trombinoscope sociale

L'ART PICTURAL DANS L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'ART PICTURAL DANS L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ

Message  Admin le Mer 23 Mar - 17:50

L'ART PICTURAL DANS L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ  première part
(SOURCE WIKIPEDIA)





Époques de l'histoire de l'humanité
(AXÉ SUR LA PEINTURE)

Joigny 2016

INDICE


Préhistoire
Antiquité
Moyen âge
Renaissance
Maniérisme
Baroque
Romantisme, Neoclassicisme, Réalisme
Expressionisme
Art Moderne  
(Cubisme, fauves, Dadaïsme, Surréalisme, Pop-Art
Art Contemporain


Époques de l'histoire de l'humanité
(AXÉ SUR LA PEINTURE)



1° LA PRÉHISTOIRE

Les repères de la Préhistoire

-600000 : utilisation du feu, les hommes vont pouvoir s’en servir, on dit qu’ils ont domestiqué le feu.

-8000 environ : naissance de l’agriculture et de l’élevage, les hommes cultivent leurs propres nourritures, ils passent de nomades à sédentaires.

-3000 environ : naissance de l’écriture, permettant d’améliorer les échanges, le commerce. Le premier type d’écriture est fait de dessin puis arrive l’écriture cunéiforme, c’est-à-dire en forme de clous. On rencontre plus tard les hiéroglyphes égyptiens.
La préhistoire se divise en grandes périodes : l’âge de pierre, l’âge de bronze et l’âge de fer, caractérisant l’évolution. Les informations que nous avons sur ces périodes viennent principalement des fouilles archéologiques, des fossiles trouvés, etc.
Les repères del’Antiquité
L’Antiquité est caractérisée par deux grands pôles : la Grèce antique et la Rome antique. C’est à la chute de cette dernière que débute le Moyen-âge.

-776 : Naissance des Jeux olympiques qui ont lieu tous les quatre ans.

-753 : Fondation de Rome, la cité n’a pas encore toute la puissance qu’elle rencontrera plus tard.

Vers – 510 : Naissance de la démocratie athénienne. C’est le peuple qui prend le pouvoir et qui élit ces dirigeants. Les femmes, les étrangers et les esclaves n’ont pas le droit de vote.

-31/30 : Bataille d’Actium marque le début de la grandeur de Rome et sa domination sur le monde.

476 après Jésus-Christ : Fin de l’Empire romain d’Occident, cela met fin à la période historique de l’Antiquité.

http://keepschool.com/fiches-de-cours/primaire/histoire/prehistoire-antiquite.html

2° L'ANTIQUITÉ

travail pour les élèves (transcrire cinq dates marquant la période de l'antiquité, s'aider du lien sur le web)
http://www.linternaute.com/histoire/categorie/23/a/1/2/histoire_de_l_antiquite.shtml
(extrait)

-42

Marc Antoine rencontre Cléopâtre

Héritier des terres orientales, Marc-Antoine est amené à rencontrer la reine d’Égypte, Cléopâtre. Il en tombe immédiatement amoureux mais doit faire face aux dissensions qu’il partage avec Octave, autre héritier de l’Empire romain. Il décidera donc d’épouser la sœur de ce dernier, afin de mettre fin au conflit familial. Il ne restera pourtant pas longtemps loin de sa reine égyptienne et distribuera finalement ses terres aux enfants qu’il aura avec elle. En réaction à ce qu'il considère comme une trahison, Octave déclarera la guerre à Cléopâtre.
Voir aussi : Dossier histoire de l' Egypte antique - Cléopâtre - Octave - Marc-Antoine - Histoire de l'Antiquité


-30

L’Égypte passe sous la domination romaine

Après la bataille d’Actium qui entraîna les suicides de Marc-Antoine et de Cléopâtre, Auguste fait de l’Égypte une province romaine. Les cultes égyptiens seront maintenus durant les premiers siècles de cette domination romaine et certains temples seront même restaurés. Toutefois, la christianisation du peuple sera inévitable.
Voir aussi : Dossier histoire de l' Egypte antique - Auguste - Cléopâtre - Marc-Antoine - Histoire de l'Antiquité


42

La division de la Mauritanie

Annexée à l’Empire romain depuis deux ans, la Mauritanie est divisée en deux provinces, étendues au nord-ouest de l’Afrique. La Mauritanie tingitane occupe alors le nord du futur Maroc.
Voir aussi : Histoire de l'Afrique du Nord - Histoire de l'Empire romain - Histoire de l'Antiquité


395

L’Égypte byzantine

Suite à la division de l’Empire romain, l’Égypte tombe sous la domination byzantine. Les croyances coptes s'intensifieront jusqu'à la conversion de tous les Chrétiens égyptiens. Deux siècles plus tard, le temple d’Isis sur l’île de Philae, dernier à vénérer la déesse, sera pris d’assaut. Avec lui s'éteindront définitivement les anciennes croyances égyptiennes.
Voir aussi : Empire byzantin - Dossier histoire de l' Egypte antique - Temple - Histoire de l'Antiquité


435

L'invasion des Vandales

Les Vandales envahissent l’ancienne région de Mauritanie. Ils occuperont Carthage, la capitale romaine d’Afrique, quatre ans plus tard. En 533, les Vandales seront chassés par l’armée byzantine, envoyée pour conquérir le continent africain.
Voir aussi : Empire byzantin - Histoire de Carthage - Histoire de l'Afrique du Nord - Histoire des Vandales - Histoire de l'Antiquité


450

20 juin
Attila vaincu en Gaule

Les Huns d'Attila sont battus aux champs Catalauniques près de Troyes par une armée romano-barbare. C'est le premier échec militaire d'Attila, surnommé "le Fléau de Dieu". L'Empire des Huns s'étend de la Hongrie à l'Ukraine et de la Pologne à la Serbie. Vêtus de peaux de martres, les joues tailladées pour empêcher la barbe de pousser, ses guerriers sèment la terreur dans toute l'Europe. La défaite en Gaule, n'abattra pas la puissance d'Attila : c'est sa mort, en 453, qui provoquera la désagrégation de son Empire.
Voir aussi : Attila - Histoire des Huns - Histoire de l'Antiquité


452

8 juillet
Attila épargne Rome

Le pape Léon Ier supplie le roi des Huns et ses troupes de renoncer à envahir Rome. Attila, qui a déjà ravagé la Gaule mais a subi une terrible défaite aux champs calauniques (Champagne) en juin, accepte et retourne dans ses steppes. Il mourra peu après sur les bords du Danube et l'empire des Huns s'évanouira.
Voir aussi : Attila - Histoire des Huns - Histoire de l'Antiquité


533

Conquête byzantine de la Tunisie

Le général Bélisaire s’empare de Carthage et chasse les Vandales. Ces derniers occupaient le territoire depuis 439. La région connaîtra une grande instabilité provoquée par une politique fiscale démesurée.
Voir aussi : Histoire de Carthage - Histoire des Vandales - Bélisaire - Histoire de l'Antiquité


809

L’édification de la ville de Fès

Monté sur le trône à la mort de son père (Idriss Ier), Idriss II fonde la ville de Fès el-Bali, dans laquelle il transfère sa capitale. Il y fera bâtir l'université et mosquée de Karouiyine. Particulièrement influente sur le royaume, la ville impériale deviendra le lieu de rencontre des intellectuels et un véritable bastion religieux.


3° MOYEN ÂGE

Le Moyen Âge est une période de l'histoire de l'Europe, s'étendant du Ve siècle au XVe siècle, qui débuta avec le déclin de l'Empire romain d'Occident et se termina par la Renaissance et les Grandes découvertes. Située entre l'Antiquité et l'époque moderne, la période est subdivisée entre le haut Moyen Âge (VIe ‑ Xe siècle), le Moyen Âge central (XIe ‑ XIIIe siècle) et le Moyen Âge tardif (XIVe ‑ XVe siècle).

La dépopulation, la dés-urbanisation et les migrations de l'Antiquité tardive se poursuivirent durant le haut Moyen Âge et les envahisseurs barbares fondèrent de nouveaux royaumes sur les territoires de l'ancien Empire romain d'Occident. Même si la période fut marquée par de profonds changements sociétaux et politiques, la rupture avec l'Antiquité classique ne fut pas complète. La partie orientale de l'Empire romain survécut aux bouleversements géopolitiques de la période et resta une puissance de premier plan sous le nom d'Empire byzantin. Il perdit cependant une grande partie de ses territoires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord au profit des califats musulmans au VIIe siècle. À l'Ouest, la plupart des royaumes incorporèrent de nombreuses institutions romaines, tandis que l'expansion du christianisme fut marquée par la construction de nombreux monastères. Sous la dynastie carolingienne, les Francs établirent un empire couvrant la plus grande partie de l'Occident chrétien au IXe siècle avant de décliner du fait des tensions internes et des attaques vikings au Nord, hongroises à l'Est et sarrasines au Sud.

Après l'an mil, durant le Moyen Âge central, la population européenne augmenta fortement grâce à des innovations technologiques, qui permirent un accroissement des rendements agricoles. La société se réorganisa selon les systèmes de la seigneurie, l'organisation des paysans en communautés cultivant la terre pour le compte des nobles, et de la féodalité, la structure politique par laquelle les chevaliers et la basse-noblesse servaient dans l'armée de leur suzerain en échange du droit d'exploiter leurs fiefs. Cette dernière institution connut un déclin à la fin du Moyen Âge du fait des efforts de centralisation menés par les différents souverains dont l'autorité se renforça aux dépens de celle des seigneurs locaux. Les croisades, lancées pour la première fois au XIe siècle étaient des expéditions militaires menées au nom de la foi catholique ; elles étaient principalement destinées à reprendre le contrôle de la Terre sainte aux musulmans mais visèrent également les croyances jugées hérétiques en Europe. La vie intellectuelle fut marquée par la scolastique cherchant à concilier la foi et la raison et par l'apparition d'universités dans les grandes villes. La philosophie de Thomas d'Aquin, les peintures de Giotto, la poésie de Dante et de Chaucer, les récits de Marco Polo et l'architecture des grandes cathédrales gothiques comme celle de Chartres sont parmi les plus grandes réalisations de cette période.

Le Moyen Âge tardif fut marqué par des famines, la Peste noire et les guerres qui réduisirent fortement la population de l'Europe occidentale tandis que l'Église catholique traversa de profondes crises théologiques. Les changements culturels et technologiques de la période transformèrent néanmoins la société européenne et ouvrirent la voie à la Renaissance et à l'époque moderne.


4° LA RENAISSANCE

La Renaissance est une période de l'époque moderne associée à la redécouverte de la littérature, de la philosophie et des sciences de l'Antiquité, qui a pour point de départ la Renaissance italienne. En effet, la Renaissance naquit à Florence grâce aux artistes qui pouvaient y exprimer librement leur art : une Pré-Renaissance se produisit dans plusieurs villes d'Italie dès les XIIIe et XIVe siècles (Duecento et Trecento), se propagea au XVe siècle dans la plus grande partie de l'Italie, en Espagne, dans certaines enclaves d'Europe du Nord et d'Allemagne, sous la forme de ce que l'on appelle la Première Renaissance (Quattrocento), puis gagna l'ensemble de l'Europe au XVIe siècle (Cinquecento). On parle de Renaissance artistique au sens où les œuvres de cette époque ne s'inspirent plus du Moyen Âge mais de l'art gréco-romain.

La Renaissance s'accompagna d'un ensemble de réformes religieuses.
Selon l'historien René Rémond, une « Renaissance » se caractérise par :

l'apparition de nouveaux modes de diffusion de l'information,

la lecture scientifique des textes fondamentaux,

la remise à l'honneur de la culture antique (littérature, arts, techniques),

le renouveau des échanges commerciaux,

les changements de représentation du monde.

LÉONARD DE VINCI

Léonard de Vinci (Leonardo di ser Piero da Vinci écouter, dit Leonardo da VinciNote 2), né à Vinci le 15 avril 1452 et mort à Amboise le 2 mai 1519, est un peintre florentin et un homme d'esprit universel, à la fois artiste, scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste, peintre, sculpteur, architecte, urbaniste, botaniste, musicien, poète, philosophe et écrivain.

Après son enfance à Vinci, Léonard est élève auprès du célèbre peintre et sculpteur florentin Andrea del Verrocchio. Ses premiers travaux importants sont réalisés au service du duc Ludovic Sforza à Milan. Il œuvre ensuite à Rome, Bologne et Venise et passe les dernières années de sa vie en France, à l'invitation du roi François 1er.

Léonard de Vinci est souvent décrit comme l’archétype et le symbole de l’homme de la Renaissance, un génie universel, un philosophe humaniste, observateur et expérimentateur, avec un « rare don de l’intuition de l’espace »Note 3, et dont la curiosité infinie est seulement égalée par la force d’invention2. Nombre d'auteurs et d'historiens le considèrent comme l'un des plus grands peintres de tous les temps et certains comme la personne la plus talentueuse dans le plus grand nombre de domaines différents ayant jamais vécu.

La Joconde ou Mona Lisa de Leonardo De Vinci

C'est d'abord comme peintre que Léonard de Vinci est reconnu. Deux de ses œuvres, La Joconde et La Cène, sont des peintures très célèbres, souvent copiées et parodiées2, et son dessin de l’Homme de Vitruve est également repris dans de nombreux travaux dérivés. Seule une quinzaine d'œuvres est parvenue jusqu'à nousNote 5 ; ce petit nombre est dû à ses expérimentations constantes et parfois désastreuses de nouvelles techniques et à sa procrastination chronique5. Néanmoins, ces quelques œuvres, jointes à ses carnets contenant dessins, diagrammes scientifiques et réflexions sur la nature de la peinture, sont un legs aux générations suivantes d'artistes ; nombre de ces derniers le considérant comme seulement égalé par Michel-Ange.


Parmi les œuvres créées par Léonard dans les années 1500, se trouve un petit portrait connu sous le nom de La Joconde (1503-1506) ou, notamment pour les anglophones, sous le nom de « Mona Lisa ». Le tableau est connu, en particulier, pour l'insaisissable sourire sur le visage de la femme, dont les experts s'accordent à dire qu'il s'agit de Lisa Gherardini. La qualité de la peinture est peut-être liée au fait que l'artiste a subtilement ombré les coins de la bouche et les yeux, afin que la nature exacte du sourire ne puisse être déterminée. La qualité des ombres, pour lesquelles le travail est réputé, a été appelée « sfumato » ou « la fumée de Léonard ». Giorgio Vasari a écrit que « le sourire est si agréable qu'il semble divin plutôt qu'humain ; ceux qui l'ont vu ont été très surpris de constater qu'il semble aussi vivant que l'original »18. Néanmoins, et pendant longtemps, les experts ont généralement admis que Vasari a pu n'avoir jamais connu la peinture autrement que par sa renommée, car il l'a décrite comme ayant des sourcils. Une analyse spectroscopique à haute résolution a permis de confirmer l'hypothèse de Daniel Arasse qui, dans son livre Leonardo da Vinci (1997), discutait de la possibilité que Léonard ait pu avoir peint le visage avec des sourcils, mais qu'ils ont ensuite été enlevés, notamment parce qu'ils n'étaient pas en vogue au milieu du XVIe siècle. Effectivement, La Joconde aurait eu des sourcils et des cils qui ont, par la suite, été enlevés.

Les autres caractéristiques de ce travail sont la sévérité vestimentaire, laissant les yeux et les mains non concurrencés par d'autres détails, le paysage de fond spectaculaire, le travail des couleurs et la nature de la technique de peinture très douce employant des huiles, mais posées un peu comme la tempera et mélangées à la surface de sorte que les coups de pinceau semblent indissociables. Vasari a exprimé l'avis que la façon de peindre ferait même « le plus confiant des maîtres [de la peinture]… désespérer et perdre courage ». L'état de conservation remarquable et le fait qu'il n'y ait aucun signe visible de réparations ou de surcouches repeintes sont extrêmement rares pour une peinture de cette période.



La Création d'Adam (Michel-Ange, fresque de la chapelle Sixtine)

La Création d'Adam est l'une des neuf fresques inspirées du livre de la Genèse, peintes par Michel-Ange sur la partie centrale de la voûte de la chapelle Sixtine, dans la cité du Vatican. Elle constitue la quatrième histoire de cette série de neuf, précédée par la Séparation de la Terre et des Eaux, et suivie par la création d'Ève. Bien qu'évoquée relativement tôt dans la Genèse, donc dans la séquence des fresques ornant la voûte, la Création d'Adam n'a été achevée par Michel Ange que tardivement, vers 1511, alors que l'exécution de la voûte centrale dura de 1508 à 1512.

La Création d'Adam est une illustration du texte biblique du livre de la Genèse: 1, 26-27 : « Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa ». L’œuvre est particulièrement célèbre par le détail dans lequel l'index de Dieu, rejoignant celui d'Adam sans le toucher, donne vie à l'Homme.

La Création d'Adam est l'une des neuf fresques inspirées du livre de la Genèse, peintes par Michel-Ange sur la partie centrale de la voûte de la chapelle Sixtine, dans la cité du Vatican. Sources: Wikipédia Artiste : Michel-Ange sa dimensions : 4,8 m x 2,3 m

Michel-Ange

Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni (Caprese, 6 mars 1475 - Rome, 18 février 1564), dit en français Michel-Ange, est un sculpteur, peintre, architecte, poète et urbaniste florentin de la Haute Renaissance. Sa production en sculpture reste d'une grande qualité, est pourtant moins connue

Ses œuvres les plus connues sont universellement considérées comme des chefs-d’œuvres de la Renaissance :

David (1504), lequel a longtemps orné la façade du Palazzo Vecchio de Florence avant d'être transféré dans l'Académie des Beaux-Arts de la ville ;

La Pietà (1499), exposée dans une chapelle latérale de la basilique Saint-Pierre de Rome ;
Moïse (1515) du tombeau de Jules II dans la basilique Saint-Pierre-aux-Liens de Rome ;

Le plafond de la chapelle Sixtine - peint entre 1508 et 1512 ;

Le Jugement dernier - influencé par la fresque de Melozzo da Forlì Ascensione di Cristo - exécuté entre 1536 et 1541 sur le mur de l’autel de cette chapelle.

Architecte, il conçoit le dôme de Saint-Pierre de Rome.

Son œuvre a une influence considérable sur ses contemporains, si bien que sa « manière » de peindre et de sculpter est abondamment reprise par les représentants de ce qu'on appellera le maniérisme qui prospère dans la Renaissance tardive. Preuves de l'admiration que lui vouent les intellectuels et autres artistes de son temps, deux biographies sont publiées de son vivant ; la première est incluse dans Le Vite, recueil des biographies des artistes de la Renaissance, due à Giorgio Vasari en 1550, la seconde émane de son élève, Ascanio Condivi en 1553.

5° MANIÉRISME

Le terme « maniérisme » vient de l'italien manierismo (de l'expression bella maniera), dans le sens de la touche caractéristique d'un peintre en opposition avec la règle d'imitation de la nature1 et, en cela, fait partie des rares dénominations de courant artistique important surtout pratiqué sous le règne de François 1er.

Caractéristiques de l'art maniériste

C'est ainsi que l'on voit les œuvres maniéristes présenter :

un espace désuni, et souvent défini

une image trouble et obscure

une déformation et une torsion des corps, dont la figure serpentina dessinant un S

des tons acides et crus, hérités de Michel-Ange et la chapelle Sixtine à Rome

une recherche du mouvement

un art de codes, de symboles, de citations d'artistes classiques

un art de cour, qui s'adresse à des gens cultivés et lettrés

une exagération des formes qui caractérise le maniérisme du XVIe siècle.

EL GRECO

Jésus chassant les marchands du temple EL GRECO

Domínikos Theotokópoulos, dit El Greco, est un peintre, sculpteur et architecte, né en 1541 à Candie, en Crète, alors sous protectorat de la République de Venise, et mort le 7 avril 1614, à Tolède.

Il est considéré comme le peintre fondateur de l’École espagnole du XVIe siècle. Son œuvre picturale, synthèse du maniérisme renaissant et de l'art byzantin, est caractérisée par des formes allongées et des couleurs vives. S'il fut célébré de son vivant, il a été oublié pendant plus d'un siècle. Redécouvert au milieu du XIXe siècle par les romantiques français en particulier, sa peinture extravagante a suscité des commentaires innombrables, souvent en contradiction avec les faits historiques avérés. Sa singularité a influencé de nombreux artistes au XXe siècle, entre autres Picasso et Jackson Pollock.

Vue de Tolède (EL GRECO)

El Greco a gardé le tableau jusqu'à sa mort. Puis son fils Jorge Manuel l'a gardé jusqu'au moins 1621. Le propriétaire suivant a été Pedro Salazar de Mendoza à Tolede (on sait que le tableau lui appartenait en 1629). En 1639, le tableau faisait partie d'un inventaire à Madrid. Le tableau se trouvait dans le Palais Oñate (collection de Condessa de Añover y Castañeda).
Par l'intermédiaire de Ricardo de Madrazo, le tableau a été acquis par le marchand d'art Durand-Ruel à Paris ; celui-ci l'a vendu en 1909 pour 70 000francs à la collectionneuse new yorkaise Louisine W. Havemeyer. C'est à la mort de cette dernière que le tableau est entré au Metropolitan Museum of Art.

6° BAROCO

Art baroque Étymologie et origine
Le terme « baroque » vient du portugais « barroco » qui signifie « perle irrégulière ». Les idées germinales du baroque se retrouvent dans le travail de Michel-Ange. Le style baroque débute aux alentours de 1580.

Les historiens de l’art, souvent protestants, ont traditionnellement accentué le fait que le style baroque évoluait à une époque où l’Église catholique romaine réagissait face à plusieurs mouvements culturels produisant une nouvelle science et de nouvelles formes de religions – la Réforme.

On a dit que le baroque monumental était un style que la papauté pouvait instrumentaliser, comme le firent les monarchies absolues, en imposant une voie d’expression à même de restaurer son prestige, au point de commencement symbolique de la Contre-Réforme catholique. Que ce fût ou non le cas, son développement eut du succès à Rome  où l’architecture baroque renouvela largement le centre-ville ; peut-être la plus importante rénovation urbanistique.
Le XVIe siècle (ou 16e siècle) commença le 1er janvier 1501 (du calendrier julien) et finit le 31 décembre 1600 (du calendrier grégorien).

Pierre Paul Rubens (prononcé [ʁybɛns] à la belge), ou Peter Paul Rubens en néerlandais, et Pietro Paolo Rubens à partir de 1608, né le 28 juin 1577 à Siegen (Westphalie) et mort le 30 mai 1640 à Anvers, est un peintre baroque flamand.

Ixion roi des Laphites trompé par Junon qu'il voulait séduire (Rubens)

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez  (baptisé à Séville le 6 juin 1599 - mort à Madrid le 6 août 1660), dit Diego Velázquez, ou Diego Vélasquez en français, est un peintre baroque considéré comme l'un des principaux représentants de la peinture espagnole et l'un des maîtres de la peinture universelle.

Il passa ses premières années à Séville, où il développa un style naturaliste à base de clairs-obscurs. À 24 ans, il déménagea à Madrid, où il fut nommé peintre du roi Philippe IV et, quatre ans après, il devint peintre de chambre, charge la plus importante parmi celles dévolues aux peintres de la cour. Comme artiste, de par son rang de peintre de cour, il réalisa essentiellement des portraits du roi, de sa famille et des grands d’Espagne ainsi que des toiles destinées à décorer les appartements royaux. Comme surintendant des travaux royaux, il acquit en Italie de nombreuses œuvres pour les collections royales, des sculptures antiques et des tableaux de maîtres, et organisa les déplacements du roi d'Espagne.

Le baroque est un mouvement artistique qui trouve son origine en Italie dans des villes telles que Rome, Mantoue, Venise et Florence dès le milieu du XVIe siècle et qui se termine au milieu du XVIIIe siècle.

Le baroque, qui touche tous les domaines, se caractérise par l’exagération du mouvement, la surcharge décorative, les effets dramatiques, la tension, l’exubérance, la grandeur parfois pompeuse et le contraste, ce même contraste dont parlait Philippe Beaussant : l’époque baroque a tenté de dire « un monde où tous les contraires seraient harmonieusement possibles ».
Il touche tous les domaines artistiques, sculpture, peinture, littérature, architecture, théâtre et musique et se répand rapidement dans la plupart des pays d’Europe.


Peintres du XVIII siècle (dès 1700 à 1800)
Principaux représentants :
Antoine Watteau
Jean Honoré Fragonard
Jean-Baptiste Oudry
Jean Siméon Chardin
François Boucher
Jean-Baptiste Greuze
Jacques-Louis David
Joseph Aved
Jean Bardin
Louis Léopold Boilly
Claude Victor de Boissieu
Louis Michel van Loo
Jean Chardin
Jean Jouvenet
François de Troy
John Constable

7° LE ROMANTISME, NÉOCLASSICISME, RÉALISME

Le romantisme est un mouvement culturel apparu à la fin du XVIIIe siècle en Angleterre et en Allemagne et se diffusant à toute l’Europe au cours du XIXe siècle, jusqu’aux années 1850. Il s’exprime dans la littérature, la peinture, la sculpture, la musique et la politique. Il se caractérise par une volonté d'explorer toutes les possibilités de l'art afin d'exprimer ses états d'âme : il est ainsi une réaction du sentiment contre la raison, exaltant le mystère et le fantastique et cherchant l'évasion et le ravissement dans le rêve, le morbide et le sublime, l'exotisme et le passé. Idéal ou cauchemar d'une sensibilité passionnée et mélancolique. Ses valeurs esthétiques et morales, ses idées et thématiques nouvelles ne tardèrent pas à influencer d'autres domaines, en particulier la peinture et la musique.

La première période du romantisme (1770-1820) se développe en opposition au néoclassicisme (1760-1800). Là ou le néoclassicisme prône une beauté idéale, le rationalisme, la vertu, la ligne, le culte de l’Antiquité classique et de la Méditerranée ; le romantisme s’oppose et promeut le cœur et la passion, l’irrationnel et l’imaginaire, le désordre et l’exaltation, la couleur et la touche, le culte du Moyen Âge et des mythologies de l’Europe du Nord.

Néanmoins, le romantisme en peinture ne se définit pas qu’en termes d’opposition, et développe ses propres caractéristiques, influencées par le baroque :

L’individualisme, le sentimentalisme, le mysticisme,

Le culte du Moyen Âge, des « brumes du Nord » et de l’exotisme,

L'intérêt pour le drame, le combat, la folie et la violence en général,

La prise en charge des idéaux politiques révolutionnaires.

Eugène Delacroix, La Mort de Sardanapale, 1827


Ferdinand-Victor-Eugène Delacroix, né le 26 avril 1798 à Charenton-Saint-Maurice (Seine), mort le 13 août 1863 à Paris, est un peintre majeur du romantisme, tendance artistique particulièrement active en France pendant le tiers central du XIXe siècle.
Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Delacroix

Le Radeau de la Méduse Théodore Géricault (491 cm de hauteur et 716 cm de largeur)

Le Radeau de La Méduse est une peinture à l'huile sur toile, réalisée entre 1818 et 1819 par le peintre et lithographe romantique français Théodore Géricault (1791-1824). Son titre initial, donné par Géricault lors de sa première présentation, est Scène d'un naufrage. Ce tableau, de très grande dimension (491 cm de hauteur et 716 cm de largeur), représente un épisode tragique de l'histoire de la marine française : le naufrage de la frégate Méduse, qui s'échoue sur un banc de sable au large des côtes de l'actuelle Mauritanie, le . Au moins 147 personnes se maintiennent à la surface de l'eau sur un radeau de fortune et seuls quinze embarquent le 17 juillet à bord de L’Argus, un bateau venu les secourir. Cinq personnes meurent peu après leur arrivée à Saint-Louis du Sénégal, après avoir enduré la faim, la déshydratation, la folie et même le cannibalisme. L’événement devient un scandale d'ampleur internationale, en partie car un capitaine français servant la monarchie restaurée depuis peu est jugé responsable du désastre, en raison de son incompétence.

Théodore Géricault, né le 26 septembre 1791 à Rouen et mort le 26 janvier 1824 à Paris, est un peintre, sculpteur, dessinateur et lithographe français.

Incarnation de l’artiste romantique, sa vie courte et tourmentée a donné naissance à de nombreux mythes. Son œuvre la plus célèbre est Le Radeau de La Méduse (1818-1819).


Dernière édition par Admin le Mer 23 Mar - 18:13, édité 1 fois (Raison : accès et vulgarisation des connaissances, altruisme, art, humanisme)
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 425
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum