trombinoscope sociale

Chronique sur le Parti Socialiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chronique sur le Parti Socialiste

Message  Admin le Mar 18 Nov - 20:58

Chronique sur le Parti Socialiste

1. Les critiques

2. L'information

3. L'idéologie


1. LES CRITIQUES

Les médiats font écho de nombreuses critiques, sur la présence de trois candidats à la succession du secrétaire national du parti.

D'autre part bon nombre de politiques (sénateurs, parlementaires, etc.) de tous les clivages; s'aventurent à critiquer l'absence d'une personne au dessus de la mêlée.

Même des citoyens issus d'autres courants politiques avancent une opinion en escalade ou concurrence vers la plus mauvaise image du P.S.

Cela me fais croire qu'il y a une sorte de concurrence publicitaire pour celui ou celle qui trouve l'image la plus mauvaise du parti en question.

Certains journalistes et même des spécialistes de la politique pour qui j'ai jusqu'à maintenant un certain respect, entrent en concurrence dans cette escalade.

Que-ce que je dois penser ?

 Fondamentalement pour l'image d'un partie que l'on s'attroupe à designer comme décadent, tant d'agitation médiatique me pousse à m'interroger sur la motivation des détracteurs et faux analystes. S'il s'agissait d'une partie en fin de vie, il me semble qu'il aurait moins de publicité! Un parti en fin de vie susciterait moins d'intérêt!

En particulier de la part des personnes issues d'autres courants politiques, personnellement je me tiens à l'écart du quotidien de personnes (des bruit du couloir) avec qui je ne sympathise pas. Sauf, si j'envie de dénigrer, que cela tiens, ma vision du monde et mon éducation m'interdissent un tel comportement surtout quand je n'ai pas des arguments solides et moins encore si la situation ne risque pas de m'affecter dans ma personne, physique et morale.

2. L'INFORMATION

L'information de nous jours reste sous forme très diversifié, au point qu'il est difficile pour le citoyen lambda de faire le tri entre les sources. C'est alors que bon nombre de phénomènes propres à la communication acquièrent une importance capitale.

L'information étant dans sa plus simple expres​sion(pédagogie) un processus de communication, nous avons trois éléments définis par des études (méthodologie) scientifiques qui sont : l'émetteur, le message et le récepteur.

2.1 L'EMETTEUR

Pour analyser un message ces trois éléments sont indispensables; dans les faits lorsque je reçois un message je dois identifier l'émetteur, c'est-à-dire, vérifier, si le message arrive en direct de la source.

Pour quoi?

Un message traité par plusieurs personnes, perd progressivement sa valeur, se transformé et fini par être pollué, maquillait, transfiguré, c'est-à-dire modifié au point de perdre son identité ou sa véracité. 

2.2 LE MESSAGE

Un message en soit pour être vrai, doit présenter des caractéristiques, qui le donnent leur authenticité. Quand je ne suis pas l'auteur d'un message, une fois de plus sa valeur est dénaturé voir travestie, par différentes raisons.

Il y a un milieu dans lequel le message est transmis (pédagogie) par exemple j'écris un message, en manuscrit, et l'encre utilisé s'altère avec l'eau, en espèce, le message est pollué, et risque d'être illisible par la suite.

Le milieu (le médiat) est donc un élément intrinsèque au message, des phénomènes divers peuvent altérer le contenu du message, la radio, la télévision, les journaux papier, internet sont des milieux (médiats) qui sont saturés d'obstacles et de sources de pollution pur et simple d'un message. Chaque être humain de par sa conception personnel (personnalité) traite involontairement l'information en faisant un tri, qui peut modifier ou changer le contenu original d'un message.

2.3 LE RECEPTEUR


Nous venons de voir deux éléments (voir trois avec le milieu) le récepteur d'un message doit démoduler (électricité) transformer un message (pédagogie) quand je prends une lettre d'un être proche, je dois la lire et transposer les mots ayant été écrits en idées par la lecture; j'appréhende le message, c'est un procès d'acquisition qui une fois de plus dépend intégralement de la personne qui li. (Les ondes électromagnétiques sont captés par des bobines, condensateurs, potentiomètres pour les transformer en image ou son) certains spécialistes classent le processus en modulation et démodulation

 (Pédagogie) 

Quand j'écris je module je transforme en phrases écrites mes idées par le biais des signes (lettres, d'un alphabet, ponctuassions, la langue, etc.) en tant qu'émetteur; ensuite le récepteur doit partager avec moi la culture, la langue pour interpréter mon message. Au point que même si le récepteur est très intelligent mais ne partage pas ma culture notamment ma langue, il ne peut pas interpréter ma pensée.

Dans notre sujet, je ne vais pas aller jusqu'à dire que les français soient des citoyens lambda, des quidams tous, mais reste malgré cela le doute de la pollution d'un message.

Je n'ai pas, l'information, je ne maîtrise pas les médiats, mais dans le fonds, je sens que dans la communication sur le P.S. Se trouve un nombre croissant de facteurs qui polluent, qui faussent l'information. Phénomène amplifié à partir de tous les médiats confondus. Ce phénomène se trouve amplifié aussi par des membres à niveau très élevé dans la hiérarchie de ce courant politique.

2.4 Conclusion

Personnellement, pour moi, l'élection d'un secrétaire du parti par la voie démocratique, signifie sans intention de dénigrer plusieurs choses :

L'importance de la démocratie au sein du groupe politique en question, car la désignation est laissait par l'scrutant à la responsabilité des électeurs.

3. Idéologie

La présence et la diversité d'idées, reste la preuve d'une mouvance (la vie), preuve d'activité, le débat d'idées au paroxysme est un signal marquant un courant à l'écart des conciliabules sur le dos des militants.

Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone

Joigny mardi 18 novembre 2008


Dernière édition par Admin le Mar 18 Nov - 21:24, édité 2 fois (Raison : Nestor Elias Ramirez Jimenez, gramophone, Parti Socialiste, Sociologie, politique, France)
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 418
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

La traversée du désert

Message  Cogito ergo sum le Dim 22 Fév - 12:40

Question d'optique !Par Nestor Elias Ramirez Jimenez ou "gramophone"
Joigny, dimanche 22 février 2009
C'est une imperfection caractéristique des idéologies contraires à l'humanisme. Idéologie qui reste imperméable à la partie humaine de toute relation.

Certaines idéologies, se basent sur le prix, la marchandise, les denrées, les articles; sans y penser le moins du monde qu'il faut des mains humaines pour générer de la valeur ajoute.

D'autres idéologies, stipulent que l'être humain est au centre de la société, que le prix de la vie passe avant toute autre notion. Ces idéologies, prônent l'altruisme, l'abnégation, et parfois le désintéressement.

Au point que les funérailles d'un syndicale mort dans des circonstances, que tout le monde connais, mérite tout simplement la solidarité.

La vie humaine pour les uns est insignifiante, pour les autres est un bien inestimable.

Il serait profitable pour rehausser le niveau de la rubrique. Des arguments plus inébranlables que des simples persiflages.

Des commentaires avec des assises aussi velléitaires qu'un enfant de douze ans avec peu de lecture de Platon, Say et Spinoza, récuse facilement.

Je n'aurai pas ridiculisé dans mon souhait personne ? Ce n'est pas le but, sincèrement.

La traversée du désert 

Un sujet reçurent dans la culture française, support des quolibets, est constitué pour une sorte de démembrement des courants politiques dits de "gauche".

Ici et là, la raillerie devienne plus qu'une mode, une culture. Pour étonnant que cela puise paraître, un des initiateurs du phénomène est l'actuel président des français.

A plusieurs titres :

1.- Le prosélytisme incommensurable

D'abor par l'éloquence du discours vains et pompeux, dans un prosélytisme remarquable, qu'aurait eu raison d'abord de l'extrême droite mais autant de nombre de travailleurs, artisans et une large masse de classe précaire et moyenne.

2.- L'image d'ouverture

Jamais sans deux, en termes de stratégie, le président de la république aura donné un coup fulminant, non pas à l'idéologie socialiste, mais à son image son coup d'embouche des personnages comme le "French Doctor". Mais aussi.

3.- La maîtrise des médias

Le fait d'inclure dans le gouvernement des noms à consonance particulière, va bien au-delà de la simple notion d'ouverture et de la volonté de rassemblement. C'est un atout sans précédents dans la politique, que d'associer des personnes du monde associative d'autant plus issues des minorités ethniques.

Trois raisons de poids, qui sont le mérite de l'actuel président des français, pour la satisfaction des ses files et le désespoir des idéologues de l'opposition, et théorie. En pratique...? Je vais y venir.

Les trois raisons sont des faits, indéniables !

O que oui !

Une nation des caractéristiques socioculturelles et historiques de la France, preuve par le premier point, le niveau de conscience sociale faible, de ses masses populaires. Il faut avoir suffisamment de connaissances pour sustenter une telle idée ? Pas vraiment !

Écervelé par confort et oisiveté

Le système de protection sociale, bénéfique pour tant aux moins favorisés, développe dans cette partie de la société un sentiment d'autosuffisance. De maîtrise de son destin. Une partie de la société devienne ainsi, niaise par la facilité avec laquelle en consommateur le quidam type se croit incorporer dans une cohésion sociale, qui d'office l'éloigne des notions fondamentales de la culture et l'humanité, comme sont l'humanisme, la fraternité et la solidarité, pour ne pas citer d'autres. L'oisiveté prend le pas sur le civisme. L'indifférence sur l'altruisme. Le citoyen lambda devienne imperméable à toute notion d'humanisme. Il faut reconnaître qu'une personne ayant les ressources sans travailler, et libre de s'adonner à des passions, pratiques et habitudes, où la loi de la facilité mène par fois à des dérives (alcool, drogue, délits, jeu), saut à des activités en accord a sa condition précaire (sans emploi), (activités, culturelles, intellectuelles) Plus facile passer des heures avec une console de jeu, que de s'intéresser au travail du parlement par exemple.

Pour les deux points au-dessus, il y a une constante, le facteur communication. Force est de reconnaître que la gestion d'une entreprise ne doit pas sa réussite qu'au budget de la communication bien que cette dernière soit en tant que publicité indispensable quand il s'agit de vendre un produit.

L'Etat est bien plus qu'un produit, est un ensemble de relations très complexes entre les différents acteurs économiques et sociaux. Ces relations ont des objectifs, des buts qu'il veut mieux réussir pour le bien de la société au sens le plus large. Le travail de l'exécutif ne se mesure qu'en points dans les sondages d'opinion mais, en fonction "des résultats".

La loi TEPA, est plus qu'un résultat, est la preuve de la volonté d'une idéologie de faire changer certains règles ou mécanismes sur le domaine des impôts par exemple. La publicité ici, n'a pas une très longue vie, car très vite le citoyen s'en aperçoit de la réalité. La loi sur l'audiovisuel public, la méthode, le calendrier, sont des éléments qui permettent de juger bien au-delà de l'effet d'annonce, la réalité idéologique du gouvernement.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1327
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Humanisme ou Malthusianisme

Message  Admin le Lun 23 Fév - 10:00

C'est quoi la gauche ? Je réponds pour une question. C'est quoi la droite ?

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ

Sorry everyone because i don't speak very well in french

Je vais traiter de manière superficielle

Les bases des partis politiques (l'idéologie)
La diversité des idéologies
L'effet de l'ignorance dans la démocratie
La métamorphose des gouvernements
Le cycle de vie de l'industrie
La mondialisation (délocalisation)
Démagogie et prosélytisme
Irresponsabilité et absence de prévoyance
Naissance de l'industrie financière

Préface


Je trouve dommage le manque d'intérêt de la classe ouvrière vis-à-vis de la gestion des affaires de la société. C'est la raison qui me pousse à écrire au quotidien, avec le rêve d'éveiller dans la classe ouvrière une conscience, une raison pour mieux se défendre, et si d'aventure cela se traduit par une avancé commune, solidaire, tant mieux. La moindre de choses puisque en face le patronat reste très solidaire et risque de gagner face à l'éparpillement et l'indifférence des classes populaires.

J'ai envie de répondre à Monique CANTON-SPERBER, et son commentaire sur LCP Public Sénat.

Dommage qu'elle ne viendra, jamais dans des forums et moins encore dans des rubriques de si bas niveau; puisqu'elle à fait l'école normale supérieure, où reçoit un doctorat en lettres puis elle est agrégée de philosophie en 1978, sans doute, madame connais mille fois mieux que moi (un gueux, "ouvrier") Platon (à son actif plusieurs dialogues traduits du philosophe)

1. Un parti politique

Un groupement de personnes parmi les habitants d'un Etat; qui dit parmi, dit une partie. Les idéologies doivent être classés en deux grandes lignes, je ne me considère pas spécialement dans un parti politique, mais dans une ligne, qui est celle de l'humanisme.

Le lecteur doit comprendre que s'il y a une ligne d'humanisme, il doit y avoir nécessairement au moins d'autres ligne. Mais alors, il devienne fondamentale la définition d'autres lignes ! Qui ne peuvent pas être traité dans ce message.

Du fait, chaque humain est par sa constitution matérielle, semblable aux autres, il est pour moi, membre d'un grand groupe, celle des humains. Cette idée m'a mène à rallier dès les débuts de mes lectures de philosophie et biologie (vers mes 13 ans) une idéologie définie.

2. D'autres idéologies

La pensée humaine, est supporté avant tout par son histoire, puis par les sciences. Toute notion individuelle n'est que le reflex conscient ou inconscient fruit de la connaissance. Par malheur, nombre d'individus de strates sociaux bas, N'ont pas les moyens, leurs permettant d'appréhender le monde, et du fait n'auront pas un niveau de conscience sociale adéquat à leur statu sociale. Je vais les appeler des votants manipulables à souhait ou électeurs jetables. Avec des exceptions sans doute. (si vous n'est pas d'accords vous pouvez le prouver!)

Si une personne n'est pas française, elle a une autre nationalité ? Si une personne n'est pas humaniste, elle aussi admet une autre idéologie. Dans toute liberté, puisque la société occidentale est régit par la démocratie, déjà cité par Platon et ces contemporains.

3. La métamorphose du gouvernements

A travers l'histoire, la terre à connu divers rapport entre l'homme et le pouvoir, ces rapports ou empires, nous ont embarqué dans une forme de pouvoir très particulier; l'empire du capital.

Inutile de dire que l'Etat nation a travers l'évolution des sociétés évolue d'une place "de tout puissant" à la "marionnette". Puisque dans la monarchie, le "le roi" aurait hérédité de Dieu sont pouvoir, et bien avant la monarchie, le mythe et la tradition donnent des allures aux leaders bien plus pittoresques. La science érode la place de la religion au près du pouvoir, jusqu'à sectionner le cordon. L'élite transfère dans un procès de mutation constant, (du à son accès non limite aux sciences en détriments des béotiens, gueux et quidams) son intérêt de la propriété des terres "signe extérieur de richesse" (avant cela se compté en nombre d'esclaves) vers des formes plus subtiles et moins encombrantes; les usines, la manufacture pendant un siècle tout au plus.

Par génétique, les êtres et leurs créations ont un point commun, "le cycle de la vie" le processus de naissance, croissance et fin. La je dois comme dans tout les idées, m'accrocher à Darwin.

4. Le cycle industriel

Cette forme de richesse (l'ère industrielle), connaît aussi sa fin, le patron, se rends compte très vite qu'il y a des manières plus simples et juridiquement moins compliqués (les usines, ça demande du travail) l'univers des finances, par un tour de magie, semble générer plus de dividendes.

5. Le transfert de l'industrie (delocalisation ou mondialisation)

La politique de sauvetage des anciens "pays riches" des pans de leur économie, est un non sens. Des milliards pour les groupes financiers, pour l'industrie automobile. C'est ridicule.

Et cela conforte mon idée du niveau de "marionnette" des anciennes "grandes nations riches" leur pouvoir se trouve à la puissance zéro. Le vraie pouvoir à migré (loin l'époque du roi tout puissant) les rois de nous jours, sont des individus à la tête des monopoles. Le rôle de ces groupes n'est pas de supporter la cohésion sociale ! ça devienne le travail des ONG. Même les Nations deviennent impuissantes devant le volume de misère.

6. Pour quoi les gouvernement on perdu la main ?

Les relations de production, le lieu même ou se généré la valeur ajouté, a quitté les pays riches, et continuera de le faire. Puisque le pouvoir (autre que les gouvernements) sait que le coût de la production est bon marché ailleurs. L'effort de sauvegarder : les banques, l'industrie automobile, la péché, etc. Son des pratiques sans lendemain.

Une usine automobile du genre Sandouville, dans les années 70 occupé 30 mille personnes, de nous jours à peine 2000 personnes, et demain ?

D'autres formes de production, "non matérielles" (assurances, investissement, etc.) pourraient pas récupérer les millions de chômeurs, mise à la rue par le transfert programmé des formes de production vers les pays à bas coût. Car toute forme de production qu'elle qu'il soit obéi à des connaissances, à des techniques, que le système capitaliste et libre d'installer là où il obtiendra le plus de bénéfices.


7. le musée de l'industrie

Nous avons fait un sommaire détour à travers l'évolution des relations de production; pour nous rendre compte que le système se trouve encombre, dans les pays riches d'un volume incommensurable de déches. Pour les anciennes usines la rouille prendra des siècles sans doute, à effacer les traces, ici et là, le paysage exhibe sous forme de musées à l'air libre les anciennes cheminées, pour les millions de travailleurs nous pouvons parier sur la rigoureuse loi du cycle de vie.

Dans une vision grotesque arraché aux théories Malthusiennes, sans doute. Voilà mon reproche le plus véhément le plus virulent au système. Il se trouve que deux idéologies convergent ici. Celle de Darwin et celle de Malthus. Sans doute il y a une élite qui semble de manière subtile et sournoise accueillir à ces principes.

8. Et les gouvernements alors ? démagogie et prosélytisme

Par des techniques de prosélytisme, les gouvernements, sans exception cherchent à creuser leur déficit budgétaire; dans une vision obtuse, qui reste pour tant néfaste vis-à-vis des règles puisque cela fosse une loi pour tant fondamental du système même qui est "la loi de l'offre et la demande" ou encore la loi de la concurrence libre et non faussé, tant décrié par le GATT puis par sa fille l'OMC.

Les années 70 ne pouvaient que révéler, des gains exorbitants, nombre de fortunes s'aurons dégagés définitivement du niveau classique de la société. Le moindre intellectuelle, devait comprendre que tels volumes de production, ne dureraient long temps dans leur cite d'origine, car le coût de production pouvait être moindre avec quelques aménagements dans des pays à dévaluation de 15, 20 et 30%. Le taux d'échange étant un thermomètre significatif. D'ailleurs un sage homme et patron d'une fabrique de pneus à Clermont Ferrand, a eu le courage de le signaler. Un autre signe avant-coureur lui permet de sentir dans sa production; L'automatisation, l'innovation, manière de libérer l'homme des tâches pénibles, d'où d'ailleurs l'idée des 35 heures.


9. Irresponsabilité et absence de prévoyance

Deux signaux inébranlables de la crise de l'emploie bien sur mais avant tout du volume important de source de richesse; devenu une habitude, la délocalisation avec la bénédiction des gouvernements, qui montrent déjà l'anéantissement de leur marge de manœuvre : le niveau de vie (faible salaire) dans les pays du tiers monde et l'automatisation de la production. Deux signaux qui ne font qu'illuminer le chemin du capital vers l'actuelle industrie financière, là où il n'est crée le moindre cents de valeur ajouté, mais qui est manipulé la totalité du volume du marché matérielle, avec des marges colossales au passage. Un économiste disait grosso mode "on ne peut pas satisfaire une classe sociale sans le préjudice d'une autre" et je dis qu'il est possible de manière légale (par la loi) trouver un juste milieu entre le bénéfice à outrance des finances et le fruit de la transformation des matières.

10. Naissance de l'industrie financière

Voilà pour quoi je ne me considère pas de "gauche" dans une qualification péjorative et réductrice mais comme adhérant à une idéologie d'humanisme dans un cadre démocratique. Et opposition à toute idéologie quelle qu'elle soit du moment où elle assume le Malthusianisme, même de manière sournoise.[u]


Dernière édition par Admin le Mer 25 Fév - 6:26, édité 1 fois (Raison : i don't speak french)
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 418
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Une image des résultats du premier tour des régionales 2010

Message  Cogito ergo sum le Lun 15 Mar - 13:46

Une image des résultats du premier tour des régionales 2010 Par Nestor Elias Ramirez JimenezJoigny lundi 15 mars 2010

Voici une carte des régions de France, en fonction des résultats du dimanche 14 mars 2010

C'est un premier tour où il faut avouer la démocratie sort perdante puisque plus de 53 électeurs sur 100 n'ont pas eu envie de s'exprimer.

C'est difficile de donner une explication rationnelle à un tel geste. Moins encore saura facile de donner une explication partielle.

Dans mon entourage, sans parler de sondages, sort une notion commune exprimé pour les personnes aux quelles je demandé de m'expliquer pour quoi s'abstenir dans un devoir citoyen.

La réponse qui me semble le plus résumer leur pensée est :

"Pour quoi voter, si de plus en plus on nous ment"

"Pour quoi aller voter si ça va de mal en pire"

"Je ne vois pas ce qui changerait en mieux pour moi, en allant voter"

Ces personnes font des réponses, de personnes de niveau socioculturel bas.

Du point de vue de la sociologie, ces réponses, de plus de 53% du peuple de France son le reflex d'un sentiment qui veux que les classes populaires, se sentent de plus en plus opprimés

Et sans le nommer parce que en aucun moment par pudeur, par orgueil, ou par ignorance, une personne un groupe politique est signalé du doigt.

Alors il me semble intéressant un regard impartial sur le résultat. D'ailleurs cela coïncide avec mon expression dans un blog qui parle "des coulisses de demain" 

Des régions comme, Alsace, Province Alpez Cote D'Azur sont des régions où par nature la droite doit gagner, parce la population en majorité sont des riches. Un riche par nature est de droite puisque qu'il a un coffre fort à la place du cœur. La où la différence reste minime en faveur de la droite, nous sommes dans des régions, où la classe populaire, n'arrive encore à faire confiance à des leaders de gauche qui ne font rien en faveur de leurs expectatives.

La gauche, ne doit pas sortir fière, de ce résultat, mais plutôt inquiète. La gauche doit présenter non pas des discours, ni des promesses mais un programme de gauche, un programme social d'aide à l'emploi.

Ceux qu'ont le capital, ceux qui croient avoir toutes les chances à sa faveur, oublient trop vite que ce sont des petits main, des gens sans DES, sans diplôme des grandes écoles, par fois sans diplôme de tout, qui transforment la matière et qui le donnent la valeur ajoute, cette valeur ajouté avec laquelle le système capitaliste se dit supérieur. 

Nous l'ensemble des petites mains, nous pouvons arrêter de travailler une semaine voir quinze jours; et vous les riches, vous oublié par orgueil, par vanité que le résultat du travail, doit se partager de manière juste. 

Une grève générale indéterminée doit voir le jour, dans le courant de l'année 2010, et pas qu'en France, non pas par décision des représentants syndicaux, qui sont des excellentes personnes en défense d'une hypothétique solution par le dialogue.

Les nouveaux leaders du syndicalisme ont trop vite oublié mai 1968, ou encore les années de Léon Blum.

Je prône pour que les travailleurs de France sans passer par l'élite syndicale qui serais contre d'office, détermine une date au courant du mois de mai pour démarrer une grève général indéterminée, dans les principaux pays d'Europe y si possible au Canada, USA et Australie. Seule manière pratique de prouver à moins de 10% des gens de la terre, qui se gardent 90% des fruits de la transformation des matières. Que le peuple a ras le bol de leurs conneries.

Si vous parlez autre langue que le français je vous prie de le traduire, et de le faire circuler.then in spanish Una imagen de la primera vuelta de las elecciones regionales de 2010 en Francia

Aquí está un mapa de las regiones de Francia, de acuerdo a los resultados electorales del Domingo 14 de marzo 2010 

Se trata de una primera vuelta donde se tiene que admitir que la democracia pierde con más de 53 votantes de cada 100 que no se presento. 

Es difícil dar una explicación racional para ese gesto. Menos aún dar fácilmente una explicación parcial. 

En mi entorno, por no hablar de las encuestas, una noción común expresada por la gente que me explica no fué a votar, un deber cívico. 

Las respuestas que me parece que más resumen ese pensamiento: 

"¿Por qué votar, si  cada dîa más nos están mintiendo" 

"¿Por qué ir a votar si vamos de mal en peor" 

"No veo qué iba a cambiar para mí con un voto" 

Estas son las respuestas de las personas de bajo nivel socioeconómico, nivel cultural. 

Desde la perspectiva de la sociología, estas respuestas, más del 53% de la población de Francia son el reflejo de la sensación de la clase obrera, que cada vez mâs se sienten oprimidos 

Y, sin nombrarlo, porque no hay tiempo por la modestia, el orgullo o la ignorancia, ninguna persona o grupo político se señaló con el dedo, y en verdad es el systema financiero, el comercio de la especulacion, el robo legal del valor agregado quienes son los responsables directos, los politicos solo son los titeres del systema.

Así que parece digno dar mirada imparcial a los resultados. Además, coincide con mi discurso en un blog que habla de "las alas del mañana"  (en frances DANS LES COULISSES DE DEMAIN)

Regiones como Alsacia, provincia de Alpeza Cote D'Azur son áreas donde por naturaleza ha ganado la derecha (conservadores o liberales financieros) debido a que la mayoría de la población son ricos. Una riqueza que significa que tienen una caja fuerte en lugar de corazón. Cuando la diferencia es mínima en favor de la derecha esto se encuentran en zonas donde la clase obrera, todavía no confian en los líderes de izquierda que no hacen nada por satisfacer sus expectativas, (poder adquisitivo, empleo, educacion, salud)

La izquierda no puede sentirse orgullosa de este resultado, sino más bien preocupada. La izquierda no debe hacer discursos o promesas, pero presentar un programa, un programa de asistencia social al empleo. 

Los capitales, los que creen que tienen todas las posibilidades a su favor, olvidan demasiado rápido que se trata de las manos pequeña, sin educacion secundarias, de personas sin educacion superior, sin diploma, a veces sin ningún tipo de calificación, que transforman el material y que dan un valor añadido, el mismo valor añadido con el que el sistema capitalista se siente superior. 

Todos los del trabajo de manos pequeñas, trabajo manual, podemos dejar de trabajar una semana o quince días cosa que al rico, se le olvidó por orgullo y/o la vanidad, como se le olvido que el fruto de la labor debe ser compartida equitativamente. 

Una huelga general indefinida se debe crear en el curso de 2010, no sólo en Francia, sin la decisión de los representantes sindicales, que son excelentes personas en defensa de una hipotética solución mediante el diálogo que no llegarâ nunca. 

Los nuevos dirigentes del sindicalismo que muy rápidamente olvidan:  mayo de 1968, o los años de León Blum. 

Abogo ante los trabajadores de Francia sin pasar por la élite sindical contrarios automáticamente; abogo por una fecha en el mes de mayo para iniciar una huelga general indefinida en los principales países de Europa, si es posible en Canadá EE.UU. y Australia. Única manera práctica de demostrar a menos de 10% de la gente de la tierra, que encaja el 90% de los frutos de los resultados. Pues el pueblo esta cansado de tantas carajadas.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1327
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

COUP DE GUEULE DE Jean Louis dit CHARPAL

Message  Cogito ergo sum le Lun 22 Mar - 18:30

Sous la bannière d'un ami

Mon admiration et mes rémerciements pour toi Jean Louis, ton sujet doit être connue du plus large public

Réputé intelligent et très lisible vis à vis de mes textes, voici un lien pour aller lire le sujet original que je transcrits a continuation:

le lien :

http://expressions-libres.forumdediscussions.com/le-forum-la-politique-franco-francaise-f131/coup-de-gueule-t1267.htm#14617

le sujet:

COUP DE GUEULE


par CHARPAL Aujourd'hui à 14:03J'
ai été très agacé, même si ça fait des années que ça dure - (mais
précisément ça n'a que trop duré) - par le "viol" des mots par les
perroquets de l' UMP lors de la soirée électorale
d' hier.

Ce
viol, qui relève de la désinformation la plus impudente, consiste à
prendre des mots évocateurs et emblématiques, à les vider de leur sens
"normal", à y réinjecter un sens différent et même exactement
contraire, et à vous les balancer comme si de rien n' était et à vous
prendre par dessus le marché ( c'est bien le cas de le dire ! ) pour un
imbécile (le mot est faible ...).

On a entendu toute la soirée
ces perroquets ressasser la phrase : " Il va falloir être courageux
pour poursuivre les réformes nécessaire à la modernisation du pays".

Trois "viols" en une phrase !

"
Réformes " : il ne s'agit pas du tout d' améliorations du sort du
peuple , ce qui est le propre des réformes, mais de mesures
réactionnaires, de régressions, de pertes d'avantages sociaux, acquis
au terme de décennies de luttes !

" Courage " : en
l'occurrence il s'agit de lâcheté, c'est à dire de l'inverse symétrique
de ce qu'on avance ! Il s'agit de satisfaire les puissants et les
privilégiés du néo libéralisme triomphant qui écrase l' Humanité. De se
coucher devant le veau d'or,devant la conception anglo saxonne sauvage
de l'économie consistant sadiquement à écraser toujours plus les
travailleurs, salariés ou non, de l'économie réelle.Vous parlez d'un
courage : se soumettre à la dictature des marchés ! Vous parlez de
héros !!

" Moderniser " : tu parles ! Ce qu'ils veulent c' est
pousuivre le grand bond en arrière entrepris depuis 30 ans ! Revenir à
la conception la plus archaïque, ringarde, réactionnaire, passéiste du
capitalisme en cours dans la 1ère partie du XIXè siècle : le
capitalisme sauvage ! Que le plus fort gagne et écrase les autres !
Quel progrès, quelle modernite !

Si on redonne aux mots leur
vrai sens, les perroquets d'hier soir auraient dû dire : " Nous allons
continuer à imposer des mesures réactionnaires avec la plus grande
lâcheté vis à vis de nos maîtres, pour continuer le grand bond en
arrière archaïque qui est notre raison
d' être" !

NB :
pour ceux qui veulent prolonger leurs votes par une action simple, ou
pour ceux qui n'ont pas voté, ou ont voté nul ou blanc, n' oubiez pas
le no sarkozy day ( www.no-sarkozy-day.fr ) le 27 mars prochain.
Rassemblement
devant toutes les sous-préfectures et préfectures de France à 14h .Si
ça ne fait pas de bien , ça ne fera pas de mal. Aucun média ne souffle
mot de cette action.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1327
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Énergie et avenir politique des classes populaires

Message  Cogito ergo sum le Jeu 28 Mai - 9:53

Énergie et avenir
Lien pour texte original: Le destin du PS

propos liminaires

Bien sur que pour multiples raisons, rien que par passion, certains leaders politiques, identifiés avec l'altruisme et l'humanisme de Jean Jaurès, sont tentes de s'identifier, bien malgré eux avec le groupe politique PARTI SOCIALISTE.

Bien sur qu'il semble noble soutenir l'orientation néo-libérale adopté sous l'influence du ministre de finances et le premier ministre ! Hélas lorsque un bateau prends l'eau (toutes les élections depuis mai 2012) il me semble absurde penser qu'il ne va pas sombrer !



Moi même encarté par solidarité, par naïveté, moi même ayant fait (en tant qu'ouvrier au salaire minimum avec mon propre véhicule) le trajet de 280 km pour participer a la messe au Zénith de Dijon, j'avais confiance dans l'idée d'un parti socialiste favorable à des réformes en faveur des majorités (majorités qu'avaient déposé le bulletin au suffrage), mais le coup le plus dur et qui m'a fait en fin réveiller a été lorsque l'actuel sinistre de finances est nommé ! Là j'ai compris que toutes les promesses allaient être oubliées ! Que toutes les illusions ne pouvaient que se transformer en peine pour presque sept électeurs sur dix, et oui, pas besoin de niveau d'études important pour analyser les résultats des élections depuis !

Hélas, oui, certains tentent de sauver les meubles ! Je leur donne un conseil très humble, cherchons à former un nouveau parti politique que doit prendre le nom de PARTI OUVRIER INDÉPENDANT

Pour quoi, parce au sein même du PS il y a plus grand monde que puisse au jours d'aujourd'hui se vanter d'être en face avec les vraies problèmes de ces sept citoyens sur dix, je crois même que c'est une urgence majeur !

1° Les classes populaires, (potentiel électorale monumental) ne croiraient plus dans les têtes traditionnelles,

2° Les désertions vers l'extrême droite, (majorité de leurs potentiel) vienne des dessus des partis traditionnels

3° Je crois absolument dans des mesures du genre économie de 50 milliards, obtenus de l'attaque à la fraude fiscale, je crois aussi absolument dans la récupération de 50 milliards (sur les intérêts de la dette institutionnelle, en faisant comment le japon, puis je crois dans l'attaque franc au pouvoir des banques par la mise en place d'un système de coopératives, (crédit, assurances, mutuelles, et d'avantage plus tard) constitué en banque des travailleurs, par décret en passant par le 41,3 d'office ! C'est la guerre sans pitié aux banques !!!!

Avec un tel programme, la France sortirait la tête de l'eau ! Bien sur que le pouvoir de ceux qui vivent TROP BIEN (de l'indifférence et l'individualisme des plus modestes, ceux qui vivent pléthoriques d'avantages, des sénateurs, des députés, les journalistes, les nantis en générale), et beaucoup trop fort vis à vis de mon texte, mais pensez-y vous les plus modestes, pensez-y vous les chômeurs ! Puis ceux que la presse nomme des frondeurs ! Vous aussi pensez-y et vous verrai que j'ai raison !

À Joigny le jeudi 28 mai 2015
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1327
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique sur le Parti Socialiste

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum