trombinoscope sociale

étique, morale et laicité

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

étique, morale et laicité

Message  Cogito ergo sum le Sam 7 Avr - 16:58

Rappel du premier message :

Un internaute écrit:

Vous accusez vos adversaires politiques de sottise. Si vous avez reçu une éducation chrétienne, je me permet de vous rappeler l'image de la paille et de la poutre qui s'applique bien à votre façon de considérer
le monde.

Comment pouvez vous penser que toute générosité, tout altruisme, tout amour du prochain appartiennent EXCLUSIVEMENT à votre parti, êtes vous incapable d'admettre que vos adversaires eux aussi éprouvent
comme vous de bons sentiments. Des siècles de christianisme ont tout de même façonné les pays chrétiens dans l'amour du prochain, la pitié pour ceux qui souffrent, l'entraide, sentiments qui n'existent pas en pays islamiste, où la loi de la charia, oeil pour oeil dent pour dent, brutalité envers les femmes, règnent sans contrepartie.

A moins que vous ne soyez vous même musulman, et que vous ne donniez au Coran une origine divine, à laquelle il est impossible de ne pas se conformer, je ne comprends pas votre aveuglement. Ce n'est pas par
égoïsme que nous ne voulons pas d'un trop grand nombre de musulmans dans notre pays, mais tout simplement parce que nous ne voulons pas de leur religion
.


MA RÉPONSE AU DIT FORUMEUR:

Petit rappel pour un internaute qui va se reconnaître:

Tout citoyen sur le sol de la république doit respecter la constitution et la législation dans sont intégralité, par mémoire l'article 1 de la constitution

..."La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales"...


Aucun individu, peu se prévaloir d'intellectuel sans avoir au moins une fois lu la législation et tout particulièrement la constitution, puis moins encore se targuer de connaissances si au moins ne reconnais pas l'histoire

Hors nous devons autant garder le souvenir du début des années 700 et la conquête de la péninsule ibérique par l'armée de Olbàn (Julian) de Ceuta, que les faits du christianisme pendant le moyen âge aura pratiqué des expéditions militaires, avec multitude de conséquences, où même Saint Rustine émet une théorie sur la guerre juste

Vue ainsi l'histoire, aucune des grandes religions donc vous faites allusion aura les mains sans sang, pour donner des leçons.

La laïcité reste pour le dit gramophone une philosophie!
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas


Les français de confession musulmane & droit de vote?

Message  Cogito ergo sum le Sam 1 Sep - 20:06

Dans le blog d'Ivan Rioufol je viens de trouver un commentaire.

Un internaute affirme que que 90% des musulmans sont à l'origine du triomphe électoral de François Hollande

Voilà le lien pour vérification et puis le texte de sont commentaire:

..."
Parigoth en réponse au commentaire de Sourie | 30 août 2012 22h34 | Répondre

En plus, je ne vous comprends pas. Si les Musulmans n'ont pas fait élire Hollande, il n'a pas à leur donner des compensations. On comprend mieux pourquoi il fera passer la loi sur le mariage homosexuel sans problème.

J'ai l'impression effectivement que nous ne comprenons pas bien, mais je n'ai plus toutes les données ni l'historique en tête.

Le sondage Opinion Way & Fiducial a exposé que grosso modo 90 % des musulmans avaient voté pour Hollande.
J'avais donné à l'époque -faute de statistiques « officielles » interdites dans notre beau pays démocratique façon URSS pratiquant la culture du secret- un lien donnant néanmoins une estimation du nombre de musulmans en France (après on peut toujours ergoter sur le nombre de pratiquants et sur le nombre de musulmans de fait car nés de père musulman, en toute rigueur le chiffre à prendre en compte).

En se livrant à quelques calculs du niveau du Cours Élémentaire on peut en déduire une estimation de l'apport du vote musulman à Monsieur Hollande, qui lui en est donc redevable.

Par ailleurs, le fait que cet électorat se soit prononcé en faveur d'un parti favorable au soi-disant « mariage » homosexuel est purement tactique et conjoncturel et ne préjuge en aucune manière d'un changement radical d'attitude en cas d'inversion des rapports de force.
Il y a des gens qui au P.S et ailleurs pourront alors numéroter leurs abattis.

Ceci étant, soyez persuadée que je ne cherche en rien à vous agonir d'injures, surtout quelqu'un qui descend de quelqu'un de très important mais on ne saura pas qui, j'espère au moins qu'il ne s'agit pas de celui qui descend de l'arbre ;-)"...

Ma réponse ne se fait pas atteindre


Il faut d'une modifier le code électoral

et de deux porter plainte pour annuler l'élection

avant il faut ajouter au code électorale

que seul les français ayant un parent né en France ont le droit de vote aux élections présidentielles

Je suis scandalisé de trouver des propos si absurdes


Dernière édition par Nestor Ramirez le Sam 1 Sep - 20:25, édité 1 fois (Raison : droite de vote, code électoral, musulmans)

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

De Tariq RAMADAN

Message  Cogito ergo sum le Sam 1 Sep - 22:35

Dans le site de TARIQ RAMADAN

Je viens de lire un sujet très intéressant, voici le texte et le lien:

http://www.tariqramadan.com/spip.php?article12426

Que l’on vive dans une société majoritairement musulmane ou en tant que minorité religieuse, en Orient ou en Occident, être musulmans est devenu synonyme de questionnements, de problèmes, de tensions, de méfiance, voire de conflits et de guerres.

Le phénomène est désormais global et sa normalisation a des conséquences sur les perceptions, les relations, les discours et les politiques qui se déterminent au niveau local, régional, national et international.

Il n’est pas une semaine qui passe sans que, à un endroit du monde, la « question de l’islam » soit abordée au travers d’une controverse locale, d’un conflit régional, d’un débat national soit encore à travers les courants extrémistes violents, ou les littéralistes, ou encore les islamistes qui accèdent au pouvoir en Tunisie, au Maroc, en Égypte (et ce des années après avoir gagné les élections en Palestine). L’islam, au-delà même des interprétations extrêmes ou littéralistes ou politiques, fait problème et la globalisation de l’information renforce une psychologie collective mondiale qui est en train de rendre naturel, d’une part, le doute, la méfiance, voire la stigmatisation et, d’autre part (du côté des musulmans), des réactions défensives, qui vont d’une mentalité de victime à une agressivité parfois incontrôlée.

Une époque bien difficile pour les musulmans qui doivent, localement et mondialement, faire face à de nombreux défis.

La confusion est générale et tout semble lié, mêlé, au cœur d’un flot continu de couvertures médiatiques et d’informations qui est difficile à gérer, à analyser, à décrypter.

Les foulards finalement acceptés par la FIFA aux Jeux Olympiques (mais toujours refusés en France) ; des rassemblements de protestations contre la shari’a dans les rues de Londres ; une vaste mobilisation contre l’application de cette même shari’a aux États-Unis ; quatre animateurs renvoyés (puis réintégrés) de leur travail en France car ils pratiquent le jeûne du Ramadan ; puis encore des propos outrageants contre les musulmans aux Pays-Bas… tout cela est amplifié par la couverture médiatique immédiate et par internet et fait écho à la montée de l’islam politique après les soulèvements arabes, à la guerre civile en Syrie, à la question israélo-palestinienne, aux tensions shiites-sunnites, à la lapidation appliquée au Nord du Mali par des salafistes littéralistes et à la résurgence des appels à une application plus stricte de l’islam au Pakistan, en Malaisie et dans certaines pétromonarchies. Sans oublier la répression qui continue de s’abattre sur les musulmans en Chine, en Birmanie aujourd’hui, et les tensions inter religieuses dans de nombreux pays africains et asiatiques.

Observer l’état du monde et des sociétés impose de considérer la question de l’islam : elle habite la coexistence des religions, le rapport entre les civilisations, la question de la sécularisation, les choix idéologiques et les modèles étatiques, les rapports aux cultures régionales et à la mondialisation, la question des sociétés civiles, le statut des femmes et des citoyens. Impossible de faire l’impasse : chaque être humain responsable est confronté à la question de l’islam et doit se faire une idée, porter un jugement et prendre une position en conséquence.

Il existe des lobbies et des centres d’influence idéologique qui ont un intérêt certain à maintenir la pression médiatique dans le but de faire de l’islam une menace, et des musulmans des êtres douteux et dangereux.

On se souvient de ce qu’affirmait David Yerushalmi (l’homme qui est l’instigateur de la campagne anti-shari’a aux États-Unis) : même si l’application d’un projet de loi contre la shari’a échoue, l’essentiel consiste à faire du bruit, à créer la controverse et à ancrer dans l’esprit du citoyen ordinaire l’idée que l’islam est une menace.

En ce sens même un échec retentissant (dans une campagne contre l’islam) est un succès par le seul fait qu’il soit retentissant. On retrouve cette logique parmi les populistes de nombreux pays et les campagnes médiatiques ciblées fonctionnent selon le même mode dans le traitement à géométrie variable des réalités des sociétés majoritairement musulmanes.

Le silence très majoritaire des médias occidentaux sur les dictatures de Ben Ali ou de Moubarak (quand ils étaient des alliés en poste) a brusquement fait place au soutien aux démocraties avec des questionnements ciblés sur le traitement des femmes, des homosexuels et des minorités religieuses sous les nouveaux régimes.

Autant de questions que l’on ne posait pas aux dictateurs et que l’on aborde bien timidement quand il est question des alliés des pétromonarchies. On connaît ces couvertures médiatiques tout à fait idéologiques et les traitements douteux de l’information.

Il reste qu’il ne s’agit pas « d’une conspiration globale » contre l’islam et les musulmans comme certains le fantasment de façon parfois délirante. Il existe des centres d’intérêts idéologiques mais il est évident que la machine médiatique et la réaction politique qui s’ensuit sont entrées dans une logique qui fonctionne en cercle très vicieux. Les controverses alimentent l’intérêt du public, font le jeu des populistes et des alarmistes, qui alimentent davantage le propos à des fins électoralistes : les médias suivent car à terme le succès d’audience est assuré. A l’heure de la technologie de pointe, du traitement instantané de l’information et de la compétition globale, l’islam est rentable.

Clairement, l’islam produit de l’argent et de substantiels gains. Entre les manipulations idéologiques et les logiques capitalistes, le sujet de l’islam, et donc le destin des musulmans, sont enfermés dans une dynamique négative, pour ne pas dire oppressante.

Comment en sortir ?

Comment, a fortiori, sortir d’une mentalité de victime qui souvent s’impose à nous tant le tsunami mondial, médiatique et politique, qui fait de l’islam une menace globale de l’ère moderne, semble tout emporter sur son passage. Paradoxalement, il faut noter que ce phénomène lui-même – avec tout ce qu’il a de négatif – draine avec lui les éléments de son possible dépassement. Quand tout le monde se questionne sur l’islam et les musulmans – sans toujours savoir de quoi il retourne -, il appartient à ces derniers de s’engager à expliquer, à enseigner, à dialoguer. Si leur visibilité mondiale fait problème à cause de leurs tenues vestimentaires, de leurs noms, de leurs couleurs (ou des conflits régionaux), il ne s’agit pas de devenir moins visibles mais mieux visibles : l’époque moderne appelle les musulmans à un jihad global de la connaissance, de l’enseignement, du dialogue, de la communication et de la résistance. Un jihad du témoignage serein, pacifié et pacifique. Cela commence par une connaissance de soi, une autocritique évitant les tromperies apologétiques autant que l’auto flagellation instrumentalisée. Une conscience musulmane doit naître qui sache dire ce qui est de l’islam et ce qui n’en est pas (dans le respect de la diversité et le pluralisme) et dénoncer les hypocrisies quant à soi autant que les mensonges des idéologies intéressées et/ou populistes. Une conscience ouverte qui sache recevoir les questions légitimes d’une majorité qui cherche à comprendre autant qu’une conscience courageuse qui ose faire face aux racismes d’une minorité qui trompe, ment et manipule. Il s’agit d’un engagement individuel, local, national, mondial. La dynamique qui fait aujourd’hui de l’islam un problème contribue à en faire une question : les musulmanes et les musulmans sont responsables, au premier chef, d’être les témoins confiants de ses réponses.

Je suis d'accord avec le professeur T. Ramadan sur presque la totalité de la sagesse de sont expression.

Je diverge dans un petit détail, en fin, sans verser dans la pédanterie, la cause de l'incivilité doit être éradiquée, et c'est pour moi, la misère intellectuelle qui s’accroît vertigineusement, là les nations dites "occidentales" auraient pris dix ou vingt ans de retard.



Dernière édition par Nestor Ramirez le Sam 1 Sep - 22:38, édité 1 fois (Raison : tariq Ramadan, gramophone, être musulman, laïcité, Nestor Elias Ramirez Jimenez)

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: étique, morale et laicité

Message  Cogito ergo sum le Sam 1 Sep - 22:43

Du professeur et philosophe Tariq RAMADAN

http://www.tariqramadan.com/spip.php?article10721

« Égalité, liberté, humanité, raison, émotion, mémoire, doute : ces notions appartiennent à toutes les traditions et à toutes les philosophies. Mais leur vérité absolue n’est la possession de personne. L’universel ne peut être qu’un universel partagé. »

On affirme que le monde global est « un village ». Étrange village où les habitants s’ignorent entre eux et s’ignorent eux-mêmes. Envahis par le doute et la méfiance, nous regardons l’autre comme un miroir négatif dont la différence nous définit, nous « identifie » et nous rassure. Sans nous débarrasser de nos peurs et de nos particularismes. Comment sortir de la prison individualiste ? Comment retrouver le goût de l’interrogation, de la critique constructive et de la complexité ? En adoptant tout d’abord une attitude de pudeur et d’humilité, répond Tariq Ramadan dans cet essai, véritable invitation au voyage sur les sentiers du cœur, de l’esprit et de l’imaginaire. Invitation à naviguer vers l’autre – quelles que soient ses traditions, sa psychologie, sa religion –, car comme les rives font l’océan, « c’est la pluralité des cheminements humains qui façonne la commune humanité des hommes ». C’est ce pas que nous invite à faire Tariq Ramadan : se risquer vers autrui. Aucune connaissance philosophique ou religieuse n’est requise pour se mettre en route, mais seulement humilité, respect, curiosité et détermination.

Livre publié aux Presses du Châtelet,

ISBN 978-2-84592-282-2 H 50-5948-0-0810

19,95 € prix France TTC

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: étique, morale et laicité

Message  Cogito ergo sum le Dim 2 Sep - 1:58

Los foros

En internet hoy en día toda persona disponiendo de un acceso web esta autorizada a intervenir a publicar sus ideas. Los foros y los blogs pueden ser creados gratuitamente.

La opinión y el discernimiento

Si todo usuario de internet puede opinar, esto no significa que automáticamente su discernimiento y sus ideas sean fundadas sobre la razón; en otros términos la cantidad de publicaciones siendo casi infinita esto afecta matemáticamente la calidad.

Solo los usuarios del web, suficientemente inteligentes para expresarse sobre la base científica y metodológica, ofreciendo argumentos sobre la base exclusiva de fuentes validas y honestas, puede ser considerado como digno de crédito

Si hablamos de ciencia y metodológica quiere decir que se aplica al texto, a su redacción, algunas leyes básicas conocidas en ciencias puras y ciencias puras.

Las ciencias dicen que una proposición es verídica a condición de que cualquier persona, sobre la tierra, pueda constatar el mismo hecho.

Es decir que un texto para adquirir nobleza debe pasar por un proceso, que consiste en una verificación sistemática de los argumentos

En otros términos si admitimos por verdadera una expresión sin hacer constataciones sobre su veracidad, tomamos el riesgo de encontrar un DEBATE CONTRADICTORIO, en el cual nuestro sujeto se reduce a la calidad de mentira

He visitado varios foros y uno me ha llamado la atención desde luego que los blogs permiten el acceso sin principio excepto que cuando nos inscribimos podemos además de leer, responder, cosa más interesante.

Sin debate contradictorio no se puede avanzar y progresar intelectualmente

Como progresaríamos intelectualmente

Hay une expresion muy clara al sujeto que viene de Voltaire al parecer, en francés pero la traducimos

"Je déteste ce que tu dis mais je me ferais tuer pour que tu puisses toujours le dire."

traducida al español

“Yo detesto lo que usted dice pero me haría matar por que usted pueda siempre opinar”

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mystification et vénération

Message  Cogito ergo sum le Mer 16 Déc - 8:27

Mystification et vénération

Joigny 16 décembre 2015

Depuis la nuit des temps l'humain aura cru comprendre qu'il y a deux éléments associés à la personne. La partie matérielle et la partie spirituelle.

Avec l'évolution des moyens d'analyse scientifiques certains questions donnant fondement ou racines à des concepts métaphysiques (domaine exclusif des religions) auraient dû opérer des mutations,  sorte  de mise à jour pour  ne pas disparaître.

Les mythes

En règle générale nous sommes devant de récits sur des réussites ou échecs en dehors de la capacité type de l'humain. Il faut rappeler que c'est dans la plus part des cas un fait transmis de préférence par voie orale.

Hors exposé de part le temps et l' absence de rigueur scientifique à tout genre d'altération et sublimation un fait à l'origine naturel et même banal fini dans un récit sublime qu'au passage du temps  deviendra un acte divin.

L'origine du mythe et des divinités

C'est d'une part l'ignorance et d'autre par nécessairement des sentiments très forts qui poussent l'humain à vénérer un autre humain qu'il soit tangible ou pas.

Avec du temps l'être adulé peu devenir divinité c'est à dire domicilier à l'olympe. Parce que au départ une petite liste d'échanges d'une banalité courante mais interprétés avec amour auraient créé sont rang. Si d'avantage l'échange est faussée parce qu'il y a une dose d'incompréhension et ou interprétation affichée sur le plus simple geste  (entrelacer les main, jouer avec les cheveux) il risque de naître dans un mélange évident de frustration et désir un phénomène issu de l'impuissance manifeste à satisfaire jusqu'à but le souhait qui se cristallise en idolâtrie

(psychologie et évolution de l'amour platonique
)

Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONTRE L'ANARCHIE ET TOUTES SES FORMES

Message  Cogito ergo sum le Ven 27 Jan - 17:18

MILLE MANIÈRES POUR LES ANARCHISTES DE NOYER LE POISSON



ATTENTION AUX ESPRITS FRÊLES

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }
Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ (études de l'Institut Technique Industriel à Cartago et de l'Université Technologique à Pereira en Colombie)




Fait à Cereté Cordoba Colombie le vendredi 27 janvier 2017



1° Libertarianisme :


c'est une idéologie sorte de fille hors mariage entre anarchie et capitalisme, l'enfant bâtard quoi. Qui prône oui un état mais alors qui laisserait chacun faire ce qu'il veut bien avec sa propriété et le fruit de ses négoces. Pour donner une dimension tangible prenons George Soros, Lloyd Blankfein, Carlos Slim Helu, en fin aujourd'hui 62 personnes en tout et pour tout qui se partagent à eux seuls la moitié de la richesse de la terre.


2° Anarcho-capitalisme :


c'est une bande de "illuminés" qui vont encore plus loin, car les 62 admettent l'état alors qu'en vérité ils arrivaient à le contraire par via du lobby. Ceux-ci ne veulent alors, mais pas de tout de l'état. Eux veulent pouvoir faire tout à leur sauce, c'est à dire pas grande différence avec George Soros, Lloyd Blankfein, Carlos Slim Helu qui font déjà de la terre un grand casino.


3° Plateformisme :


encore un autre enfant bâtard des anarchistes de côté de la Russie, une infime bourgeoisie qui fini pour atterrir en France pour certains. Mais cela reste des anarchistes point.


4° Marixisme libéral :


Marx se retournerait dans sa tombe ! Parce le libéralisme admet des seigneurs propriétaires, hors Karl Marx ne pouvait pas tolérer que la propriété existe. Alors de nous jours des petits "illuminés" qui pètent plus haut que leur ego, s'improviseraient à créer des variantes de l'anarchie.


Le but comment je crois l'avoir compris étant de offrir aux ignorants, aux écervelés, autant de portes grand-ouvertes pour qu'ils entrent et ainsi leur laver d'avantage le cerveau.


Alors oui c'est une monumentale antinomie, que d'établir une idéologie nommé ainsi.


5° Anarocho-syndicalisme :


Où pouvons nous associer une fois de plus le syndicalisme qu'exige des règles, des normes, de la hiérarchie pour s'occuper des intérêts des classes ouvrières ; avec l'anarchie qui s'oppose radicalement à des associations pour gérer quoi qu'il soit, et surtout que s'oppose à l'ordre et du fait à un état en tant que république ou nation.


6° Collectivisme-libérale :


Voilà un abus absurde du langage, car collectivisme, voudra qu'il ait une sorte de referendum pour chaque décision importante, (la Suisse petit pays d'ailleurs pratique cette forme de démocratie, plutôt bien) serait validé par l'ensemble des membres de la collectivité. Mais alors, je vois mal que des libéraux puissent partager cette idée là, où leur volonté serait moins importante que la décision du collectif. Une ânerie de plus, ou une tentative raté à mon sens de déguiser d'une manière grotesque l'anarchie. Une manière de plus.


Vos quantiques et autres berceuses à enchanter des néo-nés ne sont pas de taille à me perturber loin de là. Vos 6 ou 10 ou 6000 manières de présenter des absurdes manières de déguiser l'anarchie ne sont que ça des déguisements périmés

Sur le même sujet:

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }
PARLONS SANS LANGUE DE BOIS SUR LES DIFFÉRENTES ÉCOLES DE L'ANARCHIE


ANARCHIE ET COMPORTEMENT


Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ (études de l'Institut Technique Industriel à Cartago et de l'Université Technologique à Pereira en Colombie)


Fait à Cereté Cordoba Colombie le vendredi 27 janvier 2017


Pour l'ensemble des thèses anarchistes, tout de suite sachons que FRIEDRICH HAYEK ( 1899 – 1992) s'attache avec méthodologie et ténacité à organiser d'une des manières les plus modernes, l'économie en tant que mouvement rationnel de capital, ce n'est pas pour rien qu'il est prix Nobel de sciences économiques en 1974.


UNE SOCIÉTÉ INDISSOCIABLE


PSYCHOLOGIE SOCIALE


Maintenant puisque monsieur Hayek aura aussi touché à la psychologie, il faut savoir que l'individu humain à la naissance et jusqu'à l'adolescence, ne sais pas vivre seul, ne saura jamais capable de se débrouiller pour survivre, c'est une longue tradition donc celle du caractère sociale des humains.


Dans une société de plus en plus interdépendante, si étroitement liée via les réseaux sociaux, l'internet, la musique mais aussi, toutes les sortes de production industrielle, agricole et au-delà, avec l’avènement des nouvelles formes de transport, les biens les denrées alimentaires, peuvent être distribuées dans le monde entier.


Il relève de l'affabulation toute thèses qui tenterait de présenter l'individu indépendant comment voie la meilleure d'une quelconque forme de fonctionnement de la société. Et cela quelque soit une parmi les micro branches des anarchistes.


Ce serait du charlatanisme éhonté que de penser un seul instant que les êtres humains s'en sortiraient beaucoup mieux alors qu'en connaissance de cause Thomas Hobbes (1588 – 1676) nous avait prévenu des conséquences, puisque il y aura des gens plus faibles que d'autres, donc nous irions droit vers le désordre et la confusion. Toujours est-t-il que Hayek a travaillé justement dans le sens de l’organisation très minutieuse de formules et algorithmes pour donner d'avantage de lisibilité à la rente du capital entre autres rentes ; reste assez curieux que des dits gens "bienpensants" tout à coup puissent faire abstraction du besoin d'ordre quel qu'il soit.


LE PRIX


Puisque Hayek aura travaillé sur le prix, quand on parle de rendement du capital, il y a aussi le prix, des crédits, des emprunts, la plus-value, al rente, sauf que Hayek observe de manière romantique, naïf le prix, car il lui donne une qualification fondamentale. Le prix serait pour ainsi dire en capacité de donner un volume d'information considérable (informationnel). Hors le prix peut-être pour l'époque aurait difficilement contenu tant d'information.


Pour notre temps, le prix est constitué non pas exclusivement de facteurs en relation à la pénurie ou l'abondance mais plutôt en relation à des stratégies sournoises mise en place par les agents du marché, le coton est vendu au Bénin à 0,15 US$ la livre ; au Burkina Faso à 0,17 US$ ; en Côte d'Ivoire à 0,20 US$ et au Mali à 0,18 US$, mais il est côté à la bourse de New York à 73,88 les 100 livres c'est à dire 0,74 US$ la livre (une tonne = 2204,62 livres, un US$ = 0,93515€) donc le prix à évolué trois fois presque quatre c'est-à-dire plus de 380 % d'augmentation. C'est simplement parce qu'il y a eut une chaîne de spéculateurs qui s' auraient échangé la matière première en tant que marchandise à chaque fois avec une marge de bénéfices. C'est bien le nombre d'échanges qui fait accroître le prix plus que le changement d'état ou le transport. La moyenne d'achat pour les quatre pays africains étant de 17,69 US$ les cent livres vendu au prix réel à la date que j'écris 47,19 US$ les cent livres à New York, nous pourrions ainsi lister toutes les matières premières, toutes les matières brutes, (à valeur ajouté dérisoire) leur prix dans le pays d'origine sera bien différent au prix pratiqué dans les bourses d'échange des trois ou quatre plus grandes villes en tête de la finance mondiale.


Le prix n'est pas et ne sera jamais un prix informationnel, comment le souligne le prix Nobel Hayek, mais le prix reflete une hausse qui reste absolument liée au nombre de marchands qu'auraient eut à manipuler le cour dans le marché mondiale.




LA CONCURRENCE


Hayek explique en 1945 qu'il est une erreur vouloir mettre des normes pour la gestion de la concurrence. Nous savons par expérience que l'industrie financière fuit de toutes ses forces la transparence, parce qu'il serait alors difficile de tromper l'opinion si les petits actionnaires savaient la réalité.


Il y a une tendance très puissante (lobby) à maintenir opaque le système des échanges financiers de par le monde. L'idée de Hayek d'une concurrence naturelle, relève d'une vision soit naïve soit volontairement, intentionnellement répandu pour mieux tromper l'opinion.


Je penche pour cette deuxième, parce que dans les années 1940 nous avions déjà connu les causes de la crise de 1929, et en tout état de cause Hayek ne pouvais pas ignorer la réalité.


La concurrence surtout en matière des marchés financiers, est impossible, parce les manipulateurs, spéculent par nature avec le cour des matières.


À un moment "T" ils récupèrent des milliards, ils ajoutent une petite quantité de leurs fonds, font un achat de grand volume, non pas pour un besoin de matières.


L'achat de millions de tonnes de coton, de soya, n'a pas pour but ultime de le transformer et produire des dérives mais de provoquer par l'achat compulsif, la raréfaction du produit, qui produit comment conséquence une évolution du prix dans les écrans toujours vers le haut. Puis à un moment "T2" programmé vendre tout, pour obtenir entre T1 et T2 un gros pécule. Ce n'est pas de tout de la concurrence mais tout simplement de la spéculation.




SIMILITUDES TROUBLANTES


Pour tout un économiste du niveau de Hayek très proche de L. Von Mises, vu les travaux de mathématique et psychologie encore connus de nous jours ?


Je suis de plus en plus convaincu qu'ils savaient que les marchés financiers et de devises seraient une sorte de casino à la taille de la terre ou les plus avisés (des cercles très fermées de la finance) pourraient sans majeur objection des état devenir les rois du monde. Reste une collusion ou connivence à mon sens même pas masquée entre les idées des rois de la spéculation financière, et des petits boursicoteurs, qui sans jamais travailler, trouvent naturel d'engranger des bénéfices du jeux de bourse.


Je suis absolument sur que pour tenter de noyer le poisson, ici et là, nous allons trouver des petits boursicoteurs, des petits bourgeois, vivant aisément, comment parasites et sangsues du fruit du travail ; qui tenteraient de pieds et de main de vous sortir une je ne sais pas quelle différence entre toutes les variantes où la présence de normes, des règles, de législation est un obstacle a peine à leur cupidité.


ENTRE IDÉE ET PRATIQUE


La meilleure manière de noyer le poisson étant celle du champ des idées, des thèses, des philosophies ; nous pouvons seul parler d'anarchie du point de vue idéologique que depuis 1840.


Mais en pratique l'anarchie existe depuis la nuit de temps, mais avec l'évolution des peuples, cette forme absconse de gestion ne pouvait pas survivre. Nous pouvons constater la présence de l'anarchie bien qu'évolue, lorsque nous réussissons à partager ainsi soit quelques semaines avec des tribus sauvages, encore qu'ils ont des règles, des normes, des coutumes, d'usage, face à des actes considérés anormaux, comment le vol, ou le meurtre.


Nous constatons que parmi ses ethnies (encore vérifiable sur certains tribus au fin fond de la Papouasie, ou l'Amazonie) il y a des leaders et même que leur pouvoir est transmit par héritage, et reste un pouvoir sur la santé, l'économie et la politique.


Là encore nous pouvons une fois de plus constater que toutes les formes imaginables de désaccord avec la notion de gouvernance, toutes, sans exception ont en commun le souhait de vivre sans dieu ni loi.


C'est même d'après Pierre-Joseph Prudhon un approche théorique "communiste" qui sous couvert de "tout" liberté, donne entrée à des esprit simples (soit des aliénés), obtus (soit des malveillants) ou des nuisibles qui sachant que l'humain est grégaire, que l'humain à 70 % est maintenu volontairement ignorant, (CAP, BEP, DEUT, et tout genre de spécialisations, quand ce n'est pas des échec au bac tout simplement) reste donc très facile de leur changer la conscience pour un trou.


UN MENSONGE ÉHONTÉ POUR DES SOTS


Croire qu'il est possible que chacun puisse faire ce qui lui plaît sans recevoir d'ordre de personne, quelque soit l'idéologie, cela revienne à une forme proche de l'anarchie, une forme de gouvernance possible sans doute pour un groupe de la taille d'une famille en milieu de la jungle.


Mais pas une forme de gestion équitable pour une ville, un département ou un continent avec la complexité que cela induit surtout en matière d'évolution des sciences et technologies.


Car il est impossible la gestion des nations sans une orientation, impossible la gestion des continents sans chercher la coordination de politiques pour le bien des majorités, en faveur de principes altruistes, humanistes et de pérennité des espèces en concurrence avec l'homme. Cela ne veut pas dire que le système actuel soit idéal; loin de là, si des sectes, des terroristes, des groupes ultra droite prolifèrent la cause naît dans l'augmentation des-mesuré des dérives sur l'autel de la cupidité pratiquée de plus en plus aux yeux de touts, avec la complicité des gouvernants des état de droite comment de gauche
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONTRE L'ANARCHIE ET TOUTES SES FORMES

Message  Cogito ergo sum le Ven 27 Jan - 17:18

MILLE MANIÈRES POUR LES ANARCHISTES DE NOYER LE POISSON



ATTENTION AUX ESPRITS FRÊLES

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ (études de l'Institut Technique Industriel à Cartago et de l'Université Technologique à Pereira en Colombie)


Fait à Cereté Cordoba Colombie le vendredi 27 janvier 2017



1° Libertarianisme :


c'est une idéologie sorte de fille hors mariage entre anarchie et capitalisme, l'enfant bâtard quoi. Qui prône oui un état mais alors qui laisserait chacun faire ce qu'il veut bien avec sa propriété et le fruit de ses négoces. Pour donner une dimension tangible prenons George Soros, Lloyd Blankfein, Carlos Slim Helu, en fin aujourd'hui 62 personnes en tout et pour tout qui se partagent à eux seuls la moitié de la richesse de la terre.


2° Anarcho-capitalisme :


c'est une bande de "illuminés" qui vont encore plus loin, car les 62 admettent l'état alors qu'en vérité ils arrivaient à le contraire par via du lobby. Ceux-ci ne veulent alors, mais pas de tout de l'état. Eux veulent pouvoir faire tout à leur sauce, c'est à dire pas grande différence avec George Soros, Lloyd Blankfein, Carlos Slim Helu qui font déjà de la terre un grand casino.


3° Plateformisme :


encore un autre enfant bâtard des anarchistes de côté de la Russie, une infime bourgeoisie qui fini pour atterrir en France pour certains. Mais cela reste des anarchistes point.


4° Marixisme libéral :


Marx se retournerait dans sa tombe ! Parce le libéralisme admet des seigneurs propriétaires, hors Karl Marx ne pouvait pas tolérer que la propriété existe. Alors de nous jours des petits "illuminés" qui pètent plus haut que leur ego, s'improviseraient à créer des variantes de l'anarchie.


Le but comment je crois l'avoir compris étant de offrir aux ignorants, aux écervelés, autant de portes grand-ouvertes pour qu'ils entrent et ainsi leur laver d'avantage le cerveau.


Alors oui c'est une monumentale antinomie, que d'établir une idéologie nommé ainsi.


5° Anarocho-syndicalisme :


Où pouvons nous associer une fois de plus le syndicalisme qu'exige des règles, des normes, de la hiérarchie pour s'occuper des intérêts des classes ouvrières ; avec l'anarchie qui s'oppose radicalement à des associations pour gérer quoi qu'il soit, et surtout que s'oppose à l'ordre et du fait à un état en tant que république ou nation.


6° Collectivisme-libérale :


Voilà un abus absurde du langage, car collectivisme, voudra qu'il ait une sorte de referendum pour chaque décision importante, (la Suisse petit pays d'ailleurs pratique cette forme de démocratie, plutôt bien) serait validé par l'ensemble des membres de la collectivité. Mais alors, je vois mal que des libéraux puissent partager cette idée là, où leur volonté serait moins importante que la décision du collectif. Une ânerie de plus, ou une tentative raté à mon sens de déguiser d'une manière grotesque l'anarchie. Une manière de plus.


Vos quantiques et autres berceuses à enchanter des néo-nés ne sont pas de taille à me perturber loin de là. Vos 6 ou 10 ou 6000 manières de présenter des absurdes manières de déguiser l'anarchie ne sont que ça des déguisements périmés

Sur le même sujet:


PARLONS SANS LANGUE DE BOIS SUR LES DIFFÉRENTES ÉCOLES DE L'ANARCHIE


ANARCHIE ET COMPORTEMENT


Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ (études de l'Institut Technique Industriel à Cartago et de l'Université Technologique à Pereira en Colombie)







Fait à Cereté Cordoba Colombie le vendredi 27 janvier 2017


Pour l'ensemble des thèses anarchistes, tout de suite sachons que FRIEDRICH HAYEK ( 1899 – 1992) s'attache avec méthodologie et ténacité à organiser d'une des manières les plus modernes, l'économie en tant que mouvement rationnel de capital, ce n'est pas pour rien qu'il est prix Nobel de sciences économiques en 1974.


UNE SOCIÉTÉ INDISSOCIABLE







PSYCHOLOGIE SOCIALE


Maintenant puisque monsieur Hayek aura aussi touché à la psychologie, il faut savoir que l'individu humain à la naissance et jusqu'à l'adolescence, ne sais pas vivre seul, ne saura jamais capable de se débrouiller pour survivre, c'est une longue tradition donc celle du caractère sociale des humains.


Dans une société de plus en plus interdépendante, si étroitement liée via les réseaux sociaux, l'internet, la musique mais aussi, toutes les sortes de production industrielle, agricole et au-delà, avec l’avènement des nouvelles formes de transport, les biens les denrées alimentaires, peuvent être distribuées dans le monde entier.


Il relève de l'affabulation toute thèses qui tenterait de présenter l'individu indépendant comment voie la meilleure d'une quelconque forme de fonctionnement de la société. Et cela quelque soit une parmi les micro branches des anarchistes.


Ce serait du charlatanisme éhonté que de penser un seul instant que les êtres humains s'en sortiraient beaucoup mieux alors qu'en connaissance de cause Thomas Hobbes (1588 – 1676) nous avait prévenu des conséquences, puisque il y aura des gens plus faibles que d'autres, donc nous irions droit vers le désordre et la confusion. Toujours est-t-il que Hayek a travaillé justement dans le sens de l’organisation très minutieuse de formules et algorithmes pour donner d'avantage de lisibilité à la rente du capital entre autres rentes ; reste assez curieux que des dits gens "bienpensants" tout à coup puissent faire abstraction du besoin d'ordre quel qu'il soit.




LE PRIX


Puisque Hayek aura travaillé sur le prix, quand on parle de rendement du capital, il y a aussi le prix, des crédits, des emprunts, la plus-value, al rente, sauf que Hayek observe de manière romantique, naïf le prix, car il lui donne une qualification fondamentale. Le prix serait pour ainsi dire en capacité de donner un volume d'information considérable (informationnel). Hors le prix peut-être pour l'époque aurait difficilement contenu tant d'information.


Pour notre temps, le prix est constitué non pas exclusivement de facteurs en relation à la pénurie ou l'abondance mais plutôt en relation à des stratégies sournoises mise en place par les agents du marché, le coton est vendu au Bénin à 0,15 US$ la livre ; au Burkina Faso à 0,17 US$ ; en Côte d'Ivoire à 0,20 US$ et au Mali à 0,18 US$, mais il est côté à la bourse de New York à 73,88 les 100 livres c'est à dire 0,74 US$ la livre (une tonne = 2204,62 livres, un US$ = 0,93515€) donc le prix à évolué trois fois presque quatre c'est-à-dire plus de 380 % d'augmentation. C'est simplement parce qu'il y a eut une chaîne de spéculateurs qui s' auraient échangé la matière première en tant que marchandise à chaque fois avec une marge de bénéfices. C'est bien le nombre d'échanges qui fait accroître le prix plus que le changement d'état ou le transport. La moyenne d'achat pour les quatre pays africains étant de 17,69 US$ les cent livres vendu au prix réel à la date que j'écris 47,19 US$ les cent livres à New York, nous pourrions ainsi lister toutes les matières premières, toutes les matières brutes, (à valeur ajouté dérisoire) leur prix dans le pays d'origine sera bien différent au prix pratiqué dans les bourses d'échange des trois ou quatre plus grandes villes en tête de la finance mondiale.




Le prix n'est pas et ne sera jamais un prix informationnel, comment le souligne le prix Nobel Hayek, mais le prix reflète une hausse qui reste absolument liée au nombre de marchands qu'auraient eut à manipuler le cour dans le marché mondiale.




LA CONCURRENCE


Hayek explique en 1945 qu'il est une erreur vouloir mettre des normes pour la gestion de la concurrence. Nous savons par expérience que l'industrie financière fuit de toutes ses forces la transparence, parce qu'il serait alors difficile de tromper l'opinion si les petits actionnaires savaient la réalité.


Il y a une tendance très puissante (lobby) à maintenir opaque le système des échanges financiers de par le monde. L'idée de Hayek d'une concurrence naturelle, relève d'une vision soit naïve soit volontairement, intentionnellement répandu pour mieux tromper l'opinion.


Je penche pour cette deuxième, parce que dans les années 1940 nous avions déjà connu les causes de la crise de 1929, et en tout état de cause Hayek ne pouvais pas ignorer la réalité.


La concurrence surtout en matière des marchés financiers, est impossible, parce les manipulateurs, spéculent par nature avec le cour des matières.


À un moment "T" ils récupèrent des milliards, ils ajoutent une petite quantité de leurs fonds, font un achat de grand volume, non pas pour un besoin de matières.


L'achat de millions de tonnes de coton, de soya, n'a pas pour but ultime de le transformer et produire des dérives mais de provoquer par l'achat compulsif, la raréfaction du produit, qui produit comment conséquence une évolution du prix dans les écrans toujours vers le haut. Puis à un moment "T2" programmé vendre tout, pour obtenir entre T1 et T2 un gros pécule. Ce n'est pas de tout de la concurrence mais tout simplement de la spéculation.






SIMILITUDES TROUBLANTES


Pour tout un économiste du niveau de Hayek très proche de L. Von Mises, vu les travaux de mathématique et psychologie encore connus de nous jours ?


Je suis de plus en plus convaincu qu'ils savaient que les marchés financiers et de devises seraient une sorte de casino à la taille de la terre ou les plus avisés (des cercles très fermées de la finance) pourraient sans majeur objection des état devenir les rois du monde. Reste une collusion ou connivence à mon sens même pas masquée entre les idées des rois de la spéculation financière, et des petits boursicoteurs, qui sans jamais travailler, trouvent naturel d'engranger des bénéfices du jeux de bourse.


Je suis absolument sur que pour tenter de noyer le poisson, ici et là, nous allons trouver des petits boursicoteurs, des petits bourgeois, vivant aisément, comment parasites et sangsues du fruit du travail ; qui tenteraient de pieds et de main de vous sortir une je ne sais pas quelle différence entre toutes les variantes où la présence de normes, des règles, de législation est un obstacle a peine à leur cupidité.




ENTRE IDÉE ET PRATIQUE


La meilleure manière de noyer le poisson étant celle du champ des idées, des thèses, des philosophies ; nous pouvons seul parler d'anarchie du point de vue idéologique que depuis 1840.


Mais en pratique l'anarchie existe depuis la nuit de temps, mais avec l'évolution des peuples, cette forme absconse de gestion ne pouvait pas survivre. Nous pouvons constater la présence de l'anarchie bien qu'évolue, lorsque nous réussissons à partager ainsi soit quelques semaines avec des tribus sauvages, encore qu'ils ont des règles, des normes, des coutumes, d'usage, face à des actes considérés anormaux, comment le vol, ou le meurtre.


Nous constatons que parmi ses ethnies (encore vérifiable sur certains tribus au fin fond de la Papouasie, ou l'Amazonie) il y a des leaders et même que leur pouvoir est transmit par héritage, et reste un pouvoir sur la santé, l'économie et la politique.


Là encore nous pouvons une fois de plus constater que toutes les formes imaginables de désaccord avec la notion de gouvernance, toutes, sans exception ont en commun le souhait de vivre sans dieu ni loi.


C'est même d'après Pierre-Joseph Prudhon un approche théorique "communiste" qui sous couvert de "tout" liberté, donne entrée à des esprit simples (soit des aliénés), obtus (soit des malveillants) ou des nuisibles qui sachant que l'humain est grégaire, que l'humain à 70 % est maintenu volontairement ignorant, (CAP, BEP, DEUT, et tout genre de spécialisations, quand ce n'est pas des échec au bac tout simplement) reste donc très facile de leur changer la conscience pour un trou.


UN MENSONGE ÉHONTÉ POUR DES SOTS


Croire qu'il est possible que chacun puisse faire ce qui lui plaît sans recevoir d'ordre de personne, quelque soit l'idéologie, cela revienne à une forme proche de l'anarchie, une forme de gouvernance possible sans doute pour un groupe de la taille d'une famille en milieu de la jungle.


Mais pas une forme de gestion équitable pour une ville, un département ou un continent avec la complexité que cela induit surtout en matière d'évolution des sciences et technologies.


Car il est impossible la gestion des nations sans une orientation, impossible la gestion des continents sans chercher la coordination de politiques pour le bien des majorités, en faveur de principes altruistes, humanistes et de pérennité des espèces en concurrence avec l'homme. Cela ne veut pas dire que le système actuel soit idéal; loin de là, si des sectes, des terroristes, des groupes ultra droite prolifèrent la cause naît dans l'augmentation des-mesuré des dérives sur l'autel de la cupidité pratiquée de plus en plus aux yeux de touts, avec la complicité des gouvernants des état de droite comment de gauche
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

UN SYSTÈME AGONISE

Message  Cogito ergo sum le Sam 28 Jan - 18:58

UN SYSTÈME EN AGONIE



Joigny le samedi 28 janvier 2017



Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ



En sociologie

Je sais que les élites politiques étant des pantins de l'industrie financière arrivaient à exaspérer partie des élites tenues à l'écart relatif des avantagés des quelles abusent les autres. Cet désagrément surtout pécuniaire éveillé parmi les nantis délaissés systématiquement le sentiment connu de rejet compulsif de toute forme d'autorité.

Cela ne veut pas dire que la théorie de la démocratie soit utopique, mais que en pratique il y a comment pour toutes les formes d'empire une existence humaine.

Les êtres vivants (en générale) naissent grandissent et périclitent. L'ordre, la justice et toutes les formes de gestion de la chose publique, dans une forme d'empire; quelqu'il soit toute au long de l'histoire de l'humanité et de leur époque, "nous le voyons" finissent pour mourir.

Même dans le temps de l'histoire les empires suivent un ordre. Où il y a ordre il y a nécessairement hiérarchie. Cela ne se discute pas. L'injustice dans touts les empires est une des causes si non pas la principale de leur mort.

Aucune intention ici de prendre partie pour une forme de gestion de la chose publique (empire ou système) Car depuis ma plus jeune âge j'ai commencé à me rendre compte que les empires ont une vie identique aux humains; et ils meurent.

Il ne faut exclure que parmi toute la gamme des anarchistes certains appliquent déjà leurs moindre désir car les énergumènes de l'acabit de Georges Soros et assimilés prennent la terre pour un casino avec la complicité de qui ? De l’élite au pouvoir !!!!

Il y a pas l'ombre d'un doute touts les formes d'anarchie autant que la multiplication de micro partis les sectes et les terroristes avec leurs différences sont nées dans un procès logique qui est un symptôme de l'agonie de c'est qu'est le capitalismes malgré autant de ses variantes et mutations
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE PARTIE SOCIALISTE UNE ESCROQUERIE?

Message  Cogito ergo sum le Mer 1 Fév - 10:49

POLITIQUE ET LÉGITIMITÉ

Par Nestor Ramirez (études de l'Universite Technologique a Pereira et de l'Institut Technique Industriel à Cartago en Colombie. édité le 1 février 2017)

Nous sommes devant un système où tout en haut de la pyramide réussissent très bien des députés des sénateurs et assimilés qui deviennent LÉGITIMES via le mensonge du suffrage. Leur arrogance est telle qu'ils balayent d’un revers de mai la souveraine volonté du peuple. Vous trouvez des parlementaires du type de Christian Caresche qu'avec d'autres osé affirmer qu’une partie du parlement préfère soutenir la droite dans la personne de Macron qui n'est qu’une alternative très semblable en volonté a Fillion.

Alors que Cambadelis plus gêné que content tente de faire bonne figure. Pour un cliché en réalité nous constatons que de socialistes dans ce parti il n’y a plus rien. Mais alors, eux la haut, rue Sulferino, ils veulent devenir une copie des Sarkozy des Hortefux des Datti des Boloré des Dasault ?


L'élite politique sans distinction de partis hégémoniques ou d’opposition de extrême droite, sont des incapables par procuration.

À la disparition partiale des monarchies naisse la riposte automatique des nantis à la démocratie. C'est le transfert de la richesse du foncier en mutation accélérée. La richesse ne change surtout pas des ayant droit. Pour cela il faut innover en permanence, alors les signes extérieurs de richesse changent ; du nombre d’esclaves au volume de terres, nous passons aux formes de plus en plus discrètes, d’accumulation des richesses.

Même la monnaie fiduciaire connaît sont époque de gloire éphémère. En 1971 la Mecque du capitalisme ne pouvait garantir la valeur or, que d’un dollar sur cinq. La raison est la course folle et la cupidité de l’industrie financière pour accroître la richesse.

Cette folie conduit à la création de la monnaie de singe. Puisque les taux de rentabilité promis par une nouvelle élite des professionnels de la escroquerie dépasse et de loin la rentabilité physique tangible ; possible à obtenir par la production réelle.



La production tangible étant la seule et unique forme économique de créer de la valeur ajoutée. Seul lorsqu’une  action humaine obtienne une transformation des choses matérielles entre une matière première et un produit fini. Nous pouvons parler de création de richesse (valeur ajoutée).



Cette forme éminemment humaine donc sociale de créer de la richesse est un facteur majeur pour l’harmonie ou équilibre. Le rôle sociale du TRAVAIL est la clé dans la redistribution ÉQUITABLE de la valeur ajoutée. La part ici concédée légitimement aux travailleurs fini par être un obstacle important pour les nantis dans leur course folle à la concentration de richesses.



Investir dans des formes de production tangible génère tout au plus 8%. Même si c'est une rentabilité éthique et morale devienne dérisoire vis à vis de la gourmandise d’une nouvelle élite qui fini pour s’attaquer à deux fronts :

1° la classe ouvrière et

2° les techniques sophistiqués de commerce par spéculation.


C'est-à-dire toute forme d'échange dans le seul et unique but de revendre avec un bénéfice. Sans prendre le temps de transformer c'est-à-dire de créer de la valeur ajoutée permettant la redistribution éthique du fuit du travail.

Cette forme de spéculation devienne très vite la première forme de faire fortune. En se faisant le volume de richesse sera de plus en plus virtuelle. Une illusion, une escroquerie monumentale. Ou le volume réel de monnaie est nettement inférieur au volume VIRTUEL figurant dans les serveurs.

Le mal est fait, et c'est là raison majeure des crises financières qui se succèdent à chaque fois pour compenser l'écart avec l’argent du contribuable.

Nous sommes devant un système où tout en haut de la pyramide réussissent très bien des députés des sénateurs et assimilés qui deviennent LÉGITIMES via le mensonge du suffrage. Leur arrogance est telle qu'ils balayent d’un revers de mai la souveraine volonté du peuple. Vous trouvez des parlementaires du type de Christian Caresche qu'avec d'autres osé affirmer qu’une partie du parlement préfère soutenir la droite dans la personne de Macron qui n'est qu’une alternative très semblable en volonté a Fillion.


Alors Cambadelis plus gêné que content tente de faire bonne figure.

Pour un cliché en réalité nous constatons que de socialistes dans ce parti il n’y a presque plus rien. Mais alors, eux la haut, rue Sulferino, ils veulent devenir une copie des Sarkozy des Hortefux des Datti des Boloré des Dasault ? Ou depuis déjà des années ils auraient en réalité partagé leurs idées ? Auquel cas les classes ouvrières auraient était trompés dans toutes les cas de figure si nous tenons pour source de réflection le travail de deux films :





Let’s make money




La city ou les finances en eaux troubles




Quel est votre opinion ?

J'aimerai avoir l'intervention de personnes pour qui j'ai beaucoup d'admiration et du respect tels que l'admirable
Marie-Noëlle Lienemann, ou encore l'excellente Christiane Taubira, pour quoi pas Jérôme Guedj, ou encore Jean-Christophe Cambadélis, ou Jean-Marc Ayrault, nous éclairent la linterne sur le sujet!


avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MACRON OU FILLION C'EST LA MÊME CHOSE

Message  Cogito ergo sum le Jeu 2 Fév - 11:24

POUR QUOI FILLION ET MACRON SONT IDENTIQUES?

POLITIQUE ET LÉGITIMITÉ (suite 1)

Par Nestor Ramirez (études de l'Université Technologique à Pereira et de l'Institut Technique Industriel à Cartago en Colombie, édit le 2 février 2017)


Dans un langage prosaïque nous pouvons déjà souligner que nous sommes plutôt d'accord avec Jean Bodin, donc très distants du précurseur même du libéralisme, c'est à dire Thomas Malthus, bien que d'autres vont me contredire en affirmant que c'est Vincent de Gournay. De toutes manières reste difficile de tomber d'accord sur des points de vue strictement théoriques pour séparer d'un côté la bourgeois et de l'autre le prolétariat, il va y avoir une longue liste d'adeptes de Keynes, de Hayek, qui ont tendance à partir dans un univers très axé sur l'anarchie, qu'à sont tour présente une liste de ramifications pour le moins semblables dans leur haine de la notion d'état. Mais une certaine bourgeoisie, quelle qu'elle soit sont envie de de placer, en fin de comptes est contre l'idée de normes, de règles, en cela, nous trouvons matière à les classer dans un grand groupe comment adeptes de Margaret THATCHER, puisqu'elle est une des personnes qui mieux aura ouvrait pour éloigner l'état du capital, là nous trouvons François Fillion ainsi que Émmanuel Macron, mais aussi touts les parlementaires (des faux du Socialisme) tel que Christian Caresche et touts ceux qui s'identifieraient avec des idées néo-libérales, qui ne sont en rien compatibles avec les fondements mêmes du socialisme.



C'est justement cette particularité d'opposition à la notion d'état ou de gouvernance des pays et des régions qui rendra toutes les écoles de tendance anarchiste proches de ce qu'est tenu pour l'extrême droite.


Pour des démocrates, qui se placeraient au centre ni de droite ni de gauche, il est trop simple de faire un raccourci typique entre extrêmes, et droite et gauche. Hors en réalité bien qu'il y a la dénomination "extrême" la droite aura toujours tendance royaliste, monarchiste, alors que la gauche étant prolétaire s'oppose à toute type de monarchie, de bourgeois.

Cela permet systématiquement de nourrir l'idée d'une alliance entre l'anarchie dite syndicale et l'extrême gauche. Sauf que toutes les formes d'anarchie s'opposent à toute idée de pouvoir centrale, je sais que c'est une explication "simpliste" mais je me dois de rester prosaïque donc lapidaire dans un sujet divisant l'opinion. Reste maintenant à informer la tendance à laquelle adhère le présent argument; Tout est supporté par le travail de Joseph E. STIGLITZ, Jhon CHRISTENSENT, Heramann SCHEER, Myret ZAKI, Noam CHOMSKY et Thomas PIKETTY.


LE NÉO-LIBÉRALISME UN CAP SANS ISSU


Sur cette ligne de gestion économique, il y a démonstration de fonctionnement réel des nations, différent à la manière éhonté pratique par la ligne sauvage qui tente l'approche de Margaret THATCHER.

Une telle manière de gestion des affaires des nations est pratiquée aux pays tel que la Norvège, La Suède, (il est vraie que les pays nordiques appliquent une politique particulière entre néo-libéralisme et socialisme) Le Bolivie, et exactement une des raisons qu'aura permit au Brésil d'évoluer car bien qu'en suite impliqué dans des dossier judiciaires Luiz Inacio LULA DA SILVA, aura mis en pratique des mesures favorables à la consommation, pour faire évoluer l'économie et hisser au rang de l'Inde un pays qui vivait sous l'instigation et consignes du FMI, la OMC et la Banque Mondiale.


Quant à deux nations en particulière, Cuba, si bien représente une dictature, au moins certains indices autres que le PIB, feraient pâlir des démocraties; fait qui contraste avec les conditions de blocus imposés par les USA et ses néo-colonies. Pour le Venezuela il faut admettre aussi l'évolution des classes populaires, une fois encore le procès a été boycotte astucieusement par la politique des USA et ses néo-colonies.

Appeler la plus par des pays de l’Amérique latine des néo-colonies, est du au fait qu'il s'agit des pays qui fournissent en matière première, par des contrat de longue durée, (15 a 30 ans) signés par des pantins, où il faut honorer des volumes de production alors que le prix établi en dollars, à la date de la signature, ne tiens nullement compte de la dévaluation de ses pays, laquelle se compte à des taxes de 15 à 40 % par an. Du fait deux ou trois ans après la signature, l'exportation doit se faire à pertes et les pays sont obligés d'honorer le volume jusqu'à la date d'expiration. Bien entendu que les pantins qui signent, à chaque fois, savaient bien, mais la corruption leur rend aveugles, (le droit d'éduquer leurs enfants gratuitement aux meilleurs universités des USA, des droits d'accès gratuit à vie pour eux et leur famille sur le territoire des USA, sont les motivations pour signer)


ALLER PLUS LOIN


De la même manière que le gouvernement SOCIALISTE à réussi à créer une BANQUE PUBLIQUE D'INVESTISSEMENT pour mettre en place leur CICE


Nous pourrions créer une BANQUE COOPÉRATIVE DES TRAVAILLEURS sous format loi 1901, pour capter la paie des travailleurs et fonctionnaires en France, et créer des lignes de crédit et assurances.


Naturellement cette option aussi simple qu'elle soit, ne risque pas de trouver une oreille favorable ni parmi les leaders politiques néo-libéraux, ni parmi ceux qui se disent leaders du syndicalisme, car les uns comme les autres très haut dans la pyramide sociale, en connivence et collusion avec les sangsues de la finance ; se trouvent obligés d’éviter une telle manière d'affaiblir l'industrie bancaire, qui rendrait automatiquement par la loi de l'offre et la demande CETTE FOIS APPLIQUÉE, le crédit et l'assurance pour les gens, aux prix bien plus favorables.
avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: étique, morale et laicité

Message  Cogito ergo sum le Dim 5 Fév - 15:39

Télé réalité

Évolution des meurs

Le théâtre la comédie sont des manifestations de l’art. Une pièce est écrite puis des acteurs sont mise devant un texte qu’ils vont apprendre puis réciter.

Scènes
Plusieurs morceaux forment des chapitres qui finissent sous forme de livres ou vise versa. De nous jours, la comédie de Molière, devienne la télé-réalité.

VOYORISME

Il y a nécessairement une dose de voyeurisme que ça soit pour aller voir cosi fan tutte au théâtre ou pour s’asseoir confortablement dans la salle regarder une des dernières trouvailles pour faire audience.
À quelques différences prêt

Monter une pièce de théâtre exige un minimum de préparation. Une large liste de tâches qui commencent par la sélection des acteurs. La télé-réalité avouent- le, sans doute que donnée l’opportunité a Des novices. Jusqu’à là plutôt bien. Sauf que un acteur prépare sont interprétation tandis que pour figurer à la télé-réalité, et tout cas je doute qu’il y un texte préparé.

La comparaison entre le travail de la troupe de Molière et ce qu’est passé à la TV n’est pas très bien accueilli par des puristes du septième art.

Il faut une sacré dose de narcissisme pour celles et ceux qui acceptent ou peut-être un revenu conséquent ; personnellement j’opte pour la première.

Mais si bien il y avais du publique pour aller voir les misérables maintenant il y bien des gens qu’apprécient et se délectent devant leur écran.

Si au départ j’avoue avoir du mal a aller au théâtre ; aujourd’hui j’estime particulièrement dégradant pour la notion du septième art. Cette sorte de feuilleton où seul l’improvisation semble orchestrer une suite de caprices. Le discours prosaïque voir carrément dopé en trivialité ou banalité donnent une bien piètre image du niveau culturel des adeptes.

L'HEURE EST GRAVE

Alors que le destin de 75 millions de personnes se jeu entre quelques personnes proclamées candidats au poste suprême de la nation; nous trouvons sept citoyens sur dix qui trouvent la politique en générale d'aucun intérêts.

A QUI LA FAUTE?

avatar
Cogito ergo sum
membre
membre

Nombre de messages : 1328
Age : 56
Localisation : joigny
Date d'inscription : 21/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

LES VERITABLES DELINQUANTS

Message  Admin le Ven 10 Fév - 19:17

LA DÉLINQUANCE

ENTRE MESSAGE ET CONTEXTE


Par N Ramirez (ex-syndicale)
Fait à Joigny le vendredi 10 février 2017



Est-ce que les parents sont demisionaires? Est-ce que l'environnement type des ghettos (HLM) sont le mieux adaptés pour favoriser l'éducation?

J'aime très plus ou presque rien du discours de Mailik Boutih, mais en même temps, je compends que lire le sujet alors que les médias ne font que parler d'emplois fictifs remunérés de manière allusinante? Se prete très vite à comment est dit dans le jargot "à prendre la mouche".

Puisque j'occupé plusieurs postes syndicaux CE DP CHSCT, puisque je suis fils d'un ouvrier et une mère au foyer ; je crois comprendre, sans la moindre difficulté que les ouvriers sont au bord de la folie.



Et il y de quoi être a point d'exploser !

Maintenant, chers camarades, bien que je sois hors circuit par licenciement abusif (affaire aux prud'hommes) regardons les choses en face, c'est n'est pas manque d'avoir communiqué, je reste un humble gramophone :

LA DÉLINQUANCE


Il y a plusieurs niveau d'erreurs, des délits mineurs, des actes très graves, puis aussi les délits financiers. Sans parler de l'abus des sénateurs, députés, et autres gouvernants, mais leur cas bien que immoral, reste parfois, en dehors des circuits normaux de la justice.


CELA POURRAIT NOUS ÉNERVER À L’INFINI

Oui mais il ne faut pas oublier que ce sont les sénateurs et députes qui font les lois, alors la justice des béotiens, la justice des précaires, elle n'est pas autorisé à juger les puissants.

Et oui c'est pour quoi Melénchon propose une constituante, mais vous et moi, nous savons que peu de travailleurs voudrons voter pour Melénchon! Avant il y avait Arlette Laguiller, il y a eut aussi Olivier Besancenot, mais "nous" camarades ! Nous voulons bien que ça soit les mêmes qui continuent à nous vider les poches ! Je ne dit pas que cela pourrais sûrement changer mais, quand même c'est un coup à jouer, mais non ! Nous voulons garder les mêmes !



Mailik Boutih, a prononcé une phrase dans un moment très particulier, mais la vérité cher camarades ?
Je ne vais pas être naïf et croire que vous voudriez lire un document de 115 pages, je vous laisse le lien cher camarades, des documents comment celui-là j'en lis régulièrement, pour pouvoir me rendre compte, vous pouvez vérifier dans mon blog, j'ai des chiffres des graphiques, issus de mes lectures, dans un seul but, camarades rendre accessible à touts, ce genre de documents INDIGESTES, oui je comprends qu'en sortant à cinq heures de matin d'une nuit dure, vous et moi nous n'avons surtout pas envie d'aller lire ce genre de documents, oui chers camarades, j'ai travaillé en deux fois huit en équipe de nuit, et en tant qu'ouvrier, et j'ai terminé complètement à l'agonie, par fois j'ai même eux des crampes ! Alors je sais que vous ne pouvez pas lire tout ce genre de documents :

http://www.crpve91.fr/Base_documentaire/opac_css/doc_num.php?explnum_id=35

L'IMAGE

Oui camarades la où Mailik Boutih veut y aller je vous le montre en une image : qui résumé des millions de pages, c'est à dire qui vous éviterait de tout lire pour arriver à :


Les enfants dehors dans la rue, à 13, 14, 16... ans apprennent quoi chers camarades, surtout quand nous les parents, ne savons même pas à quelle heures ils voudrons rentrer?  Je ne vais pas vous faire un dessin, dehors dans le coin de notre HLM il y a ceux qui guettent l'arrive de la police, et ceux qui vendent des produits hallucinogènes interdits, et nous enfants apprennent là mes camarades à gagner beaucoup plus d'argent en peu de temps, argent que nous ne pourrions gagner travaillant tout notre vie. Qu'il prennent des risques? Oui camarades nos enfants prennent des risques, et si nous allons aux prisons 85% des détenus viennent de nos quartiers de nous ghettos ou HLMs. Oui camarades les FILLION, CAHUZAC, BALKANI, PASCUA, TIBERI eut ne risquent rien de tout parce que la loi c'est eux même qui la font!
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 425
Date d'inscription : 27/10/2007

http://actualite.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: étique, morale et laicité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum