupportable, lorsque des cadres (imams, chefs de parti politique, instructeurs révolutionnaires) réussissent à éveiller la partie innée d'animal qu'existe dans chaque être humain. Naisse alors une sorte de monstre, capable de tuer !


Mais un tel monstre à mon sens n'est que l'outil, (auteur matériel dans le jargon pénale) l'aboutissement d'un procès, lancé par des auteurs intellectuels (les vrais responsables) manipulateurs.


Allons plus loin (pour titiller des éventuels intellectuels, toujours) C'est l'injustice, qu'éveille le mécontentement, qui est partie intégrante dans le procès de créations des extrémistes !

Conclusion


Éradiquer l'injustice sociale, les religions dans leur forme publique voir orthodoxe (lire radicale), l'ignorance, l'absence de conscience sociale, est le moyen le plus efficient pour éradiquer tout réponse aussi violente, de la part des béotiens. Un extrémiste qui ose un acte violent pouvant le conduire devant la justice dans le meilleur des cas ; reste un pauvre pommé sans véritable connaissance de la complexité « apparente » de la société.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Extrémisme et politique

Message  Cogito ergo sum le Ven 14 Juin - 6:42

Extrémisme et politique


Par Nestor Elias Ramirez Jimenez
Joigny vendredi 14 juin 2013

Dédié à mes amis des réseaux sociaux. À mes amis de FACEBOOK, entre autres Guy Verdier, Zahia Benabid, Horia Benbouali, Jean-Jacques Giraud, Giovanni Falcetta, Nathalie Audin, dans une liste non exhaustive


Avancer en impartialité sur un sujet si sensible, reste un exercice difficile


Sur le plan pratique, les personnes leur quotidien, nous risquerions de tomber dans le roman médiocre. Sur le plan des idées, le domaine qui je vais traiter ici, il y a nécessairement deux types de personnes.


L'extrémisme, je n'aimerais pas y classer, mais cela reste nécessaire, peu être classé en deux grands domaines, du domaine religieux et du domaine politique à niveau mondiale.


La religion et la politique ont domine les cercles du pouvoir parce que la religion à l'origine, sans vouloir être méprisant, permettez aisément l'explication de l'origine de la pluie, l'éclaire, le soleil aux béotiens, de la part des non moins despotes bourgeois au pouvoir depuis que la notion de propriété privée aurait commencé à se développer (lire Jean Jaques Rousseau) Nous aurions beaucoup du mal à différencier le pouvoir religieux et le pouvoir politique parmi les nations avant l’avènement de la RÉPUBLIQUE, pour la France en 1789.


Sans doute des érudites théoriciens de la théologie, auraient-t-il des moyens d'argumenter face à mon opinion « ici » simpliste sur les religions ?


Sans aucune doute que le béotien, le quidam de base, serait tenté d'être beaucoup plus sauvage sans le frein indispensable de la peur, au quel cas, je suis d'accord pour admettre que l'outil religion reste indispensable, en tant que moyen de maintenir l'ordre, l’éthique et la morale dans une société. A noter que j'approuve volontiers cet bon coté moraliste sans la moindre intention de prosélytisme. Mais alors pour quoi doper la conscience avec des croyances ? Tout simplement parce que c'est le moyen le moins onéreux de maintenir la conscience populaire en laisse.


Les principes d'éthique, justice, morale

En place et lieu d'une éducation civique solide, les civilisations auraient trouvé mieux d'instruire les peuples avec les différentes religions.


Oui mais nous devions parler d'extrémisme ?


J'y reviens !


Oui à force d’empoisonner la conscience sociale, avec des promesses de paradis et vie éternelle, voilà que (en matière d'extrémisme religieux) des gens arrivaient même aux extrêmes de vouloir devenir des héros en se faisant exploser avec une ceinture d'explosifs.

Bravo ! Les intellectuels qu'auraient pondu cette idée, d'empoisonner la frêle conscience du petit peuple. Est-je répondu ?


Oui mais les autres extrémistes ?


Les quels ? A oui les extrémistes politiques !


Ceux-là ? Ils sont aussi de deux types ?


Ceux qu'abusent de l'ignorance des béotiens, des quidams, (une dangereuse minorité pourtant) puis le reste.


Comment ça ?


Oui Car les leaders extrémistes au plus haut niveau, arrivaient à intenter de pondre des idées, à ficeler des élucubrations, qu'une fois épandes aux quatre points cardinaux, ba par fois arrivaient à prendre ici et là, dans des cerveaux aussi frêles que ceux qui se laissent amadouer par une religion.

L'extrémisme politique


Du moment que le capitalisme aura réussi à participer dans la chute de l'empire URSS, (par moitié, car l'autre moitié de responsabilité correspond au taux de corruption endémique ? Mais non je plaisante, des leaders rouges) l'idéal de gauche devienne mécaniquement une UTOPIE. Comment disait Galileo Gallilei « et pourtant elle tourne » oui une toute petite île au caraïbe, oui, oui, CUBA, se trouve volontairement bloqué par l'impérialisme.


Une fois de plus j'envie de titiller des éventuels lecteur « intellectuels » Le capitalisme reste l'empire où moins de 3 % des gens imposent leur moindre envie au reste de la terre. Une de ces envies est fondamentale pour garantir la pérennité ! De faire croire au petit peuple que nous vivons en démocratie!

Le pire est que 99 % du petit peuple y croie !!!!!


Pour quoi je dit cela ? J'y crois à la démocratie, et j'y défends cette notion, mais il est faux, archi - faux avancer que nous vivons en démocratie. L'ensemble de mes interventions sur le web, (difficiles de ressembler) sont au fait une succession de signales d'alarme sur la dérivé dans un procès où des banquiers insolents, cyniques dépourvus du moindre sens d'éthique et de justice sociale, spéculent avec la bienveillance avérée à travers la législation fiscale, de la classe politique. Le système capitaliste dès lors n'aura dans ce sens rien de mieux ou plus honnête que les pratiques courantes dans l'empire URSS, La seule différence visible est que l'empire capitaliste y met touts les moyens médiatiques pour faire passer un message de bien-être. Les extrémistes de gauche semblent admettre donc l'horreur des GOULAGS, là où le capitalisme aura discrètement assassiné en Éthiopie ou en Somalie comment ailleurs dans le monde autant au plus de victimes. Hélas les médias sont un outil, duquel reste impossible de s’en servir jusqu'à l'arrivée heureuse du web ; bien que le nombre de lectures de certains sujets, le nombre de commentaires, me sers d'unité de mesure de l'impact de certains sujets.


Le grand danger

Lorsque des frêles cerveaux, sont affectés, de manière violente par une idée qu'à leurs yeux, peu être d'un niveau d'injustice insupportable, lorsque des cadres (imams, chefs de parti politique, instructeurs révolutionnaires) réussissent à éveiller la partie innée d'animal qu'existe dans chaque être humain. Naisse alors une sorte de monstre, capable de tuer !


Mais un tel monstre à mon sens n'est que l'outil, (auteur matériel dans le jargon pénale) l'aboutissement d'un procès, lancé par des auteurs intellectuels (les vrais responsables) manipulateurs.


Allons plus loin (pour titiller des éventuels intellectuels, toujours) C'est l'injustice, qu'éveille le mécontentement, qui est partie intégrante dans le procès de créations des extrémistes !

Conclusion


Éradiquer l'injustice sociale, les religions dans leur forme publique voir orthodoxe (lire radicale), l'ignorance, l'absence de conscience sociale, est le moyen le plus efficient pour éradiquer tout réponse aussi violente, de la part des béotiens. Un extrémiste qui ose un acte violent pouvant le conduire devant la justice dans le meilleur des cas ; reste un pauvre pommé sans véritable connaissance de la complexité « apparente » de la société.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Austérité ou croissance?

Message  Admin le Mar 18 Juin - 19:06

Certains économistes, osent même affirmer qu'il vaut mieux laisser filer la dévaluation, autant que la dette externe que prendre des mesures d'austérité

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez

Joigny mardi 18 juin 2013

Le président d'un pays ne dispose pas des moyens pour changer l'évolution économique mondiale.


Même pour des nations de l'envergure de la France, reste assez difficile de mettre en place une politique de reprise économique favorable aux majorités populaires.


De toute évidence, lors des suffrages ce sont les masses populaires, majoritaires « d'ailleurs » dans toute nation de sur croit démocratique, qui représentaient inéluctablement une majorité.


Ainsi comment l'opinion populaire reste clé lors du suffrage universel en démocratie, nous avons des classes hégémoniques qui s’accaparent avec volonté acerbe touts les postes clés de la politique et la gestion de grandes entreprises et groupes industriels.


Ces deux phrases tenues comment « prémisses »


Nous pourrions conclure que les hommes politiques, pour des raisons que nombre de fois j'ai déjà confirmé dans mes textes (dans des blogs et forums) restent très proches dans la mise en pratique de la politique globale. Rien de clandestin ou illicite d'ailleurs, mais pour une foule de raisons, les leaders politiques arrivaient au but des années à chercher à mettre en place des mesures plutôt favorables aux nantis, sauf que les gens de droite appliqueraient sans la moindre ambiguïté ou complexe des politiques ouvertement bénéfiques aux plus riches. Tandis que les hommes politiques plutôt de gauche, vont se sentir redevables des majorités populaires « les seuls qui peuvent arriver à élire des personnes avec une étiquette en apparence DE GAUCHE » raison qui supporte des grandes réformes en faveur des classes populaires : la retraite à 60 ans, les 35 heures hebdomadaires. La cinquième semaine de congés payés, La définition de contrat à durée indéterminée, la création du Code du travail, la définition de accident de travail et ses conséquences dans la rémunération. La création de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie, La création du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail, Le droit à s'associer des ouvriers pour défendre leurs intérêts. Dans une liste non exhaustive bien entendu.


Un président avec étiquette A GAUCHE, pour être populaire, doit assumer certains mesures éminemment POPULAIRES adoptés en France non sans difficultés !

Un président de gauche, qui tente de faire passer une politique souhaité par le MEDEF, (augmentation de l'âge pour départ en retraite, diminution du champ d’application et avancées de la protection sociale en France) malgré avoir été élu par les classes populaires, voir par la voie d'une coalition avec des groupes aux idées de gauche ou des écologistes ; exemple type 1981, où François Mitterrand aura obtenu une coalition lui permettant d'occuper l’Élysée au but ; devient dès lors impopulaire, lorsque les électeur croient avoir été trompés !


Austérité.


La politique d'austérité, aura pour conséquences immédiates et automatiques, un frein accéléré à la consommation des ménages, cela se traduit par une suite logique où le ralentissement des activités économiques est l'indicateur le plus palpable, s'ensuit une cascade, avec destruction de l'emploi.


Dans cette suite logique d'austérité, lorsque le cahier de commandes des entreprises, se réduit (logique suite à la baisse de consommation de ménages) puisque le chômage augmente, ce sont les recettes de la protection sociale qui baissent et sont simultanément mise à mal « rien de paradoxale » par l'explosion des besoins d'indemnités. Pour qu'une nation comment la France soit en bonne santé économique le taux de chômage ne doit pas excéder 5,5 %, au-delà de 9 % de chômage, c'est alors de déficit de la protection sociale qui explose.


Certains économistes, osent même affirmer qu'il vaut mieux laisser filer la dévaluation, autant que la dette externe que prendre des mesures d'austérité.
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 419
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Politique et retraite

Message  Cogito ergo sum le Jeu 20 Juin - 21:38

Retraite: Malaise et danger


L'homme politique semble être loin de prendre la mesure de l'évolution de la société.


électeurs déçus


Grand danger lors des commises électoraux à venir par exemple le sujet des retraites.


Quitte à aborder le sujet en toute impartialité


Mais alors madame Laurence PARISOT du MEDEF aura touta-fait raison de militer pour une augmentation de l'âge légale de départ en retraite à condition de considérer avec exactitude le type d'activité des candidats. Pour parler claire, il s'agit des sujets du genre niveau de rémunération, voir niveau socioprofessionnel, la pénibilité, entre autres.


Les nouvelles générations de niveau socioprofessionnel bas ; c'est-à-dire, des jeunes gens avec niveau CAP, voir en échec scolaire, sont ceux qui se trouvent le plus du temps sans emploi.


Les entreprises de travail temporaire, évoluent, il y a qu'avoir leur chiffre d'affaires. Au fait les employeurs, trouvent trop risqué d'une part, emboucher des CDI, (mot que le MEDEF tente de manière véhémente d'effacer de la législation) En deuxième lieu, les tâches les plus pénibles, celles qui sont à l'origine des maladies professionnelles, des troubles musculo-squelettiques sont assignés justement à des intérimaires ; (la doubler peine).


Aucun employeurs aujourd'hui, aucun cadre, aucune personne est en mesure de contredire, la réalité décrite ici-dessus.


C'est donc sur la base des faits, que les médecins conseil de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie, les médecins de travail, que les inspections de travail, à niveau national connaissent et constatent au quotidien, mêmes faits que les leaders politiques connaissent mais qui personne semble vouloir tenir en compte.

Ici le Comité d'hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail des entreprises aptes à l'avoir auraient du jouer un rôle fondamentale. Je mesure mes mots, donc les représentant syndicaux, semblent manquer aussi à leur responsabilité.


Hypocrisie et responsabilité




Nous sommes hélas, obligés d'affirmer que la santé des classes populaires, n’intéresse personne, les politiques en premier, puis les « représentants » syndicaux en suite.


Il y a donc actuellement des discutions au plus haut niveau pour traiter le sujets de la retraite, des représentants de la classe ouvrière, (leaders syndicaux) et du patronat vont se réunir avec sans doute des représentants du gouvernement, alors que les représentants de la gauche (du Parti Socialiste) auraient durement critiqué la politique UMP au sujet des retraites ; je constate, sans étonnement, que le gouvernement tente d'appliquer la volonté de madame Laurence PARISOT.



Au but de comptes, l'âge légale de départ en retraite saura sans doute augmenté à 64 ans. Sans étonnement je crois déjà entendre la satisfaction du patronat, lorsque le nombre d'années de cotisation passera à 42 voir 44.


De toute évidence, le sujet de la pénibilité, saura mis à l'écart, ou a peine évoque avec un peu de chance dans quelques lignés, encore très défavorable à une société où la paupérisation s’accroît vertigineusement.


Nous pouvons constater que tant des gens de nous jours sans emploi, ne pourrons JAMAIS justifier 44 années de travail, sans oublier que leur santé, sans doute précaire aussi ne risque pas de leur permettre d'atteindre même pas l'âge de 60 ans, en possession de moyens physiques et psychiques leur permettant de profiter quelques années. Tandis que des gens des classes socioprofessionnels plutôt élevés, quant à eux aurons tout le potentiel de santé pour vivre sans doute beaucoup plus long temps et bien sur aisément du point de vue économique. 80 % des départ en retraite dans les deux derniers années, sont des défunts d'après mes observations, mais ces statistiques restent nulle doute cachés.


Tout peut encore être possible


Si les classes populaires, prennent conscience de leur place dans des discussions entre les leaders politiques et syndicaux. Le seul moyen de faire entendre leur voix reste le suffrage, gageons l'illusion que le gouvernement tiendra compte, de la souffrance au travail, de la situation de ces millions de gens, de classe modeste, millions de gens sans moyen d'exprimer leur voix, leur opinion, leur seul outil reste le suffrage !


Le gouvernement doit se souvenir que c'est le suffrage du peuple qu'à permit la victoire le 6 mai 2012
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRAXIS PRAGMATISME ET POLITIQUE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum